Une femme sans qualites

MOUZAT-V

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 07/01/09
LES NOTES :

à partir de
14,70 €

SYNOPSIS :

Elle est belle, grande, sexy. Elle plaît aux hommes, elle le sait. Elle sait aussi que ce qui les attire, c'est une image de femme qu'elle n'est pas. Car depuis toute petite, elle sent sa différence, elle n'appartient pas à la race des femmes. A aucune race. Ce que lui a confirmé un chirurgien à 17 ans, pas d'ovaires et un utérus d'enfant. Elle est donc cette femme splendide, ce corps parfait qu'elle n'habite pas. Lors d'un voyage à Shanghai, elle décide d'en finir mais rencontre un homme, celui à qui elle confie ce récit. Homme à femmes,
homme entre deux pays, deux avions. Ils se retrouvent à Paris où elle vit avec un Suédois une sorte de cohabitation sans projet, si ce n'est une maison à Ibiza qu'elle conçoit comme un lieu de retraite au milieu de tout ce vide où elle s'agite. Dîners, fêtes, drogue, alcool, filles sexy et hommes en chasse, son univers, sa prison et son enfer où trônent les photos des top models d'Helmut Newton. Des filles passives qui mettent en scène le désir des hommes. Elle ne veut plus être une image mais peut-elle être autre chose ?
5 personnes en parlent

Sous forme d'une lettre qu'elle adresse à l'homme qui la convoite, la narratrice se met à nu. C'est une très belle femme, qui attire le regard. Toutefois, son corps à l'intérieur est vide, creux, en béton. A dix-sept ans, elle apprend qu'elle est stérile. Cette nouvelle ne fait que conforter une prescience confuse, celle de pouvoir rompre avec « la race des femmes, avec les enceintes et les autres, et à travers elles avec la maternité, avec cet immense esseulement de l'enfance, avec les larmes et la défaite ». Un médecin lui prescrit des médicaments, pour tricher, pour donner une apparence féminine. Faire comme si. Car au fond d'elle, elle sait que rien n'est juste. Qu'elle ment. Elle est différente des autres femmes, elle se pose en retrait. Elle se retranche dans sa bulle de détresse. A l'homme qu'elle vient de rencontrer en Chine, elle choisit donc d'écrire cette longue lettre où elle parle d'elle en expliquant son incapacité d'aimer, d'éprouver du désir, de jouir. Elle est impuissante. En près de 200 pages, elle nous livre une facette inattendue, celle d'une femme en colère ou d'une femme amoureuse. Elle tient à distance, mais elle attend aussi cet homme mystérieux, qui s'éloigne d'elle et qui la rappelle toujours. C'est une histoire qui se construit, qui n'est pas évidente. C'est comparable à cette maison que la jeune femme a su dénicher sur Ibiza, c'est une fermette farouche, pas très belle, en marge du marché, mais que la propriétaire refuse de céder. Il faut alors du temps pour l'approcher, l'amadouer, la sentir.En fait, j'ai beaucoup aimé ce premier roman. Je l'ai trouvé captivant, dérangeant aussi, mais pas choquant. Chaque propos glissé par cette narratrice, parfois de façon crue et brutale, ne ressemble qu'à un cri de douleur, d'agacement et de ras-le-bol. C'est violent, tantôt lyrique, tendre, doux et amer. Envoûtant, sûrement.

Clarabel
20/02/09
 

Le livre est une lettre qu'une femme écrit, pour se raconter, à un homme qu'elle vient de rencontrer. Cette femme est stérile, sans ovaires et avec un utérus d'une jeune fille de douze ans. Elle est belle, attire les hommes, mais ne ressens rien, ni dans leurs bras ni dans leurs lits.C'est un roman direct, percutant. Une femme "différente" se raconte. Sans tabous. Sans rien omettre.J'aime beaucoup l'écriture de Virginie Mouzat, directe, franche, crue parfois. Je suis plutôt tenté par son histoire et les personnages qu'elle décrit. Et pourtant, je ne sais pourquoi, à part quelques passages que je peux qualifier de passionnants voire géniaux, je suis resté en dehors. Un peu comme la narratrice qui reste absente de sa vie et de celle des autres, je suis resté en survol de ce livre malgré les évidentes qualités qu'il recèle. Le côté répétitif et larmoyant -si, si, ne serait-ce que le titre du livre- de l'explication de l'origine du mal être de cette femme m'a un peu agacé. Régulièrement, l'auteure nous ré-explique que le malheur de la narratrice est dû à sa "différence". Le récit aurait pu gagner en profondeur et en légèreté avec plus d'allusions et moins de rappels. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Très beau roman plein de sensibilité. A travers une lettre rédigée pour l'homme qu'elle vient de rencontrer, et qui semble être celui avec qui le bonheur est possible, la narratrice nous fait part des ses sentiments les plus profonds et enfouis. Elle se met à nu. Ecriture fluide et on ne lache pas ce roman.

Mal-être d'une femme qui fait surgir de nombreuses questions sur la féminité.Réflexions intéressantes mais parfois nous sommes autant perdues que sa narratrice!

Zhayah
18/04/11
 

Ce premier roman est une lettre. Une lettre que la narratrice adresse à un homme rencontré en Chine et qui la convoite, comme elle convoite cette maison à Ibiza. Une lettre, cris de détresse qui tend parfois vers la mort. Cette femme, belle, grande, séduisante est meurtrie dans son corps .Elle n'est qu'une carapace, une enveloppe qui fonctionne à coups de chimie et d'hormones ! Cette histoire ce construit comme un parallèle entre cet homme et cette maison qui lui échappe, elle veut sentir, s'approcher, toucher jusqu'à la déception. « Mais j'avais rencontré la maison comme on rencontre quelqu'un...pour faire connaissance... »Le style parfois déroutant et violent est parsemé de quelques belles phrases. Ce livre pose probablement des questions essentielles, sur le regard que portent les hommes et les femmes sur la beauté, sur la féminité et la sexualité féminine.Toujours est-il que comme cette femme qui ce fait violence, j'ai dû me faire violence pour finir ce livre n'en voyant pas la finalité! Elle se sent, comme un malentendu !Il reste que j'ai un avis assez mitigé sur ce livre non pas pour le débat qu'il pourrait susciter non plus pour le sujet, mais simplement parce que je n'ai pas vu la finalité (je me répète) de ce livre, quels en étaient tous les messages tant les sous- entendus sont fréquents !

chris89
04/06/10
 

Format

  • Poids : 0.23 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition