Une femme sans histoires

PRIEST, CHRISTOPHER

livre une femme sans histoires
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 10/05/07
LES NOTES :

à partir de
8,70 €

SYNOPSIS :

Alice Stockton est, a priori, une femme sans histoires. Pourtant, son dernier livre, Six femmes combatives, a été saisi par le ministère de l'Intérieur avant même sa publication. Alors qu'elle tente de comprendre les raisons de cette censure, elle rencontre l'inquiétant Gordon Sinclair, le fils d'Eleanor Traynor. Cette dernière, la seule amie qu'Alice s'était faite dans le petit village du sud de l'Angleterre où elle s'est
retirée après son divorce, vient d'être assassinée. Une relation étrange s'instaure entre Gordon et Alice, tandis qu'un nouveau projet prend forme dans l'esprit de celle-ci : une enquête sur le passé obscur d'Eleanor, une autre femme apparemment sans histoires... Entre fantasmes et réalité, Une femme sans histoires est un roman riche et brillant qui explore sans tabous les recoins de l'âme humaine. Un livre vertigineux.
3 personnes en parlent

Réfugiée dans le Wiltshire depuis son récent divorce, Alice Stockton cumule les infortunes en apprenant que son manuscrit vient d'être saisi par le ministère de l'Intérieur avant même sa publication. Incapable de comprendre cette action, décidant d'en découdre avec son agent littéraire, Alice voyage entre Londres et Milton Colebourne en pure perte.Dans la foulée, elle apprend la mort brutale de sa voisine et amie, Eleanor Traynor. Qui voulait la peau de cette vieille dame sans histoires ? Alice est bouleversée mais refroidie en faisant la connaissance de Gordon Sinclair, qui prétend être le fils d'Eleanor.Aussi troublant qu'inquiétant, le roman de Christopher Priest ne baigne pourtant pas dans la science-fiction pure et dure, c'est au contraire très discutable ! Je pense même à un roman policier à tendance morbide, dans cette ambiance poisseuse et assommante, où les dangers percent de toutes parts. Le personnage d'Alice Stockton manque un tantinet de charisme, elle apparaît faible et indécisive, mais privée de son travail d'écrivain elle atteint une dimension fort intéressante.Le travail de création et de frustration littéraires est du reste fort bien représenté, admirablement exploité. C'est d'ailleurs ce personnage de femme écrivain vivant seule avec son chat dans la campagne anglaise qui m'a incitée à lire ce roman classé SF ! Je ne suis pas du tout une férue de ce genre, j'étais donc sceptique. Mais laissez-moi dire que ce roman ne collectionne pas trop les clichés de sa classe ! Bien loin de là.On soupçonne la forte angoisse, les arcanes entourant la mort d'Eleanor Traynor ne sont pas non plus lisses et rassurants. Et les chapitres où le personnage masculin sous-entend créer une nouvelle réalité sont superbement déroutants, même agaçants vers la fin du roman. C'est bien l'ennui avec ce livre. Au départ, on le dévore, le style "roman policier un peu morbide" est alléchant, puis vers les 150 dernières pages, le ton devient trop huileux et plus glauque. C'est dommage car la matière était bonne et c'est avec ce genre de lecture que mon horizon de lectrice peut s'élargir. Je ne suis pas totalement vaincue, mais ce ne fut pas le choix le plus convaincant !

Clarabel
20/02/09

Une écrivaine à l'heure du théCela commence benoitement avec Alice en narratrice, dont le manuscrit vient d'être saisi par le ministère de l'intérieur sans qu'elle comprenne pourquoi. Exilée depuis peu dans la campagne anglaise, elle a désespérément besoin d'argent, et sa santé tant morale (elle vient de divorcer et est très seule) que physique (sa région subit les retombées d'un accident nucléaire) est au plus bas.Sa voisine âgée, et sa seule amie dans le coin, est brusquement assassinée.C'est l'occasion pour Alice de rencontrer son fils, Gordon, dont elle ignorait l'existence, qui en profite pour se transformer en narrateur en alternance de chapitres, avec une bien curieuse perception de la réalité....Encore un roman extrêmement prenant de Christopher Priest ! L'alternance jamais annoncée des narrateurs, la mise en miroir de la réalité et des fantasmes là encore sans aucun avertissement, les personnalités marquées et bizarroïdes de chacun, tout concours à nous faire passer un excellent moment, à tenter de démêler les fils de ces histoires imbriquées.Finalement, tout s'explique si on cogite un petit peu, du moins, chaque lecteur pourra se faire sa propre interprétation... Sylvie Sagnes

SagnesSy
20/07/12
 

J'ai découvert Priest récemment avec Le Prestige, bien décidée à approfondir l'œuvre de cet auteur qui m'a violemment tapé dans l'œil.J'ai encore Le monde inverti dans ma PAL mais j'avais depuis plus longtemps encore Une femme sans histoire, et mon choix s'est arbitrairement porté sur ce dernier.Tout d'abord je ne comprends pas ce qui justifie de classer ce roman dans la SF, ça reste un mystère pour moi. J'hésite même à le classer dans les thrillers. Ceci étant, l'histoire de base est très alléchante, les personnages intéressants, inquiétants pour certains. Bien des aspects du récit m'ont fait penser à David Lynch, ce qui est un sérieux atout. On passe souvent d'un point de vue à l'autre, Gordon Sinclair apparait comme un individu étrange, ambigu, dont les motivations ne sont pas immédiatement claires. L'intrigue se déroule dans la campagne anglaise et j'ai beaucoup apprécié ce côté en apparence paisible, alors que la région évoquée a été irradiée. L'ombre de la mort plane sur l'histoire, et notamment l'héroïne. Mais ce détail ainsi que tant d'autre sont à peine survolés. Le traitement du sujet m'a paru bâclé, pas assez approfondi, on s'attend à plus de choses, plus de tout !Un roman pas mauvais, mais qui laisse une impression d'inachevé, un comble sachant que l'édition que j'ai lue à été révisée en 2005 (ce qui explique qu'un livre de 1990 parle d'Internet et de téléphones portables...).Dans l'ensemble j'ai passé un bon moment, je ne me suis pas du tout ennuyée, mais je reste un peu (beaucoup) sur ma faim.À lire par les fans, mais à éviter si on veut découvrir Priest.

un flyer
22/07/09

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.20 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : HELENE COLLON

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition