Un conte de deux villes

DICKENS, CHARLES

livre un conte de deux villes
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 28/08/89
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
10,40 €
2 personnes en parlent

Quinze heures d'écoute ont été nécessaires mais quand on doit peindre une palissade, le temps paraît bien moins loin quand Dickens vous accompagne. Ce roman, publié en 1859, est une mise en garde à la Grande-Bretagne et le message est clair: si le peuple ne bénéficie pas d'un peu plus de justice, ne vous étonnez pas que les horreurs commises pendant la Révolution française ne viennent jusqu'à nous. Et pour cela, Dickens nous raconte les mésaventures de Charles Darnay, ancien aristocrate français qui vit désormais en Angleterre où il enseigne et rencontre la douce Lucie Manette, française de naissance elle aussi. Ils se marient, forment une famille parfaite qui inclut leur petite fille et le père de Lucie qui fut prisonnier en France pendant de longues années. Le roman est intéressant à cause des symboles que l'on rencontre: les pas qui rappellent les révolutionnaires, le vin, si proche du sang qui coule dans les rues de Paris et puis l'ombre et la lumière ou le mal et le bien qui culminent dans dans l'affrontement entre deux femmes Miss Pross, l'ange-gardien de la famille et Mme Dafarges, la terrible révolutionnaire. Et surtout, à côté de ces personnages un peu trop parfaits, on trouve mon personnage Dickensien préféré, Sydney Carton, avocat à la vie dissolue qui tombe amoureux de Lucie Manette et trouvera dans cet amour le rachat de ses péchés (oui, bon, c'est du Dickens!). Ce personnage est le double physique du (trop) parfait Charles Darnay et prendra donc sa place sous la guillotine afin que Lucy coule des jours heureux avec son mari. Charles et Sydney sont deux doppelg?-ngers, c'est à dire deux versions d'une même personne, une sorte de Dr Jeckyll et Mr Hyde. Certains ont vu en eux deux facettes de l'auteur lui-même, l'une terne mais respectable, l'autre cynique mais charismatique.

cocalight
25/04/12
 

Ecrit en 1859, après Bleak House mais avant De Grandes espérances, ce Conte de deux villes est le seul roman Historique écrit par Dickens. Il se déroule alternativement à Paris et à Londres, autour et au moment de la révolution française de 1789. On y suit Lucy Manette, française exilée à Londres qui va retrouver son père qu'elle croyait mort, vivre avec lui une relation très forte et très tendre, puis trouver l'amour en la pire personne possible. Revenus tous à Paris pour des raisons d'honneur, ils vont y vivre une tragédie, entourés de bien braves amis...C'est un roman violent qui comporte de nombreuses scènes furieuses et agressives. La ferveur et l'espèce de transe qui peut animer une foule est incroyablement rendue, et les raisons profondes et concrètes du 14 juillet 1789 sont limpides. On m'avait prévenue de tous côtés de me munir d'une boite de mouchoirs, je ne sais pas pour quelles raisons je n'ai pas ressenti intimement les soubresauts de l'intrigue, et son épilogue, quelle qu'en soit la beauté et la tristesse insondable ne m'a pas touchée, pierre que je suis !Je crains que la brieveté de ce roman ne soit en cause, je me suis habituée au millier de pages qui, apparemment, m'est nécessaire pour bien m'installer dans la plume de Dickens... Ou alors il y a trop de France, et de vilains français. Et sans doute l'édition Folio ne peut-elle soutenir la comparaison avec celle de La Pléiade, notamment au niveau des préfaces et notices (j'adore Sylvère Monod !). Ou enfin tout simplement me faut-il admettre que je suis aussi romantique que Gregory House. Je n'en admire pas moins, comme toujours, l'habile construction, et ma préférence va, comme de coutume, aux personnages colorés et peu favorisés, comme le cher Cruncher qui verra ses opinions sur "l'agenouille" évoluer... Sylvie Sagnes

SagnesSy
06/07/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.21 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition