Zayni barakat

GHITANY, GAMAL

livre zayni barakat
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 01/01/85
LES NOTES :

à partir de
20,20 €
1 personne en parle

Le Zayni Barakat est un personnage inconnu ou presque lorsqu'il prend la charge de Grand censeur du Caire, en l'an 912 de l'hégire (soit le début du XVIème siècle). La charge de Grand censeur est très importante, c'est probablement le personnage le plus important du Caire après le sultan mamelouk qui règne alors. "Il doit veiller à ce que les poids et mesures soient conformes aux prescriptions de l'Islam, il doit combattre les fraudes, malversations et abus commis au fait des commerces de denrées, doit contrôler et fixer les prix de celles-ci. [...] Il doit surveiller les droguistes, et également appliquer l'ordonnancement du Bien et l'interdiction du Mal, punir les outrages aux bonnes moeurs" etc etc.Inconnu donc ce Barakat Ibn Moussa. Inconnu même du chef de la police, le Grand Maître des espions Zakariya in Râdhi. Furieux de s'être laissé dépasser par les évènements.Homme presque tout puissant, possédant dans sa demeure sa propre prison, Zakaryia écume de rage, d'autant plus que sa demande d'audience avec le nouveau Censeur demeure pendant plusieurs jours sans réponse. Que le Zayni affirme avoir à sa disposition sa propre armée d'espions.Du Zayni Barakat du titre, nous ne saurons finalement pas grand chose. Uniquement ce que les différents narrateurs du roman, au nombre de quatre, savent, devinent, imaginent. Et ces informations s'avèrent souvent fausses ou partielles.Je me suis demandé au fil de ma lecture ce que voulait raconter Gamal Ghitany, l'auteur égyptien de ce roman. Sur internet j'ai pu lire qu'il s'agissait d'une allégorie de l'Egypte de Nasser. En effet, l'auteur fut emprisonné en 1966-67, trois mois après la défaite de l'armée égyptienne face à Tsahal (parallèle évident avec la défaite du sultan El-Ghoury face aux troupes de l'Ottoman en 1517 qui est décrite dans le roman). Il publie son roman en 1974.Et certains passages décrivent une dictature de la pire espèce: brutale, froide, calculatrice, impitoyable, corrompue. La réunion des Grands Maîtres venus des royaumes alentours, fait notamment froid dans le dos. Le rêve de Zakaryia: des citoyens tous fichés, de leur naissance à leur mort, numérotés (les noms, c'est trop compliqué,cela peut porter à confusion), suivis à la trace etc.Mon avis sur ce roman est mitigé. J'ai beaucoup apprécié de découvrir en toile de fond le sultanat mamelouk, la société cairote du XVIème siècle. Cependant, le style de l'auteur et la construction de l'oeuvre m'ont parfois déroutée, il me faut l'admettre. Des ellipses de plusieurs années, parfois sans motionner de quelque manière que ce soit le bond dans le temps, des faits apparemment importants qui ne sont tout simplement pas relatés, ont amené dans ma lecture de la confusion.Les personnages ne sont pas particulièrement attachants, et finalement Ghitany nous parle plus d'un système que des individus qui le peuplent. C'est une mécanique terrible qu'il dénonce: le populisme et la démagogie qui font qu'un peuple suit aveuglément un personnage qui se donne des apparences de probité, pour en fait mieux cacher ses larcins, ses vices. Et la dictature dégénérescente qui en découle. Cela vous rappelle quelque chose?Intéressant, donc, mais pas inoubliable.

Choupchoup
09/04/13
 
  • Auteur : GHITANY, GAMAL
  • Éditeur : SEUIL
  • ISBN : 9782020086028
  • Date de parution : 01/01/85

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.43 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition