Soins intensifs

BENNETT, ALAN

livre soins intensifs
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 02/02/06
LES NOTES :

à partir de
12,15 €

SYNOPSIS :

Midgley, la quarantaine indécise, a souvent rêvé de tuer son père, et dans ses rêves tout allait très vite. Quand on lui apprend que le vieil homme est à l'article de la mort, il est presque soulagé, persuadé qu'une nouvelle vie l'attend, loin du mépris et de l'emprise paternels. Pourtant, à l'hôpital du Yorshire où son insupportable géniteur est transporté dans un état grave après une attaque, rien ne se passe comme prévu : l'agonie est interminable. Midgley refuse alors d'offrir
une ultime occasion à son père d'être déçu et décide de rester à son chevet, en fils modèle, jusqu'à son dernier souffle. Mais même inconscient et mourant, le vieillard réussira à faire de ces ultimes moments partagés un petit séjour en enfer. Et alors que la libération se fait attendre, le lecteur suit avec délices la mise en scène de l'hypocrisie sociale et des difficiles relations père-fils. Soins intensifs distille au fil des pages le meilleur de l'humour british. Jubilatoire.
2 personnes en parlent

Alan Bennett fait partie de ces écrivains anglais se délectant d’histoires de vie racontées avec un flegme et un humour « typically english » comme Jonathan Coe ou bien David Lodge. Ce court roman met en boîte les sentiments d’une famille accompagnant un proche dans la mort mais qui semble plus préoccupée par ses soucis que par l’état du patient. Entre un narrateur, Midgley, le fils du mourant obsédé par une aventure sexuelle avec une infirmière et la tante Kitty, hypocrite et raciste comme personne, le mourant est encadré par des proches imbuvables et se refuse obstinément à mourir, au grand dam de cette famille ingrate. C’est un portrait au vitriol mais un peu trop « mou » à mon goût, l’humour est moins présent (par rapport à son dernier ouvrage La Reine des lectrices) et la chute basique, sans grande originalité. Certes, ce n’est pas le meilleur livre de l’auteur…

SophieC
25/08/11
 

Au départ était un scénario pour un téléfilm de la BBC. En voulant préciser sa pensée au réalisateur, Alan Bennett a rédigé son histoire en prose, ce qui donne ce court roman, au format pratique pour être trimbalé dans son sac.Midgley est un professeur d'anglais d'une quarantaine d'années, effaré devant le faible niveau de ses élèves, et l'attitude de leurs parents. En famille, il est tout autant dans le flou, a l'impression que si sa femme et son père s'entendent si bien c'est unis dans le mépris qu'ils lui portent tous deux.Advient que son père, après une attaque cardiaque sérieuse, est en phase terminale à l'hôpital. Il décide alors de le veiller jusqu'au bout, pour se montrer digne à ses propres yeux. Seulement l'agonie va se prolonger quelque peu et notre héros va faillir, une fois de plus...C'est mordant et sympathique, ça reste malgré tout un peu sommaire, ou trop court, peut-être. Sylvie Sagnes

SagnesSy
06/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.12 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition