Ca peut pas faire de mal ! - Les femmes écrivains - E-book - MP3

Note moyenne 
« C'est un drôle de truc, l'écriture. » Marguerite Duras « Être femme, c'est le résultat d'une histoire. » Simone de Beauvoir « Il est... Lire la suite
12,99 € E-book - MP3
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

« C'est un drôle de truc, l'écriture. » Marguerite Duras « Être femme, c'est le résultat d'une histoire. » Simone de Beauvoir « Il est des livres qu'on ne doit pas oser avant d'avoir dépassé quarante ans. On risque avant cet âge de méconnaître l'existence des grandes frontières naturelles qui séparent l'infinie variété des êtres. » Marguerite Yourcenar « Il n'y a pas de vraie mémoire de soi.
» Annie Ernaux

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format MP3
    • Taille
      264 489 Ko
    • Protection num.
      pas de protection

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Guillaume Gallienne

Née en 1914 près de Saigon (Cochinchine), d'une mère institutrice et d'un père professeur de mathématiques, Marguerite Donnadieu se fixe définitivement en France en 1932. Elle se marie avec Robert Antelme en 1939, et publie son premier roman (Les Impudents), sous le pseudonyme de Marguerite Duras, en 1943. Résistante pendant la guerre, communiste jusqu'en 1950, ayant activement participé à Mai 68, Marguerite Duras a développé une écriture protéiforme considérable (cinéma, théâtre, articles de presse, romans et récits).
Elle est décédée le 3 mars 1996 à Paris. Née à Bruxelles le 8 juin 1903, Marguerite de Crayencour voyage en Suisse et en Italie avant de se fixer aux États-Unis en 1958. Grand Prix national des Lettres en 1974, elle fut la première femme élue à l'Académie française en 1980. Elle est décédée le 17 décembre 1987 dans l'île des Monts-Déserts. Née le 1er septembre 1940 à Lillebonne, en Seine-Maritime, Annie Ernaux a grandi à Yvetot, en Normandie, où ses parents tenaient un café-épicerie.
Issue d'un milieu modeste, elle poursuit cependant des études supérieures et devient agrégée de lettres. Elle enseignera à Annecy, puis au Centre National d'Enseignement à Distance. Son premier roman, Les armoires vides (1974), met en scène Denise Lesur, sorte de double de l'auteur, héroïne confrontée à un avortement. En 1984 elle obtient le prix Renaudot pour La place, où elle revient sur la vie de son père.
Annie Ernaux renonce très rapidement à la fiction pour s'attacher à l'autofiction, son écriture étant marquée par la présence du « Je ». Ainsi, elle évoquera son adolescence dans Ce qu'ils disent ou rien (1977), son mariage dans La femme gelée (1981), sa mère dans Une femme (1988) et la maladie d'Alzheimer de celle-ci dans Je ne suis pas sortie de ma nuit (1997), ses parents dans La honte (1997), l'attente amoureuse dans Passion simple (1992), son avortement dans L'événement (2000) (suite des Armoires vides ), la jalousie d'une femme dans L'occupation (2002), son cancer dans L'usage de la photo (2005).
Une partie de son ouvre est marquée par le clivage entre le milieu modeste et populaire dans lequel elle a grandi et le milieu bourgeois, "socialement supérieur" : "Pour moi écrire est profondément lié à ma situation sociale en tant qu'individu". Ses ouvrages parlent aussi du féminin, sous l'angle de la sexualité et de l'intime.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Ca peut pas faire de mal ! - Les femmes écrivains est également présent dans les rayons

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
12,99 €