Un territoire fragile

FOTTORINO, ERIC

livre un territoire fragile
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/02/09
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

clara werner part en norvège pour fuir son passé. elle y croise, entre autres rencontres, un homme qui se dit accordeur de corps.
eric fottorino explore ce territoire fragile sous la peau et rend palpable, avec pudeur et sensibilité, la douleur et la fêlure.
4 personnes en parlent

Les éditeurs le savent. Un titre qui parle ou qui est, au contraire, énigmatique, ça intrigue. Une couverture joliment illustrée, ça donne envie de tourner le bouquin en main et de lire la quatrième de couverture. Et les yeux d’un lecteur posés sur la première phrase d’un texte, que ce soit à la FNAC ou à la librairie de quartier, ça veut presque dire « lecteur séduit ». Les brèches, les niches, Stock et Fottorino l’ont compris.Un peu de sentiment, un brin de descriptions au plus proche de la réalité et des personnages bien définis, on y est, on chope le chaland et on l’embarque dans Territoire fragile. Un très beau titre pour une belle jeune femme.Un peu paumée la nana. Biologiste, Clara ne sait plus trop de quoi sa vie est faite. Elle, le froid de Bergen, ça la connait pas, mais alors pas du tout. Mais l’éloignement, l’identité presque nouvelle que lui confère la Norvège, ça lui dit mais alors là, plus que tout. Faut dire que sa vie n’a pas été facile facile depuis quelques années. Une mère marocaine aigrie et mal-aimante, l’espoir d’un mariage qui la rend victime et battue, le passif est lourd et les souvenirs durs à gérer.Alors quand un poste à l’Institut Océanographique de Bergen se propose à elle, elle n’hésite pas. Une nouvelle vie commence, là où les rencontres sont possibles et les méfiances plus aisées à faire tomber. Deux hommes, artiste et magicien du quotidien vont croiser son chemin. Des nœuds qui se font et se délient, des instants de grâce. Est-ce que cela peut suffire pour faire oublier la douleur et la défiance et rendre plus solide ce petit bout de femme ? Un très beau roman emprunt de poésie, de douceur et d’espoir fou. Eric Fottorino arrive avec brio à nous amener là où il veut sans que nous nous en rendions compte.On se laisse porter par l’histoire de Clara, de son passé autant que de ce qu’elle tente de construire au jour le jour. Un très bon moment de littérature qui nous laisse pantois jusqu’à la fin et nous fait réfléchir aux souvenirs, au passé et soi-même tout simplement. A découvrir sans hésitation !http://achacunsaverite.wordpress.com/2013/05/03/un-territoire-fragile-deric-fottorino/#more-1176

deedoux
10/08/13
 

"Jamais je ne m'étais sentie aussi tranquille. L'eczéma venait de bombarder mon corps". On doit cette réflexion à l'héroïne, Clara, qui a décidé de fuir son passé en acceptant un travail en Norvège. Mais Clara a beaucoup souffert. D'abord d'une mère qui ne l'a jamais aimée, au point que la petite fille se faisait elle même des bisous pour sentir la chaleur d'une marque d'affection, puis d'un mari marocain, Anas, "qui suscitait la passion comme une plante vénéneuse provoque la mort." Cet époux a fini par la détruire à force de coups et de brimades. C'est son père qui l'a sauvée, un jour, sentant que sa fille était sur le point d'en mourir. Même si ces moments sont durs à oublier, Clara tente de se reconstruire. Or, son corps s'y refuse, car "un corps ment par omission. C'est sa façon de survivre aux épreuves". Heureusement, un homme va tenter de la sauver. C'est un "accordeur de corps" (ce qu'on appelle dans ma région un rebouteux!). Rien qu'en voyant ce corps meurtri et décharné, il comprend le lourd passé de la jeune femme.Petit à petit, il va tenter de réconcilier Clara avec son corps pour lui permettre d'aimer la vie. Très joli sujet que ce roman paru en l'an 2000. J'avais quitté Fottorino sur une impression mitigée après la lecture de "baisers de cinéma", néanmoins, ce roman-ci est très différent. Il traite de l'impossible quête de reconstruction d'une femme battue et meurtrie, cherchant désespérément de l'affection et de la reconnaissance. En partant du constat que "nous sommes de êtres de tissu", et que "les muscles se froissent et se déchirent", Fottorino a crée un personnage fragile et attachant qui se cherche et tente de trouver de l'aide auprès d'un peintre en mal d'inspiration et un "masseur" pas comme les autres. Cependant, à la question "l'affection, est-ce de l'amour qu'on s'accorde ou une maladie qui se déclare?", l'auteur ne donne pas de solution et propose une fin qui, je pense, n'est pas à la hauteur du reste du récit. vivi

vivicroqueusedelivres
11/02/12
 

Découvert sur la blogosphère, j'ai tout de suite été attirée par ce titre qui semblait évoquer la douleur, le passé, les émotions qui remontent à la surface... Ma grande crainte était tout de même de me retrouvée confrontée à quelque chose de mélodramatique et d'un peu glauque. Et bien pas du tout !Ça n'a pas été le cas, parce qu'Eric Fottorino exprime effectivement le mal-être et les désillusions de son personnage principal, mais il le fait avec une très grande pudeur, beaucoup de sensibilité surtout, et nous offre un texte court mais terriblement puissant dans l'évocation de la douleur et de la solitude.Clara est une très jeune femme qui a beaucoup souffert dans le passé - c'est le moins qu'on puisse dire - rejetée par sa mère puis maltraitée par son époux. Elle réussi à s'enfuir et s'expatrie jusqu'en Norvège où un poste dans un institut océanographique lui est proposé. C'est une nouvelle vie qui s'offre à elle dans ce pays du bout du monde où l'environnement glacial et magnifique, et des rencontres surprenantes avec les habitants de Bergen vont lui permettre de se reconstruire peu à peu. Un peintre et un "accordeur de corps" vont tenter, chacun à leur manière, d'apprivoiser Clara, de calmer ses angoisses et de lui réapprendre à s'accepter malgré les horreurs vécues. Mais le passé ne disparaît jamais totalement et le chemin est bien long jusqu'à la guérison.http://tranchesdelivres.blogspot.com/2011/04/un-territoire-fragile.html

un flyer
22/05/11

"Un territoire fragile", c'est le corps de Clara Werner, biologiste française, réfugiée en Norvège où elle s'enivre dans les bars enfumés, par des nuits éclairées. Elle cherche à fuir un passé, un ancien mari, une mère rigide. Au fil des chapitres, catapultée surtout par la rencontre avec "l'accordeur", Clara va livrer les morceaux épars de son parcours meurtri. Ce mari marocain, Anas, qu'elle a décidé de fuir, un soir à Dublin, l'a séquestrée, violentée et bafouée. De façon inacceptable, intolérable, mais hélas plausible. Cet homme avait tout pouvoir sur elle. Mais aussi, de manière consternante, on s'aperçoit que la vie de Clara est un relais constant aux sévices. Durant l'enfance, il y a eu "la mère", puis l'homme épousé. L'accordeur, lui, est un magicien. Il possède un don hérité de son père : il guérit le corps et ses blessures secrètes avec les mains. Sa rencontre avec Clara présente un challenge, la femme se ferme, refuse d'être approchée, ou touchée. Même de se confesser ou de pleurer. Entre deux, c'est une délicate tentative d'apprivoisement, de séduction, d'amadouement. Eric Fottorino est un grand confesseur des âmes humaines, dans ce roman il confie le parcours d'une femme en manque d'amour, perpétuellement sous la coupe d'outrages infligés par des proches, une maman ou un mari. Que reste-t-il à la jeune femme pour se reconstruire ? Un parcours plein de peines, tout écorché, qu'il faut lire presque religieusement.

Clarabel
23/02/09

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie