Terre noire t.1 ; les exiles du tsar

HONAKER, MICHEL

livre terre noire t.1 ; les exiles du tsar
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 02/02/09
LES NOTES :

à partir de
13,00 €

SYNOPSIS :

Jeune compositeur, stepan réjouit par sa musique l'esprit du tsar. Mais tant de succès dérange. alors. le jeune homme est accusé de complot contre le pouvoir. en russie, il n'y a pas de place pour
les traîtres. stepan doit quitter ses terres d'ukraine qu'il chérit tant: le sombre domaine de terre-noire: et abandonner sa seule alliée, natalia. très vite, son exil prend la couleur de la haine.
5 personnes en parlent

1887, Saint-Pétersbourg.Stephan Tchakarov est un jeune compositeur talentueux. Orphelin recueilli par la puissante famille Danilov, l'amour que lui porte sa mère adoptive attise les convoitises et les rancoeurs.À la mort de cette dernière, les complots surgissent, fomentés par les membres de sa propre famille.Disgrâcié, banni de Russie par le Tsar, Stephan se réfugie à Paris où il espère lancer sa carrière et écrire l'opéra qui sera son chef d'oeuvre.Belle histoire d'amour (tah-tah !), de trahison (tah-tah-taaah !) et de vengeance (tah-tah-tah-taaaaah !!!!) écrite sous la forme d'un journal intime.

Un roman bien sympathique, il est intéressant et original, ce fut une bonne lecture qui me donne suffisamment envie de poursuivre la série, même s'il lui manque un peu d'actions pour être pleinement apprécié. J'adore l'auteur et je suis ravie d'avoir découvert un autre de ses romans.Le premier atout de ce roman est son aspect psychologique, les liens entre les personnages, leurs évolutions, la manipulation exercée par Kusak. Tout est soigneusement orchestré et travaillé pour nous plonger dans les pensées des personnages, dans leurs émotions, leurs plans machiavéliques ou leurs idées bénéfiques. J'ai apprécié cette plongée dans les sentiments de deux protagonistes principaux, Natalia et Stepan, car très vite, on arrive facilement à s'attacher à eux.Le deuxième atout de ce roman, ce qui me l'a rendu si sympathique et prenant, c'est son originalité. Il parle de musique, de la musique de cette fin du 19e, bien exploitée avec l'Opéra, j'ai adoré cette ambiance, les tourments de créateur de Stepan, son envie de créer des mélodies autour de Hamlet. Son rêve de devenir célèbre est beau, on sent qu'il est doué et que ce don le rend extraordinaire. Malheureusement, il lui manque une certaine humilité. Il devient sombre, haineux, exilé, ce qui se comprend, il est quelque peu égoïste. Ce personnage principal est un peu une sorte de anti héros, ce qui est intéressant à suivre et original, il est humain, ni bon ni mauvais, impertinent et courageux, loyal et franc, ni pour le tsar ni contre et malgré tout, il est entraîné dans un complot dont il finira exilé et proscrit.Autre originalité, c'est le fait de parler de la Russie de cette époque, avec le tsar, avec ses spécificités culturelles et de mœurs, j'étais très captivée par la vie de Natalia, j'aurais demandé encore plus de détails sur cet univers qui m'intéresse vivement. Il est différent de notre pays à cette même époque, du coup, le roman se révèle passionnant dans les détails qu'il fournit sur le sujet. D'autant plus que le style de l'auteur apparaît agréable à lire et soigné. Les descriptions sont riches et fouillées, j'ai déjà abordé ce point à travers la psychologie et les émotions. Les lieux et les ambiances sont eux aussi forts et bien décrits, il en va de même pour les dialogues, ils sont peu nombreux, mais dans ce contexte de lettres et d'extraits de journaux intimes, ça passe tout seul.Il y a peu d'actions, toutefois, ça passe également, je me suis très peu ennuyée. En revanche, j'admets que pour ceux qui apprécieraient les rythmes effrénés, ce livre ne les contentera pas, d'autant plus que l'élément déclencheur se situe très loin dans le roman. Bien sûr, il y a des éléments permettant de rester intriguée durant tout ce temps, on se doute bien qu'il va se tramer quelque chose de grave, cependant, j'avoue que j'attendais avec impatience ce basculement.Les personnages autres que Natalia et Stepan sont fascinants. Natalia est forte, caractérielle, intelligente, douce et j'ai adoré lire les passages où elle est l'héroïne principale, ce fut de bons moments. Pour la simple et bonne raison que sa famille est fortement captivante. Volodia, son frère, est un peu fou et le fait d'avoir été un peu mis de côté par leur mère pour le fils adoptif Stepan, l'a rendu amère et jaloux de celui-ci. La sœur, Olga, m'a beaucoup touchée par son aveuglement, elle est dévouée à Kusak sans s'en rendre compte et son malheur est touchant. La mère est dotée d'un caractère fort, elle est la pierre angulaire de la famille et son départ va mettre en lumière les atrocités pensées par Kusak, le mari d'Olga. Cet homme est violent, manipulateur, mégalomane, cupide et avide de pouvoir, il manipule sa femme, Volodia, mais il ne parvient pas à faire courber Natalia. Ce sont des personnages humains et intéressants que nous offre l'auteur.En conclusion, j'ai passé un bon moment avec ce roman, il devient très vite prenant malgré son défaut d'être lent à se mettre en place. Les protagonistes sont riches et fascinants, l'intrigue gagne en originalité par le cadre choisi, l'histoire se révèle passionnante au fil des pages. La manipulation et la psychologie prennent une place importante par l'emploi de la première personne du singulier, par cette forme de journal intime et de confessions en lettres envoyées. Je serais ravie de pouvoir lire la suite comme de pouvoir continuer à découvrir les romans de Michel Honaker, car son style est toujours aussi fluide et passionnant à lire. Il n'y a pas d'âge pour apprécier les belles histoires...

Ewylyn
20/01/16
 

Une série de prime abord destinée aux ados mais peut s'adresser à n'importe quelle catégorie d'âge. On suit les mésaventures du jeune Stepan, compositeur virtuose mais orphelin, adopté par une grand famille russe. Amour, jalousie, complots, forment la trame de ce premier opus qui réunit tous les ingrédients pour tenir le lecteur en haleine. Le héros, qui a su se démarquer de sa riche famille adoptive par la musique, va vite se rendre compte qu'être trop admiré se paie cher. Des fastes de Saint-Pétersbourg à la lumineuse Florence, Stepan va essayer de survivre comme il le peut sans oublier celle qu'il aime... J'ai adoré ce premier tome, d'abord l'action se déroule en Russie sous le règne de d'Alexandre III, un monarque assez autoritaire qui avait coutume de déporter les opposants à son règne dans les mines de sel. Ensuite le héros est un jeune musicien, élève de Tchaïkovski, qui nous fait partager sa passion d'écrire des opéras. Un dosage savant entre amour et vengeance, complots et tragédies. Les personnages sont attachants que ce soit le héros ou les crapules. J'appréciais déjà cet écrivain par sa série "l'Odyssée", l'aventure russe est également une réussite !

madoka
13/05/13
 

Matilda a le don pour repêcher dans ma wish-list des titres qui m’étaient totalement sortis de la tête, et je dois dire qu’elle fait plutôt bien, puisque si je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce roman, je l’ai tout de même trouvé fort plaisant !Beaucoup d’éléments m’ont plu dans ce premier volume, et j’y reviendrais, mais je veux commencer par me débarrasser des quelques éléments qui m’ont empêché de faire de cette lecture, un coup de cœur.En réalité, je ne peux pas réellement parler de défaut puisque tout ce que j’ai à reprocher à ce bouquin est d’être trop jeunesse. Or il ne prétend à rien d’autre et c’est moi qui suis trop exigeante sur ce point. L’intrigue est ultra-simple et se met rapidement en place ; quant aux personnages ils sont également assez basiques dans leur comportement ou dans les sentiments qu’ils éveillent chez le lecteur. On se prend aussi rapidement d’affection pour les deux héros, partageant leur soif de justice et de vengeance, qu’on déteste les « méchants ». Mais ça n’est finalement pas un problème. On se laisse porter gentiment par l’histoire et c’est plutôt bien agréable.Les deux persos principaux sont donc forts sympathiques bien que Natalia me semble un peu trop libérée pour l’époque et son rang et que Stepan (Rhaaaa Stepan, il est encore un peu lisse, jeune, mais il y a du potentiel chez ce jeune homme…) m’ait parfois un peu agacée par son impulsivité. Mais là encore, rien de vraiment dérangeant.Ce qui m’a gênée en revanche, c’est l’évolution de leurs sentiments que j’ai jugée beaucoup trop rapide, trop simple. Leur prise de conscience arrive bien tôt et sans réel cheminement. Même s’il était évident dès les premières lignes que cela se produirait, j’attendais quelque chose de plus lent, progressif. Là, ça tombe un peu comme les cheveux sur la soupe et du coup, ça perd aussi un peu en puissance, en capacité à émouvoir le lecteur. J’aurais aimé que l’auteur prenne son temps pour faire évoluer ses deux personnages.Voilà donc, le seul véritable point négatif que je retiens de ce roman, mais qui est finalement surtout dû à l’âge auquel j’ai découvert ce récit. J’imagine que le jeune lecteur auquel e roman est destiné n’aurait pas envie de se farcir des pages et des pages d’hésitations et réflexions sur l’autre.Du côté des points positifs, j’ai beaucoup aimé le format, rappelant celui de Dracula : extraits croisés de journaux intimes et divers autres documents. Cela offre une bonne alternance des points de vue et puis j’ai bien aimé la référence, même si elle n’existe que dans ma tête, parce que j’imagine que bien d’autres romans ont été ainsi écrits.Le cadre, ensuite, m’a beaucoup plu évidemment. Déjà parce que l’on se situe au XIXème siècle et puis pour le dépaysement offert par l’auteur. Je n’ai jamais lu de roman russe ou se déroulant dans ces contrées, et pour une première expérience c’est plutôt réussi. Michel Honaker rend ces lieux très vivants, ancrant dans le récit plein d’éléments tirés du réel, et reprenant certains codes de la littérature russe, comme affubler ses personnages de divers surnoms, par exemple. J’ai d’ailleurs aimé les quelques notes en bas de page, qui sans être envahissantes, nous expliquent certaines de ces coutumes, ainsi que les points historiques ayant un rôle à jouer dans l’intrigue.Et puis tout simplement, comme évoqué plus haut, malgré sa simplicité, je me suis laissée prendre au jeu de l’intrigue et je tournais les pages sans me forcer, avec un plaisir non dissimulé. Cela fait du bien, parfois, de s’offrir une petite lecture tout en légèreté.Bref, un ouvrage fort charmant qui me donne bien envie de connaitre la suite.

un flyer
19/06/11

En 1887, tout semble sourire à Stepan, jeune compositeur en pleine ascension. Mais son succès finit par en agacer plus d'un et Stepan est victime d'un complot qui vise à faire de lui un terroriste oeuvrant pour la révolution. Condamné à l'exil, Stepan doit fuir son pays pour échapper à la police russe et à ses ennemis. Sa bien-aimée et soeur de lait Natalia, quant à elle, doit lutter contre le despotismede son frère qui veut lui faire épouser un prince russe.C'est un vent slave qui souffle sur ce livre ! Honaker signe ici une brillante et flamboyante saga qui nous entraîne, aux côtés du héros Stepan, de la Russie à l'Italie en passant par Paris. Les moeurs de la société russe du XIXe siècle sont bien rendues, on sent bien la révolte qui gronde dans le peuple contre le tsar et la cruauté des puissants. Si le style épistolaire n'est pas mon préféré, je n'ai cependant pas été gênée par celui-ci pendant ma lecture et il ne rend pas le roman trop artificiel. Au contraire, je dirais que la multiplication des points de vue, surtout ceux de Stepan et de Natalia, confère au roman une certain foisonnement qui lui va bien !

mlejteferaisdire
09/12/09
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie