Testament a l'anglaise

COE, JONATHAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 14/11/08
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d'écrire la chronique de cette illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l'Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations... Et
si la tante Tabitha disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillés ? Par une nuit d'orage, alors que tous sont réunis au vieux manoir de Winshaw Towers, la vérité éclatera... Un véritable tour de force littéraire, à la fois roman policier et cinglante satire politique de l'establishment.
15 personnes en parlent

Ce livre dépeint avec humour et cruauté l'aristocratie anglaise. Je partage les avis exprimés précédemment.Livre très réussi et prenant.

Ninie
16/01/09
 

Transformant chaque destinée de ses personnages en une fable cruelle sur les milieux politique et médiatique, Jonathan Coe réussit un livre aussi étonnant que palpitant. Satire sociale et réquisitoire en règle contre le thatcherisme, ce livre n'en reste pas moins passionnant car il associe avec brio de nombreux genres littéraires (policier, thriller, psychodrame, romance, (auto)biographie, etc.) rendant ainsi le récit alerte et captivant sans jamais se départir d'un ton ironique d'une irrésistible drôlerie.Toutefois, la diversité des narrateurs, la fragmentation du temps et la profusion des personnages rendent l'immersion dans le récit difficile dans un premier temps, mais ces difficultés disparaissent une fois la lecture bien entamée.

Kara
14/01/09
 

"Cinglante satire de l'establishment, passionnante comme un polar et teintée d'un humour très british" : tout est dit !Chacun des membres de cette grande famille s'est distingué dans un milieu peu recommandable, et derrière l'ensemble de ces récits très documentés, se noue en plus un suspense qui tient jusqu'au bout...

isabelle
14/03/09
 

Excellent livre. Il y a des passages vraiment à se tordre de rire (l'auteur tentant d'écrire un roman pornographique, un passage télévisé raconté de deux points de vue différents). Je rejoins les commentaires ci-dessus

faberis
12/02/09
 

Je suis devenue accro à Jonathan Coe ! Testament à l’anglaise est un régal. Une famille d’aristocrates anglais complètement pourris symbolise à elle seule les pires tares de l’humanité : l’arrivisme forcené, la passion du pouvoir, de l’argent, l’écrasement de son prochain pour mieux arriver à ses fins…tout y est ! La première partie du livre nous dévoile chaque personnage dans ses activités lucratives. Politique, agro-alimentaire, média, chacun exerce avec talent sa rapacité et sa recherche de pouvoir. Les chapitres dédiés aux Winshaw alternent avec des passages relatant la vie et l’enfance de l’écrivain Michael Owen, lui-même narrateur de ces chapitres. Je me suis souvent demandée où l’auteur voulait en venir, la première partie fait penser à une assemblage de souvenirs, ou de plusieurs nouvelles indirectement liées. Connaissant Coe je jubilais d’avance à l’idée de découvrir sa conclusion, et je n’ai pas été déçue ! La seconde partie, plus courte, nous conduit à un dénouement à la fois délirant et inéluctable. On se passionne dès les départ pour l’intrigue et ses odieux personnages, et le final oscille entre la tragédie et une caricature du Cluedo. Un pur bonheur !

un flyer
13/02/09

Avec ce roman, je découvre Jonathan Coe et j'avoue avoir beaucoup apprécié son style et l'originalité avec laquelle il traite son intrigue. Il arrive à faire cohabiter des personnages relativement antipathiques, des personnages qui graviteront tous à un moment ou à un autre dans les plus hautes sphères de l'Etat, ce qui lui permet dans le même temps d'évoquer l'évolution politique du Royaume-Uni sous l'ère Tatcher dont il brosse un portrait plus que critique, "cynique" étant le terme relevé dans bon nombre d'avis, allant de l'impact de la réforme du système de santé au rôle du pays en amont de et dans la première guerre du Golfe. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
02/02/12
 

J'ai découvert l'auteur à travers ce livre et j'ai tout de suite été emballée. Tout d'abord par l'histoire elle-même avec cette sorte de jubilation cynique à décrire l'Angleterre de cette époque (l'action se passe sous Thatcher), des personnages désabusés et des situations qui frisent parfois le grotesque... Ensuite j'ai été bluffée par la construction du récit, une histoire à tiroirs à différents niveaux de lecture qui finit par former un tout cohérent et cruel. Une satire des années 80 dans un style brillant et enlevé. Une vraie réussite !

Ikebukuro
16/04/11
 

1942, l’avion anglais piloté par Godfrey Minshaw est abattu par les Allemand. Sa sœur Tabitha pense qu’il s’agit d’on complot orchestré par leur frère Lawrence. Dans les années 1980, elle fait appel à un écrivain peu connu Michael Owen afin d’écrire la fresque de sa famille et de rétablir toute la vérité sur le décès de Godfrey. Sur plus de quarante ans, la saga familiale des Winshaw nous est racontée par des subtils allers retours dans le temps ainsi que la vie de Michael Owen. Ecrivain tombé dans un état léthargique pendant plusieurs années, il décide de continuer son travail commandité par Tabitha . Internée pendant plus de vingt sans, toute sa famille considère Tabitha comme un folle hormis son frère Mortimer. La seconde génération des Winshaw s’illustre dans tous les domaines de la vie anglaise : politique, économie, industries agro-alimentaires,banques, art et médias. Mais toujours de façon douteuse. Il s’agit de requins louvoyant sur l’argent, la gloire et qui ne font pas dans les bons sentiments. Solidaires entre eux, ils se renvoient l’ascenseur et se retrouvent à la tête de postes importants même s’ils n’ont pas les compétences nécessaires.Avec beaucoup d’humour, Jonathan Coe nous décrit les failles, les dérives du tatchérisme et dresse un portrait sans complaisance de ses personnages (y compris Owen). L’intrigue qui sert de point de départ est résolue et toutes les imbrications sont dévoilées avec subtilité. Après La pluie, avant qu'elle tombe, j'en redemande encore !!! Mordant, pétillant et ironique, ce livre est du pur bonheur !!! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
18/02/12
 

Encore une fois, Jonathan Coe nous offre une satire sans concession de la société anglaise dans ce qu'elle a d'hommes et de femmes de pouvoir. Apparemment être riche fait de l'être humain un être cupide, sans état d'âme, et dépourvu de sentiments même les plus élémentaires (voir Mark Winshaw avec sa mère...) Les gens qui osent graviter de près ou de loin autour de la famille Winshaw y perdront des plumes... Bâti sur deux histoires, ce roman bannit les intermèdes poussifs, les explications péremptoires, et ne fournit que des informations utiles à la bonne compréhension de l'ensemble. D'un point de vue romanesque, tout y est: le policier pour les péripéties, le mélo pour le dramatique, le grain de folie pour ne pas oublier la touche anglaise! La fin est digne d'un jeu de Cluedo même si elle est carrément invraisemblable, mais elle couronne un récit bien écrit, agréablement rythmé. Un bon livre pour vos vacances. vivi

vivicroqueusedelivres
16/02/12
 

Captivé de bout en bout par cette satire sociale de la Grande-Bretagne des années Thatcher.

jlduval
18/09/09
 

Formidable satire de l'establishment anglais, précis et documenté. Un réalisme et une cruauté à s'y méprendre. Des personnages riches, originaux, et savemment construits par cet auteur génial. Ce livre doit gagner à être lu dans sa version originale, surtout pour les jeux de mots et l'humour omniprésent.Absoulment génial, fous rires et situations improbables garantis, le tout dans une écriture fluide et irréprochable.

amnesiaac
17/08/09
 

Les dix petits nègres revisités A la fois saga familiale et roman policier, je ne remercierais jamais assez l'auteur de simplifier le travail du lecteur lorsqu'il donne des outils de compréhension indéniables tels que l'arbre généalogique de la famille Winshaw. Car ce roman est dense, autant en éléments historiques et biographiques qu'en recoupements pour démêler une intrigue que l'on peut qualifier de policière.Et les personnages sont très attachants, ceux de la famille en question, mais surtout le journaliste écrivain enquêteur agoraphobe Michael Owen.Si je fais référence à Agatha Christie ce n'est pas seulement parce que les auteurs sont tous deux anglais. Mais la vieille demeure familiale où se dénoue l'intrigue est un sombre manoir où les protagonistes tombent comme des mouches par là où ils ont péchés... Comme pour "Les dix petits nègres" !Les références cinématographiques sont très plaisantes également : on souhaiterait réellement pouvoir mettre la main (plutôt les yeux) sur le film qui a marqué Michael au point qu'il se le passe en boucle sur son magnétoscope enfermé seul dans son appartement.Univers So British !Prix du meilleur livre étranger 1996. Sophie

lamamandelena
22/08/13
 

"Testament à l'anglaise" de Jonathan Coe ("What a carve up !" trad. Jean Pavans, 1995, Gallimard) est un exxxxxxxcellllllent roman de 679 pages, que tout le monde a déjà lu (sauf moi, mais c'est corrigé maintenant), donc point n'est besoin de trop en évoquer. Une famille pourrie dans l'âme qui a la main-mise sur toute l'Angleterre, une période couvrant en gros 1940-1990, des thèmes allant de la politique politicienne aux conditions d'élevage, des personnages qui ne cessent de rebondir les uns sur les autres dans une construction éblouissante, une causticité à se déchirer les yeux tellement que ça pipique, des brouettes de choses géniales dans tous les sens et un sens du récit à pleurer de bonheur : en restant dans une description minimaliste des choses, un chef-d'oeuvre, quoi. Sylvie Sagnes

SagnesSy
09/10/12
 

Personnages affreusement drôlesTestament à l’Anglaise écrit en 1996 par Jonathan Coe nous dresse le portrait d’une famille acerbe et rapace, les Winshaw, à travers un personnages chargé d’écrire l’histoire de cette famille, Michael Owen, écrivain dépressif et agoraphobe. Sa propre histoire nous est révélée, d’abord totalement décalée avec celle des Winshaw puis en totale adhésion avec...

constance93
22/04/11
 

"Il en restera un livre à scandale, au ton fielleux et vindicatif"Tabitha Winshaw, 81 ans, engage Michael Owen, écrivain névrosé et agoraphobe, pour rédiger les mémoires de la prestigieuse famille Winshaw. Tabitha, devenue folle depuis que l'avion de son frère préféré, Geodroy, a été abattu au-dessus de Berlin souhaite avant tout prouver que celui-ci a été assassiné par... son frère aîné Lawrence.Caustique, mordant, cynique, féroce, Johathan Coe signe une chronique familiale délicieusement british. C'est également plus de trente ans de politique anglo-saxonne qu'il dépeint avec brio et piquant.J'ai aimé mais pas autant que je l'aurais souhaité. Je me suis perdue parmi les nombreux personnages et la chronologie bouleversée du récit. Le ton est unique mais à force de trop sauter dans le temps, je suis tombée. Je tenterais à nouveau le coup avec un autre titre de Coe.Extrait choisi : dialogue entre Michael et Patrick, son éditeur."- Alors... je n'ai guère besoin de vous dire que nous avons un sérieux problème avec ce livre, Michael. Il est franchement diffamatoire.- Ce n'est pas un problème, répliquai-je. Je peux tout changer : les noms, les faits, les lieux, les époques. C'est seulement une esquisse, voyez-vous, c'est seulement une base. Je peux effacer mes pistes. Rendre l'ensemble pratiquement méconnaissable. Ce n'est qu'un début.- Hum, fit pensivement Patrick en se tapotant la bouche avec les doigts. Et alors, qu'est qu'il en restera, exactement ? Il en restera un livre à scandale, au ton fielleux et vindicatif, manifestement écrit dans un esprit de malveillance, et même parfois... vous me permettrez de le dire... empreint de futilité. »Je poussais un soupir de soulagement. « Donc, vous allez le publier ? »- Je pense. A condition que vous y apportiez les changements nécessaires et, bien sûr, quelque chose qui ai l'air d'un dénouement."

Theoma
01/12/09
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 0.67 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie