Tous les matins du monde

QUIGNARD, PASCAL

livre tous les matins du monde
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 20/11/91
LES NOTES :

à partir de
16,00 €

SYNOPSIS :

" il poussa la porte qui donnait sur la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l'ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse. il se prit de nouveau à pleurer doucement. ils allèrent jusqu'à la barque. l'ombre de madame de sainte colombe monta dans la barque blanche tandis
qu'il en retenait le bord et la maintenait près de la rive. elle avait retroussé sa robe pour poser le pied sur le plancher humide de la barque. il se redressa. les larmes glissaient sur ses joues. il murmura : - je ne sais comment dire : douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids. ".
17 personnes en parlent

Cette petite histoire m’a touché comme à chaque fois que je vois le film.M. de Ste Colombe me bouleverse et sa peine trouve des échos en moi, tout comme son désir de s’enfermer dans sa musique. Son caractère taciturne, silencieux, est très éloigné du mien, mais j’aimerais parfois savoir me taire et pouvoir m’enfermer comme il le fait.Le style de Pascal Quignard est pourtant très particulier. Les phrases courtes, presque hachées imposent un rythme assez spécial à la lecture, sans accélérer les évènements pour autant. Il y a peu de description, peu d’images développées et les morceaux de musique ne sont évoqués que par leurs noms.J’ai été un peu déstabilisée au début par ces petites phrases qui s’enchainent et je ne sais pas pourquoi, mais j’imaginais autre chose du style de Quignard. J’en avais lu beaucoup de bien et je pensais tomber sur quelque chose d’alambiqué ou de compliqué. En réalité, le texte coule et s’écoule, les pages défilent et je n’avais pas commencé que j’avais déjà fini !J’ai donc été agréablement surprise, j’ai retrouvé ce texte avec plaisir et mon envie d’apprendre la viole de gambe est revenue avec force. Il va falloir que je me renseigne…Par contre, je me rends compte qu’il m’est difficile d’en dire plus. Je crois que je n’ai pas de recul sur ce texte et cette histoire dont la musique est en permanence dans mon baladeur.Je préfère faire une citation et vous livrer cette phrase que j’avais soulignée il y a plusieurs années, lors de ma première lecture :« Tous les matins du monde sont sans retour. »

Estellecalim
28/11/11
 

Si j'étais un instrument ?une viole précieuse, celle de Monsieur de Sainte Colombe ou bien d'une de ses filles. Ce serait l'occasion de respirer à nouveau Tous les matins du monde de Pascal Quignard d'y apercevoir ce coquin de Marin Marais, venu chercher le beurre (l'art du maître musicien) et l'argent du beurre (quelques relations charnelles avec ses filles). Un récit historique, aussi symphonique que le thème principal du livre, tout en délicatesse et en tension. Point d'amertume, juste une vie consacrée à la musique.

Cave
06/06/13
 

Quelle émotion à la relecture de ce court roman; bien sûr les images du film d'Alain Corneau affleurent tout de suite (notamment l'interprétation de JPierre Marielle) mais très vite,l'écriture prend toute sa force et nous entraine dans cette histoire. Tous les matins du monde » nous conte les premières années d'apprentissage du jeune Marin Marais, futur violiste de la cour du roi Louis XIV qui fera ses premières gammes auprès de son maître Monsieur de Sainte Colombe et de ses deux filles Madeleine et Toinette.Ce très court roman, dépouillé et sobre, prend des allures de conte pour nous parler de l'essentiel : non pas la virtuosité et la gloire que peut engendrer la maîtrise d'un instrument mais l'émotion et les sentiments transmis par le musicien comme traversé par la mélodie . L'écriture de P.Quignard toute en épure et en fluidité épouse complètement son propos pour nous emmener dans ce monde d'émotions.

dvan
02/04/13
 

Monsieur de Sainte Colombe (1640 -1700... et oui ! il a vraiment existé !) est LE maître incontesté de la Viole de gambe, instrument de musique à cordes et à frettes, joué à l'aide d'un archet (en gros, une espèce de violoncelle). Depuis la mort de sa femme, il s'occupe seul de ses deux filles et ne joue plus que pour le fantôme de son épouse. Même l'arrivée d'un jeune apprentis, Marin Marais, n'arrivera à le faire sortir de sa douce folie, à atténuer son caractère rèche.J'ai énormément aimé ce roman à l'écriture et aux caractères dépouillés. Il y a un étonnant "croisement" des deux personnages. Alors que le début du livre nous dépeint un père autoritaire, froid, et un jeune élève attendrissant, la deuxième partie de l'histoire nous dévoile le côté lâche coureur de jupon de Marin Marais, et la glissade d'un père en totale rupture avec la société.Le professeur exige de son élève qu'il mette dans sa musique tous les sons de la nature, des émotions humaines : le bruit que fait le vent soufflant dans les feuilles, les pleurs d'une femme, les cris d'un enfant... Voilà la haute teneur en beauté que m'a fait ressentir cette histoire.A noter : la magnifique adaptation d'Alain Corneau, avec les Depardieu Père et Fils dans le rôle de Marais, et Jean-Pierre Marielle dans celui de Monsieur de Sainte Colombe.

Emmab666
21/01/16
 

Monsieur de Sainte-Colombe, violiste virtuose du XVIIème siècle ne peut se consoler de la disparition de son épouse, dont il rêve et dont il a des visions éveillées. Courtisé par Louis XIV qui veut en faire un musicien de sa cour, il refusera toujours, se présentant comme un sauvage qui n’y aurait pas sa place. Au travers de sa relation tourmentée avec son élève, Marin Marais, qui finira musicien de cour au grand dam de son maître, transparaît le rapport de Sainte-Colombe à la musique mais aussi au silence et au deuil.

Bibhavel
16/07/14
 

TlMdM est un livre de Quignard assez plaisant et facile à comprendre et à analyser. L'histoire est simple, on s’intéresse à la musique, à la mort d'une épouse, d'un mari veuf et de deux soeurs.. Mais ce livre reste assez ennuyeux.. Mandy.

Mandy05
23/09/12
 

Voici un des quatre livres que propose le programme de Terminale L 2011/2012. Autant dire tout de suite que ce programme est loin de me satisfaire vraiment, car je n’ai vraiment vraiment vraiment aimé aucun des quatre livres... Hélas... Tous les matins du monde est tout de même celui que je préfère. Très court, il se lit facilement, s’appréhende comme une chanson et j’avoue que je me suis laissée bercer par la musique très présente dans le récit. Le style est fluide et j’ai apprécié les références musicales ou artistiques qui donnent de la couleur et de la vitalité à l’histoire. Les personnages sont assez intéressants et j’ai bien aimé les relations amoureuses, les échanges maître/élève ou encore la relation entre les morts et les vivants. Tout ceci donne un côté assez mystique et profond au récit, ce qui est fort agréable. Bref, une lecture assez sympathique tout de même. Quant au film d’Alain Corneau, il suit scrupuleusement le récit ce qui est très bien pour mieux visualiser l’histoire et mieux s’attarder sur les détails, les couleurs, les expressions des visages, la musique (très présente tant à l’écrit qu’à l’écrit). Bref, une bonne adaptation, agréable à regarder.

SEcriture
19/09/12
 

Livre assez court proposant différents thémes interessants comme la mort, la musique ou encore la peinture. Livre facile à comprendre mais difficile à étudier. Candy.

candym
31/07/12
 

Ce livre m'a été proposé par ma colocataire, parce que je n'avais plus rien à lire. Etant un livre qu'elle a étudié en littérature, j'ai eut le droit à pleins de petites notes tout à fait charmantes et des titres de chapitres inventés suite à une demande de son professeur.Tous les matins du monde est un livre sympathique, mais compliqué à comprendre (pour moi en tout cas), de par son vocabulaire parfois, et de ses tournures de phrases. En clair, il faut rester concentré, et y a des moments ou j'ai vraiment eut du mal à m'immiscer dans ce livre. Mais, j'y suis parvenue, et j'ai bien aimé l'histoire.L'histoire d'un homme qui vit reclu, avec sa viole et ses deux filles, et qui prend sous son aile son total opposé. L'histoire de Sainte Colombe et de Marin Marais.C'est étrange, comme après avoir lu un livre musical, on a envie d'écouter les musiques cités dans le livre. Et en l'occurence, après avoir fini ce livre je n'avais qu'une envie : Regarder le film. Chose que je pense faire très bientôt.J'ai aimé quasiment la totalité des personnages vu que je ne vois pas trop quoi leur reprocher. J'ai trouvé Sainte Colombe et son rapport à la musique "vrai" parce que la musique pour lui c'était vraiment quelque chose de magique. Après, le fait qu'il voit sa femme en fantôme c'est vraiment très bizarre et je me suis demandé si j'avais le droit à un livre fantastique ou non. Ensuite, Marin Marais était sympathique, bien que sur certains côtés il m'a déplu, et j'ai aimé son engouement pour savoir faire de la "vraie musique".Toinette doit être le seul personnage qui m'a déplu, voire déçu mais bon.Après, je ne sais que dire d'autre. Ce livre n'a pas trop porté d'émotions en moi, sauf les moments musicaux parce que c'est beau le son d'un instrument comme la viole (j'adore le violon). Et c'est beau comment ils décrivent la "musique" la vraie, l'unique, celle qui se sent, qui ne s'apprend pas avec des cours, mais avec des émotions.

yuukichanbaka
08/06/12
 

Bien que ne l’ayant pas encore vu au moment de la lecture du livre, je connais la renommée du film qui en a été adapté. Tout au long de cette lecture, facile, et fluide, je ne ressentais aucune émotion musicale. Et je me disais de plus en plus, qu’il est des livres dont les adaptations cinématographiques supplantent largement le livre.Le film est tellement beau, qu’il est en effet préférable de le voir avant de lire le livre. Le texte dévoile toute sa poésie dans la bouche de Gérard Depardieu qui le fait vivre de façon magistrale. La viole de gambe dont il est question dans le livre délivre enfin son velouté sous les doigts de Jordi Savall.Dommage que Pascal Quignard n’ait pu, à mon sens, rendre sur le papier la beauté des arpèges, , des accords et des ornements. Le livre est trop court ; et c’est ce qui prive, selon moi le lecteur des émotions qu’il est en droit d’attendre en ouvrant un tel ouvrage.

mimipinson
14/06/11
 

L'histoire d'un homme et de son histoire d'amour avec sa femme (morte) mais aussi et surtout la musique. Une musique qui transcende ce livre. Il y est également question de ses deux filles dont l'une sera trahie par la musique finalement mais aussi de politique.C'est un joli livre, il m'a donné envie de voir le film. J'ai aimé l'écriture. J'aurais aimé qu'il dure plus longtemps car il ne compte que 150 pages. Les mots évoquent la musique mais aussi des images.

kezako
08/06/11
 

J’espérais trouver dans ce livre une musicalité, un rythme littéraire. Si Quignard sait parfaitement mettre en scène ses personnages, les amener à écouter le monde, à écouter le crissement des pas sur la neige ou le toucher d'un pinceau sur une toile, j'ai eu la sensation de lire un livre chirurgical sur la musique, sans les émotions que j'espérais ressentir, trop rapide à mon goût pour que j'ai véritablement le temps de m’imprégner de son atmosphère. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
07/06/11
 

Le jour où Monsieur de Sainte-Colombe perd son épouse dont on le devine très épris, il se voue entièrement à sa passion pour la musique - et la viole en particulier, dont il perfectionne le maniement à l'excès. Il est pourtant père de deux fillettes qui vont grandir dans l'ombre de cet homme froid et austère dont l'art est unanimement reconnu, mais qui reste définitivement frustre et solitaire. Jusqu'au jour où un jeune homme franchit la porte de sa demeure et demande à devenir son élève.Tous les Matins du Monde est un texte relativement court, qui oscille entre mélancolie et tristesse. La musique, présente à chaque page, exprime les non-dits des personnages et exacerbe les émotions de Monsieur de Sainte-Colombe qui préfère s'écarter de la société pour vivre reclus dans une cabane et s'exercer à la viole en délaissant la vie, l'enfance de ses filles et la tendresse qu'elles lui portent. Sa rencontre avec Marin Marais aborde un tournant dans la narration, elle confronte l'austérité du musicien et la gaieté de la jeunesse dont les excès et l'indifférence le laissent de marbre.C'est un texte qu'on doit prendre le temps de savourer malgré sa taille, parce que chaque paragraphe renferme une minuscule parcelle de vérité et de philosophie. Au contact de Sainte-Colombe, Marin Marais entrevoit la musique sous un autre angle, et l'art de jouer lui apparaît rapidement comme une véritable mise à nu, un hommage aux émotions ressenties, bien au-delà de ce qu'on lui a enseigné. Mais le charme ne sera pas suffisant sur ce jeune homme que les richesses et les distinctions de la cour attirent malgré tout...

un flyer
05/06/11

Je reprends les propos des précédents commentaires pour en faire cette fois ci l éloge. Oui, il s agit bien d un monument de la littérature, Pascal quignard est loin d avoir la plume lourde. Sans doute est ce un livre que l on apprécie un peu plus tard dans sa vie de lecteur.

Cyan
06/04/11
 

Musique Ce court roman est émouvant. Un homme passionné de viole perd sa femme. Il se renferme sur lui-même et ne se remettra jamais vraiment de ce choc. Il enseignera peu à peu sa passion à ses deux filles et à un autre élève, un peu particulier. Les relations entre les personnages s'en trouveront bouleversés.

L'histoire aurait pu être intéressante. Mais les passages qui mériteraient d'être développés sont passé sous silence, ou à peine évoqués... de plus le style est vraiment trop pédant, l'auteur nous noie dans la répétitions des noms (comme certains auteurs Russes), et ralonge les phrases (sans la talent de Proust) ce qui nous fait rapidement perdre pied, et nous oblige à relire vingt fois la même page.je ne conseille vraiment pas ce livre...Et dire qu'il est considséré comme un monument de la littérature française...

gaut
12/12/10
 

J'ai vraiment détesté ce livre ... j'ai même pas réussi à le lire entièrement pas par mauvaise volonté mais je n'ai pas réussi à accrocher du tout. C'est un livre de lycée pourtant

Bbey
28/10/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition