Une chambre a soi

WOOLF, VIRGINIA

livre une chambre a soi
EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 10/05/01
LES NOTES :

à partir de
6,10 €

SYNOPSIS :

" je sais, vous m'avez demandé de parler des femmes et du roman. Quel rapport, allez-vous me dire, existe-t-il entre ce sujet et une "chambre à soi" ?, interroge virginia woolf en ouverture d'une conférence sur le féminisme qu'elle dispensa aux étudiantes de l'université de cambridge. avec une irritation voilée d'ironie, virginia woolf rappelle
dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes ont été savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, par voie de conséquence, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi. "
5 personnes en parlent

Virginia Woolf analyse avec ironie les causes du silence littéraire des femmes pendant de nombreuses décennies. Pour elle si les hommes jugent les femmes inférieures et les cantonnent dans des tâches subalternes c'est pour éviter de mettre en danger leur confiance en eux. Et comme les femmes qui n'ont pas accès aux études et ne sont pas autorisées à travailler sont dépendantes financièrement et intellectuellement, elles sont dans l'impossibilité de penser aux choses en elles-mêmes, donc d'écrire. Heureusement au XIXe siècle des femmes ont bravé les interdits. Emily et Charlotte Brontë, George Eliot et surtout Jane Austen ont écrit, même si elles l'ont fait en cachette, sans chambre à elle pour s'isoler. Elles sont celles qui ont permis aux femmes d'accéder à la création littéraire. Des femmes qui par la suite ont acquis pour la plupart une indépendance financière grâce à leurs écrits.Avec ce discours féministe Virginia Woolf montre les contraintes au développement de la littérature féminine dans une société patriarcale, mais aussi que " la littérature élisabéthaine aurait été très différente de ce qu'elle est si le féminisme avait pris naissance au XVIe siècle et non au XIXe."

Palamede
09/06/16
 

La forme est impeccable mais le fond m'a souvent fait grincer des dents. Si je suis d'accord avec l'auteur sur son analyse des rapports femmes/hommes en général, j'ai plus de mal à la suivre d'un point de vue littéraire. Son admiration pour Austen n'a pas aidé à me mettre dans de bonnes dispositions, c'est certain. En outre, sur certains aspects, l'ouvrage est un peu daté.

mycupoftea
04/04/13

Un essai féministe intéressant avec un style agréable mais qui parfois pâtit de quelques longueurs. Le milieu de l'essai est particulièrement ennuyeux (à mon humble avis) mais la théorie de Virginia Woolf, à savoir qu'une femme, pour devenir écrivain, a besoin d'une "chambre à soi" et de 500 livres de rente pour être indépendante financièrement et ne pas être dérangée, prête à réfléchir. http://blue-imaginarium.eklablog.com/

Shirayukihime
12/02/13
 

Virginia Woolf n'est pas qu'une romancière et une nouvelliste de génie, elle a également tenu son journal et écrit des essais, en particulier "Une chambre à soi". Un classique des livres féministes, comme "Le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir, le style en plus. Incontournable, et pas que pour les fans de Virginia.

Marianne33
22/04/12
 

Avoir une chambre à soi, que l’on peut fermer à clé, sans être dérangé, et disposer de 500 livres de rente permettant d’évacuer tout souci d’argent, ce sont là deux conditions essentielles à la création d’oeuvres d’art. Tout en méditant sur le sujet, Virginia Woolf se heurte à deux interdictions, la première de marcher sur le gazon, où seuls les professeurs et étudiants sont admis, la seconde de ne pouvoir entrer dans la bibliothèque, si elle n’est pas accompagnée d’un professeur.

CarnetsdeSeL
04/04/11
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.12 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : CLARA MALRAUX

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition