Un sac de billes

JOFFO, JOSEPH

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 14/04/82
LES NOTES :

à partir de
5,30 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Joseph Joffo Un sac de billes Traduit en 18 langues, Un sac de billes, livre d'une exceptionnelle qualité, est un des plus grands succès de librairie de ces dix dernières années. Un très beau livre, émouvant et fort... Alphonse Boudard. Ce livre qui est celui de la peur, de l'angoisse, de la souffrance aurait pu être aussi le livre de la haine, mais il est, en fin de compte, un cri d'espoir et d'amour. Bernard Clavel. Parmi
les témoignages sans nombre consacrés aux temps maudits, celui-lâ est unique, par la nature de l'expérience, l'émotion, la gaieté, la douleur enfantine. Et conté de telle manière que l'aventure saisit, entraîne, porte le lecteur de page en page et jusqu'à la dernière ligne. Joseph Kessel. Une spontanéité, un humour, une tendresse, une émotion discrète qui en font un livre pas comme les autres. La Croix.
4 personnes en parlent

Récit autobiographique qui raconte la fuite de Joseph et de son frère aîné Maurice durant la Seconde guerre mondiale, depuis Paris, et le salon de coiffure familial, jusqu'au midi de la France. Les deux garçons vont connaître une série de péripéties, cachant toujours leur judéité.Ce texte est passionnant qui met en scène deux gamins perdus sur les routes de France, livrés en partie à eux-mêmes, pas réellement conscients du pourquoi de leur fuite.Plein de tendresse et d'humour, l'histoire ne laisse pas de répit, les événements s'enchaînant rapidement.Jacques Doillon en 1975 a réussi un film sensible à partir des souvenirs de Joseph Joffo. Maltese

Maltese
24/02/09
 

Ma mère m'a offert ce livre au noël dernier, elle connait parfaitement mes goûts ! Joseph Joffo et son frère sont Juifs, et leur mère les a jeté dehors avec 10 000 francs pour qu'ils échappent aux Allemands. J'ai trouvé ce témoignage incroyable, il montre que dans la difficulté on peut faire des choses improbables, comme demander à ses enfants de 10 et 12 ans de parcourir la France seuls, alors qu'ils courent un énorme danger. Les enfants font preuve d'un courage hors du commun, ils arrivent à franchir tous les obstacles, justement parcequ'ils sont petits. Par exemple, Joseph se fait passer pour l'enfant d'un inconnu, afin d'échapper aux questions d'un Allemend qui lui demandait ses papiers, ce qu'un adulte n'aurait jamais pu réussir à faire. J'ai trouvé ça "marrant" de voir comment ma ville, Nice, était à l'époque, puisque Joseph y a fait un trafic de fruit avec un épicier en plein Place Massena, qui était alors cernée par des soldats, et aujourd'hui c'est devenu la place des skateurs et des scultures bizarres qui brillent la nuit... Malgré leur chance, les enfants n'échappent pas à tout danger, et Joseph se fait prisonnier par les Allemands, qui vont le séquestrer plusieurs semaines dans un hôtel (celui où travaillait ma tante il y a quelques années...), et c'est dans cet endroit que les Juifs étaient rassemblés, on procédait à un tirage au sort pour décider qui partira dans les Camps. Et comme toujours dans ces histoires, il y a un copain de Joseph qui se fait appeller par un Juifs, suivi de la phrase "Je ne le revis jamais", et on comprend que le petit garçon et vraiment mort, que ce n'est pas une histoire fictive. Je trouve ça vraiment trop triste, et j'ai à chaque fois la larme à l'oeil. J'ai beaucoup apprécié l'épilogue: Joseph Joffo nous explique qu'il a fait la tournée des lycées dans les années qui ont suivies la Guerre. Il nous montre que beaucoup d'élèves ne comprenaient pas la réaction de sa mère, qui les a laissé partir seuls, qu'à leur place leur mère n'aurait pas voulu. Ils ne comprennent pas la situation de l'époque, ils n'avaient pas d'autres choix que de fuir, c'était parcourir la France seul à 10 ans ou finir gazé... Le choix est vite fait. Le seul bémol, c'est qu'on ne sait pas ce qu'est devenu sont frère :/

Dahlia
24/10/11
 

Ici, la guerre est en fait le décor de la vie d'un petit garçon et de son frère : l'ambiance est moins lourde que celle que l'on pourrait retrouver dans un témoignage « adulte » puisque l'auteur écrit avec ses souvenirs d'enfance. Certes l'horreur de la guerre est toujours là et le petit Joseph semble en avoir conscience mais l'espoir et l'optimisme sont présents à toutes les pages.Je ne savais pas que ce livre était en réalité un tome 2 d'une trilogie, donc j'essaierais de me procurer le premier tome Agates et calots : le dernier tome, l'après-guerre, m'intéresse moins.En tout cas, je pense que sa classification jeunesse est tout à fait adéquate : les plus jeunes pourront découvrir la vie des enfants de leur âge à cette époque difficile et ainsi s'approprier une époque dure et parfois complexe à leur expliquer.

RizDeuxZzZ
23/03/15
 

Un livre haletant. Ce livre est le véritable témoignage de Joseph Joffo. Joseph Joffo est juif , lors de la seconde guerre mondiale il avait 10 ans. Ça famille se sépare en plusieurs groupes de deux pour ne pas se faire repérer. Il se retrouve alors seul avec son frère a peine plus âgés que lui, a parcourir la France occupée. Ils doivent apprendre à survrire seul.Article sur mon blog. Maya Faucon

mayafaucon
19/03/15
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition