Une histoire d'amour et de tenebres

OZ, AMOS

livre une histoire d'amour et de tenebres
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 06/10/05
LES NOTES :

à partir de
11,00 €

SYNOPSIS :

« Tu veux jouer à inventer des histoires ? Un chapitre chacun ? Je commence ? Il était une fois un village que ses habitants avaient déserté. Même les chats et les chiens étaient partis. Et les oiseaux aussi. » Le petit garçon qui joue ainsi à inventer des histoires à la demande de sa mère est devenu un grand romancier. Sa mère n'est plus là, mais il tient malgré tout à poursuivre le récit de l'existence tumultueuse de sa famille et de ses aïeux. Son récit quitte donc le quartier modeste de Jérusalem où il est né, remonte le temps, retourne en Ukraine et en Lituanie, et fait revivre tous les acteurs de cette tragi-comédie familiale, qu'ils
soient prophète tolstoïen, séducteur impénitent, mauvais poète, kibboutznik idéaliste, ou vrai savant. Leurs vies sont parfois broyées par la grande Histoire - l'Europe les rejette, l'Orient se montre hostile - et toujours marquées par leurs propres drames intimes, illusions perdues et rêves avortés. Au coeur d'une narration riche, d'une ampleur et d'une puissance romanesque jusque-là inconnues dans l'oeuvre d'Amos Oz, la disparition tragique de la mère demeure la question à laquelle ce roman cherche une réponse. Une histoire d'amour et de ténèbres est un livre bouleversant où l'histoire d'un peuple et la vérité d'un homme se confondent
1 personne en parle

Amos Oz, romancier majeur de la jeune génération israélienne, celle qui est née en Israël, nous suivre ici ses souvenirs d’enfance. Il ne se contente pas de se raconter, il est aussi un témoin de l’histoire de son pays, et au-delà celle de son peuple. L’ouvrage fourmille de détails que l’absence de linéarité rend vivant, et, compense avantageusement la richesse et la complexité (parfois) linguistique et culturelle. La lecture en est de fait aussi agréable qu’un roman, et intellectuellement enrichissante comme un livre d’histoire. Ses souvenirs d’enfance arrivent assez tardivement dans la bibliographie de l’auteur, ce qui se comprend aisément au fur et à mesure de la lecture.Ces derniers s’articulent autour de 3 axes principaux, qui ne font évoqués distinctement, mais subtilement tout au long de son ouvrage.• L’aspect politique et historique Natif de Jérusalem, la famille d’Amos Oz est originaire d’Europe centrale, et a entrepris l’Alya en 1933 et s’installe en Eretz-Israël. Le jeune Amos va vivre la création de l’état d’Israël en étant préparé au sionisme. Lui-même se fera sa propre expérience au sein d’un Kibboutz. J’ai trouvé ses passages d’un grand intérêt, parce que les grandes figures de l’époque sont présentes, et il les a côtoyées de près, mais surtout parce que qu’il est d’une grande lucidité, et d’une grande tolérance. Seul comptait à ce moment-là bouter les anglais hors de cette région pour pouvoir y vivre libre, construire une nation, et accueillir les rescapés des camps nazis.J’ai été frappée par la haute conscience politique de ce gamin de 8 ans, qui suivait à la radio les travaux de L’ONU sur le vote ou pas de la création de l’état• L’aspect littéraireAmos Oz grandit au sein d’une faille d’intellectuels, et de grands lettrés, sans avoir forcément pu avoir le parcours professionnel qu’ils méritaient, en particulier son père. Le jeune garçon est très jeune imbibé de littérature aussi bien classique, que judaïque. Sa prose est riche, son style est raffiné.• L’aspect familial et affectifAmos Oz saura me toucher dans le drame familial qui le frappe alors qu’il a douze ans. Ce deuil, il n’en parlera pas d’emblée, mais insidieusement, de- ci de –là, pour y revenir plus longuement. C’est une blessure qui ne s’est jamais complètement refermée. Un épisode de sa vie qui a sans aucun doute façonné sa vie d’homme et de père.Ses rapports avec le père sont compliqués. Cela passera par un changement de nom, une expérience communautaire qui changera ses visions du sionisme.« Je lui en voulais d’être partie sans me dire au revoir, sans m’embrasse, sans explication : pourtant même un parfait étranger, un coursier un colporteur qui frappait à la porte, ma mère ne le laissait jamais repartir sans lui proposer un verre d’eau, sans un sourire, un mot d’excuse, quelques paroles aimables. Quand j’étais petit elle ne me permettait jamais d’aller seul à l’épicerie dans une cour inconnue ou un jardin public. Comment avait-elle pu ? »Ce livre, épais, peut impressionner au premier abord, le portrait de famille de la couverture a une allure austère, un peu froide. L’ouvrage est d’une richesse inouïe, d’une lecture agréable. Il est à mon sens incontournable. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
27/01/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.41 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition