Un secret

GRIMBERT, PHILIPPE

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 26/09/07
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Philippe Grimbert est psychanalyste. Il a précédemment publié trois essais, Psychanalyse de la chanson (Les Belles Lettres 1996), Pas de fumée sans Freud (Armand Colin 1999, Hachette Littérature 2001) et Chantons sous la psy (Hachette Littérature 2002). La petite robe de Paul, paru chez Grasset en septembre 2001, était son premier roman. Un secret est son deuxième roman. Le Livre: Au commencement de ce roman, le narrateur raconte que, petit garçon et fils unique, il s'est inventé un frère : « J'ai longtemps eu un frère. Il fallait me croire sur parole quand je servais cette fable à mes relations de vacances, à mes amis de passage. J'avais un frère. Plus beau, plus fort. Un frère aîné, glorieux, invisible. » Ce fantôme tyrannique a hanté ses jeunes années. Entouré de silence, ployant sous une culpabilité familiale, le narrateur éprouve le besoin de raconter un passé qu'il s'imagine lisse et tranquille
jusqu'à ce que Louise, vieille amie de ses parents et confidente de l'enfant, vienne tout d'un coup lui révéler un secret lourd et bouleversant. Ce frère inventé, Simon, a réellement existé et il est mort en camp de concentration avec sa mère, Hannah, la première épouse de Maxime. Soudain tout le poids de ce passé noir et caché va surgir et bouleverser la représentation du monde que s'était forgée l'enfant. Il imagine alors Maxime et Tania, ses parents, vivant leurs amours coupables. Quant aux morts sans sépulture, héros d'une tragédie trop longtemps occultée, ils vont provoquer un véritable retournement : c'est ce secret révélé qui fait naître chez le narrateur sa vocation de psychanalyste. Ici le travail d'écriture est devenu travail de deuil et l'auteur, tout en livrant sa part la plus intime, nous montre comment celui qui a souffert du silence peut devenir celui qui va en délivrer les autres.
13 personnes en parlent

«Fils unique, j'ai longtemps eu un frère. Il fallait me croire sur parole quand je servais cette fable à mes relations de vacances, à mes amis de passage. J'avais un frère. Plus beau, plus fort. Un frère aîné, glorieux, invisible.»Dès les premiers mots de son roman autobiographique, le psychanalyste Philippe Grimbert nous enchante et nous enchaîne. Car tout, le style élégant et dépouillé, le ton sobre et pudique, la sensibilité et l'émotion contenue, la construction du récit en un lent cheminement du narrateur dans sa quête de vérité, cette longue et respectueuse exploration d'un secret de famille, tout sonne juste. On comprend vite que ce roman est de ceux qui hantent longtemps la mémoire de celui qui s'y plonge. Et je voudrais tant convaincre ceux qui ne l'ont pas encore ouvert de le faire ! Mais comment m'y prendre ? Car le raconter serait le trahir ; l'analyser, l'abîmer ; en faire l'éloge, en dénaturer l'émotion... Quelques mots toutefois, en espérant ne pas trop en révéler...Fils unique et petit garçon introverti, solitaire et maladif, le narrateur s'est donc inventé un aîné idéal, un double inversé, avec qui il converse dès qu'il en ressent le besoin, avec qui il se bagarre la nuit venue. Un frère beau et fort qui ferait assurément la fierté de ses parents, Maxime et Tania, deux athlètes reconvertis dans la vente d'articles de sport. Auprès de ses parents le garçon mène une existence en apparence simple et paisible, mais dominée par le silence qui règne dans sa famille. Un silence lourd et incompréhensible pour l'enfant, un silence qu'il devine empreint de honte et de culpabilité. Alors, sans oser poser de questions, le garçon se raconte des histoires et s'invente un passé magnifié : comment ses parents se sont rencontrés avant la Seconde Guerre mondiale, comment ils se sont aimés durant leur exil en zone libre pendant l'Occupation, comment lui-même est naît après guerre... Une belle histoire, idyllique, mais imaginaire. Jusqu'au jour de ses 15 ans, jusqu'au jour où Louise, une vieille amie de la famille et sa seule confidente, lui révèle enfin le secret de sa naissance issue de l'amour fou et coupable de ses parents. Une vérité bouleversante, mais qui lui permet enfin de se construire.Un secret commence sur un mode intimiste, avec l'histoire simple d'une famille ordinaire, puis nous sommes entraînés au fil des pages dans l'Histoire : la Seconde Guerre mondiale, l'occupation allemande, le génocide juif, l'ombre des camps... Et la recherche de vérité du narrateur, cette confidence qu'il livre au lecteur d'une voix qui s'étrangle peu à peu sous le doute et l'émotion, mêlant le basculement de l'Histoire à son vacillement intérieur. Ce récit autobiographique de Philippe Grimbert est un roman grave et néanmoins magnifique. Sa manière limpide de raconter une histoire de famille douloureuse rend l'ensemble plus bouleversant encore. L'histoire qu'il raconte est si fluide qu'elle paraît presque ordinaire. Il n'en est rien. Elle est universelle.

Kara
19/01/10
 

Deux regards ! Un petit chien en peluche, trouvé dans un grenier, est le fil rouge entre un petit garçon qui rêve d’un frère imaginaire, de parents sublimes… et l’ Histoire où un autre petit garçon est entrainé volontairement par sa mère , vers l’horreur des camps nazis. Livre inoubliable, qu’il est bon de lire deux fois, comme le narrateur lui-même le propose : cette histoire est la sienne, vue par l’adulte qu’il est devenu et par l’enfant qu’il a été. Pudeur et sensibilité également très bien rendu par le film.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

"Fils unique, j'ai longtemps eu un frère." Voici la première phrase du livre de Philippe Grimbert. Un jeune garçon s'invente donc un frère et au fil des années qui passent va découvrir la vérité familiale : un secret de famille bien caché.Voilà pour le "résumé" d'un livre beaucoup lu et d'un film (que je n'ai pas vu, j'ai souvent un train de retard) beaucoup vu. J'avais déjà beaucoup aimé La petite robe de Paul de P. Grimbert.Dans Un secret, l'auteur sait nous amener là où il veut. Il nous ballade, nous raconte la vérité officielle et la vraie vérité si je puis dire, sur le même ton. Drôlement bien mené. Récit violent, sincère et touchant. Je n'ose pas en dire plus pour ne rien dévoiler si ce n'est que j'ai maintenant très envie de voir le film. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Un livre qui attire toute notre attention des la première phrase... dans son roman il va nous raconter la vie d'un jeune garçon qui lui même va nous raconter l'histoire de sa famille pendant la période de l'occupation allemande

JTMA
22/11/13
 

L’histoire :Philippe Grimbert raconte un pan de son ensemble, celle d’un enfant unique qui s’inventait un frère idéal pour combler un manque. Jusqu’au jour où une discussion avec une amie de la famille va mettre au jour un terrible secret qui n’est pas étranger à la Seconde Guerre mondiale.Un peu de réflexion…Ce roman explore les mystères et les méandres de l’enfance, à travers l’histoire vraie de Philippe Grimbert, qui va voir toutes ses illusions et sa famille en apparence idéale s’effondrer à cause d’un lourd secret. Et l’on découvre que, en voulant cacher son histoire à un enfant, on lui créé toutes sortes de problèmes psychiques, car même tues, les histoires cachées sont là, tapies.Les points positifs ?Le format très court du récit ne laisse aucune langueur s’installer chez le lecteur. Au contraire, tout va très vite, pas de détails superflus. Mais toujours avec une écriture pleine d’émotion et proche du lecteur car le roman est écrit à la première personne du singulier.Cet ouvrage, c’est le parcours d’un enfant sur les traces de son passé, c’est l’affrontement avec les démons du passé et la douleur des parents, et c’est les ravages que la guerre a laissé aux survivants.Les points négatifs ?Aucun point négatif, j’ai tout aimé dans ce court roman autobiographique de 184 pages tout juste.En bref ?En ouvrant ce livre, je ne m’attendais pas à un roman autobiographique. Cela lui a donné encore plus de poids. Un livre très rapide à lire mais difficile à refermer. Marylin

marylinm
21/11/13
 

Lu pour les cours de français. Une histoire humaine, émouvante, tragique et vécue. J'ai même eu le grand honneur de rencontrer Philippe Grimbert en personne, souvenirs encore vivaces.

Daenerys
11/09/13
 

Voici un livre qui m'a beaucoup plu, simple dans son écriture et sa narration, mais tellement touchant, ennivrant et captivant. Ce petit roman, nous plonge dans l'enfance de l'auteur, enfant unique maigrelet qui pour sortir de sa solitude va s'inventer un frère plus grand , plus beau , plus fort ... plus à l'image de ses parents sportifs aguéris dont il est tellement différent. Un frère qui pourra être la fièreté de ce père froid et distant ... Très bon élève, il va pourtant se battre avec un de ses camarades sans en savoir réellement le pourquoi, comme si son corps lui demandait de venger un affront ... C'est Louise, sa confidente et amie de longue date de ses parents, qui va le mettre dans la confidence, lui expliquer son passé mais surtout celui de ses parents , de cette autre vie qu'ils ont eu avant lui , avant la guerre , avant l'horreur ...Sans vouloir en dilvulguer plus sur l'histoire , c'est un livre qui vous attrape et ne vous lache pas , personnellement j'étais comme aspirée par l'histoire et n'ai pu refermer le livre qu'une fois celui ci terminé . J'ai passé un moment délicieux même si le thème abordé ... celui de l'Holocauste, est loin d'être léger ... L'auteur nous raconte son enfance , sa découverte ... cette histoire de famille avec une émotion touchante. J'ai aimé tous ces protagonistes , des être forts, qui ne se laissent pas démonter par l'adversité, vous n'y trouverez pas de clichés, ni de lieu commun mais une histoire vraie avec des êtres humains troublants de sincérité.

babsoulelou
02/07/13
 

"Souvent, les enfants s'inventent une famille, une autre origine, d'autres parents. Le narrateur de ce livre, lui, s'est inventé un frère. Un frère aîné plus beau, plus fort, qu'il évoque devant les copains de vacances, les étrangers ceux qui ne vérifieront pas ... Et puis un jour, il découvre la vérité impressionnante, terrifiante presque. Et c'est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu'il lui incombe de reconstituer. Une histoire tragique qui le ramène aux temps de l'Holocauste et des millions de disparus sur qui s'est abattu une chape de silence."J'ai rarement lu un livre d'une traite. Pourtant c'est le cas de celui-ci. Je me suis fait totalement happée par l'histoire. J'étais dans la peau de ce narrateur à ressentir le poids du non dit qui pesait sur lui, cette lourdeur qui pesait sur ces épaule, ce secret si présent qu'il en portait les marques physiquement. J'ai été dans la peau d'Hannah si impuissante face au destin qui la frappe, face à sa souffrance si dévorante qu'elle va la perdre. J'ai aimé Louise pour sa profonde humanité. J'ai aimé ce livre. Cristie

cristie
21/04/13
 

Quand j’ai commencé ce livre, j’ai eu du mal à accrocher aux premières pages mais j’étais tellement curieuse de découvrir ce secret dont parle le titre que je me suis accrochée.Et finalement, en avançant dans les pages j’ai été surprise par la plume de l’auteur, je ne m’attendais pas à ce que ce roman soit aussi bouleversant. Je pensais avoir à faire à un simple secret de famille mais c’est bien plus que ça. On suit un garçon qui découvre une vérité très impressionnante et très touchante. Ce qui rend également« un secret » si accrocheur et si poignant est la période pendant laquelle l’histoire se déroule : la guerre 40-45. Le seul point négatif que je reprocherais à ce bouquin, ce sont les personnages qui ne sont pas assez approfondis, j’ai l’impression de ne pas les connaître assez. Cette œuvre nous fait prendre conscience que même un secret bien caché ressort toujours un jour ou l’autre. En bref, si vous voulez découvrir ce secret bouleversant, je vous recommande ce bouquin. Isa

isa1977
02/11/12
 

On suit ici le narrateur, étant alors jeune. Il nous raconte que petit, il se créait un frère, histoire de. En même temps, quand on est enfant unique, ou souhaite souvent avoir des frères et soeurs. On croit aussi que nos parents n'ont connu personne d'autres avant. Bref ! Finalement, le narrateur découvrira par la suite un immense secret de famille, qui chamboulera la donne. Bon, pour le coup, je ne peut pas vraiment vous en dire plus que ce qu'en dit finalement le résumé pour la simple et bonne raison que ce livre est très court, très aéré, et que finalement, en vous divulguant le reste je ne ferrais que vous spoiler. Vous n'auriez donc pas grand intérêt à le lire. Ce serait dommage que je vous révèle tout, non ? Bref. En ce qui concerne le style, j'ai bien aimé la plume de l'auteur personnellement. C'est fluide, et ça se lit vite. La construction en petit chapitre relativement court facilite aussi la lecture, et nous donne également envie de poursuivre. Comme ils sont petits, ont à vite tendance à se dire "encore une chapitre" à longueur de temps, avant de finalement arriver au bout.Je ne suis pas fan de livre historique, même si je ne suis pas sûre que celui-ci est classé comme tel, mais même les livres ayant un tel rapport à l'histoire ont en général tendance à me rebuter, surtout que l'Holocauste n'est pas un de mes sujets favoris. Mais pour le coup, j'ai aimé suivre les personnages à travers cette période, pour la simple et bonne raison que ce fut une période tragique, et que le secret de famille l'est tout autant. Du coup, j'ai ressenti pas mal d'émotions, intenses, comme de l'incertitude, l'attente d'en savoir plus, tout comme les personnages, et surtout, cette menace qui plane sur eux à longueur de temps. Et puis, il y a la petite histoire d'amour, entre les parents de notre narrateur, qui finalement se révèle bien plus compliquée que ce qu'il n'imaginait, et qui paraîtrait presque "malsaine", gênante.Niveau personnage, Maxime, le père du narrateur est touchant dans la dernière partie de l'histoire, celle où le secret est révélé, on on apprends ce qui s'est finalement passé. J'ai souffert avec lui, comme je l'ai dit plus haut, j'ai attendu avec lui, j'étais toute aussi incertaine que lui. Et puis, il y a Tania, la mère du narrateur, qui est quant à elle très attachante. Sans oublier Hannah (mais je ne vous dirais pas qui elle est, afin de vous garder la surprise), qui prends une décision à la fois difficile à comprendre, et compréhensive, aussi paradoxal que cela puises paraître. Elle m'a particulièrement bouleversée.Le seul point qui me chagrine concerne le narrateur. Qui est-il ? Est-ce une autobiographie ? Ce point me turlupine encore maintenant. J'aurais bien aimé en avoir le coeur net, mais après quelques recherches, je n'ai pas exactement trouvé de réponse à ma question. Bon, je n'ai pas cherché en profondeur non plus hein, mais voilà.En somme :Malgré la fine épaisseur de ce livre, je me suis rapidement attachée aux personnages, et j'ai été tout simplement happée par l'histoire, qui m'a beaucoup touchée. Un secret de famille on ne peut plus difficile et perturbant. Askmetoread

askmetoread
18/09/12
 

Philippe est enfant unique et, comme un grand nombre d’entre eux, il imagine avoir un grand frère. Plus beau, plus grand et plus fort, il est son compagnon de jeu et son confident. A l’adolescence, il va mettre à jour un lourd secret de famille, impliquant l’ensemble de ses proches. Un secret que tous lui ont caché, allant même jusqu’à réinventer cette partie de leur vie. Alors, il se rend compte que ce frère dont il rêvait n’est pas si loin… Avec Un secret, Philippe Grimbert nous offre un roman autobiographique très intime. Il parle sans pudeur de sa famille, de la façon dont elle a vécu la guerre et la déportation des juifs. Personnellement, je n’apprécie pas vraiment l’étalage de vie privée que suppose ce type d’écriture parce qu’elle n’apporte pas grand-chose au lecteur. On a un peu l’impression que Philippe Grimbert a écrit ce livre pour lui-même, pour exorciser ses vieux démons. Il permet cependant de mieux connaitre l’homme qu’il est devenu et de comprendre le cheminement qui l’a mené à son métier actuel (psychologue). Un secret a été adapté pour le cinéma et réalisé par Claude Miller, avec Cécile De France et Patrick Bruel (sortie en 2007). Paola

Carnetdelecture
27/01/12
 

Moi j'ai du le lire pour le lycée. Jamais j'aurai cru qu'un livre du lycée m'aurait plus.Une histoire bouleversante. mais c'est pas non plus un livre que je relirais des centaines de fois.

Bbey
28/10/10
 

Deux regards ! Un petit chien en peluche, trouvé dans un grenier, est le fil rouge entre un petit garçon qui rêve d’un frère imaginaire, de parents sublimes… et l’ Histoire où un autre petit garçon est entrainé volontairement par sa mère , vers l’horreur des camps nazis. Livre inoubliable, qu’il est bon de lire deux fois, comme le narrateur lui-même le propose : cette histoire est la sienne, vue par l’adulte qu’il est devenu et par l’enfant qu’il a été. Pudeur et sensibilité également très bien rendu par le film.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.27 kg