Virginia woolf

FORRESTER-V

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 04/03/09
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Virginia Woolf est une compagne de toujours de Viviane Forrester. Celle-ci lui consacra une série d'émissions sur France-Culture, reprise par Maurice Nadeau en un petit livre paru en 1973 ; un film aussi, demandé par Bernard Pivot. Elle n'a jamais cessé depuis d'entretenir avec l'oeuvre une relation intense. Elle a lu, relu, exploré, les innombrables documents parus après 1973 (lettres, journaux, mémoires de Virginia, mais aussi de tous ses proches), elle a pénétré dans l'intimité qu'ils recèlent, y a découvert une réalité jamais prise en compte dans les nombreuses biographies parues. C'est ainsi qu'elle se promit un jour de publier une vie de Virginia. La voici. Le récit est bouleversant. Virginia Woolf y jaillit, vivante, poignante, contradictoire, chatoyante et fragile, désopilante et meurtrie. Qu'elle soit dans la plénitude ou en proie aux tourments, elle fait trembler d'émotion, souvent ployer de rire, parfois la détester. Mais elle est avant tout différente de sa légende, une histoire essentiellement tramée par son mari Leonard, un homme qui fut longtemps certain d'être à jamais un raté, lui qui avait été relégué à Ceylan après des
années brillantes à Cambridge, et qui, aux abois, épousa cette Virginia Stephen si bien intégrée dans le milieu social qu'il rêvait de retrouver. Elle-même, si belle, désespérait à trente ans de trouver un mari. Il sculpta dès lors sa propre statue à travers le mythe de sa femme, la donnant, par exemple, pour frigide alors qu'il avait, lui, horreur du corps des femmes. Dans la ronde de ceux qui entourent Virginia, chacun se découvre ici à travers ses secrets, ses masques, souvent ignorés d'elle et, jusqu'ici, négligés. Mais surtout, de Virginia Stephen, née en 1882, à Virginia Woolf, suicidée en 1941, se livre à vif, à nu, sous mille facettes, et dans une lumière neuve, une femme apte à étreindre le monde et qui s'efforça, sa vie durant, de faire accepter son génie par les siens. Une femme qui aura pu dire : " Je sens dans mes doigts le poids de chaque mot ", avant de répondre à l'appel de l'eau et à " l'étreinte " promise par la mort en allant se noyer, les poches pleines de pierres, dans la rivière Ouse. Un suicide dont on découvre, ici encore, qu'il eut aussi certaines raisons navrantes, que personne n'avait jusqu'alors aperçues.
4 personnes en parlent

Une fois n’est pas coutume, je vous présente aujourd’hui une biographie, celle de Virginia Woolf par Viviane Forrester. Outre le fait que j’aime beaucoup les romans de Virginia Woolf, l’aura qui entoure ce personnage m’attire particulièrement.Rentrée dans cette biographie n’est pas chose aisée! Viviane Forrester connaît son sujet à fond. Elle choisit d’ailleurs d’aborder les grandes périodes de la vie de Virginia et ne procède pas forcément de manière chronologique. Ainsi la première partie de cette biographie est consacrée à Léonard Woolf, futur époux de Virginia. L’auteur cherche à planter le décor, à contextualiser de façon à ce que le lecteur comprenne bien dans quel genre de famille Virginia va s’épanouir.Il faut tout de même attendre plus de 100 pages pour qu’enfin on s’intéresse véritablement à elle! J’ai beaucoup aimé la partie dédiée à sa famille recomposée: la mère de Virginia a d’abord été mariée avant d’épouser Leslie Stephen. Ils avaient déjà des enfants de leur côté respectif avant d’en concevoir quatre ensemble! Au total, ils seront huit. Un arbre généalogique en fin de livre explique très bien tout cela.Ce que j’ai adoré dans ce livre, c’est la façon dont l’auteur parvient à recréer l’ambiance de l’époque: Virginia côtoie des écrivains, des peintres, des artistes de toutes sortes. Quelle effervescence, quel bouillonnement!J’ai beaucoup appris sur la nature complexe et la personnalité de Virginia. A sa mort, beaucoup ont répandu la rumeur selon laquelle elle était folle. En réalité, son mari Léonard y a été pour beaucoup dans ses sautes d’humeur et son mal-être. Il la prive d’enfants: Virginia ne s’en remettra jamais, elle qui a perdu sa mère si jeune.On suit cette Virginia fragile, manipulée jusqu’à la rivière Ouse, là où elle se suicidera. Une fin terrible pour une femme dont la vie était pleine de rêves. Elle laissera derrière elle des lettres, des esquisses de romans publiées à titre posthume par son époux. Carolivre

un flyer
16/09/13

Viviane Forrester a écrit là une fresque biographique énorme. La bibliographie en fin d'ouvrage l'atteste, ainsi que les nombreuses citations d’œuvres de l'auteure britannique émanant de ce texte. Force est de constater que les lecteurs assidus de Virginia Woolf en auront pour leur compte, les autres (comme moi) seront priés de s'y intéresser au plus vite. Il est clair que ma méconnaissance de l'univers littéraire woolfien me fut préjudiciable pour apprécier pleinement l'écrit de Viviane Forrester. Je suis donc restée à quai, comme simple lectrice d'une biographie d'une écrivaine par une de ses contemporaines. De Virginia, on découvrira tout : sa famille chaotique composée de différentes strates (l'union de ses parents fut, pour eux deux, un remariage avec progéniture d'un premier lit), les nombreux deuils à surmonter (perte de la mère, d'une sœur, d'un frère, d'amis, souvent par suicide), la maladie qui rôde (mentale chez une demi-sœur paternelle, constante chez Virginia) et puis des relations amoureuses et amicales fortement ambiguës et peu équilibrantes (un mari Léonard présenté comme obsessionnel, des demi-frères limite incestueux, des liaisons à but sexuel inhibé et foncièrement frustrantes avec trouples fréquents et trahisons multiples). Un univers en mouvement perpétuel, foisonnant, passionné et intransigeant, hyper créateur : Virginia a fondé avec son mari une maison d'édition, s'est entourée d'artistes d'avant-garde qui ont su générer un vent nouveau en Angleterre de l'entre-deux-guerres : Lytton Strachley, Duncan Grant, Maynard Keynes etc. Et puis, la sororité exprimée dans toute sa splendeur avec Vanessa : partageant la même initiale et parfois le même homme, les deux frangines ont éprouvé un amour absolu teinté parfois d'amertume mais une base suffisamment solide pour affronter le pire qui arrive vite avec la montée d'Hitler et la peur de Virginia qu'il envahisse sa belle île.Viviane Forrester a fait le choix de psychanalyser tous les écrits de Virginia Woolf pour y déceler son enfance, son existence, ses tourments, son intimité. Aux supports littéraires, elle a mené une enquête auprès de proches pour exprimer le vrai moi de Virginia, femme torturée, instable et fragile mais aussi aux désirs charnels niés, une immense auteure qui méritait bien cette belle biographie.

Cave
05/07/13
 

Viviane Forrester s'était déjà penchée sur l'œuvre de V.W. dans sa préface de " Trois guinées " qui était très marquée par une féminisme assez radical des années 70. Cette biographie est plus " grand public ", le ton est plus mesuré, mais la fascination pour le personnage de Virginia Woolf est toujours là, avec un questionnement très intéressant sur la place réelle de Léonard dans la vie - mais surtout dans la construction de l'histoire officielle de Virginia. Forrester a l'avantage de connaître toute l'œuvre de Virginia et elle sait faire entrer en résonance ses livres et sa vie. Quelques bémols toutefois : des répétitions, une construction aléatoire (pas de chapitres, pas de notes, beaucoup de digressions), et une insistance un peu lourde sur l'inceste. Le lecteur, même averti sur le sujet, glane certaines informations peu connues et est amené à considérer la vie de Woolf sous un angle un peu différent. Sûrement la meilleure des biographies de Virginia Woolf en français : elle insiste notamment sur son travail d'éditrice, ce qui n'est pas le cas des biographies moins fouillées de A. Lemasson ou de A. Desarthe et G. Brisac.

Marianne33
21/09/10
 

Bof, je suis un peu déçue par cette biographie dont j'attendais beaucoup. Mais je crois que je suis assez difficile en biographie. Moi j'aime que ce soit carré, exact, basé sur des lettres, des journaux, des témoignages de contemporain. Qu'on aille de la naissance à la mort, en passant par l'enfance, l'adolescence et l'âge adulte. Là, je trouve que voit trop souvent l'auteure, Viviane Forrester dans ces pages, et pas assez Virginia. Elle donne son opinion, est trop passionnée, prend parti. En plus, Viviane Forrester passe tellement de temps à vouloir prouver que Virginia n'était ni frigide, ni folle, mais que c'est Leonard, son mari qui était impuissant et dérangé, qu'elle en oublie de raconter la vie de Virginia. C'était trop confus, en désordre, pas assez "bêtement" chronologique pour moi. C'est plus un essai sur Virginia Woolf qu'une réelle biographie... (août 2009)En fait, lisez la critique sur NonFiction, qui exprime bien mieux que moi ce que je pense de cette biographie.

Pitchoubinou
29/11/09
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.51 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie