Un instant d'abandon

BESSON, PHILIPPE

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 01/08/05
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'histoire commence là, dans une ville de bord de mer, en automne. Un homme revient et, avec lui, c'est le passé qui resurgit. Des années plus tôt, il a été condamné pour un crime, peut-être le plus impardonnable qui soit. Les
gens n'ont pas oublié. Il ne revient pas demander pardon. Il veut retrouver au plus âpre de lui-même cet état d'innocence dont on l'a si violemment privé. Mais en finit-on jamais avec ses disparus et le temps d'avant ?
7 personnes en parlent

Thomas Sheppard , pêcheur de Farmouth, va petit à petit nous dévoiler ce qui a fait que sa vie a mal tourné. L’auteur présente les personnages vers lesquels il va s’épancher en séparant le récit en 4 livres tels des chapitres.Par ce procédé, Thomas va évoquer son retour au village natal, sa solitude et la stigmatisation. Il va ensuite s’expliquer sur le drame qui l’a conduit en prison, il est alors question de la faute. Dans une séduction sans désir auprès d’une femme rejetée comme lui il va se remémorer ses cinq dernières années de vie en milieu carcéral. Dans la dernière partie, c’est à Luke que nous avons affaire, le confident, et plus encore…Philippe Besson a une jolie plume, mais les descriptions des paysages tristes, de l’isolement, de la grisaille, de la souffrance m’ont malheureusement plongé dans l’ennui.

Metaphore
25/05/13
 

Ce roman de Philippe Besson nous mène en Cornouaille, dans un milieu rude, inhospitalier. C'est un récit confession ; Thomas Sheppard revient dans son village après 5 années passées en prison pour infanticide. Banni par les villageois, il livre son histoire à deux autres « parias », au rythme de la brume et de la pluie. C'est un très beau roman, l'omniprésence des éléments naturels, l'éloge du silence rendent certains passages très poétiques et suffisent à retranscrire une atmosphère ; les sensations du narrateur sont simplement suggérées sont palpables à travers les descriptions. Il ne cherche pas la compassion ou l'apitoiement, mais il espère trouver le salut : est-ce encore possible alors que l'opprobre et l'hostilité pèsent sur lui ?

fabula
23/05/12
 

Philippe Besson est un auteur que j’apprécie beaucoup et pourtant ce roman m’a parfois plongé dans un véritable ennui. Je n’ai pas retrouvé la force que je trouve généralement dans ses romans. Cette histoire n’insuffle aucun souffle, aucune puissance.Thomas est un homme qui a commis l’irréparable aux yeux des autres. Ils le condamnent avant même de savoir, avant même d’essayer de comprendre ce qu’il a pu se passer. Et lui, se laisse faire, ne dit pas un mot, ne cherche même pas à nier. Il se rend bien compte que cela serait inutile, que cela aggraverait peut-être même son cas. Et puis, il est prêt à tout pour s’enfuir de cet endroit qui l’étouffe, quitte à aller dans un endroit qui le privera encore plus de ses libertés : la prison.Lorsque le roman débute, Thomas est sorti de prison après avoir purgé ses années de peine. Et il revient à Falmouth, endroit qu’il avait tant de mal à supporter. Pourquoi ? Lui-même ne le sait pas vraiment. Et l’accueil qu’on lui réserve est loin d’être des plus chaleureux. Les habitants lui reprochent son crime évidemment, mais au fond, ils lui en veulent beaucoup plus, d’avoir par ce drame, bousculé leurs habitudes et surtout leur tranquillité. Au fil des pages, Thomas fera la rencontre de deux personnes. C’est à travers ses conversations avec ces deux personnages que nous allons découvrir les souvenirs de Thomas, de son enfance à Falmouth jusqu’au jour où les « hommes » viennent le chercher et même l’épisode de son passage en prison où il fera également une rencontre.L’étalage de ses souvenirs comporte parfois quelques longueurs, sûrement parce que le personnage est plus souvent dans un monologue que dans une véritable conversation. J’aurais aimé que ses interlocuteurs aient plus d’importance, plus de poids. Ici, on a plutôt l’impression d’un homme qui parle pour lui-même, sans se soucier de la personne qu’il a en face de lui et parfois, j’ai trouvé cela bien triste.Heureusement, la fin relève un peu le niveau. Une fin à laquelle je m’attendais car sans être dit, on ressentait une certaine tension, une certaine évidence entre Thomas et un des personnages présents dans ce livre. Une fin qui donne l’espoir d’un jour nouveau.

BillieSullivan
11/06/11
 

Les premières pages (description de cette ville, Falmouth, ville portuaire plongée dans la brume et apparition du héros, un revenant) sont assez belles et on trouve plus loin quelques jolies formules. On se dit que quelque chose va forcément arriver... qui n'arrive pas.Au final (pour ceux qui y arrivent), le livre est extrêmement ennuyeux. La fin surtout semble complètement bâclée, comme si l'auteur s'était dépêché de finir. Ambiance portuaire, un peu glauque, retour sur des lieux anciens : ça rappelle Simenon par moments, sauf que Simenon savait, lui, même dans ces ouvrages mineurs, captiver le lecteur... Ici, je n'ai ressenti aucun plaisir.

mtalence
06/06/11
 

J'aime beaucoup Philippe Besson dont j'apprécie le style sobre et épuré. Ce livre ne déroge pas à la règle, les personnages et l'histoire sont campés en de petites phrases courtes et concises. L'intrigue elle-même n'est pas banale, un peu malsaine. Pas le meilleur Besson, mais la complexité de l'âme humaine est bien décortiquée.

Valsette
16/05/11
 

Honnêtement, je ne pense pas que ce dernier né de Philippe Besson soit du grand cru ! Pourtant le début est prometteur et tient le lecteur agrippé, fasciné par cette ambiance morne qui règne à Falmouth. Le cadre est bien planté, les embruns, les falaises, l'isolement et le sentiment de non-retour sont très palpables. Et pourtant, l'auteur dérape en cours de route, la fin est flottante. Le glauque doit être associé à une certaine "poésie" pour être accepté, et là il n'y a que de la rigueur, de la violence. Le personnage de Tom Sheppard s'enterre et campe sur des positions que je trouve inexcusables. Et à trop les ressasser, je m'énerve presque contre ces petitesses qui ont ponctué le discours du pseudo repenti ! Trop facile... Bref, j'ai récemment lu une remarque sur Philippe Besson, devenu un peu trop fécond aux cours des dernière rentrées. La multiplication ne garantie pas la qualité, c'est à surveiller ! Et ce nouveau roman en est un preuve : la fin est bâclée.

Clarabel
23/02/09

L'âme d'un homme blessé Philippe Besson décortique les différentes facettes de la personnalité du protagoniste par touches successives, entraînant le lecteur dans un voyage au plus profond de l'âme. Sans jamais avoir l'impression d'être un voyeur, on entre dans l'intimité d'un homme.

Format

  • Hauteur : 20.70 cm
  • Largeur : 13.30 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition