Trop d'impots tue l'emploi

ALEXANDRE, PHILIPPE ; AULNOIT, BEATRIX DE L'

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 03/11/05
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Après la guerre au travail, la guerre à l'argent. Dans leur nouveau livre, Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit, auteurs de La Dame des 35 heures, dénoncent les effets pervers de la fiscalité française. Chaque jour un entrepreneur quitte la France. Pourquoi ? Pour échapper à la fringale de l'Etat. C'est la plus grosse émigration française depuis la Révolution. Le TGV abolit les distances et les pays voisins offrent des avantages fiscaux dont nos concitoyens sont les premiers surpris : pas d'impôt sur la fortune en Angleterre, ni en Italie ni en Autriche. En Belgique, il n'y a pas non plus de taxation des plus-values. En Suisse, on négocie un forfait
fiscal. Au Maroc, les retraites sont protégées. Alors pourquoi ne pas s'exiler en toute légalité ? En faisant payer les riches sans enrichir les pauvres, nos énarques de gauche comme de droite précipitent la vente des entreprises à l'étranger, l'exode des créateurs, la perte des emplois. Ils livrent le pays au déclin. Ceux qui ont quitté leur pays natal racontent leur histoire, leur rupture et expliquent les causes et les effets de leur départ. Las d'attendre une réforme fiscale perpétuellement annoncée, d'autres Français en colère continuent d'emprunter la route de l'exil, emportant dans leurs bagages un peu de la richesse et du génie de notre pays.
1 personne en parle

S’il n’en reste qu’un, serait ce Gérard Mulliez ?Bon l’équation est simple ! Préserver le modèle sociale français, la sécurité sociale, la retraite par répartition sans l’économique, ce n’est pas possible ! Et l’économique sans entrepreneur ça c’est franchement impossible !C’est là que commence l’ouvrage de Philippe Alexandre et de Béatrix de L’aulnoix. Le réquisitoire est accablant. Les patrons s’en vont. Définitivement. Les chefs d’entreprise quittent le pays pour échapper à une fiscalité confiscatoire et inique. Puis ils vendent leur entreprise. Les auteurs ont pris le parti de faire parler ceux qui quittent sans regret, ceux qui quittent le pays avec regret et ceux qui ne le quittent pas mais qui le regrettent… C’est édifiant. Les exemples sont forts, les cas poignants.Cet essai c’est un peu : comment on se tire une balle dans le pied en pensant qu’on a tort mais qu’on ne peux pas faire autrement : par dogmatisme, pour ne pas perdre les élections, pour être dans le « politiquement correct ». Véritable réquisitoire contre nos vieux politiciens accrochés à leur pouvoir, à leur mandat à « presque vie », réquisitoire contre les idéologues de tout crin qui croient encore au grand soir. Bonne nouvelle, il arrive mais ce n’est pas le grand soir qu’ils attendaient ! C’est celui de l’entreprenariat français, le crépuscule d’un système qui dépouille ceux qui entreprennent. Si Walmart acquiert Auchan dans les 5 ans, on saura si le mal est définitif, n’est ce pas Mr Gérard Mulliez (Groupe Auchan) ? Pour me retrouver sur mon blog: http://www.bir-hacheim.com

birhacheim
20/03/09
 

Format

  • Hauteur : 21.60 cm
  • Largeur : 13.70 cm
  • Poids : 0.26 kg