Un age irresponsable

GREENLAW, LAVINIA

livre un age irresponsable
EDITEUR : JOELLE LOSFELD
DATE DE PARUTION : 10/04/08
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
21,50 €

SYNOPSIS :

Les Clough, comme les membres de nombreuses familles, ne sont pas faits pour s'entendre. Entre eux les scènes de la vie ordinaire, les réunions de famille tournent souvent à l'aigre lors d'échanges verbaux tantôt cruels tantôt sarcastiques. Juliet, qui éclipse les autres personnages, s'engage dans une histoire d'amour infernale avec Jacob, un professeur déjà marié. Cette quête d'amour va rejaillir sur l'ensemble
de la fratrie mais chacun poursuivra son chemin sans se soucier des retombées parfois dévastatrices de ses actes. Comme toute une génération d'auteurs britanniques, Lavinia Greenlaw a été fortement influencée par la vie et l'oeuvre de Virginia Woolf. Elle a d'ailleurs choisi de débuter Un âge irresponsable par une phrase tirée de La chambre de Jacob : « Alors, bien sûr, il n'y avait plus qu'à partir. »
1 personne en parle

L'histoire introduit Juliet Clough, issue d'une famille nombreuse et dont les membres ne se supportent pas. Entre eux les scènes de la vie ordinaire, les réunions de famille tournent souvent à l'aigre lors d'échanges verbaux tantôt cruels tantôt sarcastiques. Bref, Juliet prépare une thèse et travaille à mi-temps dans une galerie, laquelle est séparée par une cloison assez fine, à travers laquelle elle perçoit toutes les conversations du voisin. Ce type l'obsède et va très vite la fasciner. Il s'appelle Jacob, il est professeur et écrivain, accuse la quarantaine, il est marié mais en passe de se séparer. La relation n'est pas claire, Barbara est une femme de poids (et de poigne), limite déséquilibrée, et Jacob lui-même est une sorte d'anguille, insaisissable créature qui se glisse dans la vie des gens pour en sortir aussitôt. Très frustrant, donc. Qu'à cela ne tienne ! Juliet et Jacob couchent ensemble, ont une liaison d'attachement et de détachement. C'est très arrangeant, surtout pour nos deux protagonistes, mais déconcertant pour le spectateur (lecteur) extérieur ! Dans la vie de la famille Clough, un drame va survenir avec la mort du frère, Tobias, dans un accident (attentat à la bombe). Cet élément va rejaillir sur l'ensemble de la fatrie mais chacun poursuivra son bonhomme de chemin avec la même candeur et insouciance. Sauf Juliet, électron libre, elle va ressentir un malaise profond, être atteinte d'un mal qu'elle ne parvient pas à nommer et décider de partir en Amérique. Je ne peux pas en dire davantage, car j'ai abandonné ma lecture !!! C'est ma très grande faute, j'avoue. J'étais totalement déconcentrée.Car il y a un potentiel énorme dans ce livre, bourré de charme, de fraîcheur et d'exubérance. Les gestes et les mots des protagonistes sont empreints de cette douce extravagance. Ils ont tous bien du charme. Ils déroutent, captivent, attisent la curiosité. C'est insolite et tendre, comique et dérisoire. Cela ressemble un peu à un incroyable fourre-tout, du genre comédie britannique déjantée, avec la panoplie des personnages loufoques, complètement barrés, qui luttent avec leurs vies. Qu'on s'y trompe pas : ce roman est pointu, guidé de l'oeil avisé et de la plume acérée de Lavinia Greenlaw, révélateurs d'une extrême sensibilité.

Clarabel
20/02/09

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.37 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : FLORENCE LEVY-PAOLONI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition