Un deuil dangereux

PERRY, ANNE

EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 03/05/01
LES NOTES :

à partir de
8,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La famille moidore n'avait encore jamais connu de scandale, bien à l'abri dans sa demeure de queen anne street. Mais la famille va être frappée par un drame atroce : la fille de sir basil moidore est assassinée. l'inspecteur william monk est sommé de retrouver le coupable au plus vite et d'épargner
autant que possible la famille. peu aidé, tant par l'hostilité de ses supérieurs que par les séquelles de son amnésie, monk devra lire derrière les silences et les ombres pour parvenir à résoudre cette nouvelle enquête. Heureusement, sa complice hester latterly viendra lui prêter main-forte.
4 personnes en parlent

Dans cette seconde enquête, l’ inspecteur William Monk se retrouve au prise d’ une affaire particulièrement délicate à résoudre. L’ histoire commence sur la découverte dans sa chambre du corps sans vie d’ Octavia Haslet, l’ une des filles de Sir Basil Moidore, membre incontournable de la haute société britannique.Très vite il apparaît que le meurtrier est un membre de la maisonnée. L’enquête est difficile, le peu d’indices et la pression mises en aux lieux pour résoudre au plus vite et « aux mieux » cette affaire exacerbent les ressentiments entre les personnages.Du classique d’ Anne Perry, le lecteur assidu est en terrain familier tant sur le fond que sur la trame que dans la résolution ; ce second opus a un très fort air de déjà vu, dommage que l’ enquête piétine autant, un bon quart aurait pu être coupé.Quand au mystère Monk il demeure entier. Affaire à suivre donc.

Lacazavent
11/03/15
 

C'est toujours un plaisir de lire Anne Perry. Cette femme a un réel talent pour nous plonger dans l'époque victorienne.Contrairement à la série mettant en scène Thomas et Charlotte Pitt, il s'agit d'une autre série avec un inspecteur de police devenu amnésique... Original ! Miss Alfie

MissAlfie
16/04/13
 

Deuxième opus des enquêtes de Monk. Le style est toujours agréable, et même plus, car en effet, je n'ai trouvé aucun passage longuet. Si j'en ai trouvé certains un peu répétitifs, et si j'ai eut des envies de meurtres pour certains personnages, ce livre était vraiment bien à lire. Il se lit assez lentement, vu que le vocabulaire usité est bien celui de l'époque victorienne, et qu'il y a quand même cinq cents pages de lecture. Mais, il se lit vite aussi, parce que le point de vue de Monk comme celui d'Hester est vraiment intéressant, attrayant, assez fluide dans le fond, et ce, à cause des caractères de ces deux personnages qui ont une relation toute particulière.L'enquête est bien tracée aussi, on se pose vraiment des questions, on essaie de trouver le coupable sans y parvenir et on doute de tout le monde, surtout dans l'univers famillial des Moidore ou je n'ai pas eut l'impression que les gens s'aimaient entre eux totalement. On sent aussi tout le long de ce livre, la dure réalité des femmes de cette époque, notamment à cause d'Hester, qui est trop intelligente au goût des autres hommes, et on se rend compte qu'on a tout de même évolué sur ce point de vue depuis, car avant c'était "une femme doit se contenter d'être bête, d'écouter, d'approuver, d'obéir et voilà tout". Pas très réjouissant comme statut. Bref, ce livre était très bien, et je dois dire qu'il est rare que je sois déçu par des livres venant de 10/18 de la collection des grands détectives et qui plus est de l'époque victorienne ou d'avant guerre, parce qu'à chaque fois ce sont des vrais bijoux (je fais ici référence à Gyles Brandreth & Frank Tallis).

yuukichanbaka
24/05/12
 

Juste génial, comme les autres Anne Perry que j’ai lu. Et puis j’adore tellement la relation entre les personnages, notamment entre Monk et Hester qui ne cessent de se balancer des piques dans la tronche et qui pourtant paraisse hyper proche. J'aime bien aussi Olivier, mais beaucoup moins, et je trouve sa relation avec Hester beaucoup plus plate. J’adore aussi l’époque dans laquelle est placée l’histoire, avec tous ses avantages et ses désagréments (les aristocrates qui se sentent plus pisser, et les femmes qui sont traitées comme du caca de pigeon). Puis l’histoire est trop bien, elle prend au dépourvue puis on est à fond pour certains personnages alors qu’on se met à en détester d’autres, et en plus c’est pas forcément une happy end, surtout pour certaines personnes…

lasurvolte
30/10/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.10 cm
  • Poids : 0.31 kg