Versets sataniques

RUSHDIE, SALMAN

livre versets sataniques
EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : 13/01/99
LES NOTES :

à partir de
26,50 €

SYNOPSIS :

A l'aube d'un matin d'hiver, un jumbo jet explose au-dessus de la manche. Au milieu de membres humains éparpillés et d'objets non identifiés, deux silhouettes improbables tombent du ciel : gibreel farishta, le légendaire acteur indien, et saladin chamcha, l'homme des mille voix, self-made man et anglophile devant l'eternel. agrippés l'un à l'autre, chantant à qui mieux mieux, ils atterrissent sains et saufs, ô miracle, sur une plage anglaise enneigée. Gibreel et saladin ont été choisis (par qui ?) pour être les protagonistes de la lutte éternelle entre le bien et le mal. Mais qui est qui ? les démons peuvent-ils être angéliques ? les anges sont-ils des diables déguisés ? tandis que les deux hommes rebondissent du passé au présent et du rêve en aventure, nous sommes spectateurs d'un extraordinaire cycle de contes d'amour et de passion, de trahison et de foi, avec, au centre de tout cela, l'histoire de mahmoud, prophète de jahilia, la
cité de sable - mahmoud, frappé par une révélation oú les versets sataniques se mêlent au divin. Avec ce grand livre-tourbillon, oú le passé et le futur se livrent une chasse sans merci, salman rushdie nous embarque dans une épopée truculente, un voyage de larmes et de rires au pays du bien et du mal, si inséparablement liés dans le coeur des hommes. " un chef-d'oeuvre. " the sunday times. " un roman de métamorphoses, d'obsessions, de souvenirs, d'hallucinations, de révélations, de ritournelles publicitaires, et d'humour. " the times. " un roman extraordinaire, réjouissant, fourmillant de personnages, loquace et hilarant. " the guardian. " les voyages de gulliver, de swift, candide de voltaire, tristram shandy, de sterne. avec les versets sataniques, salman rushdie m'a tout l'air de prendre sa place dans cette assemblée. " the new york times book review. " diablement divertissant et sympathiquement ingénieux. " the guardian.
3 personnes en parlent

Le récit principal est entrecoupé d’histoires a priori totalement déconnectées, et de l’histoire de départ, et entre elles. Or quelques indices nous font deviner le maillage qui les relie et le projet de l’auteur. C’est finalement très bien conçu même si le lecteur doit prendre son mal en patience. En outre, le roman est foisonnant, très « indien » : quantité de personnages (et l’idée de Rushdie peut renforcer la confusion), des aventures qui partent en tous sens au point de faire douter le lecteur de l’existence d’une structure quelconque, un langage dont la sobriété est exclue auxquels il faut ajouter du réalisme magique. Comparativement, Les enfants de minuit, qui compte pourtant bien des points communs avec ce livre, est soporifique.Cependant, sur le fond, ce n’est pas du tout un livre compliqué ; c’est la forme qui demande le plus d’attention. Ainsi on peut considérer que ce roman est tout à fait accessible, ce que sa réputation ne laisse pas entendre.Gibreel et Saladin traversent des crises identitaires particulières puisqu’ils ont été sauvés mais aussi pris en otage par une puissance un brin sadique ; ils ne s’appartiennent plus. L’un finira fou ; l’autre s’en sortira in extrémis.Entretemps, une débauche d’aventures se déroule très progressivement et le lecteur patient en sera récompensé.Ce roman, perçu avant tout comme une critique de l’islam ou, à tout le moins, comme une histoire de mauvais goût tournant en dérision l’islam est en vérité une œuvre d’imagination où l’auteur fait certes preuve d’impertinence mais ce n’est pas un crime. A moins d’avoir l’esprit tordu, ou de n’avoir rien compris au roman, on ne peut pas s’arrêter à cela. Cette œuvre dépasse de loin la critique bête et méchante d’une religion, religion que Rushdie choisit parce que c’était celle qu’il connaissait le mieux. D’ailleurs, l’écrivain ne se gêne pas non plus pour dénoncer le regard des occidentaux sur les orientaux et les non-Blancs en général ; les difficultés des immigrés et la partialité de la police à leurs égards sont amplement abordées et cela sans le moindre angélisme, bien au contraire. De même, la société indienne en prend pour son grade.En définitive, ce que l’on retient de ce livre, c’est son histoire au déploiement très réussi, parfois amusante et surtout débordante d’imagination. Et c’est bien le travail de l’écrivain que de se servir de la fiction pour enchanter le lecteur. On finit par se dire que c’était un peu court et que l’on n’était pas prêt à abandonner les personnages.A noter la traduction abominable qui gâche la lecture.

mycupoftea
13/05/15
 

Mobilisant les civilisations, les religions et les idéologies, Rushdie livre un roman dense dans lequel les récits, fictifs ou coraniques, s'enchâssent comme ceux des Mille et Une Nuits. À la fois une et mille, les voix des personnages se mélangent dans le présent, le passé et le futur, et offrent pourtant une narration et un langage extraordinairement fluides.Fidèle à lui-même, Rushdie transgresse les légendes, les cultures, les codes religieux et les genres littéraires, créant des œuvres uniques, engagées et controversées. Certainement courageux et cultivé, il est l'un des auteurs emblématiques d'un siècle hanté par l'extrémisme sous toutes ses formes, parce qu'il a osé exprimer des opinions qu'il savait honnies de ses pairs...Retrouvez l'intégralité de la critique sur mon blog :http://www.bibliolingus.fr/les-versets-sataniques-salman-rushdie-a80136658

Lybertaire
02/02/12
 

Un grand souvenir, acheté sous le comptoir sous la menace de la fatwa, le jour de sa parution en France...Un des bons livres de Rushdie.

ASHURBANIPAL
23/06/09
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.76 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition