Stardust

GAIMAN, NEIL

livre stardust
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 15/11/07
LES NOTES :

à partir de
5,80 €

SYNOPSIS :

D'un côté, il y a Wall, paisible village niché au sein d'une calme forêt anglaise. De l'autre, le Pays des Fées, univers d'enchantements, de sorcières, de licornes et de princes sanguinaires. Entre les deux, il y a le Mur, l'infranchissable et épaisse muraille qui ceint le hameau et le sépare de Féerie. Infranchissable ? Pas tout à fait, puisque tous les neuf ans s'ouvre la
Foire des Fées qui, durant un jour et une nuit, permet aux deux mondes de se rencontrer. Dans certaines circonstances, cependant, attendre si longtemps pour pénétrer en Féerie est impossible. Car quand on s'appelle Tristan Thorn et que l'on a promis à sa belle l'étoile filante tombée du firmament de l'autre côté du Mur, aucun obstacle ne saurait s'élever contre l'amour...
5 personnes en parlent

Une belle histoire comme un conte pour les "grands", découvrir les étoiles de cette façon ne peut que laisser rêveur et donner envie de lire ce livre.Gaiman m'a laissé rêveuse avec ce livre!

Snow
09/02/11
 

Ce que l’on pourrait appeler la saisonnalité de certains registres de la littérature de genre est un concept étonnant. Le cliché le plus récurrent étant de dire d’un titre de chick lit ou d’un roman de gare qu’ils sont des lectures idéales pour les vacances, particulièrement d’été comme si les neurones fondaient comme neige au soleil. Le répit professionnel est-il forcément estival et implique-t-il fatalement une relâche intellectuelle ne prédisposant qu’à des lectures légères ? Pourquoi pas. Mais l’on pourrait tout aussi légitimement avancer que justement, c’est parce que l’on n’est pas en vacances et donc débordé de préoccupations liées au travail ou autres contingences quotidiennes que l’on éprouve le besoin de décompresser avec des lectures futiles et divertissantes. Et que c’est pendant les vacances que l’esprit est le plus disponible pour des textes plus exigeants. Bref, la saisonnalité en terme de littérature est finalement très relative ; la vraie liberté du lecteur étant de lire ce qu’il veut, comme il veut et quand il veut. Cela étant, la période des fêtes de fin d’année, terrain dès la plus tendre enfance d’un univers imaginaire foisonnant, est propice aux délices régressifs en tout genre, passant entre autres par la lecture. Accordons-nous donc à dire en dépit de la précédente démonstration que Stardust de Neil Gaiman se prête parfaitement à la saison.Ce grand... (La suite sur Adepte du livre. Amitiés littéraires.) adepte du livre

gwordia
23/12/15
 

Bienvenue dans notre troisième épisode de "Neil Gaiman revisite..." ! Après Neil Gaiman revisite le road-trip, avec American Gods, et après Neil Gaiman revisite la quête, avec Neverwhere, voici Neil Gaiman revisite le conte de fées, avec Stardust ! (Je frémis d'avance de savoir si je découvrirai bientôt un quatrième thème en autant de livres différents)Voilà, je crois que j'ai tout dit, à la prochaine !Non ? Bon, ok, je vais essayer de développer un peu. Stardust (et blablabla le sous-titre français) est un roman avant d'être un film (je précise, parce que c'est pas toujours le cas avec Gaiman). N'ayant pas vu le film, je n'en parlerai pas. Même si j'ai tout de même bien envie de l'insulter, parce qu'il a fait qu'on peut se retrouver devant une telle couverture. Définitivement, amis éditeurs, ne faites pas de couvertures de livres à partir d'images de films. Vous me direz peut-être que ce n'est pas pire que certaines autres couvertures, et je vous répondrais que c'est aussi mauvais.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
29/10/15
 

Tristan Thorn est un jeune homme apparemment banal qui vit dans un bucolique village anglais pendant l’époque victorienne. Il aime la coquette Victoria Forrester. Un jour, il voit une étoile tomber de l’autre côté du mur qui sépare son village du monde des fées. N’écoutant que son courage ou son étourderie, il part à la recherche de ce météorite pour l’offrir à celle qu’il aime. Il découvre un monde à la fois semblable et différent du notre, où le moindre objet est magique et tous les gestes ont un poids inattendu… La sorti du film est l’occasion de la réédition de ce fleuron de la fantasy. Neil Gaiman nous plonge encore dans son monde merveilleux où réel et féerie se mêlent pour le meilleur et pour le pire en ce qui concerne ses héros. Pour le meilleur seulement en ce qui concerne ses lecteurs ! Retrouvez ce livre sur le catalogue de la Bibliothèque municipale de Lillehttp://catalogue.bibliotheque.bm-lille.fr/alswww1.dll/APS_ZONES?fn=ViewNotice&q=528529

Après l'histoire de Nobody que j'avais beaucoup apprécié, j'ai décidé de découvrir un deuxième livre de l'auteur. C'est donc sur Stardust que s'est porté mon choix. Au final, j'ai passé un bon moment avec ce petit livre, vite lu. Cependant, il y a quelques petits points qui m'ont un peu gênée. Tout d'abord, j'ai apprécié l'épisode du début avec les parents de Tristan qui permet de bien expliquer les choses et de nous faire entrer doucement dans cet univers. Cependant, j'ai trouvé ces 100 premières pages quelques peu longuettes. La véritable aventure ne débutant qu'après cela. Malgré tout grâce à une écriture sympathique, humouristique et légère on atteint facilement ce passage. Ces pages passées, nous entrons donc dans le vif du sujet. J'ai beaucoup aimé cette partie où Tristan va de péripétie en péripétie. Davantage qu'un roman de fantasy, c'est un conte pour adulte que nous raconte Neil Gaiman. Il nous emporte dans un univers aux paysages fabuleux, peuplé de fées, de sorcières et autres. Les descriptions sont juste comme il faut : ni trop, ni trop peu. Si bien que j'ai particulièrement aimé les décors proposés et je m'y suis transportée sans aucun mal. Cette ambiance conte de fée fait qu'on tourne très vite les pages. Vis-à-vis des personnages, il y là un autre petit moins. Je ne me suis véritablement attachée ni à Tristan, ni à Yvaine. En vérité, je les ais trouvé assez plats. Parmi les personnages secondaires, la sorcière est assez intéressante, ainsi que Septimus et ses frères fantomes. Enfin, j'ai été un peu déçue par la fin. Tout va très vite et en deux temps trois mouvements tout est bouclé. Le retournement de dernière minute est un peu maladroit. En quelques mots : un gros plus pour l'univers magique dans lequel on est transporté, ainsi que pour l'aspect conte de fée. Mais plusieurs moins au niveau des personnages et du final.Il me reste à voir le film à présent !

Lunasirius
05/02/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg
  • Langage original : ANGLAIS