Tentative d'epuisement d'un lieu parisien

PEREC, GEORGES

livre tentative d'epuisement d'un lieu parisien
EDITEUR : CHRISTIAN BOURGOIS
DATE DE PARUTION : 17/01/08
LES NOTES :

à partir de
5,05 €

SYNOPSIS :

En octobre 1974 Georges Perec s'est installé pendant trois jours consécutifs place Saint-Sulpice à Paris. A différents moments de la journée, il a noté ce qu'il voyait : les événements ordinaires de la rue, les gens, véhicules, animaux, nuages et le passage du temps. Des listes. Les faits insignifiants de la vie quotidienne. Rien, ou presque rien. Mais un regard, une perception humaine, unique, vibrante, impressionniste, variable, comme celle de Monet
devant la cathédrale de Rouen. Les mille petits détails inaperçus qui font la vie d'une grande cité - d'un quartier dans une grande cité. Les innombrables variations imperceptibles du temps, de la lumière, du décor, du vivant. Autobus, chiens, passants, touristes. " Ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. " Ce texte magistral dans l'oeuvre de Perec figure à présent au rang des classiques.
2 personnes en parlent

Perec, une fois de plus, travaille sous contrainte, à savoir, dans ce court écrit, la volonté d'observer un lieu de Paris, la place Saint-Sulpice en l'occurence, et de le décrire de façon exhaustive durant trois jours depuis la terrasse d'un café.Le résultat est un étonnant patchwork d'instants de vie, de passages, une réflexion sur le temps, un poème finalement.Perec transforme ce qui de prime abord peut prendre des airs de facétie en véritable ode au passage du temps, à Paris, à la contemplation aussi. Une curiosité à ajouter à sa réflexion sur l'infra-ordinaire. Maltese

Maltese
05/02/09

Georges Perec s'installe au café de la Mairie, place Saint Sulpice à Paris, et se donne comme contrainte de raconter tout ce qu'il voit, les gens, les bus, les voitures...A l'origine, ce texte parut en 1975. Il est extrait du Pourrissement des sociétés, n° 1/1975 de la Revue Cause commune dirigée par Jean Duvignaud. Et ce texte exerce comme une fascination chez le lecteur, comme une suite de petits détails insignifiants qui font un tout, un texte, ponctué de pointe d'humour très oulipien. Un texte qui n'a pas pris une ride... Le Café de la Mairie est toujours place Saint Sulpice... laurence

laurence
26/01/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.06 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition