Tragedies t7 1ere partie

EURIPIDE

livre tragedies t7 1ere partie
EDITEUR : BELLES LETTRES
DATE DE PARUTION : 01/01/84
LES NOTES :

à partir de
35,50 €

SYNOPSIS :

La première victime de la Guerre de Troie est une femme, Iphigénie. La flotte grecque sur le départ est bloquée à Aulis, faute de vents favorables, car Artémis est hostile au chef de l'armée, Agamemnon. Seule le sacrifice de sa fille Iphigénie pourrait apaiser la colère de la déesse. Agamemnon hésite avant de se plier aux ordres de l'oracle. Il mande sa fille à Aulis, sous le prétexte de la marier à Achille. La promise est conduite vers un autel autrement plus funeste. C'est alors qu'intervient Artémis qui dérobe Iphigénie et lui substitue une biche. Unités de temps et de lieu, conflit entre l'amour filial et celui de la patrie, le mythe d'Iphigénie est particulièrement propice à une adaptation tragique. Il fut traité par Eschyle et Sophocle avant Euripide qui en donna sa version à l'extrême fin de sa vie, probablement lors de son séjour à Pella,
en Macédoine. La pièce eut des honneurs posthumes : présentée par Euripide le jeune pour son père, elle reçut en 405 le premier prix aux Grandes Dionysies. Notre édition présente en un volume à part ce classique de la tragédie grecque, qui inspira, entre autres, Racine. Les récits traitant du mythe, tels que Les Chants Cypriens et les poèmes homériques, sont étudiés, si bien qu'apparaissent nettement l'évolution du mythe et les particularités d'Euripide par rapport à la tradition qu'il pouvait connaître. Les implications politiques et religieuses du texte sont mises en avant et assorties de judicieuses pistes de lecture. Les personnages ainsi que les innovations dramatiques sont présentés, tandis que l'histoire du texte et des manuscrits fait l'objet d'une analyse succincte. L'ouvrage est en outre enrichi de notes qui accompagnent la lecture.
1 personne en parle

Iphigénie à Aulis est une pièce écrite au Vème siècle avant notre ère par Euripide. Ce n'est pas le genre de lecture que j'ai pour habitude de chroniquer mais je me suis dit que ce serait sympa de changer un peu.Je pense que l'histoire d'Iphigénie est familière à tout un chacun mais que peu de personnes savent d'où elle vient. Un petit rappel s'impose donc.Dans les épisodes précédents, Paris a enlevé Hélène et l'a emmenée à Trois. Furieux, Ménélas, son maris initial, veut la récupérer. Il fait donc appel à la coalition des chefs des cités grecques pour assiéger la ville de Troie jusqu'à ce que Paris décide de lui rendre son épouse. Manque de pot, les dieux ne sont pas super emballés et décident de stopper le vent. Ainsi, les Grecs ne peuvent pas prendre la mer vers la cité de Troie et partir à la reconquête de la belle perdue. Pour débloquer la situation, Ménélas et ses copains prient les dieux de leur permettre de partir. Ces coquins répondent aux soldats qu'ils ne feront souffler le vent qu'en échange du sacrifice de la fille d'Agamemnon, Iphigénie. Pour rappel, Agamemnon est le frère de Ménélas et le chef de la coalition contre les Troyens. Dans Iphigénie à Aulis, on retrouve Agamemnon déchiré entre son devoir de leader et son amour pour sa fille. Il lui demande quand même de le rejoindre sur le mont Aulis, où doit avoir lieu le sacrifice, prétextant vouloir la donner en mariage à Achille. Iphigénie est ravie et se rend au rendez-vous accompagnée de sa mère, Alcmène. Alcmène rencontre par hasard Achille qui lui avoue n'avoir jamais entendu parler d'un projet de mariage avec sa fille. Madame comprend le poteau rose, se dispute avec son mari et déballe tout à sa fille. Finalement, dans un élan de patriotisme, Iphigénie décide de se sacrifier d'elle-même, permettant ainsi à la troupe grec de partir récupérer Hélène. Sauf que la déesse Artémis la prend en pitié et la remplace au dernier moment par une biche.Moment clé de la guerre de Troie, cette pièce est aussi, selon moi, l'un des plus en terme d'émotion. Les personnages sont extrêmement touchants et on comprend très bien les dilemmes qui les habitent. Nul doute que je retrouverai avec plaisir Iphigénie très prochainement pour la suite de ses aventures comme prêtresse. J'ai aussi très envie de découvrir son frère, Oreste, qui semble considérer l'honneur de sa famille comme l'une des choses les plus importantes de sa vie.Si certains ont peur d'aborder un texte antique parce que le style les effraie, sachez que même en l'ayant lu en anglais, je n'ai eu aucun problème de ce côté là. Evidemment, vous n'êtes pas obligés de vous farcir les très très très longs monologues, je les ai aussi survolés.Bref, une excellente découverte pour Iphigénie à Aulis, je vous le recommande vraiment!

kllouche
12/02/13
 

Format

  • Hauteur : 19.30 cm
  • Largeur : 12.70 cm
  • Poids : 0.24 kg