Smilla et l'amour de la neige

HOEG, PETER

livre smilla et l'amour de la neige
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 16/10/96
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

Peu avant noël, à copenhague, un garçon groenlandais de six ans se tue en tombant du toit d'un immeuble. Accident, conclut la police. tel n'est pas l'avis de smilla jaspersen. elle connaît l'enfant. et, surtout, elle " connaît " la neige : de son enfance à thulé, elle a gardé une perception et un amour aigus des espaces
vierges. En dépit du silence dont certains entourent l'affaire, smilla décide de conduire sa propre enquête. le point de départ de ses recherches : copenhague, son aboutissement : gela alta, île de la côte ouest du groenland, d'oú un mystérieux équipage doit partir dans quelques jours, à destination de l'arctique .
6 personnes en parlent

Etrange roman pour une héroïne atypique, très beau personnage, mi-danoise mi-groenlandaise. Une histoire policière fortement teintée de considérations ethnologiques et écologiques mais également dénonciation du peu de considérations du Danemark à l'égard des Groënlandais et par là critique du monde industriel et matérialiste occidental.Une intrigue très originale, dans laquelle les personnages sont tous torturés par leur passé, et où neige et glace sont d'une importance capitale, déclinées sous toutes leurs facettes.Une très belle évocation de la vie sous de basses températures, au milieu de paysages qui semblent magnifiques et qui remettent l'homme à sa (si petite) place.Avis à ceux qui n'ont pas peur d'un roman qui prend son temps, au style lent mais très évocateur, loin des polars américains habituels.Bille August en a tiré une adaptation, forcément moins "fouillée", en 2006. Maltese

Maltese
10/02/09
 

Smilla est Esquimaude par sa mère, Danoise par son père. A 11 ans, sa mère disparaît dans les glaces du Groënland et Smilla se voit contrainte de venir vivre auprès de son père au Danemark. Son parcours sera atypique, scientifique. A 37 ans, son jeune voisin décède, tombé du toit. Smilla refuse de croire à l'accident, et débute sa propre enquête, qui la mènera très loin. Un très beau roman, où le suspens n'a pas la première place. D'ailleurs toute la seconde partie, dans le bateau, m'a parue compliquée, technique et assez rébarbative. Par contre les constantes références au Groënland, et les explications de leurs moeurs et de la politique menée m'ont énormément intressée. L'héroïne est elle aussi atypique et pleine de charme. Sylvie Sagnes

SagnesSy
09/01/13
 

« La réalité des choses importe peu. Ce qui compte, c’est ce que les gens croient. »S’il me fallait classer ce livre dans une catégorie, je serais bien ennuyée.Il est atypique, comme son personnage principal, Smilla.Je pense que c’est le genre de livre à côté duquel on peut passer, pour un peu que l’on n’ait pas le temps de se pencher sur son contenu qui peut sembler complexe (je n’ai pas dit compliqué). Le rythme est lent(mais pas mou, il se passe des choses, ce n'est pas du remplissage), à la mesure de cette immensité que paraissent donner la neige et la glace lorsqu’elles recouvrent tout. Il ne faut pas s’attendre à une cadence rapide comme dans certains romans policiers où tout s’enchaîne très vite, non, il faut laisser du temps au temps, laisser la possibilité à l’ambiance, aux personnages, à l’écriture de s’installer, de faire leur chemin en nous pour mieux nous les approprier.« Mon cœur ne fait qu’un avec l’étendue blanche, comme s’il battait au rythme de la glace. »Tour à tour, enquête policière, plaidoyer pour les Inuits et la façon dont les populations du Groenland ont été « colonisées » par le Danemark, approche scientifique, évocation de la nature et des grands espaces …. Ce livre est tout cela à la fois. De ce fait, il peut désarçonner, paraître « brouillon » et mal construit ….Je crois qu’il y a deux solutions, on adhère ou pas mais pas de demi-mesure pour ce genre de lecture où la force de l’écriture joue un grand rôle (c’est un homme qui écrit en se mettant dans l’âme d’une femme, de formation scientifique, ce qui peut lui donner une certaine rigueur).Je vais donc faire partie des personnes qui ont adhéré à ce livre.Pourquoi ?S’il fallait ne donner qu’une raison, je prononcerais sans hésiter le nom de Smilla.« Je ne suis pas une héroïne. J’ai ressenti quelque chose pour un enfant. J’aurais pu mettre ma ténacité à leur disposition si quelqu’un avait tenté de comprendre sa mort. »Smilla, attachante, tenace, opiniâtre, volontaire, torturée parfois, femme dans toute sa splendeur avec les questions existentielles que nous nous posons et qui font parfois sourire les hommes.Smilla et sa rencontre avec un petit garçon, rencontre qui bouleverse sa vie, qui change la donne …Smilla, la scientifique, qui décortique, explique, creuse, cherche à comprendre, va plus loin que l’apparence ….Smilla qui voulant savoir la vérité, part aussi à la recherche d’elle-même ….Mais il n’y a pas que ça …Il y a aussi :L’approche de la neige, de la glace, presque personnifiées et qui sont « présences » dans ce livre.« Même s’il n’y a ni chaleur, ni nouvelle chute, ni vent, la neige change. Elle respire, se comprime, se lève, retombe et se désintègre. »« On peut essayer de vivre avec la glace, pas contre elle. »La documentation sur le Groenland, sa culture, sa relation au Danemark (qui aurait presque pu faire l’objet d’un livre séparé).« Il n’existe qu’un seul moyen pour comprendre une autre culture : c’est de la vivre. »Toutes les références scientifiques qui ont été un pur bonheur de lecture.«Les nombres négatifs. La conceptualisation d’un manque. La conscience continue d’évoluer et de s’affiner, et l’enfant découvre les intervalles. ….. La conscience ne s’arrête pas en si bon chemin. ….. Alors elle conçoit une opération totalement absurde comme l’extraction de la racine, qui aboutit aux nombres irrationnels. ….. L’ensemble des irrationnels est infini. … Il précipite la conscience dans l’incommensurable. » L’écriture, parfois très poétique.« Lire la neige revient à écouter de la musique. Et commenter oralement une lecture reviendrait à disserter par écrit sur un son. »Moi qui aime lire goulûment, comme pressée par le temps, je n’ai pas pu agir ainsi avec ce livre … Il m’a imposé son rythme, m’a obligée à savourer chaque mot, chaque phrase, chaque image …. me procurant ainsi des émotions variées qu’il m’a fallu digérées pour avancer …

Cassiopea
15/02/12
 

Ce fut pour moi une très belle lecture. Je n'ai pas vraiment été attiré par son côté thriller, je l'ai perçu plutôt comme un moteur pour faire avancer l'histoire. J'ai adoré toute la première partie, j' ai frissonnait sous la neige, j'ai découvert le Groenland, ses habitants et une partie de son histoire. Smilla est une femme surprenante pleine de caractère, complexe et difficile à cerner, elle peut être parfois très désarçonnante.Par contre dès que Smilla monte à bord du bateau, j'ai eu l'impression que l'histoire ne tenait plus tellement debout. C'est incroyablement compliqué et tordu un vrai sac de nœud, d'ailleurs la lecture des cents dernières pages fut un peu laborieuse. Quand au style, je ne saurais dire parfois j'étais complétement sous le charme et puis un gain de sable faisait son apparition et je perdais toute magie; jusqu'à ce que je soit finalement reprise par les mailles du filet.Une très belle lecture dont je garderai un excellent souvenir.

Lacazavent
30/10/11
 

Smilla vit au Danemark et est d'origine groenlandaise. Elle décide de mener l'enquête après la mort suspecte de son petit voisin, Esajas. Bien vite, les noms qui reviennent dans cette affaire lui laissent entendre qu'il ne s'agit pas seulement d'un meurtre isolé. Au cœur de Copenhague puis d'un navire gigantesque, Smilla fait preuve d'une grande ténacité et d'aucune peur pour elle-même afin de connaître la vérité.J'ai eu beaucoup de mal avec ce roman complexe où de nombreux personnages s'entrecroisent, où l'auteure dépeint la vie des Groenlandais et du peu de considération que leur montre les Danois.Le personnage de Smilla est intéressant car atypique de par son caractère et son vécu entre une mère esquimaude et son père, un notable danois. La description des rapports entre les deux territoires est également instructive.Une lecture en demi-teinte donc mais une découverte agréable.

floaimelesmots
06/05/13
 

[...]Smilla et l’amour de la neige est un excellent polar, calme au début pour devenir de plus en plus haletant. Si vous n’êtes pas trop pris par l’actualité littéraire, accordez-vous un petit retour en arrière sur ce roman paru en 1995 (mais c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures) et qui est plein de charme, de personnages attachants et de froidure hivernale.[...]

Readingintherain
03/12/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition