EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 01/08/07
LES NOTES :

à partir de
14,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

des plaines de bohême à la france, en passant par l'autriche et l'italie, des années trente à nos jours, une magnifique histoire d'amour, de trahison et d'exil, le portrait tout en nuances d'une femme insaisissable. porté par l'écriture étincelante de colum mccann, zoli nous offre un regard unique sur l'univers des tziganes, avec pour toile de fond les bouleversements politiques dans l'europe du xxe siècle. tchécoslovaquie, 1930. sur un lac gelé, un bataillon fasciste a rassemblé une communauté tzigane. la glace craque, les roulottes s'enfoncent dans l'eau. seuls en réchappent zoli, six ans, et
son grand-père, stanislaus. quelques années plus tard, zoli s'est découvert des talents d'écriture. c'est le poète communiste martin strânskÿ qui va la remarquer et tenter d'en faire une icône du parti. mais c'est sa rencontre avec stephen swann, anglais exilé, traducteur déraciné, qui va sceller son destin. subjugué par le talent de cette jeune femme, fasciné par sa fougue et son audace, swann veut l'aimer, la posséder. mais zoli est libre comme le vent. alors, parce qu'il ne peut l'avoir, swann va commettre la pire des trahisons. traduit de l'anglais (irlande) par jean-luc piningre
7 personnes en parlent

Tchécoslovaquie, années 1930 : sur un lac gelé des membres de la Hlinka, la police politique slovaque alliée des nazis, a rassemblé un groupe de gitans avant d'allumer un gigantesque brasier pour faire fondre la glace. Cette scène d'ouverture est hallucinante et hante le lecteur sur la durée du roman. Zoli, petite fille rom, survit au carnage et grandit sur les routes d'Europe de l'Est dévastée par la Seconde Guerre mondiale, élevée par son grand-père qui brave l'interdit tzigane en lui apprenant à lire et à écrire et lui raconte l'histoire de leur communauté. Une histoire chargée de drames et de sortilèges, dont elle s'inspire pour composer chansons et poèmes. Devenue femme et poétesse, Zoli sera instrumentalisée par les communistes voulant sédentariser les Tziganes, au risque de leur faire perdre leur identité. Elle sera ensuite trahie par un Anglais fou amoureux, avant d'être bannie par son propre peuple (je laisse le soin au le lecteur de découvrir pourquoi). Alors Zoli fuit son pays, traverse les frontières, se terre comme un animal pour éviter polices, pierres et crachats...L'intention de l'auteur est claire : parabole sur l'exil, éloge de la différence, questionnement sur l'assimilation, l'appartenance, et l'ethnicité... Il décrit avec sincérité l'univers des Tziganes pendant la Seconde Guerre mondiale et la montée du communisme en Europe de l'Est. Il greffe habilement une fiction sur une réalité, celle du peuple tzigane, dont il ressuscite l'une des figures les plus légendaires, la poétesse polonaise Papusza. Des années 1930 en Tchécoslovaquie à 2003 à Paris, Colum McCann alterne avec brio les époques, les lieux et les voix, mais c'est celle de Zoli, simple et déchirante, qui domine les autres et nous touche infiniment. Zoli, farouche héroïne de ce roman, séduit de sa voix chaude, de son tempérament de feu et de sa volonté impitoyable. Le romancier réussi à donner à son héroïne une simplicité et une vérité qui emportent l'adhésion du lecteur : on ressent l'empathie de l'auteur pour son héroïne, et ceci parfois au détriment des autres personnages, un peu sacrifiés. A tel point que son intrigue s'en ressent un peu sur la fin, l'histoire se traîne, comme si son auteur ne se résolvait pas à quitter son héroïne. Ceci, ajouté à une narration parfois "flou" et certains passages qui manquent d'épaisseur, fait que je n'ai pas été entièrement convaincue par ce roman.Il reste que Zoli est un beau roman empreint de poésie mélancolique aux accents slaves. Un livre-hommage qui sait éviter l'écueil du sentimentalisme : «A condition d'y mettre le sucre et les larmes, on leur fait avaler n'importe quoi. Ils s'en pourlèchent et, dans leur bouche, le sucre et les larmes font une pâte qu'ils appellent compassion» écrit-il, pas dupe un seul instant de ses personnages ni de l'histoire qu'il entend raconter.

Kara
14/01/09
 

Les roms… une petite fille qui apprend à lire parce que son père lisait Marx. Une petite fille qui appréhende la vie et la mort en un seul regard, le jour où sa famille est dessimée sous ses yeux dans un immense fracas de glace brisée. Le lac gelé et les flammes engloutissent brutalement son enfance… Mais en apprenant les mots des livres, pour les siens elle perd son identité rom, elle glisse lentement vers cet autre côté qui l’acclame sans pour autant véritablement l’accueillir. Le reniement des siens, l’errance… La grande halte qui a voulu sédentariser les gens du voyage, les entasser dans des tours sans tenir compte de leur culture. Insaisissable Zoli, inaliénable Zoli…Un portrait de femme extraordinaire. Des années 30 à nos jours, Zoli traverse les épreuves et les pays et force l'admiration. Culture tzigane, persécutions, rendez-vous tragiques avec l'Histoire. Un chant pourtant s'élève. Les mots de McCann ont suffisamment de puissance et d'amplitude pour le porter jusqu'à nous, dans le silence de la lecture. Nous n'aurons sans doute pas tout compris des gens du voyage, mais nous aurons, le temps d'un livre, partagé ce chant. Et comme le dit l'écrivain australien Peter Carey "Si la vocation suprême pour un auteur est d'imaginer ce que c'est qu'être "autre", alors Colum McCann est un géant."Beaucoup ont tenté d’apprivoiser Zoli, son âme, sa plume, son chant. Mais peut-on contenir la musique ? Le chant naît à l’intérieur et entame ce merveilleux voyage qui le porte d’oreille en oreille, de cœur en cœur… Même captif, il emplit l'espace et transforme le temps. Zoli est ce chant...Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
27/10/08

Zoli est tzigane. Enfant, elle connaît l’intransigeance de la guerre, qui, cruelle, la prive de sa famille. Seuls son grand-père et elle survivent à l’horreur. C’est auprès de lui qu’elle fera l’apprentissage de la vie dans le respect des règles de la communauté. Mais le vieil homme veut donner davantage à sa petite-fille et lui ouvrir l’accès à un monde inconnu jusque là des siens: le pouvoir des mots. Zoli apprend à lire et écrire dans le plus grand secret. Elle devient lettrée. Enfermée dans un monde trop étroit pour contenir sa soif de liberté et d’indépendance, elle s’évade dans l’écriture. Elle compose des poèmes qui portent en eux l’extravagance et l’âme de son peuple. Elle est la Voix de ces fiers nomades et chante leurs folies, leurs envies et leurs douleurs.Zoli émeut par son don, Zoli fascine, Zoli attire les regards. Ses yeux noirs, sombres et étincelants de vie, suscitent l’admiration. Elle a la beauté singulière. Le charme de ses traits imparfaits et exotiques est un puissant maléfice. Zoli aime. Désespérément entière, amoureuse de la vie et de l’amour, elle est Femme dans la plus infime partie de sa chair. Zoli, ivre d’amour et de poésie, suit sa voie. La reconnaissance est là. Elle incarne son peuple. Elle est louée par les gadže ; ces autres qui ignorent tout d’elle et des siens. Elle se réfugie dans l’écriture et laisse son esprit indompté créer un univers pétri d’histoires et de croyances roms. Elle se pense à l’abri, détentrice d’un savoir et d’un pouvoir manifestes. Toutefois, les mots, aussi puissants soient-ils, ne peuvent rien contre la fatalité... Zoli croit bien faire en entrouvrant les portes de la culture rom au Monde or certains seuils ne peuvent être franchis sans contrepartie...Nous somme en période de guerre et la Différence ne fait qu’alimenter la haine distillée dans le cœur des hommes. Zoli est un roman qui exsude le charme de la communauté tzigane. Tour à tour grave puis enchanteresse, l’écriture de Colum Mc Cann vous entraîne sur les routes aux côtés de cette poétesse qui paiera cher son don pour l’écriture. S’il est vrai que c’est dans la plus infâme des lies que naissent certaines des plus belles fleurs, les malheurs et les désespoirs de Zoli seront aussi à l’origine de ses plus grandes joies. Est-il nécessaire de souffrir pour savoir reconnaître le bonheur ?Un roman aussi entraînant qu’un air de Goran Bregovic, dépaysant à l’extrême. Une histoire outrageusement colorée, insolente et poétique qui n’est pas sans rappeler certaines des oeuvres du grand Emir Kusturica. Rebelde

Rebelde
04/10/13
 

Colum Mc Cann a le chic pour nous placer devant nos travers : ici, il est question du peuple tzigane, de sa soif de liberté et de son rejet de notre « normalité ».Notre supériorité supposée a fait le mal de quantités de peuples, même quand ceux-ci ne demandent rien, nous voulons toujours que l’autre devienne semblable et redevable, résultat Zoli n’aura plus sa place chez elle (elle sera rejetée pour avoir « trahi » alors qu’elle souhaitait juste revendiquer la place des siens) et ne sera jamais chez elle ailleurs.Un roman qui est pour longtemps hélas d’actualité. Cocotcha

cocotcha
03/09/13
 

Un beau roman qui se dévore très vite. C'est une lecture que j' ai globalement bien aimé même si je garde deux ou trois petites réticences.Ce livre est avant tout un superbe portrait de femme, l'un des plus beau que j'ai eu l'occasion de lire, Zoli nous surprend par sa force de caractère et sa volonté d'aller au delà des traditions et des différences. On s'attache à elle, on partage chaque joie chaque peine, elle nous surprend régulièrement par les tours et détours donné à sa vie.J'ai eu parfois l'impression que le rythme pris par l'écriture ne convenait pas aux personnages, surprenant et haut en couleur dont il nous faisait le portrait. Il est trop changeant et le propos s'étire régulièrement en longueurs. Ceci dit le style est très soignée, presque trop sage et scolaire, on sent vraiment que Colum McCann a apporté en écrivant ce roman un soin tout particulier à la documentation. Il réussit à nous faire découvrir avec une sincérité déconcertante et touchante une petite part de ce qu' a pu être la vie du peuple Tzigane dans les moments les plus difficiles de son histoire.

Lacazavent
14/09/12
 

A l'âge de 6 ans, Zoli et son grand-père voient leur communauté tzigane anéantie par les hlinka. Quelques années plus tard Zoli, poétesse tzigane est enrolée par Martin Stransky, poète communiste et patron d'une revue littéraire qui veut en faire l'icône de son parti.Une épopée qui commence dans les années 30 en Tchécoslovaquie jusqu'en 2003 à Paris.Un beau regard sur l'univers des Tziganes, leurs traditions et leurs coutumes.L'histoire d'une femme incroyable, libre comme l'air. Réseau des médiathèques du mélantois

Voici dans ce roman un magnifique portrait de femme. Zoli la tsigane, devenue poétesse et emblème de tout un peuple avant d'être rejetée par ceux qui l'ont adulée, Zoli la belle, Zoli la rebelle, Zoli libre de penser et d'agir, Zoli qui fait s'enflammer les coeurs parce que son grand-père a accepté de lui apprendre à lire et à écrire, connaissances totalement interdites aux femmes tziganes.Mais Zoli n'appartient plus à personne, plus tant que ça à son peuple, pas non plus à l'anglais amoureux d'elle. Elle n'est d'aucun pays et est à tous. Elle n'est d'aucun parti, elle est libre comme le vent, comme l'eau du fleuve, elle est Zoli et elle raconte... Ce qui fera son malheur...Au gré des cahots de la roulotte, des rencontres du clan, des pauses dans l'errance et des départs précipités pour échapper à la vindicte populaire ou à la police, Zoli va conter, raconter en chantant l'histoire de son peuple, une histoire qui les décrit tels qu'ils sont : beaux et tristes, fiers et courageux, voleurs, menteurs, sales, mais aussi drôles, heureux dans le dénuement, respectueux des traditions... Tout un ensemble de qualité et de défauts parfois totalement contradictoires, mais qui les mettent cependant au ban de la société, eux, les tziganes...Voici donc aussi un roman sur un peuple, un regard lucide mais tout empreint de tendresse, émouvant, passionnant. Amour, exil, trahison, vengeance... Une belle fresque sur les plaines de Bohême et sur l'univers des tziganes du début du siècle, souvent méconnu et incompris.Un roman magnifique, prenant, envoûtant, à lire ! Liliba

liliba
11/03/11
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.45 kg
  • Langage original : ANGLAIS (IRLANDE)
  • Traducteur : JEAN-LUC PININGRE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition