Tout ce qui meurt

CONNOLLY, JOHN

livre tout ce qui meurt
EDITEUR : PRESSES DE LA CITE
DATE DE PARUTION : 17/05/01
LES NOTES :

à partir de
19,80 €

SYNOPSIS :

On l'appelle " le Voyageur ". C'est l'un des quelque deux cents tueurs en série qui sillonnent les Etats-Unis, semant la mort sur leur passage. Charlie Parker, dit " Bird ", a de bonnes raisons de lui vouer une haine féroce : le monstre a assassiné sa femme et sa fille dans des conditions atroces. Après avoir démissionné de la police, Bird a pris une licence de détective privé, ce qui lui permet de suivre le Voyageur à la trace, d'une petite bourgade de Virginie jusqu'à La Nouvelle-Orléans, ensanglantée par une guerre
des gangs particulièrement cruelle. Mais c'est dans le décor fantomatique des bayous de Louisiane qu'aura lieu l'affrontement décisif, reflet de celui qui oppose depuis toujours le Bien et le Mal. Tant aux Etats-Unis qu'en Grande-Bretagne, où Tout ce qui meurt a été un énorme best-seller, les critiques ont eu peine à croire que ce roman était le premier de John Connolly, tant il est accompli. Les producteurs de Hollywood ne s'y sont pas trompés puisque Tout ce qui meurt est en cours d'adaptation pour la MGM.
3 personnes en parlent

« Bird » Parker est devenu détective après que sa femme et sa fille se soient faites massacrer par un tueur en série surnommé le « Voyageur ». Au cours des ses investigations, il va se retrouver sur la trace du Voyageur qui a encore sévi. Il va alors se mettre à la recherche du tueur car l'éliminer sera ainsi un moyen pour lui de mettre fin à son sentiment de culpabilité consécutif à la mort de sa famille.Le roman est divisé en deux parties : ce qui se déroule à New York et ce qui se passe en Louisiane, le lien entre les deux n'est pas explicite. Et il y a une certaine inégalité de qualité entre les deux parties.La deuxième partie est la plus intéressante parce qu'elle s'intéresse plus au Voyageur, à sa psychologie, c'est un allumé sérieux.  Tout ce qui meurt est un véritable ballet de mort, le voyage de Bird est jonché de cadavres.

Chiwi
06/08/12
 

J’avais lu il y a quelques mois Le pouvoir des ténèbres du même auteur et j’avais beaucoup aimé ce thriller. Entre temps, j’ai lu Le livre des choses perdues et Les portes (les 2 romans jeunesse de l’auteur) et je me suis dit qu’il serait judicieux de lire la genèse des aventures de Charlie Parker « Bird ».Ainsi Tout ce qui meurt est le premier roman de John Connolly. Globalement, j’ai aimé ma lecture même si parfois, je me suis emmellée les pinceaux devant les personnages et les évènements. Contrairement à ce que laisse annoncer la quatrième de couverture, l’intrigue n’est pas basée uniquement sur la traque du « Voyageur ». Bird est aussi engagé pour rechercher une femme disparue. Et c’est là que je me suis un peu perdue, parce que nous avons droit à une petite incursion dans la mafia, milieu très riche en croisements.J’ai trouvé cette première intrigue plaisante mais pas si passionnante que celà. Les véritables intérêts de ce roman sont la chasse que mène Charlie pour retrouver le Voyageur, le portrait de Charlie qui essaye avec beaucoup de mal à se reconstruire après une telle tragédie. Son personnage est très attachant de même que ces amis Louis et Angel, tueurs à gage pour le premier, cambrioleur pour le second et gays tous les deux.Surtout Tout ce qui meurt est un livre noir, il n’y a pas tellement de place pour l’espoir. La seconde partie du roman se déroule en Lousiane et la moiteur du climat, le bayou sont des élements très propices à camper l’ambiance du roman.J’ai adoré d’autres romans de John Connolly mais celui-ci ne m’a pas fait le même effet que les autres. Toutefois, j’ai passé un très bon moment à le lire et je pense qu’il ne faut pas oublier qu’il s’agit de son premier roman.

BambiSlaughter
22/07/11
 

Un excellent thriller accaparent et qui vous mène par le bon du nez. C'est une lecture extrêmement riche, riche en détail, riche en personnages, riche en actions, et exigeante pour le lecteur, une baisse d' attention durant quelques lignes et on est complétement perdus. L' écriture est très vive y compris lorsqu' elle semble s' éloigner de l'enquête principal et partir vers d'autres mystères, du coup le premier tiers suivant le tout début de l'enquête m' a semblé un peu long, une impression vite oubliée puisque les 200 dernières pages se dévorent à une allure folle.Tout ce qui meurt, un titre qui convient parfaitement, c'est incroyable le nombre de personnes décédés de morts violentes qui vont jalonner cette histoire.

Lacazavent
09/05/13
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.40 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : HUBERT TEZENAS