Vacance au pays perdu

SEGUR, PHILIPPE

livre vacance au pays perdu
EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 21/08/08
LES NOTES :

à partir de
18,25 €

SYNOPSIS :

Un graphiste spécialisé dans le packaging de produits alimentaires, végétarien et tyrannisé par ses enfants, rêve d'ailleurs et d'aventure. Le jour où il découvre que les salades, purées, épinards et pâtes dont il conçoit les emballages, sont bourrés de pesticides, d'hormones de croissance et d'antibiotiques, il décide de rompre avec le système et de fuir la société de consommation. Il s'embarque alors avec son meilleur ami pour un périple qui lui fera découvrir, loin des circuits touristiques, le dernier pays des merveilles : l'Albanie. Réflexion sur le caractère insaisissable du réel, Vacance au pays perdu est un roman fluide,
linéaire, à l'image du parcours des deux protagonistes de l'histoire. L'humour - grinçant ! - en constitue le principal liant. Quel territoire reste-t-il pour le rêve à « l'ère du monde fini » ? Au terme du voyage, le narrateur découvre que le pays des merveilles n'existe pas. Son rêve s'est évanoui et ne laisse en lieu et place de l'idéal que vide spirituel et fonction digestive. Comment rompre avec le système ? Excédé par notre société de consommation, le narrateur décide de larguer les amarres et de partir à la recherche du dernier pays des merveilles. L'aventure, d'accord, mais à l'étranger, est-ce bien raisonnable ?!
2 personnes en parlent

Voilà typiquement le genre de livre qui m'ennuie vite. Ca s'annonce bien, pourtant : des pérégrinations de nantis dans un pays pauvre. Mais nos deux "héros" s'avèrent vite être nombrilistes et hypocondriaques, pétris de contradictions d'occidentaux capricieux, avides d'aventure en rupture avec la société de consommation, mais avant tout soucieux de leur confort... Ca n'en finit pas, on tourne en rond, je n'y trouve aucun intérêt. Ce roman est sûrement plein d'humour, mais je n'accède pas à ce degré-là. Je jette donc l'éponge page 92, à la moitié, donc. Canel

Canel
31/01/16
 

Un graphiste bobo, caricatural, veut prendre le large et part une semaine pour une destination qu’il a choisi pour sa confidentialité, l’Albanie. Accompagné de son meilleur ami, d’une carte bleue et de son mobile, il découvre un pays sorti de 50 ans de communisme, pauvre, sale, apocalyptique. Il fuit notre société de consommation, mais incapable d’ouvrir les yeux et de s’adapter, il se raccroche à tout ce qui lui évoque l’Occident. Il passe à côté du pays, du peuple, des paysages et le récit de ce minable est à mourir de rire. Frédérique Barret

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.32 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition