Ursule mirouet

BALZAC, HONORE DE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 18/06/81
LES NOTES :

à partir de
8,20 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" croyez-vous aux revenants ? dit zélie au curé. -croyez-vous aux revenus ? répondit le prêtre en souriant. " ursule mirouët est en effet une histoire de revenants et de revenus. une histoire de revenus ou comment, dans la petite province vipérine de balzac, des " héritiers alarmés " parviennent à voler le testament d'un vieux médecin et tentent
de ruiner la jeune fille qu'il a adoptée. une histoire de revenants et c'est tout le balzac spirite et mesmérien qui, dans ce singulier roman, dit sa croyance aux rêves messagers du destin et vengeurs du crime. Les revenants l'emportent sur les revenus, le surnaturel sur la méchante nature, et l'innocente ursule finira marquise et mère.
1 personne en parle

"Une jeune fille élevée par trois vieillards et par la meilleure des mères, par l'Adversité." Honoré de Balzac, La Comédie Humaine, Étude de moeurs, Scènes de la vie de province28. Ursule Mirouët (1841) "Ursule Mirouët" entame donc les Scènes de la vie de Province, dans le classement final établi par Balzac lui-même, et j'ai peiné pour en arriver au bout. Roman connu, et souvent célébré comme un des très bons, il a usé de ma patience en bien des endroits, et en premier lieu quant à son intrigue : Nemours, un docteur en retraite, sa protégée, la petite Ursule. Filette "sensible" qu'un rien abat, mais âme pure et digne, évidemment. Elle n'a qu'un lointain lien familial avec le docteur, ses héritiers plus légaux intriguent horriblement pour la squizzer. En plus elle tombe amoureuse de son voisin, fauché mais noble, ce qu'elle n'est pas. Lorsque le docteur meurt, elle est écarté injustement, réduite à la quasi misère, et harcelée incroyablement par celui des héritiers qui a dérobé le testament. Mais depuis l'au-delà le docteur veille, car peu avant sa mort il s'était converti et au catholicisme et au mesmérime. Il apparaît donc en songe à Ursule pour rétablir la vérité (avec une menace qu'il met à exécution, ça ne rigolait pas). Les amoureux finiront par pouvoir se marier et vivre heureux et riches, tandis que les méchants seront tellement punis de leurs actes qu'ils termineront leur vie en faisant le bien et uniquement le bien.Je n'ai pas adhéré le moins du monde à tout ceci, donc, mais, et la preuve en est des post-it, j'ai aimé malgré tout comme toujours plusieurs petites choses.En vrac :* Les prénoms (ah, Zélie, Savinien !)* la page expliquant comment quatre familles avaient "colonisé" Nemours (et les associations de noms en découlant)* madame Crémière et ses néologismes ("Elle craignait excessivement Goupil, qui guettait et colportait ses capsulinguettes, (elle traduisait ainsi le mot lapsus linguae)")* les petites vérités ici et là ("Les gens conduits par l'instinct ont ce désavantage sur les gens à idées, qu'ils sont promptement devinés : les inspirations de l'instinct sont trop naturelles, et s'adressent trop aux yeux pour ne pas être aperçues aussitôt; tandis que, pour être pénétrées, les conceptions de l'esprit exigent une intelligence égale de part et d'autre.")* les petites touches d'humour ("- Voyons, monsieur Dionis, dit Cremière en prenant le notaire par le bras, que nous conseillez-vous de faire dans cette circonstance ? - Je vous conseille, dit le notaire en s'adressant aux héritiers, de vous coucher et de vous lever à vos heures habituelles, de manger votre soupe sans la laisser refroidir, de mettre vos pieds dans vos souliers, vos chapeaux sur vos têtes, enfin de continuer votre genre de vie absolument comme si de rien n'était. - Vous n'êtes pas consolant, lui dit Massin en lui jetant un regard de compère."* Ce que j'apprend là : "Les incrédules n'aiment pas la musique, céleste langage développé par le catholicisme, qui a pris les noms des sept notes dans un de ses hymnes : chaque note est la première syllabe des sept premiers vers de l'hymne à saint Jean."Note :Ut queant laxis Resonare fibrisMira gestorum, Famuli tuorumSolve polluti Labii reatum, Sancte JohannesL'hymne à saint Jean figure dans l'"office du bréviaire pour la nativité de saint Jean, 24 juin, aux premières vêpres". On prétend que le nom de la note si, venu après les autres, est formé des initiales des deux mots du dernier vers, précise Philippe Bertault dans Balzac et la musique religieuse (Paris, J. Naert, 1929, p.32). C'est Gui D'Arezzo, un moine bénédictin du XII° siècle, qui donna, dit-on, leur nom aux notes de la gamme, jusqu'alors désignées par des lettres de l'alphabet.* Cette réflexion du docteur, car il accomplissait de nombreuses bonnes actions bien avant de se mettre à croire en Dieu : "En accomplissant ses bienfaits sans l'espoir d'une moisson céleste, il se trouvait plus grand que le catholique, auquel il reprochait toujours de faire de l'usure avec Dieu. - Mais, lui disait toujours l'abbé Chaperon, si les hommes voulaient tous se livrer à ce commerce, avouez que la société serait parfaite ? il n'y aurait plus de malheureux. Pour être bienfaisant à votre manière, il faut être un grand philosophe; vous vous élevez à votre doctrine par le raisonnement, vous êtes une exception sociale; tandis qu'il suffit d'être chrétien pour être bienfaisant à la nôtre. Chez vous, c'est un effort; chez nous, c'est naturel. - Cela veut dire, curé, que je pense, et que vous sentez, voilà tout."* Et pour terminer, ce cri du coeur d'un vieux monsieur à celle qu'il a élevé comme sa fille : "Ce qui t'arrive, c'est l'amour, ma fille, dit le vieillard avec une expression de profonde tristesse, c'est l'amour dans sa sainte naïveté, l'amour comme il doit être : involontaire, rapide, venu comme un voleur qui prend tout... oui, tout !" Sylvie Sagnes

SagnesSy
08/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.22 kg

Dans la même catégorie