EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 10/04/08
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
nos libraires ont adoré zulu
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l'Inkatha, en guerre contre l'ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu'elles lui ont fait... Aujourd'hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l'Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d'Afrique, bat tous les records. Les choses s'enveniment lorsqu'on retrouve la fille d'un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition
inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l'agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds... Si l'apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l'ombre de la réconciliation nationale... -Grand Prix de Littérature Policière 2009 -Prix Nouvel Obs-BibliObs du Roman Noir 2009 -Grand Prix du Roman Noir Français 2009 -Prix des Lecteurs Quais du Polar 2009 -Prix Mystère de la Critique 2009 -Prix Jean Amila-Meckert 2009
Afrique du Sud, Cape Town.
Un cadavre est retrouvé dans un jardin public. C'est le corps d'une jeune fille, issue de la bourgeoisie "blanche". L'autopsie révèle que son décès est dû à une surdose de drogue. Le problème c'est que ni la composition chimique ni la violence de cette drogue n'ont jamais été répertoriées auparavant...
L'enquête emmène rapidement la police vers les townships de la banlieue. Sur place les investigations piétinent...

Caryl Ferey vous met littéralement KO à la lecture de ce livre. Son style est brillant, noir, poétique, tout cela à la fois. La documentation amassée pour la rédaction du livre sert le récit et nous fait percevoir l'Apartheid d'une autre manière. On en apprend un peu plus sur les milices des townships, sur les affrontements entre "noirs" et "blancs" et surtout, il explique clairement que le problème de l'Apartheid ne s'est pas miraculeusement résolu avec la libération de Nelson Mandela.

Plus qu'un simple polar, un véritable roman noir, qui ne vous laissera pas indifférent.

Il y a un avant et un après Zulu.

olivier (cambrai)
Afrique du Sud, Cape Town.
Un cadavre est retrouvé dans un jardin public. C'est le corps d'une jeune fille, issue de la bourgeoisie "blanche". L'autopsie révèle que son décès est dû à une surdose de drogue. Le problème c'est que ni la composition chimique ni la violence de cette drogue n'ont jamais été répertoriées auparavant...
L'enquête emmène rapidement la police vers les townships de la banlieue. Sur place les investigations piétinent...

Caryl Ferey vous met littéralement KO à la lecture de ce livre. Son style est brillant, noir, poétique, tout cela à la fois. La documentation amassée pour la rédaction du livre sert le récit et nous fait percevoir l'Apartheid d'une autre manière. On en apprend un peu plus sur les milices des townships, sur les affrontements entre "noirs" et "blancs" et surtout, il explique clairement que le problème de l'Apartheid ne s'est pas miraculeusement résolu avec la libération de Nelson Mandela.

Plus qu'un simple polar, un véritable roman noir, qui ne vous laissera pas indifférent.

Il y a un avant et un après Zulu.
Olivier ,
Librairie
(Cambrai)
20 personnes en parlent

Caryl Férey dans ce polar très bien documenté nous plonge dans les ghettos du Cap et nous livre le tableau, récent, d'une Afrique du Sud qui aura énormément de mal à se débarrasser de ses démons.Ali Neuman désormais chef de la police criminelle de Cape Town a vu mourir sous ses yeux lorsqu'il était adolescent son frère aîné ainsi que son père, assassinés pour raisons politiques. Il sera lui-même marqué dans sa chair comme dans son esprit par cette nuit cauchemardesque qui depuis ne cesse de le hanter.Sa vieille mère, quasi aveugle, vit à Khayelitsha, le plus important township de Cape Town. Lors d'une de ses visites, Neuman apprend que la vieille dame a été attaqué par un jeune homme qu'elle a reconnu et à qui elle aimerait que son fils vienne en aide.Parallèlement, le policier va devoir enquêter sur la mort d'une étudiante des beaux quartiers, jeune blanche véritablement mise en bouillie par son agresseur.On découvre ici une Afrique du Sud ultra violente, ravagée par les tensions politiques, les trafics en tous genres, et notamment la drogue, les luttes ethniques...Un coup de poing qui pourrait en remontrer haut la main à de nombreux romans policiers américains.<p>Maltese</p>

Maltese
30/10/10

Encore une fois, Caryl Férey propose un polar sombre, violent, tant par sa narration que par l'univers dans lequel il nous entraîne... Un pays encore fortement marqué par son Histoire, par l'Apartheid, par le racisme mais qui a malgré tout réussi le pari évoqué dans le roman d'accueillir en 2010 la coupe du monde de football en nous faisant oublier le temps de quelques semaines la violence quotidienne qui y règne. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
14/12/11
 

Ali Neuman est un Zoulou qui a vu son père (Oscar) et son frère de 15 ans (Andy) tués sous ses yeux quand il était enfant. Élevé par sa mère (Josephina) devenue presque aveugle, il est chef de la police criminelle de Cape Town. Avec ses amis inspecteurs, Brian Epkeen et Dan Fletcher, il va devoir enquêter sur plusieurs affaires qui sont liées : agressions, viols, crimes, trafic de drogue, gangs d'enfants des rues ou d'immigrés du Nigéria et de Zambie, inoculations du virus du sida pour utilisation de cobayes humains.L'Afrique du Sud, première démocratie d'Afrique, qui a été choisie pour organiser la 19ème Coupe du Monde de Football en 2010, détient le record de viols et de crimes...Un très bon thriller à ne pas mettre entre toutes les mains tant il est violent et réaliste.C'est la première fois que je lis un thriller se déroulant en Afrique du Sud et je me suis dit que l'auteur y a certainement vécu car ce roman est vraiment très bien documenté. Du même auteur dans un autre registre, mais dans le même style, j'ai lu Haka, un thriller en Nouvelle-Zélande avec un policier Maori.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
28/05/11
 

Livre commencé dans l’avion en partance pour là-bas, mais fini bien après le retour…. Non pas par manque d’intérêt, bien au contraire, mais faute de temps pour lire…. Là-bas, j’avais mieux à faire !!!C’est avec un immense plaisir que j’ai pu, en tout cas dans les premiers jours ,marcher dans les pas des personnages, et par la même occasion vérifier que l’auteur avait fait un énorme travail de documentation, et d’immersion dans ce pays. Au-delà d’une véritable enquête de police au cœur d’une société libérée, certes, mais encore hantée par des décennies d’Apartheid, Caryl Ferey nous offre sur un plateau des personnages torturés avec un passé, des zones d’ombre, et un présent qui ne les laisse pas sereins.La violence est présente à chaque page. C’est peu dire que Caryl Ferey ne ménage pas son lecteur…Ne vous laissez pas impressionner par la noirceur de ce roman, et tenter l’aventure !! Dépaysement garanti ! http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
15/09/15
 

Une jeune étudiante blanche est retrouvée morte dans un parc du Cap, défigurée et droguée au "tik", une substance redoutable. Ali Neuman - un zoulou dont le père et le frère ont été massacrés - est sur l'affaire avec deux flics amis d'origines et de cultures différentes. Ils vont croiser l'horreur, la mort, dans cette enquête sur un trafic de drogue aux ramifications politiques.Voilà un polar très dense, très riche, parfois confus, qui m'a beaucoup appris sur l'Afrique du Sud, un pays où misère et criminalité règnent encore en dépit de la fin de l'apartheid et du développement économique qui l'a accompagné. A travers la ville du Cap et ses townships, Caryl Férey dresse un tableau peu reluisant d'une nation encore bien mal en point, à la veille de la Coupe du Monde de football qui la mettra en vitrine. Drogue, violence, gangs, sida, prostitution des enfants, sorcellerie... tel est le lot des plus défavorisés dans ce pays encore à deux vitesses. Malgré le style fluide et plaisant, parsemé de traits d'humour acide et de quelques dialogues savoureux, cette lecture fut assez laborieuse pour moi, qui manque de culture géopolitique. J'ai parfois perdu pied dans les termes locaux mais heureusement, cela n'a pas nui à la compréhension globale. L'intrigue avance lentement puisque le roman est prétexte à des considérations sociales et politiques, et cela peut agacer si l'on s'attend à un polar dit "efficace". Le dénouement donne lieu à une surenchère d'atrocités regrettable, et à quelques invraisemblances qu'on rencontre trop souvent dans ce genre d'ouvrage (un presque-mort doté de forces herculéennes)... En conclusion, un thriller intéressant et même important de par ses thématiques, mais pas une lecture agréable pour moi : trop de détails confus et surtout de violence sous forme de tortures et de massacres cauchemardesques. Je pense en rester là avec cet auteur... Canel

Canel
03/02/14
 

Les enquêtes policières sont toujours prétexte pour Caryl Férey pour livrer un roman résolument social et politique. Et quand c’est un baroudeur qui tient le crayon, c’est l’occasion de sortir de nos frontières, mais surtout des sentiers battus et proprets des visites guidées standardisées.Avec Zulu, direction l’Afrique du Sud. Les souvenirs encore vifs de l’apartheid en toile de fond. Une jeune fille issue d’une famille blanche privilégiée est retrouvée morte dans un jardin public. Salement amochée, le corps rempli de la drogue qui circule dans les quartiers pauvres de Cape Town, les éléments ne collent pas. Le chef de la police criminelle Ali Neuman met son équipe sur l’affaire.Encore une fois, Caryl Férey ne fait pas dans la dentelle. C’est la poussière brûlante de l’Afrique du Sud qui vous prend à la gorge, entre les townships, ces quartiers défavorisés qui transpirent la misère et portent toujours les stigmates de l’apartheid, et les villas en bord de mer occupées par de gros bonnets blancs, businessman qui se complaisent dans un luxe vomitif.Du roman bien noir qui donne à voir la réalité du terrain, l’envers du décor, et les rapports humains – haine - vengeance – pouvoir – reconstruction – dans ce qu’ils ont de plus abrupt et rocailleux.Si la dimension sociale et politique prime, les enquêtes ne sont pour autant pas bâclées, et sont au contraire franchement bien menées et ficelées. Les personnages sont fouillés et crédibles. Le tout est très documenté et livré avec une écriture nerveuse et aiguisée au couteau.En bref, du très bon polar !Le livre VS le filmZulu est désormais adapté en film. Les adaptations cinématographiques peuvent parfois s’apparenter à de la haute voltige. Ici, autant dire que le pari est largement tenu, et le père Férey doit être franchement ravi du résultat. On retrouve les ingrédients phares du bouquins, mis en scène de façon époustouflante. Un film très réaliste et vif avec un jeu d’acteur (dont Forest Whitaker et Orlando Bloom, excusez du peu…) impressionnant !Caryl Férey a le don pour vous coller une belle claque, comme une main qui sortirait du bouquin pour vous prendre par le col. Le Livre vs Le Film = même combat. Lisez le livre, visionnez le film, et parlez-en. Ça vaut franchement le détour.Au risque de me répéter, du très bon polar, du très bon roman et film noir !

AliceAGH
02/02/14
 

Coup de coeur Roman policier captivant mettant en scène un policier zoulou atypique dans l'Afrique du sud contemporaine. Un tableau saississant de la réalité sud- africaine de sa violence et de sa difficulté à surmonter son histoire.

Fatigants ces auteurs sans véritable surprise...Caryl Férey en fait désormais pleinement partie...Deux claques avec Haka et Utu plus tard , je voulais vérifier si l'adage « jamais deux sans trois « était à meme de marquer , une fois encore , cette peau si délicate élevée à la maïzena et au saindoux...Blam , Férey récidive magistralement avec ce nouveau thriller inter-ethnique et vous plaque sans coup féreyre - désolé - au pays des springboks !Les pompes funebres Costa Croisieres sont heureuses de vous accueillir à bord de leur fier et majestueux navire étalon : le ploufplouf 2e du nom!Au programme , une Afrique du Sud post-apartheid totalement gangrénée par la violence , la drogue et le sida ! Si les conflits interraciaux perdurent , le berceau de l'humanité semble devoir s'autodétruire à petit feu , fortement aidé en cela par ces nouveaux fléaux tout aussi ravageurs...Ali Neuman eut , ce que l'on peut légitimement appelé , une enfance difficile . Ce fils de zoulou qui vit , tout jeune , son pere pendu et son frère ainé brulé par les milices de l'Inkatha , fut élevé dans le souvenir douloureux d'une violence maladive hors norme . Désormais promu chef de la police de Cape Town , ce dernier balade sa grande carcasse musculeuse et son cortège de démons intérieurs sur les affaires les plus sordides du coin...Et d'affaire morbide , il en est justement question à la découverte d'un premier puis d'un second corps massacré ! Les victimes , deux jeunes blanches de bonne famille adeptes de la drogue plus que de raison . Une nouvelle came dévastatrice semble sur le point d'éradiquer la totalité de cette jeunesse dorée en mal de sensations fortes .Férey possède sans nul doute ce don si précieux d'amalgamer l'histoire passée et présente d'un pays , de l'intégrer à un polar d'une rare noirceur et de vous le recracher au visage sans pour autant que cela vous dégoute ! L'effet serait même plutôt inverse tant les pages défilent à la vitesse d'un demi de mêlée au galop ! Férey ne fait jamais dans la complaisance mais roule à l'authentique sans jamais verser dans le voyeurisme et l'ostentatoire ! Alors oui , c'est très cru . Ça suinte la misère et le désespoir à chaque page , ça transpire la corruption à tous les étages mais le réalisme historique est à ce prix .Point très appréciable , ce sentiment prégnant que l'auteur à bossé son sujet ! Grand voyageur dans l'âme , Férey se documente parfaitement pour vous immerger violemment dans ces townships susceptibles de ne charrier que douleur , désespoir et mort .Des personnages intéressants et fouillés trimbalant leur contingent d'emmerdes et de fantômes , le tout au service d'une histoire racée et nerveuse ou la patte sans concession de l'auteur fait une nouvelle fois merveille ! Associée à cela la description alarmante d'un continent à la dérive que rien ne semble pouvoir endiguer et vous obtenez la confirmation que ce Férey s'affirme décidément comme une pointure incontournable du polar français ! Zulu , y es-tu ? Oh que oui mon enfant...

TurnThePage
02/11/13
 

Cape Town, Afrique du Sud, le cadavre d'une jeune fille blanche est retrouvé massacré après avoir absorbé une nouvelle drogue. Ali Neuman, le chef noir de la police, est chargé de cette enquête qui prend ses racines dans l'apartheid.Voila un polar noir vraiment très noir. Il nous emmène en Afrique du Sud, loin de celle que l'on a vu pendant la coupe du monde de football. Celle du livre est une Afrique du Sud où la violence est omniprésente, où le sida fait des ravages , où la corruption est partout et où l'apartheid a disparu mais pas dans toutes les mentalités. C'est un pays qui n'a pas fini de faire face a son passé. L'auteur réussit le tour de force de prendre le temps de nous expliquer les données géopolitiques de ce pays sans pour autant que le rythme du roman n'en pâtisse. Car il ne faut pas oublier que c'est un thriller et un vrai. Un thriller qui frappe fort car certaines scènes sont très dures, très violentes et ancrées dans la réalité. Et c'est cette réalité qui fait peur.Un livre coup de poing, violent mais immersif et documenté. Un livre sans compromis où l'espoir est illusoire.Un livre qui me donne l'envie de lire les autres livre de cet auteur français.Ma note : 8/10.A noter que ce livre a reçu le "Grand prix des lectrices de Elle 2009" et le "Grand prix de littérature policière 2008".

Zembla
18/10/13
 

Honnêtement, je ne connaissais rien de la fin de l'Apartheid, Zulu m'a fait prendre conscience de l'ampleur des dégâts, de la souffrance des peuples à travers un thriller brulant. Tous les ingrédients du polar sont réunis en enchainant les évènements d'histoire d'Afrique du Sud. J'ai été imprégnée immédiatement par l'ambiance étouffante, la chaleur, l'auteur m'a transporté au coeur de ce pays.Les flash back sur l'enfant du personnage principal, Ali, nous font comprendre son choix de vie, sa soif de vérité, de justice. Comment vivre avec ce qu'il a vécu? Ali Neuman Fait preuve d'une force de caractère rare, et d'un amour filial étonnant et rassurant, tout cela réuni au cœur de ce polar sombre à souhait.Merci à l'auteur de m'avoir transportée si loin MurielDMR

Muriel72
01/06/13
 

Dans une Afrique du Sud que ses dirigeants s'efforcent de pacifier et de rendre souriante en prévision du Mondial de foot 2010, un trio de flics enquête sur des meurtres de jeunes filles de la bourgeoisie blanche, enquête qui les mènera sur la piste d'une organisation qui expérimente des substances nouvelles sur des enfants des bidonvilles. Peut-être parce que j'ai du mal à croire à l'existence du Mal Absolu, je ne supporte pas trop les polars-à-complot-pharmaceutique. L'idée que l'on puisse tester une drogue dopante sur des enfants des rues à qui l'on inoculera le virus du Sida ensuite pour avoir la paix me paraît relever à la fois du ridicule et d'une surenchère pour inventer le plus méchant des méchants. Ce qui ne me semble pas avoir beaucoup de sens : le monde est suffisament pourri comme ça. Si jamais on découvre que ce genre de machinations a existé depuis le Troisième Reich, promis je ferai mon mea culpa.Le grand intérêt de Zulu ne réside pas dans son intrigue policière, mais bien dans sa description de la société sud-africaine, dont les plaies consécutives à l'apartheid sont loin d'être cicatrisées. Absence de justice sociale et persistance d'un apartheid économique, pratiques mafieuses des partis se disputant le pouvoir, impunité et recyclage d'anciens dignitaires du régime raciste sont autant de maux qui font de l'Afrique du Sud l'un des pays les plus violents au monde, non seulement par sa criminalité mais aussi par la circulation de l'épidémie de Sida. Le récit de Caryl Ferey est une présentation minutieuse de cette société dont la normalisation capitaliste à marche forcée - l'accueil de la Coupe du Monde de football en est l'instrument et le symbole - ne s'embarrasse pas forcément de Justice. Il en résulte un tableau d'un réalisme qui fait froid dans le dos. Ainsi, les personnages de Zulu sont autant d'individualités traumatisées par la période d'apartheid. La psychologie des principaux acteurs du roman est remarquablement fouillée ; la douleur, les traumatismes, la difficulté de vivre et de survivre de chacun sont les véritables sujets de ce roman. Julien - Bouquinerie Mouvements d'Idées

mouvementsdidees
20/03/13
 

Les qualificatifs se bousculent pour définir ce roman noir : violent, désespéré, engagé, puissant, saisissant, angoissant; en un mot excellent.Sans concession, il ne laisse aucune chance à son lecteur, happé par ce polar qui le poursuit, frappe au cœur, prend aux tripes. Sérieusement documenté, Caryl Ferey livre un roman intense, passionnant,mêlant habilement le contexte historico-politique de l’Afrique du Sud à une intrigue complexe. Les personnages sont ciselés dans du bois brut, l’intrigue parfaitement maîtrisée, l’écriture efficace, les images nées des mots – tant paysages que métaphores – superbes. L’auteur nous projette – nous jette – sans ménagement dans les townships par le seul talent de sa plume. Terrible plume, terrible rencontre, un retour aux racines du polar : témoigner des ombres d’une société par la fiction.

Marilire
31/10/12
 

Ce polar (noir, vraiment très noir) est prenant, j'ai vraiment eu du mal à le laisser pour vaquer à d'autres occupations. En toile de fond, c'est l’Afrique du Sud de l’après-apartheid qui est mise en exergue, gangrenée par le racisme, la misère, la drogue et le sida au travers du personnage principal - Ali Neuman - qui mène l'enquête à Cape Town. Je ne connaissais pas l'auteur, je relirai très sûrement d'autres livres de lui, j'ai par conséquent glissé dès à présent dans ma pile de livres à lire Mapuche, Haka et Utu.

LAPESTE
15/09/12
 

Zulu nous plonge dans ce que l'Afrique du Sud a de plus sombre et de plus terrifiant : une violence inouie, des hommes sans foi ni loi, n'ayant peur d'aucune exaction.Ali est un mort vivant suite à ce qu'il a vécu enfant. A l'inverse Epkeen est plus un écorché vif, dégouté du système dans lequel il vit. L'enquete sur les meurtres de deux filles de riches blancs les mènent beaucoup plus loin qu'ils ne l'auraient cru. Au délà de la recherche des criminels, l'auteur nous confronte à la triste réalité des townships, du sida, des enfants violés, démembrés, assassinés sans vergogne, des viols, de la situation épouvantable des femmes dans des milieux dont l'espérance de vie ne dépassera pas 45 ans (selon l'auteur) dans les années qui viennent. Certes l'apartheid n'est plus officiellement. Mais on peut se demander avec l'auteur si le problème n'a pas juste changé de nom; la misère est partout présente, et son flot de conséquences plus sordides les unes que les autres.L'auteur a une écriture qui nous prend et ne nous lache plus, meme s'il nous confronte à une sorte de témoignage derrière l'histoire, celle d'un peuple encore cruellement blessé par l'histoire et qui n'arrive pas à se relever. Un livre très dur mais que j'ai beaucoup aimé (sans en faire un coup de coeur) mais qui m'incite fortement à découvrir Utu!

Noryane
18/01/12
 

Un livre d'une force et d'une puissance incroyable à l'image de ce pays particulièrement attachant qu'est l'Afrique du Sud. Un monde et une société d'une violence inouïe envers les plus défavorisés, un pays de contrastes et d'espérances malgré tout. Un vrai choc de lecture !

Ikebukuro
22/10/11
 

C'est un livre fort car les policiers de cette enquête ont une histoire.Ali Neuman, chef de la police criminelle de Cape Town a toujours en mémoire le massacre de sa famille alors qu'il était enfant.Brian Epkeen vit un divorce difficile. Lui aussi, a un souvenir difficile avec son père et il a par le passé enquêté au plus près des massacres de l'Apartheid.Dan Fletcher est un père de famille "tranquille" mais il est destabilisé par le cancer de sa femme qu'il adore.Ils vont se retrouver tous les trois sur une enquête de meurtres horribles.Sur la piste, au départ, des bandes de quartiers, ils arriveront sur un réseau d'anciens membres du gouvernement de l'apartheid et decouvriront l'horreur des essais de substances chimiques sur les gosses des townships.Ce livre peut choquer les âmes sensibles car il y a de vraies scènes de barbarie. Mais c'est un livre fort, intense que l'on ne peut pas lâcher et qui ne nous laisse pas insensible.

jostein
28/02/11
 

Ali Neumann et ses hommes enquêtent au coeur des townships autour du meurtre sauvage d'une jeune femme blanche. Leurs découvertes les mènent sur les traces d'une nouvelle drogue, particulièrement dangereuse.Un roman écrit à l'américaine, qui offre des personnages crédibles et consistants et une plongée dans la violence sud-africaine bien documentée (voire légèrement didactique parfois...).Je ne suis malgré tout par tout à fait convaincue : les intrigues qui se recoupent sont un peu forcées, l'écriture manque de style.Un roman agréable à lire, mais pas tout à fait à la hauteur des louanges dont il a été l'objet à sa sortie à mon sens. JK

thetys258
22/01/11
 

Un livre très dur à lire...des scènes insupportables...la rencontre du monde zoulou et de la misère des town ships...un livre qui vous tient en haleine jusqu'au bout et vous donne envie de découvrir un peu plus cet auteur

nelson43
09/09/10
 

Une plongée désespérée dans la terreur des townships de l'après-apartheid.Une histoire dont on ne peut en perdre une ligne.Formidable.J'ai grande envie de découvrir Haka et Utu !! Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.Jules Renard

lucky44
11/05/10
 

Zulu Ali Neuman, le chef de la police criminelle de Cape Town, est un Zoulou qui a souffert lors de sa jeunesse des exactions des milices en guerre contre l’ANC. Lorsqu’une jeune fille blanche est retrouvée morte, le visage massacré, c’est lui qui est chargé de l’enquête. Parallèlement, il essaie de retrouver l’agresseur de sa mère, ce qui le mène dans les townships, les quartiers les plus défavorisés de la ville. Une nouvelle drogue, inconnue des services de police, semble être à l’origine de ces affaires. L’enquête de Neuman, aidé de ses deux acolytes, va les mener bien plus loin qu’ils ne l’auraient voulu…Tout en nous montrant le visage d’une Afrique du Sud dans laquelle une extrême violence et le sida font partie du quotidien, Caryl Férey compose une intrigue efficace.

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.51 kg
  • Langage original : FRANCAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition