Tara duncan t.1 ; les sortceliers

AUDOUIN-MAMIKONIAN, SOPHIE

livre tara duncan t.1 ; les sortceliers
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 01/05/03
LES NOTES :

à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

Tara'tylanhnem Duncan, dite Tara, vit seule avec sa grand-mère dans le monde des nonos (les non-sortceliers). Son père est mort, tué par Magister, le Maître des Sangraves, et sa mère Selena est portée disparue. À douze ans, Magister tente de l'enlever car en tant que descendante d'un Très Haut Mage, la jeune fille pourrait lui servir à accéder à des objets démoniaques aux pouvoirs terrifiants. Tara s'aperçoit alors qu'elle est sortcelière, c'est-à-dire qu'elle détient des pouvoirs très puissants qui lui permettent de lier les sorts. Par la même occasion, elle découvre que sa mère est toujours vivante et prisonnière de Magister. Elle part alors sur AutreMonde, la planète des Hauts mages, en compagnie de Manitou, son arrière-grand-père transformé en labrador par un sort malencontreux. Sous
la protection de Maître Chen, Haut mage du royaume du Lancovit, elle y découvre les sortceliers, le malicieux Palais Vivant, les Vampyrs, les Chimères et toute une pléiade d'amis parfois inattendus. Du royaume des Limbes à l'île maudite des Roses Noires, en passant par la forteresse grise des Sangraves, Tara nous entraîne dans un univers peuplé de créatures fantastiques et baroques, à la découverte de son identité. Avec l'aide de ses amis (le jeune voleur Cal, Glorial, le demi-elfe Robin et la naine Fafnir), Tara délivre sa mère, affronte Magister et détruit le Trône de Silur, objet démoniaque. Avant de disparaître, le Maître des Sangraves lui révèle que son père était l'Imperator d'Omois. Tara est donc l'héritière de l'empire d'Omois, le plus important empire humain sur AutreMonde.
8 personnes en parlent

Tara Duncan est une jeune adolescente qui mène une vie normale... enfin presque.Elle découvre qu'elle dotée d'étranges pouvoirs quand un inconnu attaque le manoir de sa grand-mère.Tara se rend compte que bien des choses lui ont été caché depuis longtemps, elle se rend alors sur Autremonde, la planète des sortceliers et avec ses nouveaux amies ,Cal, le voleur patenté, Moineau, la descendante de la bête et Robin, le demi-elfe, et Fabrice elle est prête à tout pour arracher sa mère disparue des mains de Magister, le puissant sangrave. C'est un très bon livre captivant avec beaucoup d'humour et de suspens, que je ne peux plus quitter.Je conseille ce livre à ... tout le monde. Diana666

Kimchi
18/03/12
 

Tara est une petite héroïne française dont j’entends parler depuis des années. J’ai du tomber une ou deux fois sur le dessin animé adapté et j’ai déjà eu vent de l’enthousiasme des Taraddicts lors des dédicaces de Sophie Audouin-Mamikonian ; mais je n’avais jamais osé me lancer dans cette saga, souvent comparée à l’anglais Harry Potter. Et puis ces derniers mois, j’ai eu par deux fois l’occasion de découvrir la plume de l’auteure grâce au premier tome de ses deux autres séries : Indiana Teller et La Couleur de l’âme des anges. Les ayant appréciés tous les deux, il fallait tout de même que je me lance dans le plus célèbre des titres de Sophie Audouin-Mamikonian : Tara Duncan. Reçu grâce à un troc il y a plusieurs mois, je l’ai sorti de ma PAL il y a seulement quelques jours, à l’occasion d’une lecture commune organisée en duo avec Lynnae. La demoiselle a apparemment eu beaucoup de mal avec ce premier tome. De mon côté, même si certaines choses m’ont dérangée, je sors de cette lecture avec une impression plus positive que négative et serais même tentée de lire la suite si j’en ai l’occasion !J’ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, mais après une cinquantaine de pages, je me suis laissée porter par l’histoire, les personnages et l’univers dans lequel ils évoluent. L’intrigue n’est pas mauvaise en soi, mais disons qu’il se passe énormément de choses dans ce premier opus. Trop peut-être. En prenant un peu de recul sur ma lecture, je me suis rendue compte que j’avais découvert Tara sur Terre chez sa grand-mère, je l’ai suivie dans le Royaume de Lancovit où elle découvre tout un tas de choses, puis elle atterrit dans une nouvelle forteresse, s’enfuit, visite des marais, se bat,… Waouh ! Ça fait beaucoup et ça part un peu dans tous les sens ! Et même si l’intrigue générale est la même pour toutes, j’ai eu l’impression de vivre une suite d’aventures sans grand rapport les unes avec les autres (ou presque). Si certains tomes de fantasy sont de trop car il n’y s’y passe rien, ce n’est définitivement pas le cas dans ce premier tome de Tara Duncan ; on aurait peut-être même pu le couper en deux (ou plus) ! D’ailleurs, cette multitude de mini-aventures doit être bien pratique pour l’adaptation en dessin-animé (une aventure = un épisode)… je comprends donc mieux le pourquoi de cette adaptation !Ce sentiment de « trop d’un coup », je l’ai également ressenti au sujet de l’univers mis en place par Sophie Audouin-Mamikonian. Alors oui, le monde dans lequel vit Tara Duncan est riche… mais peut-être un peu trop riche pour un premier tome ? Encore une fois, on se plaint parfois d’avoir trop peu d’informations dans certaines introductions de saga, mais là, on est un peu trop gâtés. Entre les différents personnages, les différents statuts dans cette « société » (les sourciliers, les nonsos, les dragons…), les différentes créatures (et là, il y a de quoi faire !), les différents lieux, les différentes coutumes… Fiou ! Ah c’est intéressant, il n’y a pas de doutes, mais on s’y perd un peu. Si le livre avait été coupé en deux, l’impression aurait été évidemment différente et on se serait peut-être sentis moins noyés sous le flot d’informations… J’ai bien vu qu’il y avait un lexique à la fin de mon livre de poche (et des cartes au début), mais j’avoue que moi, ça me gonfle de toujours aller voir dans les dernières pages pour avoir une définition ; ça casse le rythme de ma lecture. Pour comparer avec Harry Potter (car beaucoup le font alors je mets mon grain de sel), je trouve que Rowling s’en sort plus subtilement pour introduire les éléments et créatures magiques de son monde. Sans lexique, sans définition bête et méchante, on comprend, simplement en lisant les tomes qui se suffisent à eux-mêmes. Je ne dis pas que Sophie Audouin-Mamikonian n’y parvient pas, mais qu’elle n’y parvient pas souvent donc ça manque un peu de fluidité de ce côté-là.Pour en revenir à la comparaison avec Harry Potter, je trouve qu’elle est parfois exagérée et que certains trouveraient n’importe quel mini-élément pour « descendre » Tara Duncan. Oui, c’est une histoire de sorciers, oui, un des professeurs est bizarrement proche du comportement de Severus Snape… mais il ne faut pas non plus vouloir à tout prix voir du plagiat où il n’y en a sans doute pas. Je pense par exemple au serment inviolable fait par deux des personnages de SAM, étrangement similaire à celui fait par Severus Snape dans Harry Potter… Oui, sauf que le premier tome de Tara Duncan date de 2003 alors que ce passage est découvert dans le sixième tome des aventures du petit anglais, publié en 2005. Si « plagiat » il y a, ce n’est peut-être pas dans le sens cité précédemment… De toute façon, dans le domaine de l’Imaginaire souvent inspiré des mythologies (pour les créatures comme les nains, les elfes…), les sources sont les mêmes pour tout le monde… alors difficile de faire preuve d’une originalité sans faille.Quant au style de Sophie Audouin-Mamikonian, je le trouve assez reconnaissable. Il y a en effet beaucoup d’humour et de références à notre monde contemporain (ce que j’avais déjà noté dans Indiana Teller et La Couleur de l’âme des anges). C’est fluide, parfois très amusant… en bref, c’est une lecture détente. A noter (j’en parle car je l’ai vu relevé plusieurs fois sur la toile) que la formulation des sortilèges est particulière : une sorte de latin vulgarisé (en gros, des « -us » sont ajoutés comme terminaison des mots ; par exemple : « Par le Decorus orne-toi, de mes symboles illumine-moi ! »). Alors oui, ça fait un peu grincer des dents au départ (bien que je ne sois pas du tout latiniste) mais je pense qu’il faut prendre ça au second degré. D’ailleurs, je pense qu’il faut prendre l’ensemble de ce premier tome et de la saga à la légère. SAM n’a pas la prétention de nous offrir une étude anthropologique des tribus Papous, juste de nous détendre et de nous amuser. Comme les adultes cherchent la petite bête et sont souvent « prise de tête », je comprends que cette saga plaise davantage à la jeunesse.Pour résumer ce qui a été dit précédemment : des points positifs et intéressants se transforment en points négatifs car utilisés avec excès. Mais j’ai tout de même passé un moment assez agréable et je pense que les plus jeunes adoreront car savent davantage se laisser porter sans se poser trop de questions…

DameMeli
16/02/12
 

j'adore! J'adore cette série depuis que je sais lire. je trouve ces personnages entraînants et après avoir lu le 1er tome, j'ai attendu la suite et depuis je n'ai plus décroché. j'attends avec impatience la suite du tome 8.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

On est tout de suite en terrain connu, pour peu qu'on ait déjà lu un peu de Fantasy par ailleurs. Les dragons qui sont fous de l'or, les elfes, les nains, etc. tout est conforme à ce que l'on sait, les bases sont solides et fiables.Et puis il y a notre héroïne, Tara'tylanhnem. Douze ans et en guise de cicatrice-éclair une mèche blanche qui crépite lorsqu'elle tisse un sort, en guise d'oncle et tante revêches une grand-mère super pas marrante et froide comme la Manche l'été à Cabourg. Les points communs avec le petit binoclard ne manquent pas, sauf que ce sont plutôt des hommages, des clins d'oeil, et qu'on peut retrouver aussi des petites allusions à Stargate ou autre Star wars.Mais l'histoire ?En danger sur la terre, Tara , alors qu'elle découvre à peine ses pouvoirs et ne sait encore absolument pas comment les maitriser, est envoyée sur Autremonde le temps que sa grand-mère sécurise la maison. Elle s'y fait quelques très bons amis, quelques ennemis féroces, et découvre sa vraie nature et son rang : ouille ouille ouille tout cela ne va pas sans mal... http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
28/10/15
 

Une chose est sûre, lorsque j’ai acheté ce premier tome des aventures de Tara Duncan, ce n’était pas à cause de sa couverture. Parce que celle de la première édition était vraiment moche et le résumé ne donnait pas envie. La raison de l’achat était très simple : c’était les vacances d’été, j’avais 14 ans, je lisais énormément et j’avais épuisé le rayon littérature jeunesse du centre commercial à proximité. Il ne me restait plus que ce livre… que j’ai acheté… et je ne l’ai pas regretté !Je préviens tout de suite, car la plupart d’entre vous en a entendu parlé, et la première chose qui revient sur le tapis est : « ça ressemble à Harry Potter en moins bien ». Alors, oui, il existe de nombreux points communs entre les deux sagas, à commencer par les héros respectifs. Tara (tout comme Harry) entame à peine l’adolescence lorsque d’étranges évènements surviennent. Poursuivie par Magister (un Voldemort nettement moins classe qui ne souhaite pas la mort du héros mais tellement plus drôle !), elle découvre alors un monde où les mythes et légendes sont bel et bien réels : Autremonde. Tara y apprend qu’elle est l’héritière du trône d’Omois (ce qui est identifiable grâce à sa mèche blanche tranchant sa chevelure blonde, c’est plus fashion qu’une cicatrice sur le front) et qu’elle est la plus puissante sortcelière jamais vue. Du coup, forcément, toute cette puissance attire… les garçons ? Certes mais je dirais surtout les ennuis. Heureusement, dans ses aventures elle n’est pas seule (c’est rarement le cas pour les héros de livres en même temps) et ses amis seront là pour la soutenir (sinon, à quoi ils servent ?).Pour avoir lu les deux séries en parallèle, je trouve que les univers de Sophie Audouin-Mamikonian et de J. K. Rowling sont au final très différents. Chaque personnage de ce premier tome a une personnalité bien à lui, ce qui permet de bien les différencier. Cela est facilité par le côté un peu cliché. Tara, petite blonde intimidée par toutes ces nouveautés, a ainsi pour principale rivale Angelica, une belle brune aristocrate au sale caractère. Robin, le demi-elfe, est le beau gosse du tome. Alors forcément, notre petite bave un peu dessus...La trame principale est la suivante : Tara, en tant qu’héritière impériale est la clé pour accéder aux objets démoniaques. Or, Magister souhaite y accéder car ces objets lui permettront de dominer AutreMonde. La solution est donc la suivante : il lui suffit d’enlever Tara. Sa tâche ne sera pas aisée, pour ne pas dire impossible.Le style d’écriture est ici vraiment très simple, ce qui en fait un ouvrage idéal pour les adolescents. Le roman comporte également de nombreuses références aux séries, musiques et évènements qui ont marqué la période à laquelle il est sorti. De ce fait, je peux comprendre qu'une partie de ces références n’atteignent pas spécialement tous les lecteurs. Néanmoins, qu’elles nous parlent ou pas, on ne s’ennuie pas pendant la lecture.Drôle et prenant, Les Sortceliers est le premier tome d’une série que j’apprécie beaucoup, même encore aujourd’hui, plus de dix ans après l’avoir commencée. Sophie Audouin-Mamikonian pose ici les bases d’une histoire qui promet. Pleine de rebondissements et de personnages attachants, Tara Duncan est avant tout une série que je conseillerais à un public jeune. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
25/08/14
 

Je me suis laissé tenter par les aventures de tara duncan, en espérant me retrouver dans un univers completement fou et completement sorcier ! J'ai aimé l'histoire, tara m'a plu, mais je dois avouer qu'il manque un petit quelque chose, je ne suis pas totalement laissé emporter, et je trouve ça dommage, je lirais le second tome mais pour moi il manque un truc, peut etre un peu de farfelue, de suspense.a voir pour le second tome...

guibl22
20/10/13
 

j'adore! J'adore cette série depuis que je sais lire. je trouve ces personnages entraînants et après avoir lu le 1er tome, j'ai attendu la suite et depuis je n'ai plus décroché. j'attends avec impatience la suite du tome 8.

(...) C’est… sympa. L’histoire est entraînante et j’aime beaucoup les personnages. J’ai un petit faible pour le personnage de Cal, l’un des membres du groupe d’amis jeunes sortceliers de Tara. Fervent défenseur des justes causes, le jeune homme est également un aspirant voleur, débrouillard, filou et très drôle. (...)

constance93
21/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.52 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie