Voyage de classes

JOUNIN, NICOLAS

EDITEUR : LA DECOUVERTE
DATE DE PARUTION : 25/02/16
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d'étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du 8e arrondissement de la capitale. Pour s'initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites,
mais aussi encaisser l'humiliation des multiples rappels à l'ordre social que suscitait leur démarche. Des premières incursions anonymes et timides jusqu'aux face-à-face sans échappatoire, ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L'enjeu : renverser l'habitude qui veut que ce soit « ceux d'en haut » qui inspectent l'existence de « ceux d'en bas ».
1 personne en parle

Pour s’initier à la démarche sociologique, ce professeur de sociologie de l’université Paris VIII-Saint-Denis a demandé à ses élèves de première année d’étudier la population de trois quartiers du 8e arrondissement parisien. L’auteur analyse les observations de ses élèves et les met en parallèle avec l’étude sociologique de terrain (et ses méthodes objectives) puis avec des données chiffrées : ce qui a pour but d’aiguiser le regard des élèves et de l’améliorer à chaque visite. Avec l’analyse des chiffres, l’image du 8e arrondissement est un peu plus fragmentée, plus mobile car en fait, cet arrondissement présente de profondes disparités internes. Les étudiants passent ensuite à des questionnaires posés aux passants, puis si ces derniers le souhaitent, les étudiants reviendront vers eux pour un entretien plus approfondi ; d’ailleurs, l’auteur aborde l’épineuse question de l’anonymisation des personnes interrogées, car parfois ce sont des personnalités connues et c’est souvent difficile de ne pas les reconnaître via leurs réponses lors de l’entretien. Les habitants, riches ou précaires, regrettent en général la désertion des commerces habituels de bouche, au profit de bureaux et de boutiques de luxe. Il existe aussi un certain délaissement au niveau des équipements dans ce quartier : manque de crèches, d’équipements sportifs, de maisons de retraite. En étudiant le 8e, on découvre que des populations très riches coexistent avec des populations précaires. Pour conclure, l’auteur déclame que « le ton de ce livre se veut aussi une prise de position politique au sein de l’espace inégalitaire de l’enseignement supérieur » et la phrase finale est une vraie ouverture, qui donne à réfléchir : « c’est ici (à Paris VIII-Saint-Denis) que devraient affluer les ressources nécessaires à la démocratisation de l’enseignement supérieur, car c’est d’ici que l’on fera advenir la prédiction de Hughes : un jour nous serons égaux, c’est-à-dire que n’importe qui pourra étudier n’importe qui ». C’est un documentaire intéressant, permettant de découvrir le travail du sociologue sous toutes ses facettes. J’ai aimé le ton militant et engagé de l’auteur mais je lui reproche juste quelques longueurs et parfois un texte assez inégal. Cette lecture peut être complétée par Sociologie de la bourgeoisie de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, la référence en la matière !

SophieC
16/01/16
 

Format

  • Hauteur : 19.10 cm
  • Largeur : 12.60 cm
  • Poids : 0.25 kg