Un monde sans fin

FOLLETT, KEN

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 02/10/08
LES NOTES :

à partir de
13,99 €
nos libraires ont adoré un monde sans fin
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La suite très attendue des Piliers de la terre, le plus grand succès mondial de Ken Follett. Ken Follett a conquis le monde avec Les Piliers de la terre (1990), phénoménale saga qui prenait place dans l'Angleterre du XIIe siècle, au rythme de la construction d'une majestueuse cathédrale gothique. Deux siècles plus tard, autour du même édifice, nous retrouvons les descendants de ces héros, dans la ville fictive de Kingsbridge... 1327. Quatre enfants sont les témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d'Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées... Gwenda, voleuse
espiègle, poursuivra un amour impossible ; Caris, libre et passionnée, qui rêve d'être médecin, devra défier l'autorité de l'Église, et renoncer à celui qu'elle aime ; Merthin deviendra un constructeur de génie mais, ne pouvant épouser celle qu'il a toujours désirée, rejoindra l'Italie pour accomplir son destin d'architecte ; Ralph son jeune frère dévoré par l'ambition deviendra un noble corrompu, prêt à tout pour satisfaire sa soif de pouvoir et de vengeance. Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire... Appuyée sur une documentation historique remarquable, cette fresque épique dépeint avec virtuosité toutes les émotions humaines, à travers un demi-siècle d'histoire mouvementée...
Si vous avez aimé "les pilliers de la terre" vous adorerez "un monde sans fin"

De la première à la dernière page, nous sommes captivés par ces personnages, du bâtisseur à la guérisseuse en passant par le cruel chevalier, tout cela sous l'autorité de l'église.

Un livre émouvant, triste et gai à la fois, vous allez adorer.

frederic (lomme)
Si vous avez aimé "les pilliers de la terre" vous adorerez "un monde sans fin"

De la première à la dernière page, nous sommes captivés par ces personnages, du bâtisseur à la guérisseuse en passant par le cruel chevalier, tout cela sous l'autorité de l'église.

Un livre émouvant, triste et gai à la fois, vous allez adorer.
Frederic ,
Libraire
(C.Cial Vache Noire)
15 personnes en parlent

Ce livre, je dois dire que j'ai mis un temps fou à le lire, non pas parce qu'il est inintéressant, mais parce qu'il est vraiment très très très gros.L'histoire d'Un monde sans fin est vraiment très sympa' : on entre totalement dans une autre époque, le Moyen-Age... C'est tellement différent de ce qu'on pourrait vivre, mais pourtant on s'identifie et reconnait facilement nos connaissances dans les différents personnages ! C'est très agréable de se sentir à sa place dans un livre !On s'attache vraiment très facilement aux différents personnages, ils sont nombreux mais facilement reconnaissables. Ils sont vraiment crédibles : je ne doute pas qu'ils puissent exister dans la vraie vie !L'histoire est également très crédible. On voyage vraiment très facilement dans le temps et l'on ne peut pas douter que ce qui se passe aurait pu être vrai. D'un autre côté, le Moyen-Âge est une période tellement à part que quand une histoire se situe à cette époque, il est difficile de dire qu'elle ne peut pas être crédible...Il y a de l'action et des sentiments. Je crois que chacun peut trouver son compte dans Un monde sans fin. Bon l'histoire est à dominante policière mais même si on est pas fan du genre, l'histoire reste magnétique.Ce livre est comme une micro-société : les personnages sont tellement différents les uns des autres et leurs histoires également qu'on a l'impression que tous ce qui pourrait se passer se passe dans Un monde sans fin. C'est très étonnant mais c'est très agréable !Mon seul regret est le nombre de page... 1300 c'est beaucoup trop, du coup la qualité du papier s'en ressent et c'est dommage. Sans compter qu'un livre qui "traine", ce n'est pas ce que je préfère... Trois semaines à le lire, c'est un sacré record ! Ça aurait pu me dégouter de l'histoire (mais ce n'est pas le cas !).Cependant, je ne vois pas du tout quels passages Ken Follett aurait pu supprimer... Tout dans ce livre est utile, c'est vraiment très agréable !

MademoiselleLuna
12/06/12
 

Un livre riche et palpitant avec tous les ingrédients d'un best-seller : des intrigues sentimentales et de pouvoir, la grande histoire, avec notamment la peste noire et la bataille de Crécy, une description détaillée d'une société en évolution (on est proche de la Renaissance), des méchants qu'on déteste, des gentils qu'on aime, quelques scènes de fesse parfois très crues. On ne s'ennuie pas une seule seconde.Je regrette qu'on sente les passages où l'auteur récite sa leçon sur le moyen-âge, et la fin où il rappelle sans cesse, au cas où le lecteur aurait perdu la mémoire, les faits qui se sont passés au cours de l'histoire.C'est aussi une ode au libéralisme, les marchands sont les seuls à faire bouger la société, les religieux sont sournois, obtus, intrigants et idiots (avec des moeurs très libres), les politiques sont corrompus ou à la botte des religieux, l'initiative individuelle y tient une grande place.

faberis
02/08/09
 

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai décidé de replonger dans ce « pavé » écrit par Ken Follett. Car après avoir apprécié, il y a quelques années, « Les piliers de la terre », je me faisais une joie de lire ce second roman, avec une petite appréhension tout de même, celle de lire un copier-coller des "piliers de la terre"... Mais revenons à ce livre. Nous revoici plongés dans les méandres d'une histoire riche en personnages, dans un contexte historique où regorge les allusions à l'histoire d'Angleterre. Ce contexte est différent de celui des piliers, mais nous sommes tout de même toujours dans la grande période historique qu'est le moyen-âge. L'auteur nous propose cette fois aussi une histoire où l'architecture et la réussite (très difficile à obtenir) d'un seul homme pour réaliser son rêve est le fil conducteur de ce roman. Comme vous l'aurez compris, les reproches envers ce livre, ceux que j'avais anticipé avant même de commencer cette lecture, peuvent être tous résumés de la sorte : les ficelles tirées par l'auteur sont les mêmes que celles des "piliers de la terre". J'ai pourtant globalement apprécié cette lecture, car j'aime ce genre d'histoire. Je regrette toutefois de ne pas avoir été surprise. Il manque "le petit truc en plus" qui aurait fait la différence et aurait permis d'éviter une comparaison qui dessert ce roman.

seriephile
28/05/14
 

Autant j'avais adoré "Les piliers de la Terre", autant je trouve que cette suite est un peu "réchauffée".D'abord, le premier volet s'étend sur plusieurs siècles, alors que celui-ci ne couvre qu'une vie d'homme. Alors 1300 pages pour 40 ans, c'est un peu long. Donc très délayé à mon goût.Schématiquement, on pourrait dire que ce roman, c'est Caris, femme libre, qui n'est pas d'accord avec ce que veut son prieur et qui va plaider sa quête auprès du roi. Elle revient, elle a gagné, ou presque. Puis le prieur énonce une autre loi. Caris n'est pas d'accord, alors elle repart voir le roi. Et ainsi de suite.Ralph est un vrai méchant qui viole les femmes et dirige sa seigneurie avec violence.La pauvre Gwenda sera toujours une laissée pour compte, ainsi que son mari et leurs enfants, enfin presque.Sans oublier le fourbe Godwyn et son acolyte Philémon. Heureusement, il y a le bon coeur de Merthin et son savoir-faire qui s'élèvera à travers les générations.Malgré tout, j'ai trouvé la plume de l'auteur pro-feministe voire pro-communiste, ce qui dénote à cette époque.Et puis la fin à la Star Wars m'a (presque) fait éclater de rire.Bref, je n'ai pas accroché.L'image que je retiendrai :La dernière, si belle après toute ces péripéties : Caris et Merthin enfin ensemble sur le toit de la création de Merthin, soupirs, c'est beau.... Alex-Mot-à-Motshttp://motamots.canalblog.com

AlexMotaMots
12/04/13
 

J'ai dévoré les piliers de la terre... J'ai été déçue par celui-ci. En effet, nous retrouvons le même décors quelques siècles après notre première saga. De nouveaux personnages sont mis en scène, mais ils ressemblent étrangement à ceux de l'autre tome. On y retrouve exactement les mêmes ambitions, les mêmes vices, les mêmes vertus. De nombreuses répétitions sont faites tout au long de l'ouvrage, qui sont très désagréables. Les personnages m'ont déçu, ainsi que l'histoire, qui par moment fait penser à un mauvais téléfilm.Après, on ne peut pas nier que la documentation historique est impressionnante et que c'est bien écrit. Je reste néanmoins sur ma faim. Je pense que le tort que j'ai eu est d'avoir voulu le lire très rapidement après les piliers de la terre. Broutille de lune

Broutille
06/01/13
 

Un livre qui ne déçoit pas après "Les Piliers de la Terre". Bien construit et très fluide, on y plonge dès les premières lignes sans pouvoir le lacher une seconde. Le fait de ne pas faire une suite réelle des "Piliers de la Terre" était judicieuse car le laps de temps entre les deux parutions étant longue, il aurait été difficile de se mettre dedans sans relire le premier pavé.Un vrai bon livre à avoir dans sa bibliothèque. ELeNAKei

elenakei
22/11/12
 

Séduite par l'adaptation télévisée des Piliers de la terre, je me suis lancée au printemps dans la lecture de la "suite", Un monde sans fin. Il ne s'agit pas d'une suite à proprement parler puisque l'action se situe deux siècles plus tard. On y rencontre cependant les descendants des personnages du premier tome.J'ai mis du temps à entrer dans l'histoire parce que j'étais encore sous « l'emprise » des personnages du premier volume et parce que je n'y retrouvais pas la magie liée à la construction de la cathédrale ; mais peu à peu, je me suis laissé bercer par l'histoire, je me suis familiarisée avec les personnages et j'ai été déçue de l'achever (pourtant il n'est pas court...). L'histoire d'amour tumultueuse entre Caris et Merthin, la personnalité de ce dernier, en contraste total avec son frère Ralph, cruel, sans foi ni loi, le cadre du récit (l'Angleterre du XIV° siècle, le prieuré, la peste...), m'ont vraiment laissé un bon souvenir.J'ai trouvé cependant que le secret enfoui dans la terre au début du roman devant les quatre personnages principaux alors enfants n'était pas aussi porteur que celui des Piliers de la terre qui soutient toute l'intrigue et lie les personnages entre eux.

LeCottagedeMyrtille
18/03/12
 

Ken Follett n’est pas novice en matière de Best Seller et cela se voit bien dans ce roman où la longueur ne pèse pas tant on pourrait être emporté par les faits qui se déroulent sous nos yeux.Tous les ingrédients, pour que chacun s’y retrouve, sont réunis : un peu d’histoire (bien documentée comme à son habitude), des bons, des méchants aux caractéristiques bien nettes, presque trop, peu de personnages en demi-teinte, un peu d’espionnage, un peu d’amour (dont certains contrariés forcément), un peu d’amitié, un peu de tendresse (et de sexe), un peu de peur, un peu de violence, un peu d’épidémies, etc … mais tout est « un peu ». Et comme dans les bonnes recettes, un peu de chaque ingrédient fait un tout d’un assez bon crû pour qui a envie de passer un agréable moment de lecture sans chercher plus loin …Dans une période de vacances où le temps ne nous est pas compté, je dirai que ça se lit bien, qu’on ne voit pas la journée s’écouler malgré le nombre de pages, que les personnages sont juste assez attachants pour qu’on ait le souhait de connaître leur avenir, pour qu’on ait envie de les accompagner vers le meilleur pour eux.Malgré une écriture fluide, des événements qui se mettent bien en place, malgré l’idée de départ qui n’est pas mauvaise, malgré tout cela, je ne suis pas emballée.Ce roman ne m’a, à aucun moment, prise « aux tripes », bouleversée, secouée, émue, interpelée, posée question …. Je l’ai lu, détachée, pas du tout ou si peu concernée, que j’en garderai un souvenir un peu fade, comme un bon plat à qui il aurait manqué un dernier épice pour devenir inoubliabl

Cassiopea
27/02/12
 

Dans l'ensemble j'ai apprécié et sans avoir lu "les Piliers de la terre" ! Mais parfois j'ai eu des moment de faiblesse... surtout avec la bataille de crécy et l'expédition des deux nonnes en France... Ce qui m'a un peu épuisée ce sont les constants revers de fortunes de nos héros... maintenant que je l'ai terminé les personnages me manquent et à quand les aventures de Lolla, Roland, David et Sam ?On apprend pas mal de choses sur cette époque.7 parties qui retrace l’histoire de 1327 à 1361 de Kingsbridge et Wigleigh (principalement).Nous avons la hiérarchie et les différentes classes sociales de l’époque :Journaliers sans terrePaysans avec terreMoines et nonnesMarchandsCharpentiers, maîtres/ compagnons et apprentis.Il y a les villes royales et les villes féodales qui ne sont pas soumises aux mêmes lois. Le roman est très documenté et tout est bien expliqué en fonction des événements.Les tisserands anglais et italiens ont des techniques différentes, tout l’aspect technique était intéressant. Chacun cherche de son côté.L’évolution du commerce, la stabilité politique permet plus d’échanges et d’autres exploitations des ressources, les gens circulent et les idées aussi.Les valeurs morales, et les mœurs sont des sujets qui permettent de cerner les personnages.La place des femmes, si elles tente d’en sortir elles sont menacées, puis accusées de sorcellerie.Nous avons une partie qui se passe pendant la guerre en France : nous avons le détail des stratégies, de la géographie et des armes nouvelles utilisées.Les personnages : Merthin & Ralph, Gwenda & Philémon, Caris & Alice. A chaque fois un bon et un sournois dans chaque duo.Par exemple :Edmond & PetronilleGodwin & Thomas.A de nombreuses reprises on a cette dualité qui apparaîtMerthin/Godwin, Wulfric/Ralph, Gwenda / Annet, Caris/Elisabeth, Edmond/Godwin, Mère Cécilia/Godwin, Merthin Elfric.Les calamités semblent accabler les gentils plus qu’à leur tour. Alors qu’il semble que les méchants voient surgir des solutions aux problèmes qu’ils créent.Plus de mille pages et j’ai dû mal à parler de ce roman. Une lecture qui m’a parut longue, j’avais l’impression qu’ils ne pourraient jamais s’en sortir, ça m’a presque lassé ce mécanisme, à chaque fois qu’ils sortent la tête de l’eau quelqu’un vient leur enfoncer.Ma lecture une fois finie, j’ai eu les personnages qui me revenaient en mémoire et en fin de compte j’aurais voulu que leur histoire soit encore plus détaillée. Un vrai paradoxe.

ramettes
17/01/12
 

Moi qui ne suis pas tres fan d'histoire,j'ai adore ce livre,tout comme le premier tome"les piliers de la terre".outre la romance entre les differents personnages on decouvre la vie au moyen age,et les passages purement historique se marient bien dans le roman.beaucoup mieux qu'un cours d'histoire et facile a lire malgres le nombre de pages!!!!

sevryne
08/01/12
 

Très bonne reconstitution de la vie au 14è siècle. L'histoire ne faiblit pas tout au long du livre, les personnages jouent à l'excès l'hypocrisie et la cruauté (Godwyn et Ralph), les bons (Caris, Merthin et Thomas) nous entraînent dans leurs amours, leurs passés et leurs projets. La grande histoire, présente aussi ,nous plonge au temps des guerres et de la grande peste.Immorale aussi quand les "méchants" s'en sortent presque avec les honneurs avant de finir (enfin) par payer pour leurs méfaits.Intrigues, vengeances, amours, ambitions, tout est réuni au long de ces 1300 pages pour nous faire passer d'excellents moments.Mais au fait, avons-nous tant évolués depuis nos ancêtres ????

Puppy
15/01/11
 

Hervé Le livre "Les pilliers de la terre" avait été une vraie révélation pour moi : celle d'un roman historique bien écrit, d'une précision impressionnante, avec des personnages, une intrigue, un contexte parfaitement et harmonieusement réunis dans ce gros volume, dont bien sûr, j'attendais la suite avec impatience !Pourtant, j'ai été très déçu par la lecture des 1300 pages d'"un monde sans fin". Il ne s'agit effectivement pas d'une suite, puisque l'on saute plusieurs générations et que les personnages des pilliers ne sont qu'évoqués. Et puis, j'ai eu le sentiment de lire un produit très "marketé" : des rebondissements un peu grossiers et attendus, des scènes "osées" totalement inutiles et déplacées, une écriture très inégale, un ton, une ambiance très best seller d'aujourd'hui, bref, rien à voir avec "les pilliers de la terre". Espérons juste que Ken Follet s'arrête là...

Après avoir fait vibrer des milliers de lecteurs avec son épopée "Les piliers de la terre", Ken Follett réitère son coup de maître avec "Un monde sans fin", mettant en scène des hommes et des femmes évoluant dans l'Angleterre du quatorzième siècle, avec leurs rêves, leurs passions, leur tragédies personnelles, à une époque en proie aux bouleversements : entre la guerre de cent ans et la peste, les héros de Ken Follett cherchent le bonheur. En 1327, quatre enfants assistent malgré eux au meurtre de deux hommes dans la forêt et dès lors, leurs destins seront constamment liés. Dix ans plus tard, nous retrouvons Ralph, rêvant d'être anobli, son frère Merthin, tâchant de s'affirmer en tant d'architecte, la jeune Caris, féministe avant l'heure, désirant être médecin, et Gwenda, victime des fourberies de son père. C'est sur plus de trente ans que nous suivons ces personnages, et que l'on apprend donc à les apprécier. Si l'on pouvait éventuellement reprocher à Ken Follett d'avoir crée avec "les piliers de la terre" un monde manichéen aux personnages aux rôles bien précis, cette réserve semble avoir disparu avec "Un monde sans fin". Si certains personnages, à l'instar de Merthin, sont foncièrement bons, ou d'autres, comme Ralph, vraiment mauvais, certains oscillent entre les deux, s'attirant les encouragements et le blâme du lecteur. L'on voit par exemple Godwyn avec bienveillance quand il cherche à devenir prieur : mais on le méprise par la suite. Dans un livre qui met en scène des personnages sur une plage de temps aussi étendue, on s'attend à les voir évoluer : pari réussi pour Ken Follett, qui évoque par exemple les ambitions déçues de Godwyn, entreprenant dans sa jeunesse, blasé et engoncé par la routine par la suite. Oeuvre monumentale, "Un monde sans fin" se lit pourtant relativement vite : cependant, l'on a parfois un peu de mal au début, tant l'on doit retenir de noms. Après cela, le récit semble couler tout seul, avec aisance. Oeuvre historique en même temps que roman, "Un monde sans fin" invite le lecteur à découvrir le quotidien de nos ancêtres : comment vivait-on au quatorzième siècle? C'est le portrait d'une Angleterre encore catholique, fortement régie par le clergé et à la noblesse presque toute puissante, une Angleterre belliqueuse, mais déchirée par la peste, que Ken Follett nous dépeint. Dépaysement garanti ou la guerre de cent ans vue par les anglais. En toute logique, vu que l'action se déroule de nouveau à Kingsbridge, l'univers clérical est également exploré : nous pénétrons au prieuré avec Godwyn, au couvent avec Caris. Avec Godwyn et Philemon, nous apprenons à diviser pour mieux régner, toutes les règles de la politique étant appliquées lorsqu'il s'agit de la succession du clergé. Enfin, nous prenons également une leçon d'architecture avec Merthin. En somme, un livre très complet, divisant l'action entre les personnages principaux de manière à ne pas lasser le lecteur, et dont les pages semblent se tourner toutes seules. Ajoutons que pour les plus romantiques d'entre nous, l'histoire d'amour entre Merthin et Caris semble être l'un des fils rouges de l'histoire. Ken Follett? Tout pour plaire !

wellreadkid
08/09/10
 

Les Piliers de la Terre est un de mes livres préférés et c'est avec enthousiasme que je m'étais rendue à la séance d'autographes de Ken Follett pour ce livre annoncé comme la suite des Piliers.J'ai avalé ce gros livre en une semaine et pourtant je reste mitigée.Tout d'abord, cette suite n'a de suite que le nom. Les lieux sont les mêmes mais je rassure ceux qui n'auraient pas lu Les Piliers de la terre, nul besoin de les lire pour comprendre ce 2ème opus. On y fait juste référence à quelques personnes clefs du 1er livre mais en tant que figures historiques de la ville.En revanche, ce qui est identique au 1er livre, c'est la structure de l'histoire. C'est exactement le même schéma avec des personnages qui ressemblent beaucoup à ceux des Piliers de la terre : les 2 jeunes héros qui s'aiment mais que la vie sépare, la brute épaisse, l'individu hypocrite qui va semer des embuches sur le chemin des héros, les moines réfractaires à tout changement, ... C'est un peu "on prend les mêmes et on recommence".De plus, dans les Piliers de la Terre, certaines scènes étaient très sensuelles mais sonnaient justes. Alors que là, par moments, les scènes sont plus à caractère purement sexuel (je n'ai d'ailleurs pas du tout aimé le ton badin employé pour décrire des scènes de viol).Enfin, il est vrai que certains rebondissements sont un peu tirés par les cheveux et le côté "deus ex machina" est un peu pénible car ça manque de vraisemblance.Mais bon, ne vous méprenez pas, j'ai lu ce livre de bout en bout et j'y ai pris plaisir. Il est bien documenté, les héros sont agréables (à défaut d'être vraiment attachants) et l'écriture est toujours plaisante à lire.Mais, définitivement, ce n'est pas du "grand" Ken Follett ...

Argantel
15/12/09
 

Cela se passe au moyen âge en Angleterre pour la majeure partie, on trouve pourtant une description de la bataille de Crécy !

fdelmond
28/01/09
 

Format

  • Hauteur : 24.10 cm
  • Largeur : 15.60 cm
  • Poids : 1.23 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : VIVIANE MIKHALKOV