Un garcon d'italie

BESSON, PHILIPPE

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 21/08/03
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'été finit à florence, ville des princes et des énigmes. Mon histoire, elle, commence. je m'appelle luca et j'ai disparu. deux êtres s'en vont à ma recherche anna, ma compagne, tout
en courage et en douleur, et leo, jeune homme mystérieux qu'on voit souvent rôder aux abords de la gare. que je vous dise : je suis mort. pourtant, c'est bien moi qui vous parle.
2 personnes en parlent

« L'été finit à Florence, ville des princes et des énigmes.Mon histoire, elle, commence?Je m'appelle Luca et j'ai disparu.Deux êtres s'en vont à ma recherche: Anna, ma compagne, tout en courage et en douleur, et Léo, jeune homme mystérieux qu'on voit souvent rôder aux abords de la gare.Que je vous dise: je suis mort.Pourtant, c'est bien moi qui vous parle. »Ainsi résumé par le Livre de Poche, le roman de Ph Besson met en scène trois personnages centraux dont l'un a la particularité de commenter sa situation de cadavre, avec des détails réalistes, et les autres cherchent ce qui lui est arrivé. Il n'y a guère de suspens car on se moque de savoir au fond comment il s'est retrouvé en bas d'un pont. Ce qui compte c'est le dialogue à trois entre ce mort, cette femme qui finit par savoir qu'elle était trompée et ce jeune prostitué qui œuvrait du côté de la gare, sans état d'âme particulier. Il y a quelque chose de cynique et de tendre dans cette conversation univoque où personne ne répond à personne et où les monologues se juxtaposent. Hebelin

hebelin
19/02/14
 

D’un côté, Besson donne un ton personnel à chacun des trois narrateurs, il trouve les mots justes pour parler de choses parfois complexes (les relations humaines, le mensonge, le bilan forcé par un deuil,…) ; d’un autre la justesse des propos leur donne un côté très convenu. Aussi est-ce un récit sans surprise qui s’offre au lecteur.Sur la forme, j’ai été sensible aux voix de Luca et d’Anna, typiques de Besson ; lors de (trop) brefs moments on retrouve la saveur de « L’Arrière-saison ». La voix de Leo, par contre m’a déplu. Certes, elle est adaptée au personnage mais ses accents pasolinien ne sont pas ma tasse de thé ; affaire de goûts : à chacun de juger.La troisième et dernière partie est celle qui m’a le plus touchée, peut-être parce qu’elle se démarque des deux autres par son originalité.Une lecture optionnelle.

mycupoftea
11/01/13
 

Format

  • Hauteur : 20.90 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.28 kg