Tomber sept fois, se relever huit

LABRO, PHILIPPE

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 24/09/03
LES NOTES :

à partir de
17,25 €

SYNOPSIS :

" quelque chose a changé. " avec ces quatre mots, commence le nouveau récit de philippe labro. ce " quelque chose " n'est autre que le début de la plongée dans une dépression nerveuse dont il a été victime entre septembre 1999 et mai 2001. l'histoire s'amorce dans ses bureaux de " patron " de rtl et se termine au festival de cannes où il siège comme juré. entre ces deux moments, le lecteur va suivre les " séquences du malheur " et les " séquences du bonheur " d'un homme qui " craque " au sommet de sa réussite, et qui va dire la vérité sur cette maladie qui touche, a touché, touchera un français sur cinq. L'auteur de la traversée
raconte sans fard ni concession ce que signifie perdre le désir, l'énergie, la passion, l'estime de soi. il restitue " cette tristesse sans larmes ", ce " novembre de l'âme " et dit " comment c'était ". il évoque les effets de " la broyeuse " qui vous ronge le ventre, la tentation du suicide, la dégradation de son image, les dialogues avec le psychiatre, les antidépresseurs et leurs séquelles, un court et terrible séjour en hôpital. Mais ce témoignage unique constitue aussi une éclatante affirmation de la force de la vie. avec la patience, la compréhension et l'amour de ses proches, " on peut s'en sortir ", jure philippe labro.
4 personnes en parlent

Philippe Labro évoque ici la dépression sévère dont il a été victime pendant dix mois. Il restitue et analyse avec lucidité l'état dans lequel il se trouvait : plus de goût pour manger, boire, discuter avec des amis.... plus capable de se concentrer et de mener à bien son activité journalistique. Au bout de quelques chapitres, je me suis demandée ce qu'il allait bien pouvoir raconter au fil des pages mais finalement ce bouquin est plutot bien réussi car s'il nous oblige à regarder la souffrance en face, au final il nous entraine dans sa "re-naissance" et n'est pas plus pessimiste que certains auteurs déprimés qui s'ignorent!

dvan
27/10/12
 

La dépression nerveuse : ça peut tomber sur n'importe qui, même sur un homme au sommet de la réussite. Philippe Labro revient de l'enfer. Il le dit. Il dit surtout qu'on peut en sortir, que tout le monde peut remonter la pente.Au-delà du travail de catharsis, le projet de Labro dans ce livre est double : montrer à ceux qui ont souffert ou souffrent de dépression qu'un homme célèbre et apparemment comblé peut tomber lui aussi dans cette machine à broyer, mais aussi essayer de donner des clefs à ceux qui côtoient des dépressifs pour comprendre leur maladie si difficile à expliquer. Comme il le dit plusieurs fois, 1 personne sur 5 a connu ou connaîtra la dépression ; alors, nous sommes d'une certaine façon tous concernés. Le problème de la dépression, comme il le démontre si bien, réside dans la difficulté du diagnostic pour le malade et ses proches mais surtout dans la façon d'en sortir. Parce que Labro est écrivain, il a, avec le recul, les moyens d'exprimer l'indicible au nom d'une trop vaste communauté d'anonymes.

mycupoftea
03/09/12
 

Oui, on peut se sortir d'une dépressionUn petit haïku japonais dit : " Telle est la vieTomber sept foisEt se relever huit."C'est un joli titre pour un récit-témoignage sur la dépression nerveuse. Philippe Labro tente de nous expliquer les sensations, tant physiques que cérébrales, qui l'ont assailli durant 11 mois de profonde dépression ("situationnelle"). Malheureusement, une forme de pudeur le fait rester malgré tout à la surface des choses. C'est très intéressant et cela peut certainement aider ceux qui passent par là, c'est d'ailleurs le but de l'ouvrage, mais ça reste une forme "polie" et stylisée de détresse.Le retour à la vie par contre est lui très bien rendu, l'épilogue très bien choisi.J'ai une drôle de relation avec Philippe Labro; j'aime bien ce qu'il écrit, j'aime bien le personnage public, cet espèce de dandy perpétuellement souriant, mais je reste toujours sur ma faim. Comme s'il n'allait pas vraiment au bout de ce qu'il pourrait écrire...Une pure merveille écrite par son père dans son journal :" Dans un coin de ma chambre, guettant son heure, qui est tantôt minuit, tantôt l'aube, je verrai réapparaître, familière, sarcastique et sûre d'elle, avec sa bouche tordue et son regard vicieux, la face empoisonnée de l'Inquiétude."On la connait tous, hein.... Sylvie Sagnes

SagnesSy
21/07/12
 

Manque un peu de profondeur. Un petit livre intéressant à découvrir tout de même.

Lilyptitbout
01/10/09
 

Format

  • Poids : 0.34 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition