Sur les traces du serpent

BRADDON, MARY ELIZABETH

livre sur les traces du serpent
EDITEUR : JOELLE LOSFELD
DATE DE PARUTION : 05/06/08
LES NOTES :

à partir de
22,50 €

SYNOPSIS :

Intrigues familiales, morts suspectes, vengeance, un personnage injustement suspecté de meurtres sordides, un autre, véritable incarnation du Mal que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter, une femme ignominieusement trahie... La jeune Mary Elizabeth Braddon avoua avoir laissé libre cours à son imagination, et rarement un roman victorien aura en effet combiné
autant d'éléments mélodramatiques, de rebondissements, dans la plus pure tradition du roman à suspense, l'ironie à la Chartes Dickens en plus. A cela s'ajoute la présence d'un type de personnage quasi inconnu dans le roman victorien : celui du détective, dont le rôle sera fondamental pour dénouer les fils d'une histoire particulièrement machiavélique.
2 personnes en parlent

A Slopperton, petite ville crasseuse, où la grisaille règne sans partage 9 mois de l'année, Jabez North est un jeune homme respecté, et l'enfant de la ville. Sauvé des eaux de la Sloshy (évidemment boueuses), élevé dans l'orphelinat municipal, il est professeur dans l'école de la ville. Cependant, Mr North est loin d'être un homme bon. Très intelligent, il ne cessera de vouloir s'élever, s'enrichir, par tous les moyens. Beaucoup d'honnêtes gens feront les frais de son ambition démesurée, au premier rang desquels Richard Marwood, alias Dick le Hardi, natif de Slopperton lui aussi, accusé à tort du meurtre de son richissime oncle, et interné dans un asile. Mais sur sa route Jabez North trouvera un policier de rien, muet, mais à l'intelligence aiguisée et qui, s'étant pris d'amitié pour Richard, n'aura de cesse de le faire arrêter.Voilà une histoire somme toute assez banale, roman semi-policier, tableau de l'Angleterre victorienne, rien de bien original au premier abord. Et pourtant! M E Braddon tisse-là un roman dense, tortueux, sombre, mais aussi plein d'humour et au final, d'un ton très particulier. Voici quelques extraits parmi d'autres:"Le favori, Gibet, ayant perdu la course, la destinée de Dick le Hardi n'intéressa plus grand monde. On savait qu'il était enfermé dans l'asile des fous du comté, prisonnier pour la vie, ou comme le disent les licenciés en droit, tout le temps qu'il plairait au souverain de l'y laisser""Il avait été marié dans les premiers temps de sa carrière, et avait l'habitude de dire qu'il aimait mieux passer dix rounds sur le ring qu'un seul dans le salon, quand la bourgeoise vous plaque la tête sur le manteau de la cheminée et vous imprime une douzaine de versions des dix commandements sur le gras des joues."Braddon, c'est l'art de la description, des lieux, des atmosphères, des personnages. Sa plume vive, acérée, n'épargne personne. Ainsi de l'un des amis de Richard Marwood: "Ami lecteur, un avertissement: quand Mr Cordonner dit qu'il file chez les Cheerokees, il ne faut pas voir naïvement dans cette locution, "filer", la moindre expression de rapidité, même si c'est un sens qu'elle a ordinairement. Nul mortel n'a jamais vu Percy Cordonner se presser."Cette citation me donne l'occasion de d'évoquer le narrateur, qui n'est autre que l'auteur, et qui à de nombreuses occasions, interpelle le lecteur, donne son avis etc. Un procédé assez classique, mais fort bien utilisé ici, toujours à propos.La qualité principale de ce roman est peut-être aussi son talon d'achille. Je le disais, Braddon a un vrai talent pour la description pour donner vie à ses personnages et ses décors. Mais, il m'a semblé qu'elle en abusait un peu, et digressait parfois trop - sur plusieurs pages - sur des propos n'ayant rien à voir avec l'histoire. Conséquence directe: un certain manque de rythme et punch, qui rend parfois (rarement cependant) la lecture languissante. Ce sera mon petit bémol, que l'on peut attribuer au fait qu'il s'agit là du premier roman de Braddon.Que cette dernière considération ne vous détourne pas de cette auteure! Cette lecture fut plus qu'agréable, une plongée totale dans le XIXème siècle, au sein d'un éventail de personnages tous plus intéressants les uns que les autres, le tout servi par un ton ironique ou sarcastique, parfois un trop mélodramatique, mais toujours plaisant.

Choupchoup
09/04/13
 

Amateurs d'intrigues et de rebondissements en tous genres, ce livre est fait pour vous. Roman victorien au charme suranné, chaque chapitre draine son flot de personnages bien campés et l'on ne s'ennuie pas une seule seconde !

SophieC
09/03/10
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.52 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : XAVIER LEGRAND-FERRONNIERE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition