Chasse Royale – Deuxième Branche III – Jean-Philippe Jaworski

  • Valentin R.
  • Furet du Nord d'Arras
  • Publié le 4 mars 2019
  • Fantasy

Ca y est! Le troisième et dernier volume du tome 2 de la saga Rois du Monde de Jean-Phililipe Jaworski vient de paraître! Bien sûr, pour l’apprécier, il est indispensable d’avoir lu le tome 1 Même pas Mort et les deux premiers volumes du tome 2 Chasse Royale (deuxième branche I et II) disponibles en grand format aux éditions Les Moutons Electrique ou en poche aux éditions Folio. L’occasion est bonne de vous donner envie de lire cette merveilleuse saga!

Après nous avoir baladé dans l’univers-type Renaissance italienne du Vieux Royaume (Gagner la guerre et Janua Vera), J-P Jaworski nous emmène dans les royaumes celtes de la Gaule Antique, ses fôrets denses, ses fleuves impétueux et ses montagnes magistrales. C’est dans ce décor que se déroule l’histoire du personnage principal de la saga: Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos, héros du royaume biturige.

Au delà du fond de l’histoire qui est, en fait, le récit de la vie de Bellovèse depuis son enfance jusqu’à ses aventures en tant que héros fréquentant la cour du Haut-Roi où l’on découvre avec bonheur un univers fait de guerres entre tribus, de banquets, de duels sanglants entre héros, de bardes, de druides, d’amitiés, de trahisons et d’un peu de magie, la singularité du roman réside dans sa forme.

C’est tout d’abord au niveau de la narration que cette saga puise sa force. Pour vous représenter la lecture de Rois du Monde, imaginez que, lors d’une soirée d’hiver où la tempête de neige fait rage dehors, on tape à la porte et qu’en ouvrant, Bellovèse en personne entre chez vous, balance par la fenêtre la télévision que vous regardiez tranquillement, s’installe en tailleur à sa place et commence à vous conter sa vie. Il vous raconte en détail ses exploits et ses déboires en s’arrêtant parfois pour faire des flash-backs sur son enfance ou pour vous raconter plus en détail l’histoire d’un autre personnage. Contrairement à d’autres sagas de fantasy où le lecteur est au courant de ce qu’il se passe exactement en tout endroit où se déroule l’histoire, ici l’histoire se concentre autour d’un personnage, de ce qu’il voit ou a vu et de ce qu’il vit ou a vécu, une histoire à hauteur d’homme qui permet à plein l’identification du lecteur.

En parallèle, Jaworski n’a pas son égal parmi les auteurs de fantasy quand il s’agit de l’écriture. Le classicisme de son style et la richesse de son vocabulaire, nourri autant de son excellente connaissance de la langue française que de ses recherches sérieuses sur la période historique qu’il aborde, rendent la lecture, certes parfois un peu difficile (il faut régulièrement aller chercher soi-même le sens d’un mot lorsqu’il fait référence à l’univers celte), mais tellement délicieuse!

Avec Rois du Monde, Jean-Philippe Jaworski démontre une fois de plus que ce n’est pas parce qu’on écrit de la fantasy qu’on ne peut pas être un grand écrivain. On attend avec impatience la conclusion de cette saga avec le tome 3 à paraître, a priori titré La Grande Jument.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pulvinar ultricies leo Aliquam amet, dapibus sem, Phasellus risus venenatis, non