Vive la republique ! -poche-

MURAIL, MARIE-AUDE

EDITEUR : POCKET JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 06/04/06
LES NOTES :

à partir de
6,95 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

a 22 ans, cécile va réaliser son rêve : devenir maîtresse d'école! la voilà qui affronte, le coeur tremblant, sa première rentrée des classes. face à elle, dix-huit cp baptiste jamais assis sur sa chaise, audrey qui aime déjà sa maîtresse, steven au qi " limite ", louis si zentil, toussaint et démor baoulé, fraîchement arrivés de côte-d'ivoire...
cécile doit tout simplement leur apprendre à lire. mais ce n'est pas si simple que ça, quand votre directeur vous impressionne et que l'inspecteur vous terrorise, quand vous n'avez aucune autorité sur les enfants, quand rôdent des gens inquiétants autour de l'école, et qu'en plus vous tombez amoureuse du serveur de tchip burger!
6 personnes en parlent

A la suite de Cécile, le lecteur fait la rentrée dans une école primaire de province. Il y rencontre les élèves et leurs parents, les maîtresses et le directeur puis la fameuse Madame Mémére détentrice des clés de la bibliothèque. Tout pourrait aller au mieux dans cette toute petite école qui a bien failli fermer ses portes par manque d'effectif car l'arrivée de douze petits nouveaux l'a sauvée du naufrage. Oui mais voilà cet afflux de petites têtes absolument pas blondes ne plaît pas à tout le monde... Et surtout pas à un magouilleur qui espère se faire "des couilles en or" en faisant main basse sur l'école. Pour arriver à ses fins il s'est allié à une "pouf" de la préfecture qui va essayer de faire expulser la famille ivoirienne demandeuse d'asile, installée en France en toute illégalité.D'un ton léger et avec une liberté de langage bien adaptée à un lectorat adolescent, ce roman aborde des sujets graves tels que le racisme, le consumérisme. Il explique surtout très bien le problèmes des sans papiers et comment fonctionne la machine à broyer de l'expulsion, combien l'individu compte peu dans une société prête à tout pour faire du profit. Cependant cette histoire optimiste démontre qu'il reste des gens capables de se battre pour défendre les valeurs de la république: la liberté, l'égalité et la fraternité.En résumé c'est une lecture facile, pleine d'humour et de fraîcheur mais pas bête qui peut séduire un large public. Holly

un flyer
31/07/15

Un CP bien coloré, une instit un peu débordée et voilà un bouquin agréable à lire; émouvant et drôle. Bon, j'ai déjà écrit que je suis fan de MAM, une copine de vingt ans...Sous des dehors humoristiques, la question du racisme couve! berthe

afbf
31/07/15
 

Une toute jeune et nouvelle institutrice trouve l'amour et participe au sauvetage d'une famille de côte-d'Ivoire; Si l'héroïne est un modèle de nunucherie (elle passe son temps à s'enfuir, rosir, ou rougir...), sa classe de CP est attendrissante au possible et l'histoire nous absorbe entièrement avant qu'on n'ait le temps de pinailler plus avant. Ce roman nous tire des larmes et nous soulève, un bonbon qui fait un bien fou ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
21/07/12
 

Ce livre, c’est un livre doudou, un livre que je relis inlassablement, que je prends quand je vais pas bien, et justement hier soir j’étais en colère contre tout et n’importe quoi, je voulais donc relire Orgueil et Préjugés pour me calmer mais évidemment je l’avais prêté à une amie, je me suis donc replongée dans Vive la république ! : un roman drôle, attachant, un hymne d’espoir, et de solidarité.Avec ce livre nous entrons dans l’univers de Cécile, jeune institutrice de 22 ans, qui doit s’occuper de s a première classe. Les CPs de l’école Louis Gallion. On suit donc cette jeune femme pleine de bonne volonté, ainsi qu’au second plan, Eloi le serveur du chips Burger, pour lequel elle a le béguin, qui fait parti du GAP (Gang Anti-Pub).Outre ces deux protagonistes, Marie-Aude Murail nous offre une galerie de personnages, plus complets et touchants les uns que les autres : les petits CPs, tous les membres de la famille Baoulé, les instituteurs, Nathalie la colocataire d’Eloi qui a un coeur en or dans une carapace de fer…Ce livre ne fait pas que parlé des déboires de Cécile en tant que nouvelle institutrice, il dénonce des problèmes de sociétés comme la surconsommation et la publicité dont on est envahi, le problème des étrangers en situation irrégulière qui s’ils retournent dans leur pays risquent de se faire tuer, comme ici les Baoulé qui sont Ivoiriens, l’analphabétisation qui est présente en France et pas seulement dans les pays pauvres, l’obésité des enfants, la corruption de politiciens…Je vous vois fuir en pensant que ce roman doit être déprimant, mais pas du tout ! Justement, ce livre montre la mobilisation d’une femme, d’une école, de la société qui se bat contre toutes ces injustices, ces problèmes que soulève le livre. C’est un message d’espoir, on en ressort le sourire aux lèvres, de l’espoir au coeur et de bonne humeur.Pour conclure, vous avez sûrement compris que ce livre est un grand coup de coeur que je conseille à tous, aussi bien grands que petits, il est d’ailleurs classé jeunesse chez Pocket.

Elinor
28/02/12
 

Madame Murail nous raconte les débuts d’une jeune maîtresse d’école, mais pas seulement. Elle entremêle avec ce fil diverses histoires qui y sont liés : celle des parents, celle du quotidien des enfants hors de l’école. Principalement avec l’histoire des Baoula, cette famille de réfugiés politiques sans papiers ; et celle d'Eloi, fils de bonne famille déchu, qui lutte contre les marques et les multinationales. Des thèmes intéressants qui soulignent les problèmes, les défauts de la société et prêtent à réflexion. C’est une histoire de civisme, d’humanité.Et puis, il y a notre héroïne, Cécile, nouvellement sortie de l’IUFM. Une jeune femme qui aime son métier passionnément. Si elle sait s’y prendre avec les enfants, elle est d’une incroyable timidité face aux adultes. Un détail qui l’a rend attachante. Un peu comme le directeur, on a envie de la prendre sous notre aile. Quant aux enfants, on s’attache à eux en même temps que Cécile. Léon, Alphonse, Eden, Stéphen sont peut-être ceux qui m’ont le plus touchés. Parmi les adultes, Mme Baoula est un personnage au grand potentiel émotionnel à cause de ce qu’elle a vécu et ce qu’elle vit dans ce roman. Mémère, la dame de la bibliothèque, est attendrissante à sa manière : à première vue bourrue, elle n’en a pas moins un grand cœur finalement.Une histoire qui défile en un rien de temps, pourtant sans vraies scènes d’action. Mais parce qu’on s’intéresse aux vies de ces individus, parce qu’on veut savoir ce qu’il va leur arriver, les pages tournent. Émotions, appréhensions et joie se succèdent au gré des évènements ; au fil de l'écriture agréable de madame Murail, jusqu'au bouquet final. En quelques mots : une belle découverte, des personnages attendrissants, une histoire se déploie sur plusieurs canevas. Enfin des thèmes intéressants qui prêtent à réflexion.

Lunasirius
05/05/11
 

Partagés Avis très partagés : Pour certains : démonstratif, agaçant, ennuyeux. Pour d’autres : on retrouve le même humour que "Oh, boy".

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.10 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie