Shakespeare

PARIS, JEAN

livre shakespeare
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 01/06/54
LES NOTES :

à partir de
7,60 €
4 personnes en parlent

Grosse déception !!! Cet auteur n'est manifestement pas fait pour moi, Après Un sport et un passe-temps que je n'ai pas aimé, je ne pense pas que je lirai un troisième livre de cet auteur. J'ai trouvé cette histoire très décousue, on suit ce couple dans des réceptions, des soirées entre amis, dans leurs infidélités dans les relations avec leurs filles. Ils ne m'ont pas interessée, on passe du coq à l'âne, on ne sait pas très bien qui est qui dans leurs relations, et je n'ai pas du tout aimé ce livre. J'ai trouvé le titre du livre cynique par rapport à son contenu. Je me suis accrochée au début puis je l'ai fini en diagonale accélérée, c'est pour dire que je l'ai vraiment survolé, c'est presque un abandon. Sandrine(SD49)

SD49
29/10/10
 

Je ne me souviens pas m’être arrête avant la fin d’un livre mais pour celui-ci ce fut le cas.Au bout d’un mois je n’avançais pas des 150 pages qu’il me restait et pour cause je n’ai absolument pas été captivée par les personnages.J’ai eu du mal à suivre les différentes scènes, qui est qui, niveau chronologie c’est une catastrophe.Je lui redonnerai peut être à nouveau sa chance d’ici quelques années ou pas…Le livre que j’ai commencé depuis est déjà presque terminé car lui très intéressant et prenant.

swircz
13/04/14
 

Image du couple heureux. L’homme et la femme s’aiment, vivent dans une grande et vieille maison à la campagne, pas trop loin de New York. Leurs deux petites filles sont adorables, ils sont entourés d’amis, ont une vie sociale intense et s’investissent également dans leur vie de famille. La femme est encore belle, très séduisante et elle est intelligente. Lui est beau aussi, passionné par son travail d’architecte. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.On se presque croirait au début de ce roman dans un conte de fées. Mais le bonheur est une chose insaisissable et pffft, peut s’envoler sans que l’on sache pourquoi, sans que l’on comprenne, et surtout sans qu’on arrive à le rattraper au vol. Est-il illusoire ? Ou bien éphémère par essence ?Ici, alors que ce couple a tout pour être heureux et vivre « un bonheur parfait », ça s’effrite doucement. Tout d’abord la perception que ça pourrait ne pas être aussi bien, puis la crainte que justement, ça devienne moins harmonieux, moins riche. Mais aussi la perception qu’on les amis de ce couple modèle : on juge Nedra égoïste, et un peu spéciale et on se moque un peu de Viri, qui veut à tout prix construire une œuvre qui le fasse entrer dans la postérité.Insatisfactions, doutes, interrogations… ce couple a un coté de la vie pessimiste qui fait qu’ils vont basculer lentement mais inexorablement dans une relation déséquilibrée, instable. Les frustrations enflent, les désillusions sautent au cœur et bientôt arrive la tromperie, le mensonge et on assiste dépité à la mort de cette amour parfait, qui aurait pu le rester, peut-être… Mais saura-t-on jamais la recette d’un couple réussi, et qui dure ?Même si le sujet m’a beaucoup intéressée, je n’ai pas du tout aimé ce roman, que j’ai trouvé parfaitement rasoir. Les personnages se regardent le nombril et s’apitoient à mon gout un peu trop sur cette lente mort de leur couple au lieu de se défoncer à essayer de remonter la pente. Trop pessimiste pour moi ! Liliba

liliba
04/12/11
 

À l'ouverture le tableau peut sembler idyllique, un couple jeune et beau, il est architecte, elle est l'incarnation de la femme et de la mère épanouie, deux enfants, pas deux anges, mais deux adorables fillettes plutôt sages. Nous sommes au États-Unis dans les années 70, le bonheur de ce couple est envié de tous ses amis mais pourtant peu à peu cette perfection va se fissurer, plus on progresse et plus l'harmonie nous semble être de façade. Il y a quelque chose qui cloche dans ce "bonheur parfait". Viri attend toujours plus, il veut la reconnaissance, les honneurs; les envieux disent de Nedra qu'elle est égoïste tout à son petit train train, son confort, accaparée par ses enfants.Quand on oublie le bonheur que l'on a déjà...Il y a le bonheur que l'on a déjà que l'on oublie ou que l'on ne voit pas, il y a le bonheur idéalisé de nos amis celui qui peut sembler parfait mais qui évidement ne l'est pas. Ce livre commence doucement l'ambiance est paisible, les personnages paraissent heureux, un bonheur de façade puisque bien vite la perfection se dérègle par petites touches d'abord, des oublis, un manque d'attention, Viri qui trompe sa femme, et puis bien vite ses événements isolés prennent une ampleur sans cesse grandissante. L'entreprise de démolition ne fait que commencer, les caractères sont exaltés, les frustrations accumulés au fil des années prennent le dessus, le scénario s'emballe. On assiste impuissant à cette dégradation qui comme l'on peut s' en douter aboutira à l'explosion de cette famille.On a envie de secouer les personnages de leur dire qu' ils font erreur qu'ils vont tout perdre. On regrette de ne pas avoir la plume et de ne pouvoir influer sur leur décision. C'est un roman bouleversant où l'ambiance suit la dégradation du scénario et de la psychologie des personnages devenant à son tour lourde et pesante, presque triste. C'est un roman où le propos est sublimé par une écriture absolument magnifique.Un livre que je ne conseillerais pas à ceux qui croient ou veulent croire à l'amour à moins de vouloir dire "Maintenant je suis prévenue cela ne m'arrivera pas ! " et même ainsi on le termine la peine au cœur. Un roman de toute beauté...

Lacazavent
02/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.20 kg

Dans la même catégorie