Une etude en rouge

DOYLE, ARTHUR CONAN

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 11/02/04
LES NOTES :

à partir de
2,00 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : «Rache !». Vengeance !Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des
mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien.Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que tragiques ? Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dérouler. Une intrigue toute en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...
7 personnes en parlent

Après avoir découvert la série Sherlock de la BBC, il était grand temps que je lise au moins un des romans, et je me suis donc lancée avec « Une Etude en Rouge ».Tout d’abord, j’avais une petite appréhension quant à la plume de l’auteur, mais j’ai été surprise. C’est très facile à suivre, tout en gardant la finesse du langage de la fin du 19ème siècle (la première parution date de 1887, et l’histoire se passe aux alentours de 1878), c’est donc très agréable à lire.Le fait que l’on suive l’enquête du point de vue de Watson est forcément intéressant : ça nous permet d’être surpris par le comportement de Sherlock et d’appréhender le personnage comme l’aurait fait John.J’ai évidemment adoré Sherlock, même s’il est assez « soft » pour le moment : je m’attendais à ce qu’il soit un peu plus méprisant aux premiers abords, comme dans la série, mais ce n’est pas le cas. Malgré quelques remarques sarcastiques il est plutôt avenant, et je pense qu’il faudra attendre de lire un ou deux autres romans avant de pouvoir découvrir toute sa personnalité.J’ai eu plaisir à retrouver les autres personnages, même s’ils ne sont pas trop développés pour le moment – idem, il faudra attendre encore un peu.Quant à l’intrigue en elle-même, je n’ai pas grand-chose à dire dessus, sinon que c’est très bien mené.La façon dont, à la fin, Sherlock dévoile comment il a résolu l’enquête, quand il explique ses déductions est très bien écrit… il raconte pratiquement tout d’un coup, ce qui m’a rappelé la série de la BBC, quand Sherlock explique tout à une vitesse hallucinante… ça m’a fait un peu le même effet.En conclusion, une lecture que j’ai adorée et à laquelle je ne trouve rien à redire ! https://nathouelecture.wordpress.com/

Nathouelecture
25/01/16
 

Bilan: j'ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec cette aventure de Sherlock Holmes. Il y a beaucoup de points que j'aime, à commencer par l'intrigue en elle-même: Conan Doyle prend le temps de poser l'histoire et ses personnages, installant une aura de mystère autour de Sherlock qui se dissipe petit à petit. J'ai aimé découvrir la scène de crime, et les rebondissements multiples de l'histoire. Ce qui est intéressant, c'est que l'auteur choisit de nous mettre du côté de Watson, qui découvre en même temps que nous les méthodes de Holmes et la résolution du problème: ça renforce l'immersion dans l'histoire, un bon point! A savoir: une partie de l'intrigue s'avère être un flasback, et au début je n'ai pas trop compris le rapport avec le reste, mais au final tout se met en place de façon logique et cohérente. En ce qui concerne les personnages, là aussi, je n'ai rien de négatif à dire: je trouve qu'on s'attache très facilement à Watson, et qu'il est un bon narrateur. Je l'ai trouvé simple (dans le bon sens du terme), gentil et intéressant. Sherlock, quant à lui, est encore assez mystérieux, mais évidemment fascinant. Je n'ai évidemment pas le même avis qu'une personne le découvrant pour la première fois, ayant déjà lu les aventures de Sherlock et vu les adaptations! Je trouve aussi Lestrade et Gregson assez drôles, dans leur façon de se comporter avec le détective consultant, ça donne un petit côté humoristique à l'histoire qui n'est pas pour me déplaire.En plus de ça, j'ai apprécié la façon d'écrire de l'auteur: c'est vraiment fluide, et honnêtement plutôt accessible en ce qui concerne la VO. Et le livre se lit rapidement, n'étant pas très long. L'idéal pour une petite pause entre deux gros volumes! Alors évidemment, comme c'était une relecture, mes impressions ne sont pas les mêmes que celles d'une personne découvrant A Study In Scarlet pour la première fois, mais je pense néanmoins que c'est LA meilleure façon de se mettre à Sherlock Holmes! Par contre, ce n'est pas mon aventure préférée de ce héros, même si je l'ai beaucoup aimée.

WarsawSnow
02/06/14
 

Pouah, quel livre infâme. Pourquoi tout le monde s’arrache Monsieur Sherlock Holmes, alors que moi je ne lui trouve aucun intérêt. La preuve en est qu’à la fin je dormais à moitié sur le bouquin, tournant les pages et priant que ça se termine vite. Watson est chiant à mourir. Holmes est farfelue certes, c’est un personnage qui pourrait être intéressant certes, mais mince qu’est ce qu’il est insipide et imbuvable dans les bouquins. Heureusement que Guy Ritchie a fait un super film sur lui. Heureusement que Moffat a fait une série géniale à son tour. C’est les seuls raisons qui me font aimer Sherlock Holmes. C’est tout.

lasurvolte
30/10/11
 

J'ai absolument voulu lire ce roman que je n'avais jamais lu auparavant parce que c'est la première œuvre de Conan Doyle et donc le premier récit à mettre en scène Sherlock Holmes et le Docteur Watson !Le narrateur est le Docteur John H. Watson. Devenu médecin en 1878, il continue ses études pour devenir chirurgien et médecin de l'armée puis part aux Indes en tant qu'aide-major, mais blessé à l'épaule et pris de fièvre, il est rapatrié en Angleterre, sa santé et sa carrière irrémédiablement compromises... « Naturellement, je me dirigeai vers Londres, ce grand cloaque où se déversent irrésistiblement tous les flâneurs et tous les paresseux de l'Empire. » (page 4). – J'adore le style de Watson ! – C'est à Londres justement, souffrant de solitude et presque sans le sou, qu'il rencontre Stamford, un infirmier qu'il a eu sous ses ordres et qui va le mettre en relation avec un certain Sherlock Holmes, un excentrique quelque peu insensible qui travaille au laboratoire de chimie de l'hôpital. Watson aimerait partager un appartement avec une personne intelligente et calme car « Dans [son] cas, le bruit et la surexcitation sont contre-indiqués » (page 6). – Ah ah ah ah ! Je crois qu'il va être servi ! – Voilà donc comment nos deux célèbres personnages se rencontrent et vont emménager ensemble au 221 Baker Street !De son côté Sherlock Holmes vient de découvrir par un procédé chimique comment déceler des traces de sang, même longtemps après un crime. « Si on l'avait inventé plus tôt, des centaines d'hommes actuellement en liberté de par le monde auraient depuis longtemps subi le châtiment de leurs crimes. » (page 10). Eh oui, c'était le tout début de la médecine légale, et qui d'autres que des savants fous, curieux et géniaux pouvaient faire avancer la science ?Le moment où les deux hommes expliquent leurs défauts pour savoir si la colocation va être possible est très amusant : Holmes est fumeur, fait des « expériences », joue du violon et souffre de dépression chronique ; Watson a un chien (un petit bouledogue), ne supporte pas le bruit et il est paresseux !Watson est ravi (il va pouvoir se loger pour moins cher) et intrigué (il a l'occasion d'étudier un homme exceptionnel qui a en plus un don de divination). « L'étude de l'homme est, comme vous le savez, le propre de l'homme. » (page 13).[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
31/05/11
 

Je l'avoue, je n'ai commencé à lire les Sherlock Holmes que parce que la série anglaise de Mr Moffat m'avait concquise. Je n'ai pas été déçue par les livres non plus! Sherlock Holmes est un personnage intrigant et plutôt charismatique qu'il est intéressant de voir évoluer. Quant au Docteur Watson, c'est également un personnage attachant qui ne manque pas d'intérêt.Dans une étude en rouge, Holmes et Watson se rencontrent pour la première fois, et Watson découvre à quel point Holmes est... spécial. L'enquête ne manque pas d'intérêt non plus. J'ai vraiment passé un bon moment, et je me suis jetée sur les autres Sherlock que j'avais chez moi. Un vrai plaisir à lire !!!

Epsylon
26/05/11
 

Voici donc ma « première » lecture faite dans le cadre de mon challenge Sherlock Holmes. J’ai donc commencé par le commencement et donc le premier roman de Sir Arthur Conan Doyle. C’est en fait une relecture, mais c’était il y a fort longtemps et comme c’était une lecture dans le cadre scolaire j’avoue à ma grande honte que je n’y avais pas fait beaucoup attention. Je n’avais donc aucun souvenir de cette lecture.On y fait la connaissance du Docteur Watson et on y apprend son passé. Ce que je préfère tout de même, c’est la rencontre avec Holmes. Les dialogues entre les deux personnages principaux m’ont fait sourire à maintes reprises. J’ai trouvé que l’intérêt principal de ce récit était cette présentation des personnages aux lecteurs. L’enquête n’est pas dénuée d’intérêt et je ne vous dévoilerai rien en vous avouant que Holmes la résout en un rien de temps. Il est d’ailleurs toujours aussi bluffant, cynique et fataliste.Le roman s’articule en deux parties. Dans la première il y a l’enquête proprement dite, avec sa résolution. La deuxième partie est un peu plus particulière. On y découvre le passé des principaux intéressés : le « meurtrier » et ses « victimes ». Je dois dire que cette partie m’a un peu moins intéressée, ou en tous cas j’ai eu un peu plus de mal à rentrer dedans. Malgré tout, c’est grâce à elle que l’on comprend mieux les actes des personnes suscitées. Et mis en place de cette façon, je pense que c’est plus intéressant que de simples aveux qui auraient tenu en quelques pages, en omettant bien entendu tout un tas de détails.Bref, je suis heureuse de ma lecture. J’ai vraiment beaucoup apprécié de « faire connaissance » avec Sherlock Holmes et le Dr Watson, et assister à leur première enquête, ce n’est tout de même pas rien ! Je ne peux, bien entendu, que vous le conseiller ! Lady K

LadyK
10/04/11
 

C'est dans Une étude en rouge que tout commença, que le lecteur fit la connaissance du personnage atypique de Sherlock Holmes, sous la houlette des écrits d'un dénommé Dr Watson, rentré des colonies et qui cherche un logement décent et peu onéreux à Londres. La proposition de cohabiter avec un chimiste fou au 221B Baker Street lui paraît une belle aubaine. Le bonhomme en question, Sherlock Holmes, est certes peu ordinaire, flirtant entre l'oisiveté, l'indolence, le goût des flatteries, le violon et les enquêtes criminelles. Watson est intrigué, mis dans la confidence de certaines affaires bien étranges, introduit à le suivre pour résoudre un meurtre mystérieux au 3 Lauriston Garden...En fait, j'ai bien aimé, mais sans guère ressentir un vif enthousiasme. J'apprécie surtout qu'il s'agisse du préambule à une série d'aventures palpitantes où Sherlock Holmes et son accolyte Dr Watson vont faire vivre au lecteur des émotions marquantes et plus engageantes. Il faut bien évidemment lire l'incontournable Une étude en rouge, mais j'avoue davantage apprécier l'atmosphère des petits textes qu'on savoure dans Les Aventures ou Les Mémoires de Sherlock Holmes ! La seconde partie de cette histoire, pourtant nécessaire au fil de l'enquête, m'a cependant peu sensibilisée.

Clarabel
22/02/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.11 kg