Satiricon

PETRONE

livre satiricon
EDITEUR : BELLES LETTRES
DATE DE PARUTION : 07/11/01
LES NOTES :

à partir de
11,20 €

SYNOPSIS :

Récurseur du "roman" (avec L'Âne d'or d'Apulée), le Satiricon, dont ne nous sont parvenus que de larges extraits et que le film de Fellini a contribué à populariser, est l'oeuvre d'un auteur dont nous ne connaissons que la date de la mort (66 après J.C.). Il dut, semble-il, se suicider après avoir perdu l'estime de Néron, non sans avoir composé un libelle contre ses débauches. Son narrateur est Eucolpe, qui va d'aventure en aventure dans une ville de la côte, accompagné de son ami Ascylte et de son esclave, le petit Giton (dont on connaît la postérité lexicale). Rejoints par le poète Eumolpe, ils embarquent et font naufrage près de
Crotone. Trois temps forts rythment le récit : le repas de Trimalcion, la légende de la veuve d'Ephèse, le séjour à Crotone. Aux bas-fonds et auberges mal famées arpentés par les déclassés, font écho les dévergondages de la haute société impériale, le tout raconté avec bonhomie, ironie ou parfois naïveté mais aussi parodie et persiflage. C'est avec le Satiricon que, pour la première fois, un latin "vulgaire", parlé, accède au statut de langue écrite. Le texte latin est celui établi en son temps par Alfred Ernout, soigneusement révisé par le traducteur, qui donne en annexe la liste et les raisons des variantes retenues.
1 personne en parle

Alors, certes, c'est souvent très olé olé et à la limite de la pornographie. Voire au delà de la limite. Mais c'est aussi amusant de lire les aventures de ces jeunes éphèbes. Encolpe et Ascylte se partagent les faveur de leur 'petit frère', le charmant Giton qui fait tourner toutes les têtes du roman. Eux mêmes, assez séduisants, plaisent plutôt aux femmes qui les séquestrent et les épuisent. Outre les scènes érotiques, il y a quelques aventures : fuite en mer, passage dans différentes cités, retrouvailles, impuissance, captation d'héritage (ou du moins tentative de captation), mariage de Giton etc. Et puis le gros morceau du repas de Trimalcion qui accumule les nourritures les plus farfelues (en tous cas, en apparence) mais finalement assez communes. Ecoeurant de quantité et de vulgarité que ce passage chez le parvenu !Hélas, c'est un roman à trous et le fil est parfois difficile à suivre. Et puis, certains épisodes tournent court. De même, le roman se termine en queue de poisson.Bref, un roman assez désarçonnant, érotique et pornographique, vulgaire et gras, mais finalement plus amusant que répugnant (enfin, selon les passages). Le genre d'images de la Rome antique qui favorise les interprétations orgiaques et extrèmes de l'empire romain. Bref, la décadence mais avec humour !

Praline
15/06/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.21 kg
  • Langage original : LATIN
  • Traducteur : OLIVIER SERS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie