Un monde ouvert

WHITE, KENNETH

livre un monde ouvert
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 25/01/07
LES NOTES :

à partir de
11,80 €

SYNOPSIS :

Difficile d'imaginer une ouverture au monde plus grande que celle qui se trouve dans ce parcours d'écriture tracé à travers tous les livres de poèmes de Kenneth White. En fait, chez cet poète au long cours, l'imagination s'efface devant l'investigation et l'expérience. Sa poétique explore un espace en dehors des lieux communs et des codes tout en s'affranchissant des illusions que l'humanité s'est inventées pour s'assurer un au-delà : la mythologie, la religion, la métaphysique, voire le sens de l'histoire. Il s'agit avant tout, dans cette oeuvre sans concession, mais non sans humour, de maintenir, face
au théâtre du monde, une distance et un silence où l'être peut encore accéder à une vraie présence, à une plénitude. Intellectuel nomade qui suit des circuits inédits, fondateur du mouvement géopoétique, Kenneth White s'affirme, par les perspectives multiples qu'il a mises au jour, comme l'un des créateurs les plus éclairants et les plus décisifs de l'époque. Solitaire, en son « atelier atlantique » de la côte nord de la Bretagne, il est pourtant au coeur de tous les grands questionnements et sa poésie, qui prend souvent la forme d'un livre d'heures, se révèle un puissant viatique.
1 personne en parle

L'auteur chante le monde, la nature, les éléments et surtout les bords de mer, qu'ils soient écossais, bretons, canadiens... Il encense tous les lieux dans lequel la quintessence du monde prend vie. L'auteur cherche à se fondre dans les éléments pour ne plus faire qu'un avec le monde. Accéder à une compréhension intuitive.« Fleurs jaunesQui dansent au ventUn corbeau sur une brancheQui croasseLe ruisseauQui reflète le cielDans ses rides gris-bleuPlage blanche, varechLa démarche hautaineDes huîtriersUn crabe bleu qui tâtonne dans une flaqueCoquille luisante. » (La maison des marées) « Entre une question et une questionEntre un silence et un silenceLe murmure de la rivière. » (La rivière qui traverse le temps) « AssuréQue la visée vitaleDe l’artC’est de jeter à la rondeImagesTémoignagesPreuvesD’une puissance de synthèseAccordée à la vieEt qui préserve la vieContre la solitudeLe morcellementLes agressions froidesDe l’espace et du temps. » (Le grand rivage, 11) - Un chant mélodieux inoubliable qui nous enjoint à mieux observer ce qui nous entoure pour nous éloigner des contingences matérielles et, enfin, flirter avec le spirituel... « Je suis las de lieuxOù l’homme se donne en spectacleJ’ai assez vu le théâtre humainLes gesticulations de ses pantinsToutes leurs petites histoiresCe qui m’intéresse à présentCe sont les champs silencieuxQui s’étendent alentourLes mouvements de la merLe ciel semé d’étoilesLe rapport entre mon corps et l’universEntre les nébuleuses et mon cerveau. » (Le testament d’Ovide) « Par-delà ce tumulteQu’est vivre, aimer et mourirLe ciel soudain s’éclaircit Balayé par un grand vent blanc. » (Le mistral blanc) - La dimension écologique n'est pas absente de ces pages : "Colloque à la Hague :"En 1900 l'Himalaya avait 10 000 glaciersà présent 2000 de moins au cours du dernier siècle et demila masse glaciaire des Alpes s'est réduite de moitié les glaciers de l'Alaskaont diminué de vingt pour cent ces cinquante dernières années." ils disent que le planète se réchauffeils prévoient des tempêtes et des inondations de nombreuses terres basses vont disparaître assis en ce lieusur un promontoire rocheux de l'Europeje regarde passer les nuageset j'écoute la rumeur de la mer." (Deux lettres de montagne) Lecturissime

Lecturissime
29/05/13
 

Format

  • Hauteur : 17.60 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.30 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition