Une autobiographie

CHRISTIE, AGATHA

livre une autobiographie
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 05/09/07
LES NOTES :

à partir de
8,60 €

SYNOPSIS :

Auteur pilier 'Du Masque', depuis 1927, Agatha Christie est toujours considérée comme la reine du crime.Cette 'Autobiographie'indisponible
depuis 15 ans, a fait l'objet d'une nouvelle traduction et a été enrichie par deux cahiers photos inédits.
2 personnes en parlent

Lire " la reine du crime "... Comme l'indique le titre, cet ouvrage est le récit de sa vie, pas un journal d'auteur mais le roman d'une femme, anglaise au XXème siècle. " Une autobiographie ", pas " L'autobiographie ". Agatha Christie se raconte, ne raconte que ce qu'elle souhaite raconter. Il ne sera pas question de sa fameuse mystérieuse disparition ( de décembre 1926 ), il sera peu question de ses romans policiers. Si elle revient sur son parcours d'auteur, c'est plus par le biais des sources d'inspiration, même si elles ne sont pas toujours explicites, et du théâtre, des mises en scène des ses pièces et de certaines de ses intrigues romanesques. Les plus de 900 pages, parsemées autant d'anecdotes que de réflexions, de cet ouvrage défilent. Chronologiquement, Agatha Christie revient sur son enfance, sa jeunesse, son premier mariage avec l'aviateur Archibald Christie épousé en 1914, les difficultés financières, son métier d'infirmière, la naissance de sa fille Rosalind, la relation à sa fille au fil des années, à sa mère également, le divorce, les deux guerres mondiales, les nombreux voyages, la rencontre avec le jeune Max Mallowan, l'existence partagée avec un archéologue, les activités sur les sites de fouilles de Lady Mallowan, la vie au Moyen-Orient. Dans ses mémoires, Agatha Christie s'attache aux lieux, les pays comme les maisons. De nombreux passages sont consacrés aux maisons qu'elle a habitées, à ses choix d'aménagement et de décoration. On retrouve la plume fine, sa pointe d'humour, comme en témoigne le titre du chapitre relatant son premier mariage : " On flirte, on se fait la cour, on publie les bans, on se marie ( grand jeu victorien ) ". Cette autobiographie a été publiée en 1977, soit un an après le décès d'Agatha Christie ( 1890 - 1976 ). En préface, il est expliqué que la romancière a débuté ses mémoires en 1950, qu'elle a décidé d'y mettre le point final en 1965, à 75 ans. En fin d'ouvrage, une belle bibliographie d'une quarantaine de pages présentant chronologiquement et en détail ( intrigue, personnages récurrents, rapport à la biographie, contexte de publication ) chaque livre d'Agatha Christie par genres ( romans, nouvelles, romans signés Mary Westmacott, pièces de théâtre ainsi que les quelques poésies et contes pour enfants ) complétée d'une filmographie et d'une bibliographie critique.

Marilire
06/10/14
 

J’avais prévu de lire ce pavé petit à petit un peu comme un livre de chevet. En effet, sa taille (992 pages) me dissuadait de le lire en une seule fois. Et puis rien ne s’est passé comme prévu. J’ai laissé tomber ma lecture en parallèle pour me plonger à corps perdu dans la vie d’Agatha Christie. J’ai dévoré ces presque 1000 pages en une semaine. J’en tournais fébrilement les pages afin d’en savoir toujours plus et une une fois la dernière ligne lue, j’ai éprouvé un sentiment d’abandon, de nostalgie comme si je venais de quitter des amis chers. Alors Lecteur, méfie toi de cette autobiographie. Elle n’a rien d’ennuyeuse, bien au contraire. Dès le début, elle m’a happée. Je ne me suis pas méfiée. J’ai lu, lu et lu à en avoir mal aux yeux tellement cette vie est passionnante! Agatha Christie n’a pas eu une existence conventionnelle. Loin de là. Elle aura connu deux amours, deux guerres, des voyages et le succès littéraire. Tout commence à Ashfield, en Angleterre, dans cette grande maison associée au bonheur, à l’enfance et à la joie. On découvre Agatha, petite dernière d’une fratrie de 3 enfants. Très complice avec son père, la petite fille est espiègle. Elle ne va pas à l’école (en effet, à cette époque les filles restent à la maison) mais elle bénéficie tout de même d’une bonne éducation: la musique aura une place importante dans sa vie. Agatha lit des romans et un jour elle fait le pari avec sa soeur d’écrire un roman policier digne de ce nom! Paroles lancées en l’air qui se concrétiseront quelques décennies plus tard. Si les années liées à l’enfance ne sont pas les plus passionnantes, on apprend quand même une multitude de choses intéressantes sur les moeurs de l’époque. Agatha aime faire défiler toute une galerie de personnages truculents: ses deux grands-mères obèses notamment. C’est peut-être dans cette partie du livre qu’on peut mesurer tout l’humour de la romancière. La suite de son autobiographie se poursuit avec son 1er mariage avec un certain Archie Christie, pilote dans l’armée de l’air. La 1ère guerre mondiale éclate et l’on découvre une Agatha Christie infirmière dévouée auprès des blessés, réalisant toutes les tâches ingrates dévolues à ces aides inexpérimentées. Agatha prépare aussi pommades, médicaments et solutions diverses. Le maniement des poisons et des substances médicamenteuses lui sera d’un précieux secours lorsqu’elle écrira ses romans policiers. Et puis vient le temps de l’écriture et c’est là que j’ai été la plus surprise. Je m’imaginais une Agatha Christie destinée à l’écriture, penchée sur ses feuilles blanches. J’ai découvert une toute autre image: celle d’une femme qui écrit d’abord pour se divertir, sans trop y croire et qui voit le succès frapper avec surprise. En réalité, Agatha Christie ne s’est jamais prise au sérieux. Même au sommet de sa gloire littéraire, elle n’imaginait pas son rôle d’écrivain comme un métier. Elle était dilettante. Elle avait de la facilité à écrire. Elle écrivait et cela suffisait à son bonheur. C’est donc avec beaucoup d’humilité qu’elle retrace sa carrière d’écrivain. Elle raconte avec beaucoup de détails comment elle a créé Hercule Poirot, Miss Marple. Les puristes apprécieront cette genèse. On découvre aussi une femme de caractère qui n’hésitera pas à divorcer, à voyager seule jusqu’en Irak puis à se remarier à un archéologue. Agatha est une touche-à-tout qui se prend de passion pour l’archéologie, la photographie, la musique. Elle raconte sa vie et ses voyages avec son deuxième mari comme un roman d’aventures. J’ai d’ailleurs souvent eu cette sensation en lisant ses souvenirs: étais-je en train de lire un récit de vie ou un roman d’aventures? Il lui arrive tellement de choses qu’on se surprend à se le demander. Sans jamais m’ennuyer, j’ai dévoré avec avidité ces presque 1000 pages. La vie de la romancière est tellement passionnante que je n’ai pu refermer le livre avant de l’avoir terminé. Son humour fait mouche à chaque fois et on se prend à rire. Ses souvenirs nous transporte dans une époque où certaines valeurs existaient encore. Lorsque j’ai refermé cette autobiographie, j’en ai presque eu la larme à l’œil. J’avais la sensation de quitter une amie très chère qui se serait confiée à moi. Un magnifique moment de littérature, un coup de cœur! Carolivre

un flyer
16/09/13

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.48 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition