Shutter island

LEHANE, DENNIS

livre shutter island
EDITEUR : CORGI BANTAM PAPERBACK UK
DATE DE PARUTION : NC
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
9,90 €

SYNOPSIS :

US Marshal Teddy Daniels has come to Shutter Island, home of Ashecliffe Hospital for the Criminally Insane. Along with his partner, Chuck Aule, he sets out to find
an escaped murderess named Rachel Solando as a hurricane bears down upon them. But nothing at Ashecliffe Hospital is what it seems, and neither is Teddy Daniels.
55 personnes en parlent

Dans les années cinquante, au large de Boston, l'îlot nommé Shutter Island sert d'hôpital psychiatrique pour criminels dangereux. Le Marshal Teddy Daniels et son nouveau coéquipier Chuck Aule y sont envoyés pour retrouver l'une des patientes qui a disparu, Rachel Solando. La jeune femme à la beauté incandescente et aux yeux écarquillés par la peur a tué ses trois enfants dans un accès de folie. Mais comment aurait-elle pu quitter sa cellule fermée à clé de l'extérieur ? Au fur et à mesure que le temps passe dans le huis-clos de cette prison-hôpital et alors qu'une tempête isole l'île, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant : les mystérieuses migraines de Teddy, les cachets qu'on lui donne, son attirance pour la mère infanticide disparue, les médecins trop affables, les aides soignants silencieux, les infirmières fuyantes, et, petit à petit, la conviction qu'on leur cache des choses.Le lecteur est immergé dans un univers glauque à l'atmosphère paranoïaque. Méfiance, peur, compassion, les sentiments se mêlent jusqu'à la confusion. Et les pistes se multiplient, aussi déroutantes que tragiques. Cette histoire-puzzle, malgré quelques approximations et un final prévisible, est vraiment prenante et dresse une série de portraits criminels à la psychologie tortueuse des plus inquiétante et de plus en plus étouffante. Car dans ce roman il ne s'agit pas uniquement de découvrir un criminel, mais de comprendre comment les hommes peuvent dériver et créer leur propre réalité.

Kara
14/01/09
 

Au moment je décrétai en mon for intérieur que “celui-ci était un peu moins bien que Mystic River”, me voilà face à un dénouement des plus spectaculaire!Quel ravissement que d’avoir envie de relire le livre depuis le début pour voir si un indice même infime, n’aurait pas pu nous mettre sur la voie plus tôt ^^Un bonheur donc !

un flyer
13/02/09

Je sais pas vous, mais moi j'ai toujours adoré les histoires d'asile psychiatrique, les histoires seulement hein, et puis je devrais dire hôpital, et pas asile. Enfin, dans le fond, c'est un peu la même chose. Mais bon. Je me souviens de "Vol au-dessus d'un nid de coucous", avec Jack Nicholson, fantastique non ! Pourquoi est-on attiré vers cet univers ? Plusieurs réponses possibles.. Pour ma part, ça concerne les limites de la raison humaine, jusqu'où peut-elle rester saine, qu'est-ce qui fait qu'un jour elle bascule, et transforme des êtres humains en "zombies", souffrant de schizophrénie, de psychose maniaco-dépressive, et j'en passe et des pires. Mais ce qui fascine je pense, ce sont les symptômes, les symptômes apparents, les délires propres au malade, les actes qu'il commet, aussi atroces soient-ils. Y a pas à dire, on a tous un côté morbide en nous, qui nous fait tourner la tête lorsqu'on croise un accident de la route, malgré nous.Une prison-hôpital, complètement isolée, sur un ilôt, où sont incarcérés, enfin devrais-je dire "soignés", des hommes et femmes ayant commis les crimes les plus violents. Une dénommée Rachel Solando est portée disparue, sa "cellule-chambre" est vide, elle laisse un bout de papier, une énigme à résoudre, c'est le marshall Teddy Daniels et son coéquipier qui s'y collent. Débarqués en pleine tempête, ils ont tôt fait de considérer les lieux. Inquiétants. Et ce phare, entouré de barbelés électriques, de gardes, n'abriterait-il pas les manipulations les plus diaboliques ?Les médecins qui ne répondent qu'à moitié, qui cachent des choses, confirmant les craintes des deux officiers. On se croirait presque dans un Maigret, la série. C'est morne, c'est plat ; comme les EEG de certains patients. La tension monte, mais à peine. Ils savent ne pas être les bienvenus, les patients s'agitent. Les pathologies sont impressionnantes, mais moins que les bâtiments, qui cachent sûrement d'horribles salles "d'opération". Bon bon. Et après ?Après, Daniels commence à comprendre l'énigme, il y trouve des noms, des indices, une piste... Rachel est là, c'est certain. Elle a tué ses trois enfants, c'est pour ça qu'elle est arrivée ici.. Alors il cherche, il arpente l'île, en long en large et en pleine tempête. Et plus il avance, plus les obstacles se font nombreux. Et puis une migraine, terrible, écrasante. Un docteur lui donne quelques cachets. Il s'endort. Fait des rêves on ne peut plus étranges. Quand il se réveille, le docteur est là. Comme s'il le surveillait. Une impression qui le suit, le poursuit. Il se sent épié, le moindre fait et geste consigné. Heureusement, pour mener cette enquête, il n'est pas seul. Heureusement...Une voix, une rumeur, une intuition leur murmure à l'oreille de surveiller leurs arrières : les perversions de l'âme humaine ne sont pas toujours là où on les attend. Même les EEG les plus plats ont parfois de violents soubresauts. Il ne faut faire confiance à personne, et surtout pas à soi-même. Ils vont jusqu'à cacher leurs drogues dans les cigarettes qu'ils vous offrent. Ils rendent même les plus sains d'esprit malades, pour pouvoir leur disséquer le cerveau. Ils vous manipulent. Ils vout font croire des choses. Faites attention, non, fuyez, vite... Sinon, ils vous auront, vous aussi...Et puis Rachel réapparaît...

absolu
09/03/09
 

Quelques longueurs inutiles à mon goût.Une fin qui ressemblait à un film vu l'année dernière donc rien de nouveau même si cette idée de dénouement est très bonne.Le personnage principal m'a captivée.Le suspens reste bien présent tout au long de la lecture.Un huit-clos qui tient en haleine même si avec le recul on pourrait deviner la fin grâce à certains détails.L'endroit & l'époque sont deux choix judicieux.Une histoire sur fond de tempête, le ton est donné.Les flash-backs de Teddy nous embrouillent, nous perdent ce qui a pour but de nous faire nous sentir au même niveau que notre personnage : désorienté. Un moment agréable.

bookworm02
20/09/12
 

J’avoue que les 100 premières pages ne m’ont pas emballée, bien au contraire. Le prologue m’a semblé très obscur et je l’ai relu deux fois, sans pour autant bien comprendre ce qu’il annonçait. Je passe donc, un peu frustrée, au récit de la première journée, mon impression se confirme, je n’accroche pas du tout : le style est imbuvable, lourd, plein de répétitions ; j’avais l’impression que l’auteur cherchait à tout pris à faire du remplissage, afin d’équilibrer les quatre parties du roman question longueur. D’autre part, je trouvais l’intrigue fort longue à démarrer pour un thriller, il ne se passe pour ainsi dire rien au cours de cette première journée, on a droit à 100 pages de présentation des personnages. Moi qui ai l'habitude des thrillers bien "bourrins" je m'embarrasse généralement peu de la psychologie des personnages dans ces cas là. Cela ne m’aurait pas dérangé dans un autre contexte, mais pour un thriller, je trouvais ça maladroit : un quart du livre et rien côté intrigue que ne nous ait déjà révélé la quatrième de couverture !Et puis tout démarre enfin lorsque Teddy décrypte le premier message laissé par Rachel Solando. A partir de ce moment là, le style est vraiment allégé, beaucoup plus fluide et il m’a été pratiquement impossible de lâcher mon livre.Pourtant, tout est extrêmement prévisible, aucune des révélations faites au fil des chapitres n’en a été une pour moi, mais je n’ai pu m’empêcher d’être happée par ce roman, son ambiance. Parce que si je présageais de ce qui allait nous être appris, je ne savais pas quand, comment dans quelles circonstances, cela allait éclater. Je ne savais pas bien non plus le niveau d’implication de chaque personnage dans « l’affaire ». En outre, je me demandais réellement comment tout cela allait finir, comment on pourrait sortir de ce cauchemar (parce que j’avais vraiment l’impression d’en voir un se dérouler devant mes yeux, sans avoir aucun moyen d’en changer le cours) et sur ce point là, Dennis Lehane nous a concocté un dernier chapitre magistral, collant parfaitement à l’esprit du livre.Un thriller percutant, jamais gore, jamais vraiment angoissant, mais oppressant, étouffant, dérangeant enfin, et qui m’a donné très envie de découvrir les autres ouvrages de l’auteur.

un flyer
13/05/11

Cela fait pas mal d'années que j'ai lu Shutter Island, et ce bien avant le film et j'avais été sidéré par l'intrigue. c'est la 1ère fois où je refermais un livre en me disant que finalement je ne connaissais pas la fin! Un très bon polar que j'ai recommandé et offert de nombreuses fois autour de moi!! Cat

cfons
02/09/10
 

Un thriller extrêmement habile, vertigineux, noir, sur fond d'infanticide, de folie, d'univers psy, de réminiscences d'horreurs nazies... le tout sur une île isolée par la tempête et peuplée de dangereux criminels (enfermés, mais...). Roman brillant, dérangeant, éprouvant... Adaptation ciné réussie mais très dure, violente - âmes sensibles s'abstenir. Canel

Canel
31/01/16
 

En eaux troubles En lâchant deux enquêteurs sur cette île isolée, peuplée de malades mentaux et de spécialistes en la matière, le tout dans l’ambiance moite qui précède le déchaînement des éléments, Dennis Lehane s’offrait un savant mélange propice à l’écriture d’un thriller tout en atmosphère. Plongeant dans les eaux troubles de ce terrifiant huis-clos, Christian De Metter s’atèle ici à son adaptation en bande dessinée : l’exercice promettait d’être difficile mais le défi est relevé haut la main : même si le lecteur peut avoir l’impression de se perdre à mi-parcours, la narration se révèle finalement d’une grande pertinence quand le voile déformant des apparences se lève. Dès lors, certains détails insignifiants prennent tout leur sens et apparaît alors toute l’intelligence de la construction de l’album. Le dessin, principalement composé d’un dégradé de tons verdâtres soumis à un éclairage réduit à sa plus simple expression, participe pleinement à l’ambiance angoissante qui habite cette adaptation du livre de Dennis Lehane et témoigne de l’indéniable savoir-faire de Christian De Metter. Fruit d’une grande maturité technique restant au service de l'histoire, Shutter island devrait donc combler les amateurs.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

En bref, je reste perplexe sur ce roman. D. Lehane a réussi à m’embrouiller et à m’éloigner plus qu'à me captiver... Les différents points de vue sont mal découpés, et je n'ai pas réussi à comprendre où il voulait en venir. J'espère que le film m'éclairera !

RizDeuxZzZ
29/06/14
 

Si le démarrage est plutôt lent du fait de la longue description des lieux, il nous emporte malgré tout très vite au cœur du sujet : la disparition d’une patiente alors qu’elle était enfermée de l’extérieur dans sa cellule.L’ambiance est glauque, typique de ce genre de lieu fermé, et accentuée par une tempête qui isole l’ile du continent, coupant tous les moyens de communication vers l’extérieur. Dans les années 50, toute sorte de mythes circulent sur ce genre d’établissement (expérimentations sur l’homme, lobotomisations, etc.), qui ajoutent au sordide de cette affaire. Une histoire de folie qui fait hérisser les poils tout en nous tenant en haleine du début à la fin. Carnet de lecture

Carnetdelecture
27/06/14
 

Je regrette vraiment d’avoir vu le film avant de lire ce livre. En fait quand je suis allée le voir, j’ignorais qu’il s’agissait d’un livre, je ne l’ai appris qu’après. J’étais assez peu intéressé par le livre du coup, mais j’avais tout de même finis par l’ajouter dans ma Wish List puis dans ma PAL. Malheureusement c’est le genre de film que l’on n’oublie difficilement, surtout la fin, et du coup je me rappelais encore assez bien de l’intrigue. Du coup, en lisant je savais déjà où tout cela menait et je pense que ça retire une partie du plaisir. Mais j’ai quand même adoré, parce que du coup je voyais comme on était guidé vers la fin, je voyais les indices qui nous étaient donnés. Et puis surtout je me suis totalement attachée aux personnages de Teddy et de Chuck, le premier pour sa manière de toujours poser des questions (même parfois insolite) et de rester calme devant les prisonnier malade mentaux, j’adorais ses réactions, et j’adorais Chuck aussi, il était franchement amusant et attachant, en plus je pense que comme Teddy s’attache aussi à lui, cela fait qu’on l’aime un peu plus.J’ai trouvé les autres personnages vraiment plus doux et moins suspect que dans le film (hormis le directeur complètement frappadingue), je me suis attachée notamment à Cawley et à sa façon de voir les choses, de réellement vouloir aider les malades et de simplement les écouter. L’histoire en elle-même est hyper prenante, Shutter Island est vraiment mystérieuse, l’hôpital semble cacher énormément de secrets et on a envie de les connaître. On a envie de comprendre ce qui se passe, et petit à petit l’étau se resserre, et c’est très très prenant. En plus c’est super bien écrit, on ne s’ennuie pas une seconde, même moi qui connaissait déjà l’histoire. J’ai très envie de relire un livre de cet auteur du coup.Je le recommande à ceux qui aiment les thrillers psychologiques et surtout qui n’ont pas vu le film. Mais si vous l’avez déjà vu, je pense que la lecture n’en est pas moins bonne, en tout cas moi j’ai été happé par l’histoire, et ça m’a donné envie de revoir le film.

lasurvolte
26/11/13
 

Shutter Island, c'est un peu la même chose que Gatsby le Magnifique... je connais évidemment le nom de l'oeuvre d'origine (et j'ai eu vent de l'adaptation que je n'ai toujours pas pris le temps de regarder), mais je ne me suis pas encore plongée dedans... l'adaptation graphique est donc, une nouvelle fois, une façon de découvrir l'histoire d'un oeil complètement neuf. Je ne m'étais pas du tout penchée sur l'intrigue, je savais juste qu'il y avait une sorte d'enquête puisque le bouquin est classé du côté des thrillers/polars... Et effectivement, un mystère plane entre les pages et la résolution n'arrive que dans les dernières planches. Je le sentais venir dès le début, mais j'ai déjà fait une remarque similaire il y a quelques mois, lors de la lecture d'un autre thriller. Le thème abordé revient très souvent dans les oeuvres (qu'il s'agisse de livres, de séries ou de films), la surprise est donc moins grande lorsqu'elle arrive. Malgré tout, ça fonctionne toujours et l'on va au bout avec curiosité et sans déplaisir.L'histoire se déroule dans les années 50, sur une île des Etats-Unis et met en scène des marshals. J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui se dégage de cette centaine de pages : un huis-clos oppressant, représenté grâce à des couleurs un peu passées, du marron, du gris... une sorte de filtre "sépia". J'ai vraiment apprécié le travail autour des visages et des expressions, marquées par les ombres. Je pense même que si les bulles de texte avaient été moins nombreuses, les images auraient parlé d'elles-mêmes et auraient réussi à me transporter dans cette histoire, sur cette île bloquée par la tempête.Une belle réussite à mon avis... j'ai encore plus envie de lire le livre qui est dans mon immense PAL... mais actuellement prêté à ma soeurette !

DameMeli
14/11/13
 

Une enquête intrigante dans un cadre glauque et noir à souhait, un centre pénitentiaire réservé aux meurtriers souffrant de pathologies psychiatriques, sur une île nommée « Shutter Island » cela me faisait penser d'ailleurs au film "vol au dessus d'un nid de coucou" vu quelques années auparavant. L' histoire parfaite à lire sous la couette par une nuit d’orage pour frissonner davantage, tous les éléments sont réunis pour passer un bon moment de lecture.

evalea
12/11/13
 

Fan de l'univers macabre de Dennis Lehane et de l'adaptation cinématographique de Shutter Island, je me suis laissé tenter par ce roman graphique. Couleurs froides et graphisme oppressant à l'appui, De Metter se réapproprie avec brio l'ouvrage de Lehane. L'auteur distille le suspense jusqu'à plonger le lecteur dans une atmosphère particulièrement terrifiante. Bien sûr, je n'ai pas éprouvé l'étonnement abasourdi du lecteur qui n'est pas au courant de l'histoire, mais j'ai quand même passé un bon moment. http://blue-imaginarium.eklablog.com/

Shirayukihime
05/09/13
 

Roman noir rempli de suspense sur fond de manipulation mentale et de personnages effrayants qui nous tient en haleine jusqu'à la fin...où ne serait-ce que le commencement ?

Le lugubre asile-prison de Shutter Island situé au large de Boston abrite les malades mentaux les plus dangeureux dans ces États-Unis des années 1960. Teddy Daniels et son co-équipier Chuck Aul sont mandatés par les autorités pour enquêter sur la disparition de Rachel Solando, l'une des patientes de l'établissement. De fil en aiguille, l'affaire se complique. Teddy Daniels souffre de migraines inexplicables, le directeur de l'hôpital a un comportement étrange tout comme les personnels de l'hôpital. Cela a tout l'air d'une conspiration d'autant que l'énigme laissée par la femme disparue semble indéchiffrable. Comment Rachel Solando a t-elle pu s'enfuir de sa chambre sans laisser de traces ? A quoi renvoie la règle des 4 ? Qui est le 67e patient de Shutter Island ? Qui est encore ce mystérieux Laeddis et qu'est-il arrivé à Georges Noyce ? Et enfin et surtout : d'où vient cette rumeur qui prétend que les patients les plus récalcitrants risquent une lobotomie ? Dans cette île à l'atmosphère glauque et électrique, Teddy Daniels et son co-équipier parviendront-ils à leurs fins ?Adaptation très réussie du roman Shutter Island de Dennis Lehanne, cette bande-dessinée illustrée par Christian De Metter est un thriller psychologique haletant. L'ambiance conspirationniste qui règne sur l'île rappelle sans doute les expériences scientifiques menées par la CIA entre les années 1950 et 1970 (cf. projet MK-Ultra). Pour Dennis Lehanne, l'île-prison est un décor parfait pour dérouler son intrigue : on imagine aisément les aliénistes en blouse blanche oeuvrant pour le bien de leurs patients en leur inoculant des substances psychotropes pour calmer leurs paranoias ou leur crises de violence. Peut-être alimentée par le scandale lié aux expérimentations initiées par le Docteur Mengele ou L'ange de la mort dans les années 1950 (personnellement, cela m'a rappelé l'effroyable documentaire sur Les Héritiers du docteur Mengele), l'imagerie exploitée dans ce scénario de Lehanne fait mouche : espace clos et angoissant (l'île-prison), patients fous à lier, psychiatres tordus et flics durs à cuire, le tout servi sur un fond d'enquête policière, donne un résultat percutant. L'auteur exploite le créneau à merveille : jusqu'à son dénouement, le lecteur navigue dans l'incertitude la plus totale. Pour couroner ce savant mélange, les superbes illustrations entre ombre et lumière de Christian De Metter, ajoutent encore à l'atmosphère oppressante de l'histoire. Voilà donc une très belle interprétation que je recommande à tous ! Et si vous êtes plutôt roman ou cinéphile, pas de problèmes : le roman est aussi remarquable que sa version filmique adaptée par Martin Scorcese. En somme, une oeuvre à (re)découvrir sous toutes ses formes (par contre, quel que soit le support choisi pour aborder l'oeuvre, l'effet ne sera plus le même que la première fois tellement l'intrigue est marquante). Pour ma part, j'ai préféré le film avec le parfait jeu d'acteur de Leonardo Di Caprio. A vous de vous faire votre propre idée... Alcapone13

Alcapone
25/08/13
 

Un très bon thriller qui se lirait presque d'une traite, mais je n'en avais pas la possibilité. Dommage.On s'attache vraiment aux personnages, surtout à celui de Teddy Daniels, qui est le plus développé dans ce livre et qui souffre toujours de la mort atroce de sa femme, brûlée vive dans l'incendie de leur appartement.Dennis Lehane est un auteur que je relirais avec plaisir. Accrobiblio

un flyer
08/08/13

Un livre que je voulais lire avant de voir le film qui m’a été de nombreuses fois recommandé pourtant.J’ai bien fait, il m’a tenu en haleine. Je n’ai pas pu le refermer, il fallait que je sache.C’est une histoire à la « Fight Club » où la folie et le réel sont tellement proches que l’on s’y perd. L’enquête débute par une simple disparition d’une malade de l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Sutter Island. Une atmosphère étouffante en huis clos sur cette île où la folie semble toucher autant les patients que les employés de cet hôpital psychiatrique laissant libre cours aux complots les plus farfelus. Une histoire très bien ficelée, un thriller psychologique qui monte crescendo pour vous surprendre jusqu’à la dernière ligne.Jusqu’où allez vous suivre Teddy le Marshal envoyé sur les lieux ?A vous de tenter l’aventure !

Metaphore
25/05/13
 

Ce roman est étrange ! À peine l’a-t-on terminé qu’on a envie de tout reprendre depuis le début, pour ne pas rater les détails, les indices, pour voir l'histoire sous un jour nouveau ! Et pourtant j’avais vu le film à sa sortie au cinéma et donc je savais à peu près de quoi il retournait. À peu près seulement, car si j’avais adoré Shutter Island en film (malgré l’acteur principal que je n’apprécie pas du tout, mais qui pour une fois était vraiment bien dans son rôle), j’avoue ne pas avoir compris grand-chose et être ressortie avec une impression depas fini, et un énorme mal à l’aise.Mal à l’aise ressenti également en lisant le roman, alors que là aussi, j’ai énormément aimé ! Contradictoire ? Non, je m’explique, et ceux et celles qui l’ont déjà lu comprendront sans peine. Posons donc le décor. Une île. Inhospitalière à souhait, sauvage et quasi inhabitée. Mais pas totalement, car elle abrite une vieille citadelle et un phare encore plus vieux. Et aussi un hôpital psychiatrique réservé à des hommes et des femmes qui ont tous commis des meurtres atroces et qui sont particulièrement dangereux, qu’on maintient sous les verrous avec force surveillance, de vrais malades mentaux (ou personnes ayant été cataloguées comme malades mentales…).Le Marshall Teddy Daniels débarque un jour de septembre 1954 sur cette île, appelé à la suite de l’évasion d’une pensionnaire, Rachel Solando, jeune femme internée depuis plusieurs années et vivant dans le déni total alors qu’elle a assassiné ses trois enfants. Il semble qu’elle se soit littéralement volatilisée, ou bien qu’elle ait bénéficié de complices au sein même du personnel médical ou parmi les surveillants. Teddy a l’impression qu’on ne lui dit pas tout, et avec l’aide de son nouveau coéquipier Chuck Aule, il va tenter de percer les mystères de cette ile malsaine et de déjouer la surveillance des médecins et des gardes qui semblent toujours croiser son chemin. Comment Rachel a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? On a retrouvé un indice dans sa chambre (sa cellule, plutôt), une feuille de papier sur laquelle est inscrit un code fait de chiffres et de lettres. Le Marshall a travaillé dans les transmissions pendant la guerre et se fait fort de découvrir le secret de ce code.Est-ce l’atmosphère de l’ile, la tornade terrible qui s’y abat et ravage tout sur son passage, cette évasion étrange ou le fait qu’on retrouve finalement la femme aussi soudainement qu’elle avait disparu, toujours est-il que Teddy se sent mal, oppressé, angoissé et que de terribles migraines l’assaillent, le laissant épuisé et quasi comateux et l’entrainant dans des cauchemars terribles qui l’anéantissent et le perturbent au plus haut point, car ils lui remémorent sa défunte femme, pourtant décédée depuis plusieurs années, mais qu’il ne peut oublier, et à qui il pense à chaque instant de sa vie. Et le lecteur aussi ressent cette angoisse latente, cette menace qui rode sur l’ile, ou autour du phare. D’ailleurs, que se passe-t-il vraiment, dans ce phare ? Pourquoi est-il si bien gardé ? Est-il possible qu’on y réalise des essais cliniques, des expériences sur les patients ? Car cet hôpital est considéré comme expérimental et adopte des pratiques parallèles pour tenter de soigner ses patients, ou tout du moins de réduire leur mal-être, leur folie.Du fait de la tempête, il est impossible de quitter l’île, mais de plus en plus, Teddy sent le danger se rapprocher, il a l’impression d’être manipulé, une petite marionnette téléguidée par les médecins, les infirmiers, car tous semblent complices dans cette histoire. Lui aurait-on injecté un quelconque médicament ? À moins qu’il ne se soit caché dans les cachets qu’on lui a donnés contre ses migraines ? Ou dans les cigarettes du coin, qui ont vraiment un drôle de goût ? Jamais cet homme n’a eu aussi peur de sa vie, alors qu’il a pourtant affronté la guerre, une guerre terrible où il a tué, beaucoup tué, et où il a découvert l’horreur des camps nazis. Comme si cette île maudite le rapprochait de ses fantômes personnels, de ses failles, de ses peurs… Il sent qu’il lui faut quitter l’île, vite, par n’importe quel moyen.Et c’est là que le lecteur se retrouvera abasourdi par le talent de l’auteur, qui l’a vraiment « trimballé », emmené où il voulait du début à la fin. Teddy n’est pas le seul dans cette histoire à se faire manipuler, mais nous, nous en sommes au final ravis, même si notre angoisse est montée de plusieurs crans pendant notre lecture ! Quel talent !C’était mon premier Lehane, mais je compte bien continuer à lire cet auteur. Liliba

liliba
04/05/13
 

Dans les années 50, sur la petite île de Shutter Island, une femme s'échappe de la chambre de l’hôpital psychiatrique qu'elle occupe car cette île abrite un grand centre hospitalier pour criminels. Deux marshalls : Teddy Daniel et Chuck Aule arrivent par le ferry dès le lendemain afin de mener l'enquête sur cette disparition frappante. En effet, sa chambre était fermée à clé de l'extérieur, un gardien posté dans le couloir n'a rien vu, elle a du passé dans une salle bondée de gardiens qui ne se sont aperçus de rien. Au fur et à mesure que l'enquête avance, les deux hommes se retrouvent plongés dans un monde de plus en plus angoissant ...Ce livre m'a totalement embarqué. J'étais sur cette île sombre avec ses hommes, je ressentais l'angoisse et l'incompréhension. Tout le monde me semblait suspect et j'étais là coincé sur cet îlot sans aucun moyen d'en sortir ... C'est rare que je m'immerge autant dans une histoire. L'auteur a su merveilleusement restituer l'ambiance grâce à son coup de crayon pour le moins exceptionnel qui soutient une histoire complexe. Le graphisme est très particulier. Malgré les teintes utilisées qui sont dans le vert ou beige, le réalisme des corps et des décors nous donne l'impression de regarder un film ou d'anciennes photos en noir et blanc. C'est là que je me dis que l'auteur est particulièrement doué. Ajouté à cela une histoire particulièrement bien ficelé celle du fameux roman de Lehane qui a ensuite était mise en scène par Scorcese et le tour est joué ! Une petite perle est né ! Cristie

cristie
21/04/13
 

N'ayant pas vu le film du même nom, je ne savais pas à quoi m'attendre avec ce livre...Dès les premières pages, on est happé par l'histoire. On ne sait pas qui sont ces personnes, ce qu'elles veulent, ce qu'elles font, mais on n'a qu'une seule envie : le découvrir !Je me suis tout de suite prise d'affection pour Teddy et Chuck. J'avais envie de visiter cette mystérieuse île avec eux et de connaître le pourquoi du comment. Comme eux, on doute, on soupçonne, on se questionne...Dans ce roman, on ne sait jamais où l'auteur veut nous emmener. On pense avoir compris, et la phrase nous prouve le contraire. Les pages se tournent vite tellement l'histoire est prenante et haletante.Je n'ai absolument pas vu venir la fin, j'ai été complètement bluffé ! Chapeau à l'auteur qui ne nous laisse pas soupçonner un seul instant ce dénouement. J'avoue pas contre que le dernier chapitre me laisse perplexe, je ne comprend pas ce qu'il signifie.Franchement, si vous aimez les thrillers haletants, foncez sur celui-ci, vous ne le regretterez pas !Maintenant, j'ai très envie de voir le film, histoire de voir si Martin Scorsese a fait un film à la hauteur du roman d'origine !

Laetydu79
26/03/13
 

Pas vraiment fana du genre policier, je me suis laissée tenter par celui-ci (va savoir pourquoi ?). Et je crois que c'est l'un des seuls par lequel je n'ai pas été déçue. Je ne m'attendais vraiment pas au dénouement de l'histoire. On se laisse berner tout le long du récit. Vraiment chapeau ! Je ne me suis pas tout à fait réconciliée avec le genre policier, mais il y a parfois des exceptions qui font du bien à lire. C'est un plaisir des yeux et un véritable casse-tête. Enfin un véritable contenu dans un livre du genre.Pour ceux qui n'ont pas vu le film, je vous le conseille, il manque bien sûr quelques éléments, mais je trouve Leonardo Di Caprio très crédible dans le rôle du Marshall. Le film est donc pas mauvais du tout.

brunehilde
09/03/13
 

C'est après avoir vu et revu le magnifique film de Martin Scorcese que j'ai décidé de me plonger dans le roman éponyme.... Et bien quelle découverte!!!On rentre direct dans l'histoire et dans l'ambiance sombre et trouble dans laquelle évoluent nos deux héros, les marshals Teddy Daniels et Chuck Aule, venus à Shutter Island afin de retrouver une patiente de l'hôpital psychiatrique installé sur cette île, disparue dans des circonstances bien plus qu'étranges....J'ai beaucoup aimé l'idée de cette île dans le brouillard , coupée du reste du monde... Atmosphère oppressante , histoire originale et personnages inquiétants, en entrant dans ce polar de Dennis Lehane, on entre dans un monde de folie et de suspense .Du grand art!

dvan
06/02/13
 

Avant de commencer le roman, j’avais peur que le fait connaître déjà l’histoire me gâche le plaisir de la lecture, et surtout anihilent les moments d’angoisse. Et Dieu sait qu’ils sont fréquents dans ce roman !! Et bien ce n’était absolument pas le cas… Mais alors pas du tout. La première chose que j’ai pensé, c’est que Scorsese avait vraiment bien adapté l’histoire. Car toutes les émotions que j’ai pu ressentir dans le film, et bien je les ai trouvées dans le roman.Ensuite, j’ai pensé que Dennis Lehanne était un formidable conteur tant ses mots, ses descriptions semblent donner vie aux images, aux ambiances. Comme par exemple cette femme qui, tout au début du roman regarde Teddy en posant l’indexe sur sa bouche, lui intimant le silence. Que ce soit dans le film ou dans le livre, cette image m’a donné des frissons dans le dos.L’auteur a créé une ambiance terriblement pesante et angoissante. On passe son temps à se demander où se trouve la vérité, et si d’ailleurs il y en a vraiment une. Il s’amuse à brouiller les pistes. Malgré l'ambiance très lourde, le style de l'auteur est très fluide. L'histoire ne souffre d'aucun temps mort, et moi, en tant que lectrice j'ai été happée du début à la fin de l'histoire dans cette atmosphère peu amène.Les personnages sont parfaits. A la fois torturés, ambigüs pour certains (pour tous, en fait), on les découvre, on apprend à les connaitre… pour finalement comprendre que l’on ne sait rien, absolument rien sur eux. Ce ne sont pas des personnages aux quels on s’attache, ou pour qui on ressent une quelconque sympathie, et d’ailleurs Dennis Lehane ne fait rien en ce sens. Ce sont des personnages qui nous marquent, tout simplement. Et puis il y a la fin de l’histoire. Cette fin qui apporte plus de questions que de réponses, qui te laisse dans l’incertitude. Alors tu te demandes si plus tôt dans le roman il n’y avait pas un indice pour te guider vers la bonne réponse, si te demandes si finalement l’interprétation que tu avais en tête 20 pages plus tôt n’était pas qu’une idée saugrenue de ta part… Bref, j’ai douté et je me suis dit que vraiment, va falloir que je le relise au moins une fois. D’ici quelques mois.

Nelcie
05/02/13
 

C'est purement et simplement renversant, on sort de la lecture de ce livre avec la tete à l'envers et le cerveau completement gonflé pret a exploser, c'est tellement malin, tellement tordu, et vraiment fou ! j'adore ! une fin comme celle là ! c'est du lourd !

guibl22
31/01/13
 

La force de ce roman, outre l'intrigue que je vous laisse découvrir plus avant pour ne rien dévoiler, tient au paysage dans lequel se déroule cette aventure. Shutter Island est un bout de rocher situé au large de Boston, oublié par tous sauf par les médecins, le personnel soignant et les malades qui y vivent. Alors quand deux intrus débarquent, c'est un peu le branle-bas de combat. Dans cet univers hostile, où personne ne veut collaborer avec la police, la difficulté pour les deux policiers est amplifiée par les conditions climatiques, puisque l'île est victime d'un ouragan qui détruit une grande partie des installations.C'est dans ce décor mouvant, insaisissable et inquiétant que Teddy Daniels mène une enquête dont il sent que les véritables enjeux lui échappent. De plus, les témoignages qu'il entend de la part des malades le mettent mal à l'aise. Les confrontations face à des personnes ayant perdu tout sens des réalités sont éprouvantes pour Daniels, qui a vécu divers traumatismes dans sa vie. Il va peu à peu sombrer dans la paranoïa, voyant un complot dans toutes les actions menées par le docteur Cawley et le directeur, personnage énigmatique et inquiétant qui passe comme une ombre.Roman très efficace, à l'intrigue extrêmement réussie, qui laisse le lecteur pantois à la fin de la lecture. Dans un genre plus classique que les autres livres que j'ai pu lire de Lehane, il n'empêche pas une petite réflexion sur la psychiatrie et les débats sur les différentes formes de traitements (pharmacie contre psychologie), puisque l'intrigue se déroule dans la première partie des années 50. Vraiment un livre à découvrir, et si vous n'en lisez qu'un de Lehane, prenez celui-ci (je suis presque sûr que vous y reviendrez par la suite !).

Yohan59
22/11/12
 

Deux marshals débarquent sur une île, appelés parce qu’une patiente s’est « évadée ». Shutter Island est en effet un hôpital psychiatrique, dans les années cinquante, pour les malades « dangereux ». Le truc c’est qu’elle a soudain disparu de sa chambre fermée à clefs, fenêtre close également. Alors à moins d’être invisible, elle a forcément bénéficié de complicités. D’ailleurs, le personnel sonne faux. Et les migraines s’enchaînent. Mais que se passe-t-il donc sur cette île, qui est vraiment qui et que cherche-t-on ?.... A lire jusqu’au bout, pour tout reconsidérer et recommencer sa lecture immédiatement.Encore un grand merci à adresser à Mademoiselle Cécile, qui (ne) lisait (pas) en cet heureux et fort regretté temps où elle tenait un blog. Il faut que j’arrête de me fier aux impressions que je sors de je ne sais quel chapeau à propos de tout un tas d’auteurs : Dennis Lehane est un sacré romancier (oh la formulation bidon. Dennis Lehane laisse loin derrière lui ses petits camarades, est un orfèvre du genre, tout ça, quoi.), il m’a scotchée dans cette histoire, je haletais, je remuais mes petits neurones dans tous les sens, je sentais bien que quelque chose clochait mais je ne fais pas ma maligne, je ne cernais pas correctement le truc. Et pour cause.Hyper prenant dès les premières lignes, noir foncé, et triste à en pleurer, bluffant et torché au scalpel : j’en veux encore. Sylvie Sagnes

SagnesSy
04/07/12
 

Cette histoire est vraiment prenante. Au début, on croit vraiment à l'inspecteur, et au fil de l'histoire, on se dit que c'est quand même bizarre et on en apprend un peu plus au fil du temps.Une histoire vraiment agréable à découvrir. Instant-litteraire

Instantlitteraire
10/05/12
 

On tourne les pages en savourant, sans que cela soit exceptionnel, plus on avance dans l'intrigue, plus la noiceur du roman (graphique) prend place pour ne plus en sortir jusqu'au CHOC final... à l'apothéose.Je pense que c'est un roman à lire deux fois; en connaissant le dénouement, une deuxième lecture nous permettra d'aborder les chapitres avec une vision différente, de (re)découvrir et de déceler les moments de manipulation que l'auteur nous a fait subir pour notre plus grand bonheur.L'illustrateur est un grand parmi les grands. Une technique superbe au service d'une intrigue (certes vu beaucoup de fois au cinéma) néanmoins efficace. Prix des libraires BD en 2009. Bravo !

Ce roman est une claque pour moi ! J'aurai pu le mettre en coup de coeur si certaines choses ne m'avaient pas dérangé au début.. Mais la dernière partie m'a tellement.. stupéfiée ! Voilà un thriller formidable qui nous déroute complètement par ses révélations !Je ne ferai pas de résumé personnel parce que je ne sais pas par où commencer & j'ai bien peur de dévoiler la fin.. De toute façon, le résumé écrit plus haut est très explicite, donc ça ne changera rien..Je vais commencer par les points négatifs, pour pouvoir mieux en parler après.. Ce qui m'a assez vite dérangé est cette manie, dans les dialogues, que les personnages ont de toujours faire répéter à l'interlocuteur sa question.. Au début, je n'y faisais pas trop attention mais ça m'a vite tapé dans l'oeil parce qu'à certains moments, ça arrive dix fois dans une seule conversation.. C'est vite devenu lourd.Ensuite, pendant à près la moitié du roman, j'ai eu l'impression que les choses ne bougeaient pas.. Alors que c'est faux, mais le temps paraissait passer au ralenti.. Une impression bizarre qui a failli me faire abandonner ce livre. Mais ç'aurait été une grosse erreur ! La dernière partie (ce roman est divisé en trois parties) est juste.. énorme ! Toute l'histoire a soudain un autre sens.. & ça a été pour moi, un véritable choc (mon coeur a vraiment fait un bond quand j'ai lu la première véritable révélation..). J'ai eu peur que la fin soit prévisible, parce que je m'attendais déjà à quelque chose de crédible, j'étais sûre d'avoir mis la main dessus & pourtant ! J'étais très loin du compte, je ne pouvais pas du tout imaginer ce revirement de situation..J'ai aussi beaucoup aimé les dialogues, en général, quand il n'y avait pas toutes ces répétitions.. Ils sont pertinent & intrigant. On se pose toute sorte de questions pendant la dernière moitié du livre, quand l'histoire se met vraiment en place. Il y a trop de choses mystérieuses que les personnages ne résolvent pas dans l'immédiat.L'auteur a su mener son histoire avec brio ! On se fait mener en bateau depuis le début.. Frustrant au départ, mais ô combien délicieux quand on referme le livre ! Vraiment, je suis bluffée.. (J'ai même mené un débat avec mon homme en lisant la fin tellement j'étais imprégnée de cette histoire.. C'était à celui qui trouvait la véritable fin, la décision de Teddy..) L'ambiance devient de plus en plus sombre au fil des pages, ce qui fait que la fin nous bouleverse autant je pense !C'est un thriller psychologique époustouflant avec des apparences trompeuses.. La seule erreur est de ne pas le lire jusqu'au bout car c'est vraiment à la fin qu'on a les clés de toute l'histoire ! Tout devient plus claire & plus crédible. Tout s'emboîte parfaitement.. J'ai qu'une hâte maintenant, c'est de découvrir le film !

gr3nouille2010
03/03/12
 

J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère qui plane tout au long de ce roman. L’ambiance est lourde, pesante, chargée de mystères… Cela est, d’ailleurs, très bien retranscrit dans le film. On s’immerge dans le roman dès les premières pages grâce à cette atmosphère si particulière. On sent qu’elle pèse sur les personnages principaux : Teddy et Chuck, deux marshals.Un très bon thriller qu’on ne lâche pas facilement avant la fin, on est captivé d’un bout à l’autre ! Léo Elfique

un flyer
26/02/12

Adaptation du roman noir de Dennis Lehane.Christian De Metter retranscrit avec justesse l’histoire, l’ambiance et les ambiguïtés du récit originel. Il signe là une BD magnifique qui n’est pas une simple adaptation littérale mais une œuvre à elle seule.Deux livres (un roman et un roman graphique) pour une même histoire. Deux œuvres splendides.A lire absolument.Martin Scorsese vient de porter ce roman à l'écran. Je trouve que l'adaptation est moins réussie que celle de De Metter.Il y manque le petit plus qui aurait pu nous plonger totalement dans la folie des personnages.....

Shutter Island est un huit-clos paranoïaque particulièrement réussit.Les dessins de De Metter, des aquarelles aux teintes sépia, collent parfaitement avec l’ambiance angoissante du récit. Et même si l’on en devine assez vite le dénouement, ce jeu de piste psychologique reste passionnant jusqu'à son terme..

Dennis Lehane entraîne le lecteur dans une enquête à énigme où les méninges du lecteur sont réellement mises à contribution. Avec Teddy, on cherche le sens des indices trouvés, on se demande ce que chacun des protagonistes cachent, on doute. On est totalement pris dans cette atmosphère oppressante et cette enquête parfaitement bien menée. Par contre, certaines énigmes me paraissaient tout de même évidentes, comme l'histoire de l'ordre des lettres, vers la fin. Je ne sais pas si c'est parce que j'avais vu le film avant, mais je crois que cela vient aussi du fait de voir les énigmes sur papier. J'ai toujours été plus visuelle. ^^Malheureusement, le roman souffre de quelques longueurs. L'histoire - les presque 400 pages - relate les faits sur 3 jours seulement. C'est un peu paradoxal car d'un côté, il se passe plein de choses, mais d'un autre, le récit comprend des lourdeurs. Cela vient du fait qu'il y a finalement peu d'action et beaucoup de parlotte. L'histoire repose beaucoup sur les interrogatoires : celles effectués par Teddy et Chuck auprès des patients et du personnel de l'île, mais aussi concernant le passé de Teddy et les interrogations sur son histoire personnelle.Au-delà d'une enquête intelligente et bien mené, le succès de ce titre repose principalement sur son dénouement. Un dénouement incroyable, saisissant, génial... et je ne sais quel autre qualificatif. J'ai trouvé ça réellement brillant, bien que j'ai préféré la fin ouverte bien plus claire dans le film, que dans le roman.

Aidoku
10/11/11
 

Adapter un roman sous forme de bande dessinée n'est pas chose facile et je trouve que Christian de Metter s'en est bien sorti.Il faut dire que 130 pages, ce n'est pas une BD habituelle...Le format est surprenant aussi et la couverture, non cartonnée, peut étonner dans la catégorie BD.Les vignettes sont toutes carrées ou rectangulaires, bien délimitées et ne mordent pas les unes sur les autres. Le dessin reste aussi dans la case. Il y en a six à neuf par page.Les bulles sont rectangulaires et écrites avec une écriture assez "anguleuse", parfois sur fond jaune clair pour, par exemple, situer le domaine du rêve, ou de la pensée.Les onomatopées sont dans le dessin, à l'intérieur de la vignette en couleur beige clair ou marron, jamais dans les bulles.Les indications sur le jour ou l'heure sont faites en haut, à gauche de la vignette. Il y en a peu.La couleur dominante est sépia. Quelques planches sont un peu "colorées" pour situer un flash-back, un souvenir, un rêve. On comprend alors qu'on "quitte" le "présent" de l'histoire.Dans les vignettes, on voit très très peu de "vue d'ensemble". Il y a surtout des visages, des silhouettes.Le trait de crayon est, à mon avis, excellent.Avec peu de couleur et en "ombrant", les expressions sont très "vivantes". On dirait presque de vieilles photos plutôt qu'une bande dessinée.En ce qui concerne l'écrit: l'essentiel du roman, la substantifique moëlle, est retranscrit et l'ambiance est aussi forte que dans le roman. Chapeau à l'artiste!Je pense que la couleur sépia, la façon de dessiner, le choix du contenu des vignettes sont pour beaucoup dans la réussite de cette adaptation.A lire pour découvrir "Shutter Island" avec un autre regard...

Cassiopea
23/09/11
 

Je suis amoureux. Je crois que j'ai trouvé mon coup de coeur de 2010 avec ce livre.Je n'ai pas vu le film pour je ne sais quelle raison alors que je devais, et puis en furetant dans les rayons d'un célèbre hypermarché, j'ai aperçu ce bouquin et comme j'étais un peu à la dèche, je me suis dit "pourquoi pas?"Je ne connaissais pas du tout l'auteur et j'ai été surpris d'apprendre qu'il était également l'auteur de Mystic River, un film que j'ai adoré. Ca s'annonçait donc plutôt pas mal.Dès les premières pages, j'ai été séduit: les personnages, l'ambiance, l'écriture, les dialogues... On se retrouve dedans tout de suite. Je m'attendais à un carnage, d'autant que je ne suis pas très porté sur les thrillers, mais là, rien à redire. Evidemment, il faut relativiser: niveau style c'est pas du Aragon mais c'est pas non plus du Dan Brown, c'est travaillé, soigné, fouillé. Pour le genre, on n'en demande pas plus. http://marcanciel.over-blog.fr

marcanciel
08/09/11
 

Le roman m'a très vite capturée et relâchée qu'une fois la dernière page tournée. Le style est efficace.L'atmosphère était comme dans la Bande Dessinée, sombre, inquiétante, pesante même.Ce qui m'a vraiment plu dans ce roman, c'est le retournement de situation, l'instant où tout bascule, où la réalité apparaît, et sème le trouble dans l'esprit du lecteur. Il y a dans ce roman une bonne dose de suspens. Le dénouement est assez inattendu.J'ai passé un bon moment de lecture.

Hilde
29/08/11
 

Gros, gros coup de coeur pour ce thriller psychologique! J'ai passé un pur moment avec ce livre. pur moment de bonheur, d'angoisse, de stress et enfin de lucidité.. quoique Un livre qu'on referme à contre-coeur, en y étant contraint, juste parce que c'est fini... sur le papier... mais ça aurait bien continué... d'ailleurs, ça a continué à cogiter dans ma petite cervelle! Analyser, décortiquer: j'adore qu'un livre me procure cette sensation qu'il y a quelque chose encore à creuser.Je dirais que les 4 parties du livre m'ont autant plu, pas une plus que l'autre, ni une moins que l'autre, puisque au final, on se fait "trimballer" de droite à gauche, au bon vouloir de l'auteur .Cette histoire est vraiment très bien écrite!Le personnage de Teddy est tellement bien décrit, tant physiquement que psychologiquement, qu'on arrive à se le représenter sans difficulté aucune! Les autres personnages sont bourrés de mystères, certains sont allés jusqu'à me faire frissonner! Je me suis imaginée à Shutter Island par moment En somme, un livre qui me marquera beaucoup et dans lequel le domaine de la santé mentale n'est forcément mis sous son plus beau jour.. quoique, encore cela dépend comment on analyse la fin de l'histoire!!

gerry
11/07/11
 

Nombreux sont ceux qui ont lu cet ouvrage de Dennis Lehane, qui l'ont apprécié et en on parlé ! Je ne vais donc pas reprendre les grandes lignes de l'histoire que tout le monde connait, mais juste me contenter de dire que je l'ai énormément apprécié.Pour le scénario, d'abord, dont la chute surprenante m'a laissé sans voix, pour l'écriture ensuite, dont le style soigné est plus qu'agréable, pour le personnage principal, attachant malgré sa violence sous-jacente et sa part d'obscurité. Et surtout, pour le contexte : cette île balayée par les vents, qui abrite un hôpital psychiatrique dont les murs renferment les aliénés les plus violents du pays, et qui se profile comme une entité démoniaque au-dessus de l'océan...Teddy Daniels et Chuck Aule sont en route pour Shutter Island afin d'élucider la disparition d'une patiente. Que vont-ils y découvrir ? Trouveront-ils des réponses à leur question ? A quoi vont-ils être confrontés ? Une tempête se profile et les éléments vont se charger de balayer l'île de leur violence et d'isoler les lieux... En poussant les grilles, on découvre un endroit sinitre habité par la folie. Peu de patients pour un trop grand nombre d'aide-soignants et de médecins. Et la silhouette du phare qui se dresse à l'autre bout de l'île, comme une présence menaçante emprunte de mystère. C'est l'occasion de faire une incursion dans le domaine psychiatrique dont les méthodes étaient encore terriblement douteuses à cette époque. Les délires paranoïaques d'après-guerre, les réminiscences des combats de 40 toujours proches dans les mémoires, les phénomènes de démence qui prennent vie sous la plume de Lehane sont autant de sujets évoqués et participent à alourdir une atmosphère déjà pesante.http://tranchesdelivres.blogspot.com/2011/02/shutter-island-dennis-lehane.html

un flyer
22/05/11

Un excellent polar qui tient en haleine de bout en bout, la révélation finale est inattendue et donne tout son piquant à ce livre. Hors du commun et poignant.

Valsette
14/03/11
 

Je ne saurai que vous conseiller ce roman. Rares sont les fois où je reste béate en refermant un livre, incapable d'en sortir, époustouflée par l'auteur et par la complexité du personnage. Si le concept d'un individu et d'une pièce totalement close n'est pas sans rappeler Gaston Leroux et Le mystère de la chambre jaune, je peux vous assurer qu'on est bien loin de cette atmosphère dès les premières lignes du livre, et avant même d'avoir atteint l'île... Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

Shutter Island Tiré du roman éponyme de Dennis Lehane, "Shutter Island" est une oeuvre intéressante et assez particulière, dont on regrettera qu’elle manque un peu d’énergie. Toutefois baignée dans une brume qui enveloppe et épaissit le mystère, cette adaptation affiche un style semi-réaliste et un graphisme peint assez sombre qui sied bien à l’ensemble.

Une des rares fois où je lis un livre après mon mari et ma fille aînée. Ils l'avaient aimé tous les deux et personne n'a encore vu le film tiré de ce livre. Depuis quelques semaines je les empêche de me parler de cette lecture et j'ai bien fait. Ce n'est pas une histoire dans laquelle il y a une action trépidante. En effet, tout est dans l'ambiance, une tempête se profile à l'horizon quand Teddy et Chuck mènent leur enquête, le coin est assez sinistre mais en plus le téléphone est coupé, on leur prend leurs armes. Les habitants de l'île sont inquiétants car ce sont tous des criminels fous. J'ai aimé cette tension qui monte peu à peu et ce que j'ai préféré c'est la fin bien sûr car j'ai été totalement surprise, c'est vraiment bien fait. J'ai maintenant très envie de voir le film pour voir si je ressentirais la même ambiance que dans le livre. Sandrine(SD49)

SD49
18/09/10
 

Difficile de parler de ce livre sans en dévoiler l'intrigue. Ce qu'il faut surtout éviter. Encore qu'avec le film sorti récemment, la surprise soit un peu éventée. Cela dit le film de Scorcese respecte parfaitement le livre mais sans le transcender. Shutter Island emprunte à Ellroy et à Philip K Dick. Rien que ça ! En résumé : Un de mes auteurs préférés et des mes livres préférés.

essbe99
12/08/10
 

Tiré du roman éponyme de Dennis Lehane, "Shutter Island", la BD, est une oeuvre intéressante et assez particulière, mais qui manque un peu de punch pour être vraiment réussie. N'ayant pas lu le livre, ni vu le film de Scorsese tiré du même roman, j'ai lu l'ouvrage de Christian De Metter comme une oeuvre unique, sans référence particulière et sans points de comparaisons.Le dessins, en premier lieu, sont globalement satisfaisants, oscillant entre un style semi-réaliste et un graphisme peint assez sombre. Tout est baigné dans une brume qui enveloppe et épaissit le mystère. Malheureusement, l'ensemble manque un peu de mouvement, les visages sont statiques, trop figés. De même, à l'approche du "twist" final, rien ne vient vraiment rehausser le graphisme et au final on 'est guère ému, surpris par le destin du marshall Daniels...L'histoire est assez simple : dans les années 50, deux marshalls viennent enquêter sur une disparition dans un asile psychiatrique pour schizophrène dangereux érigé sur... une île. La lente descente dans la folie est peut trop douce et l'adaptation semble assez épurée. On n'accroche guère aux personnages. C'est bien dommage car l'ensemble ne se lit pas sans déplaisir mais on oublie assez vite cette BD. Thibaut Brixtwitter.com/tiubuk

un flyer
29/06/10

En eaux troubles En lâchant deux enquêteurs sur cette île isolée, peuplée de malades mentaux et de spécialistes en la matière, le tout dans l’ambiance moite qui précède le déchaînement des éléments, Dennis Lehane s’offrait un savant mélange propice à l’écriture d’un thriller tout en atmosphère. Plongeant dans les eaux troubles de ce terrifiant huis-clos, Christian De Metter s’atèle ici à son adaptation en bande dessinée : l’exercice promettait d’être difficile mais le défi est relevé haut la main : même si le lecteur peut avoir l’impression de se perdre à mi-parcours, la narration se révèle finalement d’une grande pertinence quand le voile déformant des apparences se lève. Dès lors, certains détails insignifiants prennent tout leur sens et apparaît alors toute l’intelligence de la construction de l’album. Le dessin, principalement composé d’un dégradé de tons verdâtres soumis à un éclairage réduit à sa plus simple expression, participe pleinement à l’ambiance angoissante qui habite cette adaptation du livre de Dennis Lehane et témoigne de l’indéniable savoir-faire de Christian De Metter. Fruit d’une grande maturité technique restant au service de l'histoire, Shutter island devrait donc combler les amateurs.

Un petit peu lent à démarrer... c'est tout ce que l'on peu repprocher à ce livre. C'est mon premier Lehane et je ne pense pas m'arrêter là. A conseiller!

lilcassie
29/05/10
 

Au moment de son adaptation au cinéma par le grand Scorsese, difficile de ne pas évoquer Shutter Island, d’autant que ce thriller, écrit par l’Américain Dennis Lehane, est considéré comme l’une des plus belles réussites de la décennie. Le roman se déroule dans les années 50. Deux flics, Teddy Daniels et Chuck Aule, sont chargés d’enquêter sur Shutter Island, une île sinistre qui abrite un hôpital psychiatrique où sont « incarcérés » des éléments particulièrement atteints et dangereux. L’une des patientes, Rachel Solando, a disparu en laissant derrière elle un code secret indéchiffrable… Une île, une disparition, un code, un asile psychiatrique et un contexte historique (guerre froide, lendemain de Seconde Guerre mondiale) : que d’ingrédients alléchants dans Shutter Island ! Plus dure est la chute. Le principal problème concerne le rythme : les 300 premières pages (sur 400 !) sont soporifiques. Hormis quelques trop rares sursauts, le lecteur s’ennuie ferme. Il ne se passe quasiment rien : de longues et inutiles descriptions et, plus encore, des dialogues superflus et poussifs, font office de remplissage et alourdissent considérablement la lecture. Les 100 dernières pages sont heureusement plus haletantes, riches en rebondissements. Mais la fin, certes surprenante, semble un peu tirée par les cheveux, et n’est donc pas totalement convaincante. Je ne me suis pas non plus attaché à ce tandem de flics – qui rappelle ceux qu’on trouve dans les séries policières américaines –, et ce malgré les efforts de l’auteur pour disséquer leur psychologie et leur passé très chargé. Bref, une intrigue de base prometteuse, et tout de même quelques points forts (l’atmosphère oppressante et le climat de paranoïa sont plutôt bien rendus), mais l’ensemble s’avère au final confus, inégal et très ennuyeux. Dommage, il y avait vraiment la place pour que le roman soit à la hauteur de sa flatteuse réputation.

Nico17
04/05/10
 

Du grand Dennis Lehane !Un récit parfaitement maîtrisé, un suspense dévorant, des personnages troubles, l'auteur nous prouve une fois de plus l'étendue de son talent.Ce polar très sombre et torturé est à dévorer de toute urgence ...

un flyer
27/04/10

Bon, que dire de ce thriller, mis à part que j'ai beaucoup aimé. C'est très bien écrit, les personnages sont développés, il y a du suspense. Mais surtout, une chose, c'est un livre très déroutant et il faut suivre. Et puis, il y a ce rebondissement de la fin. Innatendu, incroyable, génial. Tellement réussi que l'on voudrait recommencer le livre pour comprendre comment on a été mené en bateau. Tous les ingrédients sont là pour faire un bon thriller et ensuite un bon film.

BambiSlaughter
12/04/10
 

Un roman "policier", récemment adapté par Scorsese, qui m'a laissé quelque peu déçu, ne sachant pas vraiment quel effet l'auteur cherche à obtenir sur son lecteur.On s'attache aux pas de Teddy Daniels, marshal de son état, chargé avec son coéquipier Chuck Aule, d'enquêter sur la disparition d'une patiente d'un hôpital psychiatrique situé sur l'île de Shutter Island au large de Boston.Dennis Lehane parvient d'emblée à plonger le lecteur dans une atmosphère trouble, malsaine, entre deux eaux. Et la réussite majeure de ce roman est selon moi cette façon qu'à l'auteur de retranscrire l'état maladif de la psyché du héros. C'est d'ailleurs toute la dimension illusoire de la fiction qui est ici mise en scène. Daniels est enfermé dans les nombreuses pièces de son esprit comme le lecteur au sein des pages du roman.Mais malgré tout, la fin n'a pour moi été aucunement une surprise dans la mesure où elle se devine très rapidement, sinon dans le détail, du moins en substance. Je me suis alors demandé si Lehane voulait "subjuguer" le lecteur par une chute-coup de poing ou s'il l'amène simplement jusqu'à un dénouement que celui-ci sait inéluctable depuis un moment.La lecture de toute façon n'en est pas moins très agréable et le cauchemar bien présent du début à la fin dans ce polar qui n'en est pas réellement un. <p>Maltese</p>

Maltese
09/04/10
 

J’ai lu ce livre en l’espace de quelques heures, presque d’une traite, parce qu’une fois commencé, il m’a été impossible de le lâcher, tant son intrigue est prenante. Ce roman mérite les éloges dont il a été l’objet…excepté pour la fin, qui m’a un peu déçue, du moins si je l’ai bien comprise ! Je m’explique. La fin n’est pas très claire (d’ailleurs, les lecteurs se partagent entre deux théories), voire limite brouillonne, ce qui est dommage, étant donné que tout le reste du roman est remarquablement écrit. Dans le cas de la première théorie, outre le fait que ce genre de dénouement commence à devenir du réchauffé, je trouve qu’il n’est finalement pas à la hauteur de l’intrigue – ma première réaction en le lisant a été de m’exclamer mentalement : « Tout ça pour ça ! ». La seconde théorie serait plus satisfaisante en ce qui me concerne mais présente quelques incohérences…Espérons que le film, qui sort ce mercredi (le 24), sera plus explicite ! Cela dit, Shutter Island n’en reste pas moins un excellent roman. Le cadre est gothique à souhait : une île désolée perdue au milieu de l’océan et battue par la tempête ; une institution psychiatrique pour fous criminels à la réputation sulfureuse et dont les membres du personnels semblent tous plus inquiétants les uns que les autres ; un ancien phare dans lequel semblent se pratiquer d’atroces expériences médicales…C’est d’ailleurs en partie à cause de ces éléments que la fin m’a déçue : avec un tel cadre, on s’attend à quelque chose de plus…disons de plus étrange. Alors que là, l’explication paraît somme toute banale ! Les personnages sont une vraie réussite, notamment celui de Teddy auquel on s’attache immédiatement et avec lequel on fait corps tout au long de l’histoire. Là encore, c’est peut-être pour ça que j’ai été déçue par la fin ! J’ai adoré son sens de la répartie qui donne lieu à des dialogues brillants. Chuck est aussi très drôle et j’ai bien aimé la complicité qui s’établit immédiatement entre ces deux hommes qui, pourtant, se connaissent à peine…Et une fois de plus, cf. la fin, et je m’arrête là sinon je risque de spoiler. Relirais-je du Dennis Lehane (c’était en effet mon premier roman de lui) ? Je pense que oui.

ElizabethBennet
14/03/10

Un livre tout simplement génial. Je l’ai dévoré en deux jours et je suis encore sous le choc et sous le charme. L’histoire est oppressante à souhait, l’intrigue particulièrement haletante et le personnage de Teddy Daniels acquiert une épaisseur tout à fait fascinante au fil des pages en même temps que les repères du lecteur ne cessent de s’éclairer et de se brouiller alternativement. Ce thriller est mené d’une main de maître du début à la fin et porté par une écriture très belle et des passages très touchants. Juste un petit bémol à propos du dernier chapitre que j’ai trouvé inutile, voire maladroit (mais comme il ne fait que deux pages, ça reste négligeable). J’espère que l’adaptation ciné sera à la hauteur, mais pour ce qui est du livre, c’est une valeur sûre ! Je ne voudrais pas trop en dévoiler car l’intrigue est tellement riche que ça vaut la peine de la découvrir par soi-même. Mais lisez-le, vous ne serez pas déçu.Article complet sur Art Souilleurs.

Artsouilleurs
08/03/10
 

Parvenir à raconter "l'effrayante beauté de la structure paranoïde du schizophrène avéré"...et nous voila lecteur nous aussi finalement complètement déboussolé sur cette île à la recherche d'une vérité, d'une inavouable réalité...belle réussite que d'ainsi nous entraîner dans ce terrible ouragan. Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.Jules Renard

lucky44
06/03/10
 

J’ai lu il y quelques semaines Mystic River et j’avais beaucoup aimé le style. Plusieurs commentaires mentionnaient Shutter Island avec enthousiasme alors je me suis laissée tenter.Le fait que cela se passe en huit clos sur une île et dans un hôpital psychiatrique m’inquiétait un peu mais finalement j’ai dévoré ce roman en deux jours.Dennis Lehane a un vrai grand talent pour camper ses personnages et nous décrire leur environnement. Dans le cas présent, on sait à quoi ressemble cette île, ce qu’elle dégage et dès le début, on sent la tension immédiatement s’installer.Teddy Daniels, le marshall qui arrive pour enquêter sur l’île avec son co-équipier, est un homme torturé par la mort de sa femme. La confrontation entre la folie des patients (voire celles des soignants) et ses propres démons va produire une situation explosive que l’auteur va exploiter pour nous manipuler totalement tout au long des 390 pages. Tout cela pour finalement nous clouer au sol avec la révélation finale.J’ai tout simplement adoré l’atmosphère lourde et chargée de non-dits, de folie et de violence. A tel point que j’en suis arrivée à lire dans la rue, en marchant, pour savoir enfin comment tout cela allait se finir.Je fais partie des lecteurs un peu las de lire toujours les mêmes polars mais là, franchement, je me suis enthousiasmée. Et j’ai très envie de voir à quoi ressemblera l’adaptation cinématographique.

Argantel
17/12/09
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.50 cm
  • Poids : 0.21 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition