Tokyo

HAYDER, MO

EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 26/02/07
LES NOTES :

à partir de
7,40 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné

d'une nurse à la silhouette monstrueuse... Moeurs inavouables, violence, écrasant secret... Ce nouvel univers est pourtant familier à la jeune femme. Le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l'existence contestée datant de l'invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l'aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions...

25 personnes en parlent

Qui est Grey ? Derrière la façade de l'étudiante anglaise, qui a tout plaqué pour venir à Tokyo et rencontrer un homme censé la renseigner sur un sujet qu'elle bûche depuis neuf ans, sept mois et une dizaine de jours, qui est-elle ? De prime abord, Grey est une jeune femme mystérieuse, mal fagotée, les cheveux plaqués derrière les oreilles, obnubilée par la guerre en Chine et le massacre de Nankin par l'armée japonaise. Sans argent ni bagages, Grey accepte d'être hébergée chez Jason, dans une vieille bicoque délabrée, et trouve un emploi d'hôtesse dans un club privé, le Some like it hot. Ce ne sont pas ses charmes qu'elle offre, mais sa compagnie, sa serviabilité à servir des verres, allumer des cigarettes et faire la conversation pour égayer des messieurs venus se distraire. Cela fait passer le temps, car elle espère toujours que son professeur Shi Chongming change d'avis et accepte de la revoir pour négocier ce qu'elle attend de lui. C'est alors que celui-ci fait volte-face et propose de monnayer le précieux film qu'elle brûle d'avoir contre un autre objet de sa convoitise. Objet non identifié, bien sûr. Chongming sait d'avance que Grey parviendra à mettre la main dessus, mais où ? Dans l'antre de l'enfer. Elle doit se faufiler chez un redoutable yakuza, client du Some Like It Hot, un dénommé Junzo Fuyuki, bloqué dans son fauteuil roulant et toujours affublé de sa Nurse, une personne étrange au physique tout aussi impressionnant.Entre-temps, se mêle le récit d'un journal intime rapportant le sinistre désastre de l'automne 1937 à Nankin. C'est dans ce sombre décorum qu'on s'enfonce en retenant tantôt un hoquet de dégoût ou en haussant les sourcils de stupéfaction. Le livre peut mériter toutes les appelations, il n'en demeure pas moins bluffant. Accroché aux basques de la jeune héroïne, on découvre les travers d'un Tokyo malsain, où fleurent la transgression, la perversité et la sensualité. Et croyez-le ou non, mais impossible de décrocher ! Cette histoire est fascinante, derrière son goût de l'interdit et de l'horreur. Je ne vous cache pas qu'au début j'ai eu un peu de mal, j'étais dégoûtée, non pas par l'atmosphère poisseuse, mais plutôt par la personnalité complexe de Grey. Son jeu d'effarouchée est inquiétant, limite agaçant. (On comprend mieux après de longs, longs chapitres, mais en attendant il faut serrer les dents.) J'ai craint aussi le pire avec l'introduction de la pègre nippone, du club privé (la propriétaire a remporté toute ma sympathie, derrière sa pâle imitation de Marilyn), des locataires russes dans la grande maison abandonnée, et "du pas de deux sophistiqué" avec Jason (personnage encore plus tordu que Grey !). Or, finalement, tout se place plutôt bien, comme des morceaux de puzzle.J'ai été séduite par Tokyo, mais j'admets que c'est un roman qui peut déconcerter. Sa violence sournoise gronde longtemps avant de nous exploser dans les dernières pages, et les révélations de cette intrigue nouée sont assommantes. C'est tout à fait le genre de lecture qui ne nous épargne pas... (à lire, donc !)

Clarabel
20/02/09

4ème de couverture :Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d'une nurse à la silhouette monstrueuse... Mœurs inavouables, violence, écrasant secret... Ce nouvel univers est pourtant familier à Grey. Le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l'existence contestée datant de l'invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l'aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions...Livre violent, dérangeant et passionnant.

Ninie
13/05/09
 

Je ne pourrais pas vous dire que la lecture de cet ouvrage est aisée, sans pour autant vous dire qu’elle est d’une complexité extrême. Non, les chapitres se suivent et en eux-mêmes, ils n’ont rien de bien extraordinaires, mais mis bout à bout, c’est autre chose.D’ailleurs, je dois bien avouer que j’ai trouvé les premières pages presque un peu confuses. Il y a des chapitres où l’on est en 1937 avec le récit de ce qui se passe à Nankin et d’autres où nous sommes dans une époque plus contemporaine.Alors certes, c’est bien signalé dans l’édition grand format avec l’aide de dates et de kanji (je ne sais pas du tout ce qu’il en est pour l’édition de poche), mais c’est une approche un peu particulière car on avance en aveugle. On ne sait pas vers quoi veut nous mener l’auteur et cela pourrait presque devenir lassant.Heureusement, des pans entiers vont trouver une explication dans les pages suivantes, mais l’on reste tout de même dans le flou. C’est un peu comme si l’on avait un film dont l’image ne serait jamais vraiment nette.Ce thriller n’est pas vraiment effrayant au début, mais plus on avance dans l’intrigue, plus l’ambiance devient pesante. On approche du dénouement et là cela devient carrément intolérable !Et je pèse mes mots car j’ai lu dans une critique que ce roman pouvait vous hanter plusieurs jours après sa lecture. Et bien, cela est vrai ! Je n’ai pas lâché le livre durant les 80 dernières pages tout en étant fébrile et horrifiée. Chaque passage ou presque était plus abominable que le précédent et les révélations ultimes m’ont carrément indisposées.Je sais qu’avec les années, je suis devenue beaucoup plus sensible et les maternités n’y sont sans doute pas pour rien, mais là, c’est tout de même éprouvant. Mo Hayder est arrivée à glisser quelques menus détails qui dans mon esprit ont fait mouche à chaque fois.Les chapitres sont relativement courts et je trouve que cela pousse à en lire toujours plus. Le suspens et l’angoisse montent crescendo pour aboutir à un final qui fait que « Tokyo » peut se placer dans le genre thriller sans avoir à en rougir comme tant d’autres ouvrages qui n’ont finalement rien avoir avec ce style d’écriture.Un livre que je ne saurais que vous conseiller si vous êtes amateur du genre, mais âmes sensibles, attention, certaines scènes peuvent être difficiles. http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
23/09/09
 

Mo Hayder parvient à nous raconter une page de l'histoire sino-japonaise tout en nous faisant cadeau d'un thriller haut de gamme.En effet, j'ai découvert avec ce roman les crimes dont certains soldats japonais se sont rendus coupables durant la Seconde Guerre mondiale vis-à-vis des populations chinoises, des horreurs barbares difficilement imaginables (ce ne sont malheureusement pas les seuls à blâmer, ce type d'actes n'étant pas l'apanage d'une période historique ou d'une civilisation en particulier).Et puis, il y a ce suspens qui nous laisse quasi jusqu'à la fin émettre des hypothèses quant aux buts réels des personnages, quant à leur passé...L'auteur nous gratifie au passage d'une troublante figure maléfique, espèce de démon tout droit sorti des pires films d'horreur.Un thriller très efficace, à l'atmosphère trouble et pesante, objet d'une réflexion sur le poids du passé. Maltese

Maltese
15/09/09
 

Grey est une jeune Anglaise. Depuis l'adolescence, elle recherche un film amateur sur un drame survenu lors de l'invasion japonaise en Chine en 1937, un témoignage de torture extrême. Pour cela, la jeune fille émigre au Japon afin de rencontrer un universitaire chinois, Shi Chongming, censé le posséder. Elle est accueillie à Tokyo par un Américain et deux jeunes filles russes dont elle partagera l'appartement, et qui lui trouveront un emploi lucratif : hôtesse de luxe au "Some Like It Hot", un cabaret.L'aspect polar tarde à se manifester, mais quelques mystères sont censés ferrer rapidement le lecteur : le passé destructeur de Grey, le groupe étrange qui fréquente le cabaret où elle travaille, le "produit" à trouver en échange du film. En alternance avec la double quête de Grey, on découvre le journal intime de Shi Chongming pendant l'occupation de l'armée japonaise à Nankin, où il décrit la famine, la peur et les horreurs subies.Malgré un intérêt historique indéniable, une ambiance oppressante (autour de Grey et son petit ami, notamment), je me suis copieusement ennuyée lors de cette lecture. J'ai eu l'impression que tout traînait en longueur, que l'auteur diluait à l'excès, aussi bien l'intrigue concernant directement Grey que le passé de Shi Chongming. Ce n'est vraiment que dans les dernières quarante pages, avec les révélations de Shi, que j'ai commencé à croire aux aventures improbables de Grey, à être captivée et émue.Je pense en rester là avec l'auteur, 'Pig Island' m'ayant encore plus déçue... Canel

Canel
31/01/16
 

TOKYO de Mo Hayder Nankin 1937, Tokyo 1990, Levallois 2010 !Dès les premières lignes, Mo Hayder nous entraîne au coeur d'une horreur plus que palpable. Mais on ira jusqu'au bout car nous sommes déjà attachés aux deux héros si humains dans leur quête de l'insoutenable vérité. Mo Hayder auteur(e) si blonde et si diaphane que l'on imaginerait écrivant plutôt des romans Arlequin, crée avec grand talent des histoires bien noires. Après Tokyo, lisez Proies.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

De Grey, nous ne serons jamais le vrai prénom, mais peu importe. Le personnage garde des côtés adolescents qui parfois m’ont agacés, mais sa quête est la plus essentielle dans ce roman.J’ai découvert l’univers des bars à hôtesses japonais, version moderne des établissements à geishas où les hommes vont se saouler et rire toute la soirée pour se détendre (no comment).Mais ce que j’ai surtout découvert dans ces pages, c’est la terrible prise de Nankin en 1937 en Chine, et ce qui s’est déroulé entre les murailles de la ville affamée. Quelques années avant les terribles einsatzgruppen, les japonais si raffinés n’ont pas fait moins bien.Le passé de Grey nous est dévoilé peu à peu, son terrible secret également.Même lorsque l’auteure invente le personnage de la Nurse derrière qui se cache un tueur en série des plus retors dans ses mises en scène, ce n’est jamais gore. Tout est suggéré…..Tout concourt à maintenir le suspens et à nous tenir en haleine jusqu’à la dernière page.L’image que je retiendrai :Celle de la maison dans laquelle habite Grey avec Jason et deux russes, immense mais décrépite, avec un jardin magnifique. Alex-Mot-à-Motshttp://alexmotamots.wordpress.com

AlexMotaMots
13/05/15
 

Fascinant et terrifiant ... Ne connaissant pas bien le massacre de Nankin, ni l'univers des yakuzas, je me suis pris une claque... Il faut s'accrocher devant la cruauté et l'horreur du récit car les nerfs sont mis à contribution (j'ai réalisé pendant ma lecture à quel point j'étais tendue !)."Mo Hayder", je n'oublierai pas ce nom là de sitôt ! A mon avis, un thriller digne de ce nom.

Fabuleux! Autant pour le suspense, le lieu, les personnages hallucinants, sa construction et le style de l'auteur! Des flash-backs à l'époque de la guerre sino-japonaise à la ville de Tokyo d'aujourd'hui, tout est là pour envoûter le lecteur, à commencer par le total dépaysement de cette culture si différente. L'histoire est originale, pleine de mystères, souvent cruelle, et on s'attache rapidement aux deux personnages principaux, dont on aimerait bien changer ce destin qu'on sent se refermer sur eux inexorablement ...

CorinneG34
07/08/14
 

Grey, jeune anglaise élevée par des parents qui l'ont préservée de tous les vices et dangers de la société moderne, a tout de même réussi, adolescente, à mettre la main sur un petit livre orange qui racontait un épisode particulier du massacre de Nankin, épisode sanglant de la guerre sino-japonaise de 1937-1945. Profondément marquée par cette lecture, Grey s'est ensuite totalement investie dans l'étude de cette période de l'Histoire mondiale, au point d'être internée en hôpital psychiatrique par des parents et des médecins la jugeant folle. Pourtant un homme pourrait prouver qu'elle dit vrai. Un film a été tourné lors de l'évènement et Grey est persuadée que Shi Chongming , un vieux professeur chinois originaire de Nankin, possède ce film. Il a quitté la Chine et vit désormais au Japon. Sur un coup de tête, la jeune femme débarque donc à Tokyo, sans argent et sans bagages, juste pour voir Shi Chongming le convaincre de la laisser visionner le film. Mais elle se heurte à un mur. Shi Chongming nie l'existence du film et la chasse sans ménagement. Désemparée et sans ressources, Grey croise par hasard la route de Jason, un jeune américain qui lui propose une chambre dans la vieille maison délabrée qu'il partage avec deux hôtesses russes et un emploi dans le bar où ils travaillent tous trois. Tenu par une excentrique fan de Marylin Monroe et fréquenté par des hommes d'affaires en mal de divertissements, le Some like it hot accueille aussi l'énigmatique Monsieur Fuyuki, chef des yakuzas, toujours entouré de gorilles et accompagné de son infirmière, la Nurse, un personnage étrange et effrayant dont le genre est incertain.C'est alors que Shi Chongming revient sur ses déclarations. Il possède bien le film et propose un marché à Grey ; un marché très très dangereux, mais la jeune fille est prête à tout pour prouver à tous et à elle-même qu'elle n'est pas folle.Loin de son univers habituel, Mo HAYDER s'est penchée ici sur le très controversé massacre de Nankin, quand l'armée japonaise, en décembre 1937, prise d'une inexplicable frénésie meurtrière, commit les pires atrocités, dévastant, tuant, violant dans le but d'éradiquer la ville et ses habitants. Longtemps censuré, cet épisode honteux est aujourd'hui peu à peu réintroduit dans les manuels scolaires et le peuple nippon a découvert avec stupéfaction et tristesse les exactions de son armée en Chine. Pourtant, la polémique perdure, les négationnistes crient au mensonge, les plus modérés revoient le nombre des victimes à la baisse. Le Japon fait difficilement face à son passé...Mais Mo HAYDER est une romancière et c'est donc sous la plume fictive de Shi Chongming que peu à peu elle dévoile l'horreur de Nankin et l'épisode, inventé, qui a bouleversé la vie du vieil homme. Les funestes pages de son journal alternent avec la quête de Grey au Japon, un Japon sombre et interlope, celui des bars à hôtesses et des yakuzas. La tension va croissante, à Nankin où Shi Chongming, jeune professeur optimiste partisan de Tchang Kaï-chek, s'apprête à être père et décide de ne pas fuir la ville malgré l'avancée des troupes japonaises. Sa femme a beau le supplier, faire les plus sinistres prédictions, il ne cède pas, persuadé que le Kuomintang saura arrêter l'invasion nippone, et, quand celle-ci semble inévitable, certain que les occupants feront preuve de mansuétude et d'humanité à l'égard des vaincus. Et aussi à Tokyo où Grey, introduite par Jason dans le milieu underground et dangereux des yakuzas tente de percer le secret d'un parrain respecté et craint que l'on dit immortel. Pour le lecteur, les questions se bousculent à propos des atrocités commises à Nankin et vécues par le professeur, à propos de Grey et des évènements qui l'ont conduite à être internée, à propos de Fuyuki et des folles rumeurs qui courent à son sujet. Passionnant, très bien documenté, finement analysé psychologiquement, Tokyo est un roman noir d'une force magnétique extraordinaire, une fois ouvert, on ne le lâche plus. Et, si le suspense monte en puissance au fil des pages, le livre est aussi une réflexion sur l'Histoire, et surtout la façon dont elle est rapportée, interprétée et parfois modifiée et remodelée par les historiens. Une lecture passionnante et indispensable.

un flyer
25/07/14

On découvre tout au long de ce livre deux histoires en parallèle. Grey, une jeune femme part à Tokyo (au Japon) sans argent pour retrouver un film prouvant le massacre de la ville de Nankin (en Chine). La seconde histoire nous livre le récit d'un survivant du massacre de Nankin en 1937 à savoir le célèbre professeur Chongming. Ce dernier a en sa possession le film que Grey désire voir. Mais pour cela, elle devra accomplir une mission pour lui...Même si j'ai trouvé l'histoire un peu longue à se mettre en route, je ne suis vraiment pas déçu de la fin. Ce livre m'a permit de connaitre une des tragédies de la Chine envahie par le Japon qui m'était alors totalement inconnu.

rpfab
04/05/14
 

Quelle lecture oppressante que ce roman où l'on navigue entre époque actuelle et année 37, entre Tokyo et Nankin, entre climat malsain et ambiance de terreur. Il y a un lien entre les deux histoires, on s'en doute, celui-ci révèle peu à peu. J'étais mal à l'aise tout le temps des chapitres se déroulant au Japon, et sentait la menace imminente lors de ceux se déroulant en Chine. C'est d'autant plus terrifiant que Mo Hayder se base sur des faits historiques réelles, les massacres de Nankin. Ladybug

Ladybug
05/01/14
 

Grey débarque a Tokyo sans aucune ressources pour retrouver un mystérieux film sur l'invasion de la Chine par les Japonais dont l'existence est contestée. Un seul homme peut l'aider a le trouver car c'est un survivant du massacre de Nankin mais il refuse de répondre a ses questions. Refusant de capituler, elle rencontre Jason un garçon mystérieux qui la fascine et qui lui trouve un travail dans un club a hôtesses et un toit où dormir dans une maison abandonnée vouée a la démolition.Dans ce club très privé Grey y cotoiera des yakuzas et un étrange infirme accompagné d'une nurse monstrueuse. Et tout cela la remettra sur le chemin de ce mystérieux film.La première question que je me pose en lisant le livre: est que ce livre est vraiment un thriller? Pour moi non, c'est un livre d'atmosphère et une atmosphère plutôt lourde et oppressante. Tout les personnages cachent de très lourds secrets et nous emporte dans ce Tokyo underground où on a intérêt a avoir le coeur bien accroché.Mo Hayder nous happe des les premières pages dans un tourbillon de violence et ne nous lâche qu'au dénouement final . Malheureusement , une fin que l'on devine .C'est un livre dérangeant, dans le bons sens du terme, qui nous pousse a nous poser des questions .Pour avoir réussit a m'emporter dans cet univers baroque et me faire découvrir des personnages complexes et complètement barrés , je met un 7/10. http://desgoutsetdeslivres.over-blog.com/

Zembla
26/10/13
 

J'en ai beaucoup apprécié la lecture même si le sujet est très dérangeant. Il est, en effet, toujours difficile de se confronter aux horreurs de la guerre, à croire possible que l'homme est capable de tels actes... Ici, Mo Hayder démontre ses connaissances sur l'Orient dans tous les domaines car elle a réellement vécu au Japon durant des années. Grâce à elle, j'ai découvert une des tragédies de la 2nd guerre mondiale concernant l'invasion de la Chine par le Japon.Deux histoires se déroulent en parallèle séparées d'une soixantaine d'années. Grey, une jeune femme de 25 ans déséquilibrée, part au Japon à la recherche du professeur Chinchong afin qu'il lui transmette un film prouvant un massacre avéré dans la ville de Nankin en 1937 et qui l'obsède. Afin de l'obtenir, le professeur lui confie une mission au cours de laquelle elle rencontre des personnages aussi dérangés qu'elle même, des Yakusa, Jason un jeune homme sexy mais ayant des préférences étranges... petit à petit, l'auteure distille les pages du journal intime du professeur en 1937, des détails sur le passé trouble de Grey et l'histoire réelle de la récession du Japon, de ses clubs très privés, de la mafia...C'est un excellent thriller, on ne ressort pas indemne de cette lecture !

toutatys
14/03/13
 

Comme Didier Daeninckx dans Meurtres pour mémoire , l'anglaise Mo Hayder utilise le genre du roman policier pour revenir sur un épisode tabou de l'Histoire, en l’occurrence ici les massacres perpétrés par les Japonais à Nankin.La forme est très classique (plongée abrupte dans le passé, suspense, divulgation progressive et alternée concernant le passé des deux principaux protagonistes), mais les personnages le sont nettement moins. Grey, la jeune anglaise au passé pour le moins particulier, s'est littéralement construite autour d'un épisode particulièrement barbare de ces massacres. En quête du seul film témoignant de cet épisode sanglant, elle va trouver à Tokyo un vieil universitaire chinois qui lui veut découvrir une information capitale pour lui liée à ce massacre.J'avoue avoir lu en diagonale les passages évoquant Nankin, pour établir une certaine distance avec cette barbarie et aussi pour trouver des bouffées d'air dans ce huis-clos étouffant que devient sous la plume acérée de Mo Hayder la ville de Tokyo. Cette velle je l'ai ressentie comme étant le véritable personnage central de ceroman, le seul auquel on puisse s'attacher.J'ai particulèrement aimé les descriptions nourries visiblement de l'expérience de l'auteure des paysages nocturnes. Le seul hâvre de paix dans cette jungle urbaine est la maison, gigantesque et vouée à la démolition ,où se réfugie Grey. La maison et son jardin où la végétation pousse férocement...Impression de malaise donc ,non seulement par les faits historiques évoqués mais aussi par les personnages tous troubles et dont la quête n'est pas dépourvue d'ambiguïté ...Je ne pensais pas aller au bout de ce roman mais Mo Hayder écrit d'une manière efficace et prenante cathulu

cathulu
19/01/13
 

C'est un livre assez noir que je ne classerais pas forcémment dans les trhiller... Je m'attendais à autre chose lorsque j'ai ouvert ce roman.Dans ce livre, on suit deux histoires différentes dans deux époques etpourtant un lien existe. On suit la vie de Shi chongming en 1937pendant le massacre de Nankin perpétré par les japonnais. C'est un récit très enrichissant où l'on découvre et comprend toute l'intensité du massacre. On suit également la jeune Grey qui veut absolument se prouver des choses.Je n'ai pas découvert les secrets des personnages ni la fin donc pour moi ce livre a été une bonne révélation. Par contre, je regrette comme même quelques longueurs malgré les efforts de l'auteure pour mettre du rythme et du supsens.Ce que je retiens de ce livre ? Un sentiment d'étrangeté et de noirceur. Neheteni

Neheteni
04/10/12
 

L’histoire de ces deux personnages est présentée dans des chapitres qui alternent avec ceux racontant l’histoire de Shi Chongming à Nankin au moment du massacre. Dans ces chapitres historiques, on assiste à l’approche des soldats japonais, au récit de la vie quotidienne du professeur et de sa femme pendant que ces mêmes soldats occupent la ville, puis à leur fuite.Les deux histoires vont évidemment influer l’une sur l’autre à la fin du roman et nous dévoiler progressivement la vie de ces deux êtres malmenés par la guerre et le carcan de leurs sociétés respectives.J’ai beaucoup apprécié cette alternance, car j’avoue qu’elle me permettait de souffler. Le personnage du professeur m’a semblé plus attachant (jusqu’à un certain point) que celui de Grey, mais cette lecture s’est faite dans une tension permanente.Pas une seule seconde le lecteur ne peut souffler. Il se passe toujours quelque chose ou un élément du passé est révélé, plus écœurant que le précédent.Il y a une sorte de surenchère permanente sans que cela soit superflu. L’ensemble est cohérent, et on ne pourrait rien retiré, mais comme je l’ai dit plus haut : quelle imagination malsaine !Je me demande comment Mo Hayder peut avoir inventé tout cela. L’hypothèse la plus probable est que malheureusement, elle n’a pas tout inventé, et c’est là que cela devient intéressant.Dans ce livre, j’ai appris beaucoup de chose sur le massacre de Nankin, sur l’occupation japonaise de la Chine, qui me donne envie d’en savoir un peu plus. Cela explique notamment les querelles actuelles autour des livres d’histoire japonais.Il est bien difficile d’accepter que les auteurs d’un tel massacre le passent sous silence !Il y a beaucoup de point d’exclamation dans ce billet. Il est effectivement difficile de rester insensible à ce roman, qui m’a plus par bien des aspects.La tension narrative est parfaitement maintenue, l’histoire est cohérente, la fin m’a à moitié surprise (je ne m’attendais pas à autant de perversion), c’est bien écrit et bien mené.Il reste l’aspect moral qui ne plaira pas à tout le monde.Je conseillerais difficilement ce livre, tant il est délicat, mais si vous cherchez quelque chose de beaucoup plus fort qu’Harlan Coben, un livre qui vous remue les tripes et vous fasse réagir sous des dehors policés, ce roman peut vous convenir.

Estellecalim
28/11/11
 

Lorsque j'ai commencé ce livre je ne pouvais pas savoir que j'allais me sentir aussi mal en le lisant. Ce thriller est aussi fascinant qu'il est morbide... L'histoire est formidablement bien construite, le personnage de Grey est torturée, elle est seule dans une ville qu'elle ne connait pas et elle doit y refaire sa vie, mais pourquoi? qu'a-t-elle à cacher? C'est avec cette question en tête que l'on avance progressivement dans la lecture de ce thriller. Et lorsqu'on le finit on se retrouve avec ce malaise qui ne peut pas nous quitter...J'ai adoré ce livre, mais il faut dire qu'en le lisant, peu de choses sont épargnées au lecteur! si vous avez le cœur bien accroché, foncez!

seriephile
22/10/11
 

Malgré des allers et retours incessant entre présent et passé qui tiennent en haleine, j'ai trouvé cette construction lassante au bout d'un moment. Pour moi le texte n'est pas équilibré, il est dommage que les épisodes sur Nankin ne soient pas plus développés et de plus, je ne me suis absolument pas senti concerné par l'horreur dégagé par certains passages.Ni polar, ni thriller mais un roman dont on ne peu nier la part autobiographique évidente.Peut-être a-t-elle trop voulu romancer la réalité ? Il y a trop d'énigme autour des personnages et de leurs motivation, Dommage.

Lacazavent
13/10/11
 

C'est un livre saisissant dans lequel la tension monte au fil des pages. Pour aboutir à l'horreur, au mal, dans les dernières pages. On y apprend quelques aspects intéressants de la société japonaise.

GaL7
11/07/11
 

J'entendais sur les ondes une nouvelle pub pour le dernier roman Les Lames de Mo Hayder et je me disais que je ne connaissais pas du tout cette auteure. J'ai pianoté quelques peu sur le net et ai remarqué que celui-ci était bien côté chez les lecteurs. Je confirme : j'ai adoré ! sombre, fort, poignant

cclib
07/07/11
 

Un thriller de haut vol, un scénario haletant et sans faille, un volet historique méconnu sert de fil rouge; tout est réuni pour en faire un petit bijou... très noir.

davenen
19/03/11
 

Cool! J'ai commencé à lire Tokyo avec quelques appréhensions après le sympathique mais décevant Skin. Un thriller bien tordu comme je les aime, Grey VEUT à tout prix ce foutu film, mais pourquoi? Parce que... Mo Hayder arrive dans ce livre à construire un monde bizarroïde, plus inquiétant par les réactions des personnages (au début, le revirement du jeune Shi Chongming quant aux superstitions, puis le changement d'attitude de Bison...) que par des horreurs explicites. L'intrigue, qui fait alterner le massacre de Nankin et le Japon contemporain, est très bien construite, faisant progresser les deux personnages principaux vers ce qui les unit, à savoir une vérité atroce. Au fond, le plus intéressant dans l'histoire est la connexion de ces deux contextes par une idée démente. Grey est un personnage plutôt touchant par sa naïveté, parfois drôle, d'ailleurs: chargée par le vieux prof d'approcher l'oyabun Fuyuki, on s'attendrait à la voir manœuvrer subtilement, or elle y va franco en disant qu'elle veut s'asseoir à côté de lui. Mais il ne faut pas s'y tromper, Tokyo est bien une histoire d'horreur, une des plus originales que j'ai lues ces derniers temps.

sansnom
25/11/10
 

Grey arrive à Tokyo durant l'été 1990, à la recherche d'une vidéo qui prouverait les atrocités commises par l'armée japonaise à Nankin en 1937. Elle contacte un survivant du massacre, professeur à l'université de Waseda, en supposant qu'il saurait où se trouve le mystérieux film. L'obsession de la jeune fille, maladivement fascinée par les évènements de Nankin va la pousser à prendre des risques insensés pour obtenir des informations dans le milieu yakuza. Parallèlement, le professeur Shi Chongming relate dans son journal l'avancée de l'armée japonaise en Chine, en particulier ce dont il est témoin dans sa ville, ses espoirs, ses doutes, ses craintes…

Midori
01/10/10
 

TOKYO de Mo Hayder Nankin 1937, Tokyo 1990, Levallois 2010 !Dès les premières lignes, Mo Hayder nous entraîne au coeur d'une horreur plus que palpable. Mais on ira jusqu'au bout car nous sommes déjà attachés aux deux héros si humains dans leur quête de l'insoutenable vérité. Mo Hayder auteur(e) si blonde et si diaphane que l'on imaginerait écrivant plutôt des romans Arlequin, crée avec grand talent des histoires bien noires. Après Tokyo, lisez Proies.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.25 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition