EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 18/08/05
LES NOTES :

à partir de
1,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Avant de devenir romancier, J. Conrad avait longtemps navigué en Extrême-Orient. En 1887, il avait plusieurs fois côtoyé un vapeur, le Nan-Shan, qui transportait
des coolies. Cette expérience est à la source de ce roman dans lequel la mer est toujours présente dans sa splendeur, sa violence, sa cruauté même.
2 personnes en parlent

Avec un titre pareil , je m'attendais à être emporté , submergé , laissé pantelant et exsangue sur le rivage hostile d'une ile quelconque du Pacifique Médittéranéen , latitude 21°16'35.6603" nord , longitude 157°49'42.2562" ouest , à vue de taupe...Tel ne fut pas le cas même si je suis très loin d'être resté en rade...Typhon , c'est avant tout le récit d'un écrivain qui a bourlingué ! Conrad a sillonné les mers du globe et partage magistralement son expérience de vieux loup de mer sur papier libre , format A4 , petit carreau .Le capitaine Mac Whirr , supposé inexpérimenté , et personnage central de ce roman , est un être que les relations humaines intriguent . Il parle peu , n'en ressentant ni le besoin , ni l'utilité . D'où cette perception biaisée de capitaine froid et taciturne qu'ont les hommes sous son commandement .Lorsqu'il prend la barre du Nan-Shan , navire faisant route vers le port de commerce de Fou-Tchéou , il est loin d'imaginer l'incroyable déchainement climatique s'annonçant alors et menaçant d'envoyer sa frêle barcasse par le fonds ! Ce livre vaut largement le détour mais le fait d'avoir été publié en 1918 en un français quelque peu suranné ajouté à une certaine technicité étymologique font , j'imagine , que je ne l'ai certainement pas apprécié à sa juste valeur .Pourtant , la trame est là . L'on sent poindre la lente mais inéluctable confrontation de l'homme avec un phénomène météorologique qui le dépasse de très loin . Les deux boxeurs fourbissent leurs armes , le combat s'annonce apocalyptique ! C'est pas l'homme qui prend la mer , c'est la mer...tintintin...Les rapports de subordination sont d'un réalisme assez bluffant . Les attentes des épousées se languissant au port d'attache également . Qui attendant son mari avec impatience en craignant à tout moment le pire , qui redoutant le retour du sien craignant alors la monotonie d'une vie conjugale en berne...Autre fait intéressant retranscrit , l'absence totale de considération portée à l'encontre des coolies qui , après plusieurs années de dur labeur au sein des diverses colonies tropicales , étaient rapatriés dans leurs villages respectifs . Injustement envisagés comme quantités négligeables , voire sacrifiables , ils étaient bien plus perçus comme " chose" corvéable à merci que comme être humain à part entière . J'en veux pour preuve le fait de les avoir parqués et enfermés à fonds de cale durant le Tournesol , enfin le typhon , au risque de les voir tous se noyer , sans même leur avoir dispensé , au préalable , un cours de natation synchronisée accéléré...Eussent-ils été à la framboise où à la fraise que cela aurait certainement changé la donne . Les hommes naissent libres et égaux mais certains sont plus égaux que d'autres...La révolte gronde...Conrad a su , avec brio , narrer l'attente fébrile puis le combat acharné contre une nature plus qu'hostile . Le respect de la chronologie des évènements , sa narration en temps réel favorisent une réelle immersion . La révélation des caractères de chacun , l'affirmation de leur moi profond face aux flots déchainés mérite véritablement le détour !Au final , un livre qui , loin de prendre l'eau , n'est pas le cataclysme annoncé ! Un typhon , phon , phon , les petites...3.5/5

TurnThePage
08/11/13
 

Dans un roman, je suis tombée sur un personnage qui avait pour habitude de toujours relire Typhon (134 p.) lorsqu'il passait la nuit dans un hôtel. C'est typiquement le genre de détail qui me reste gravé, et il m'a fallu à mon tour lire ce Typhon toutes affaires cessantes : quel choc.D'abord parce que le roman est excellent, nous plongeant corps et âme sur le vapeur Nan-Shan aux côtés du capitaine MacWhirr, de son second Jukes et du chef mécanicien Rout alors qu'ils affrontent un typhon en mer de Chine.Ensuite parce que justement, ça faisait longtemps que l'excellence indubitable d'un roman ne s'était pas imposée à moi comme ça, dès les premiers et jusqu'aux derniers mots, une construction, un humour subtil, un suspens, des personnages qui crèvent les pages, des éléments déchaînés et faramineux, une ampleur en toute chose, servis par une concision remarquable.Mais également parce que la postafe de l'édition Autrement (1998) est signée Sylvère Monod, que j'associe fortement à Dickens, et dont la plume est tellement pédagogue et complète qu'il m'est ensuite impossible d'ajouter quoi que ce soit. Quand Sylvère Monod décide de parler de quelqu'un ou de quelque chose, on a envie de le recopier mot pour mot et en totalité, tant il donne à percevoir tous les aspects importants et surtout - surtout - tant il donne envie de lire ce dont il parle.Je retrouve en fait ces coïncidences livresques que j'aime tant, ouvrir un livre sur le conseil d'un autre et tomber sur une plume que j'apprécie pour ce qu'elle a écrit d'encore un autre auteur... Tout est lié.Je conseille donc fortement de lire ce court roman de Conrad, pour le laisser ensuite cheminer tranquillement en soi. Je ne sais pas encore ce que je pense de MacWhirr, il m'a impressionnée par sa solidité tranquille et l'évident bon sens de la plus stupide de ses réflexions : si les livres conseillent d'éviter par tous moyens une tempête, il ne faut pas les suivre, car comment en appréhender la réalité si on l'évite ?A méditer de préférence bien à l'abri.Traduction de Odette Lamolle (Sylvère Monod dit : "Un fait important concernant la fortune française de ce récit en est le choix qu'en fit André Gide lorsqu'il voulut devenir traducteur de l'anglais. Choix singulier de la part d'un écrivain qui connaissait imparfaitement l'anglais et très mal la mer; il donna néanmoins naissance à une oeuvre de haute qualité littéraire, qui a longtemps - peut-être trop longtemps - détourné les traducteurs de s'attaquer au même livre.")

SagnesSy
09/12/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition