Sorcelleries t.1 ; le ballet des memes

VALERO, TERESA ; GUARNIDO, JUANJO

livre sorcelleries t.1 ; le ballet des memes
EDITEUR : DARGAUD
DATE DE PARUTION : 10/01/08
LES NOTES :

à partir de
10,95 €

SYNOPSIS :

Trois sorcières - Fébris, Brygia et Sortilega - qui vivent dans la même vieille maison, reçoivent par erreur un bébé issu d'une plantation de choux dirigée par la fée Titania... Ce bébé fée, Hazel, va bousculer leur vie surtout que débarquent à l'improviste leur cousine Panacea et son abruti de mari, Rex ainsi que sa fille Hécate. Incarnation du monde moderne et de ses dérives, Rex ne comprend pas qu'aucun poste de télévision ne soit présent dans la maison et décide alors d'imposer le petit écran dans la vie des sorcières dépassées ! Pendant ce temps Titania, la reine des fées, tente de retrouver la trace de Hazel sans savoir
que celle-ci est hébergée chez des sorcières, ennemies héréditaires des fées... Mais tous se préparent à la grande fête de Walpurgis qui réunit le gratin des créatures de l'autre monde dont les fées et les sorcières ! Un savant cocktail d'humour, de tendresse avec une dose d'ironie sur notre société pour cette série grand public. Une occasion de se moquer du monde moderne et de ses dérives, épinglant au passage la médiatisation à outrance et le règne de la consommation. La nouvelle série du dessinateur "vedette" de Blacksad écrite par Teresa Valero qui vient de l'animation. Une série accessible à partir de 7/8 ans
3 personnes en parlent

Alors oui, c'est une bande dessinée du secteur jeunesse, mais nous sommes trois à l'avoir lu à la maison : mes deux filles et moi-même. Nous y avons toutes pris beaucoup de plaisir et on s'est bien amusées lors de nos échanges. On en a toutes fait une lecture différente. Mes Pestouilles sont restées un peu plus en surface que moi car j'ai trouvé dans ce titre, bien caché sous les gags, une large critique de notre société et de ses nombreuses dérives : consommation, ultra-connexion, culte de l'image, etc. Après tout que l'on soit sorcière, fée ou autre, peu importe. Belle brochette de personnes qui m'ont fait beaucoup rire. Les trois vieilles sorcières sont terribles. Je les adore ! Je les imagine parfaitement dans un film signé Pixar. Beaux dessins qui sont dynamiques et portés par des répliques qui font mouche. Excellente zizanie semée par une si petite et si mignonne petite fée. Elle promet également. Allez pour oublier la grisaille, allez donc faire un petit détour par le bal des mémés ! http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
14/01/16
 

La couverture est très belle, les couleurs vont parfaitement à cette histoire et les dessins la retracent parfaitement.Dès le début, nous sommes amusés de voir qu’un chat discute avec un crapaud. Ça correspond bien au monde des sorcières et ça nous met tout de suite dans l’ambiance de cette bande dessinée.En tournant un peu les pages, nous avons affaire à des sorcières totalement déjantées, amusantes avec pour chacune d’elles leurs petits caractères qui ne sont pas les mêmes pour les trois. Les fées quant à elles, sont moins drôles mais, amusantes à leur manière.Nous découvrons de nouveaux personnages dans le clan des sorcières et nos trois premières vont tomber des nues. Ces nouveaux personnages sont encore plus ingérables que nos trois petites sorcières et ils ne vont pas les épargner.Les pages se tournent et nous voulons toujours en savoir plus.Un nouveau petit personnage tout mignon va venir pointer le bout de sont nez chez nos trois mamies sorcières. Nous le trouvons attachant, mais quand nous comprenons qui il est, nous sentons venir des pouvoirs un peu spéciaux qui risquent de bien nous faire rire.À la fin, tout s’enchaîne et nous sommes tordus de rire de voir tout ce qui se déroule dans ce premier tome. Tout part dans tous les sens, nous ne nous ennuyions à aucun moment et nous avons hâte de connaître la suite de cette saga.Est-ce que j’ai aimé ce livre ?Ce premier tome est vraiment une pure merveille pour moi, que ce soit pour les dessins ou bien les dialogues, c’est un très bon moment d’humour.J’ai vraiment hâte de connaître la suite et je vous encourage grandement à lire cette saga. Méli

lesangdeslivres
20/04/15
 

Même les sorcières ont des soucis de procréation. Prenez les trois sorcières Fébris, Brygia et Sortilégia : elles doivent se rendre à la nuit de Walpurigis, comme tous les cent ans, et elles ont le moral dans les chaussettes car elles savent qu’on leur parlera encore du fait qu’elles n’ont pas d’enfants (ce sont des choses qui arrivent) et que leur nièce a mal tourné (ce n’est rien de le dire). Bref, elles se consolent comme elles peuvent, en mangeant beaucoup (trop) ou en étant hypocondriaque.Pendant ce temps, au pays des fées, rien ne va, et ce n’est pas la reine Titania qui dira le contraire (et surtout pas en vers). Les fées sont plus occupées à se crêper le chignon ou à se faire une manucure. Quant au roi, il dort ou pratique l’origami à haute dose. Il ne faut donc pas s’étonner outre mesure si la nurserie n’est pas très bien surveiller et si un bébé chou particulièrement curieux est parvenu à s’échapper et à arriver très rapidement à la maison des sorcières. Et c’est une renaissance pour les trois amies, surtout après la visite de Panacéa, qui a failli faire passer « le ballet à gauche » à sa tante préférée.Cette bande dessinée au graphisme particulièrement joyeux pour le thème de la sorcellerie n’engendre pas la monotonie. Les animaux de compagnie des sorcières – un crapaud et un chat, comme il se doit – sont particulièrement bien croqués. Sous couvert de sorcellerie, ce sont aussi les travers de notre société de consommation qui sont mis en avant, grâce au mari très humain – un vrai pro de la communication – de Panacéa.Le ballet des mémés est une bande dessinée à lire quand il fait gris et froid, idéale pour se remonter le moral.

Sharon
28/10/13
 

Format

  • Hauteur : 30.00 cm
  • Largeur : 22.60 cm
  • Poids : 0.42 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie