Comment je me suis fait plaquer... - Et autres histoires d'amours extras et ordinaires - E-book - PDF

Note moyenne 
Belles, tristes, drôles, essentielles, fantasmées, achevées, violentes, inattendues, romantiques, physiques, acharnées, idiotes, ratées, magnifiques,... Lire la suite
5,99 € E-book - PDF
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Belles, tristes, drôles, essentielles, fantasmées, achevées, violentes, inattendues, romantiques, physiques, acharnées, idiotes, ratées, magnifiques, répétées, terminées, douces, oubliées, rabâchées, superficielles ou réussies... Les histoires d'amour finissent mal en général. En général. 15 nouvelles en bande dessinées pour se souvenir, frémir, sourire et rire.

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages
      144
    • Taille
      69 509 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Dessinateur - Scénariste France, 11 février 1984 Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée. Tout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne.
Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006. « Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. On y croise Alice et Charlotte, deux jeunes filles plutôt jolies, un peu perdues. Nonobstant la couverture un brin racoleuse, le lecteur retient surtout la justesse de ton.
L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, ou l'histoire d'un adolescent en quête de reconnaissance, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et, après l'avoir intégré dans sa sélection officielle, lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation.
Sur fond de décor minimaliste (une simple piscine), un jeune garçon, timide et gauche, se lie avec une ancienne championne de natation. Vivès joue ici sur le registre pudique. En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus. Côté forme, l'auteur abandonne pour un temps sa palette graphique et travaille essentiellement aux crayons de couleur.
Côté narratif, l'auteur mène son récit en caméra subjective, décrit, là-encore, une lente entreprise de séduction. Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ». On peut également consulter à profit bastienvives.blogspot.com, son journal numérique. Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération. Copyright : Dictionnaire mondial de la BD par Patrick Gaumer, Editions Larousse, 2011. Né en 1991, Vincent Caut est tombé, à treize ans et par hasard, sur un blog BD.
Luimême fan de bandes dessinées, il se prend au jeu et décide de se lancer lui aussi dans l'aventure de la BD sur internet. Il reçoit en 2009 le Grand Prix Jeune Espoir Talent, et le Second Prix Révélation Blog au Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême. Il publie alors son premier album, "Le Trésor de l'Île Mokoko", aux éditions Diantre !. Il suit actuellement des études d'illustration à l'école Estienne et en profite pour multiplier les expérimentations graphiques, comme on peut le voir sur son blog. Après un cursus secondaire au lycée public Alphonse Daudet de Nîmes, Thomas Cadène poursuit des études de Droit.
Navigant entre le droit et le marketing, il s'essaye par hasard (dit-il) à la bande dessinée, comme dessinateur et scénariste. Il co-fonde entretemps avec Sébastien Vassant le Plus Petit et Plus Informel Festival de Bandes Dessinées du Monde, dont la première édition a eu lieu à Langlade en juin 2009. En mars 2010, en pleine tempête médiatique autour des droits numériques, il lance le web-feuilleton "Les Autres Gens" qui est aussi devenu un livre un an plus tard... Lucile Gomez Au sortir de ses études de communication visuelle, Lucile Gomez n'entend pas abandonner totalement le dessin au profit du graphisme.
Blogueuse de la première génération, elle partage réflexions et tranches de vie autobiographiques illustrées de son trait primesautier. Constatant que le milieu de la bande dessinée est avant tout masculin, elle réunit un certain nombre de collègues auteures dans le webzine Desseins, « le webzine des filles qui en ont ». Au fil des numéros, elle se dévoile dans des histoires courtes, aussi sensibles qu'expressives, qui seront rééditées en 2006 par Le Cycliste.
Une première expérience éditoriale qui trouve sa suite dans « Les Fables de Belle Lurette », un recueil « tout en couleurs, en images et en rimes », édité chez Drugstore. Au fil de ces petits poèmes, elle décortique les relations contemporaines de son oeil résolument féminin - un leitmotiv qui lui inspire « Bretzelle et Baba », deux héroïnes conçues pour le magazine Kramix, dont les discussions douces-amères se poursuivent aujourd'hui en album aux Éditions du Lombard.
Parallèlement, elle trouve le temps d'illustrer divers projets littéraires et autres pages de magazines, ainsi que de participer à une collection de courts-métrages sur le thème des fantasmes féminins. Né le 27 mai 1980 à Nîmes. Deux mois après, il arrive à Paris et n'en bougera plus. Il étudie à l'École Estienne (bac arts appliqués puis diplôme d'illustration). Il travaille ensuite dans un studio d'animation, une maison d'édition et il est aujourd'hui graphiste. En 2004, il crée avec Piano, AK, Pipof, Singeon et d'autres dessinateurs de petite vertu, le blog dessiné Club Yaourt.
À l'initiative de quelques-uns d'entre eux, sont publiés Les Gençaves 1et2, des revues de bandes dessinées. Depuis le mois d'avril 2007, il a son propre blog où il continue de montrer ses dessins à qui veut bien les voir. Né en 1979, Julien Brachhammer a grandi à Achères dans les Yvelines - ville connue pour être la 2e station d'épuration au monde derrière Chicago. Voilà probablement pourquoi, pour s'aérer l'esprit, il décide ensuite de suivre des cours d'Histoire de l'Art à l'université de Nanterre, et y développe son intérêt pour Glen Baxter, Eggleston et Emmanuel Bove. Pas assez doué pour être dessinateur, il se met à la photographie.
Lorsqu'elles ne sont pas exposées ou diffusées par l'agence Getty Images, Julien recycle ses photos en les sous-titrant avec de curieux morceaux d'histoires dans une sorte de blog intitulé "En tranches (et sans la croûte)". Il vit actuellement à Rouen et travaille à Paris. ":-(" est son premier scénario publié. Capucine est née à Paris en 1977. Après un BAC A2 (lettres-langues), elle souhaite entrer aux arts déco et fait donc une prépa, l'ATEP.
Elle se ramasse lamentablement au concours et décide d'entrer à l'EPSAA, plutôt, car là, elle a réussi les épreuves. Pendant ces trois années, elle rencontre l'homme de sa vie, obtient son diplôme de concepteur graphique et boucle ses fins de mois en travaillant comme caissière chez Franprix. Elle tombe enceinte quelques années après, alors qu'elle est maquettiste de guides touristiques, trouve ça génial, décide de le raconter, et commence à faire des BD. Originaire du Sud, où elle naît en 1969 à Castelsarrasin, Lucie Durbiano dessine très tôt et beaucoup...
Plus tard, elle termine son lycée en entamant des études d'Art à la villa Arson à Nice, et poursuit aux Arts décoratifs de Strasbourg. Elle illustre d'abord des albums pour la jeunesse, dont les premiers "Lulu Grenadine". Aujourd'hui, elle travaille régulièrement pour Bayard Presse, en particulier dans Astrapi et Je Bouquine, et parfois aussi dans la presse adulte, dans Les Inrockuptibles, L'Express, ou Le Monde 2. En 2001, elle fait ses débuts en bande dessinée grâce à Charles Berberian qui lui propose de participer au collectif Tohu Revue, publié aux Humanoïdes Associés.
Peu après, elle signe son premier album chez Les Requins Marteaux, Laurence. Depuis, elle n'a plus arrêté de faire de la bande dessinée. Après une licence de géographie, c'est tout naturellement qu'Abraham Kadabra devient ingénieur en informatique. Entre deux boules de souris à nettoyer, il commence à écrire des scénarios, dont certains seront même publiés dans Kramix. Il travaille le plus souvent aux côtés de la dessinatrice Clotka, qui est secrètement amoureuse de lui depuis toujours.
ll aime vachement "Asterix", "le Schtroumpf Noir" et la moto. Axel André a.k.a Keussel est né en 1990 non loin du xxe arrondissement où il vit encore aujourd'hui. Après un bac d'arts appliqués à Auguste Renoir, il obtient un diplôme d'illustration à Auguste Renoir et effectue actuellement des études de graphisme à Auguste Renoir, pour changer. La plupart de ses projets tournent autour du thème de l'amour, sujet qu'il affectionne particulièrement (à égalité avec la typographie).
Il espère que, quand il sera plus vieux, il sera auteur de BD et graphiste à la fois, qu'il ressemblera à Bertrand Morane et qu'il montera un studio avec sa collaboratrice américano-roumaine préférée. Il tient irrégulièrement un blog dans lequel il dessine ses dialogues intérieurs avec Eros. Lilla est née et en 1982, sans dents mais avec beaucoup de cheveux. Malgré ce handicap, elle fait des études studieuses certes, mais un peu longues qui l'endorment très souvent sur les bancs de la fac.
Cela ne l'empêche pas, en 2009, de participer au collectif Phantasme édité par Manolosanctis, ainsi qu'au collectif 13m28, en 2010 (toujours chez Manolosanctis). La même année, à Angoulême, elle arrive première lauréate des Révélations Blogs ; elle rentre chez elle avec un petit fauve, qu'elle astique avec affection quand il lui arrive de faire les poussières. Née en 1979 à Marseille, MissPaty lit ses premières bandes dessinées dans Pif Gadget, mais c'est plutôt pour le cadeau.
Ce n'est que bien plus tard, vers 15 ans en découvrant le manga, qu'elle commence à faire ses premières tentatives dans des fanzines tirés à 30 exemplaires pour les potes. Comme elle aime bien aussi Disney et Miyazaki, elle quitte sa belle Provence pour percer les mystères du cinéma d'Animation sur Angoulême à l'EMCA (Ecole des métiers du cinéma d'animation). Elle y est restée depuis et travaille pour des studios locaux.
Mais sa passion première, la BD, ne l'a pas quittée, elle tient un blog aussi régulièrement que possible, et participe parfois au forum CaféSalé. Né en Normandie en 1990, Corentin Penloup est tombé dans "Astérix" quand il était petit, puis il lit "Dragon Ball", des comics et "Lanfeust de Troyes". En parallèle, il passe un bac S, puis fait une année de MANAA (terme barbare et technique signifiant « mise à niveau en arts appliqués ») à Rouen et enchaîne sur un diplôme des métiers d'art.
Il est maintenant en 2e année à l'école des Gobelins en section animation. Aujourd'hui, son parcours de lecture l'a amené vers les bandes dessinées comme celles de Bastien Vivès ou Thomas Cadène, mais aussi vers la poésie romantique. Il essaie d'ailleurs de structurer ses histoires comme des poèmes (un peu). De la poésie dessinée en fait... "Point noir" est sa première publication. Né en 1972 dans le Berry, Loïc Sécheresse vit aujourd'hui à Paris.
Il obtient un diplôme des Beaux-Arts d'Orléans en 1995, devient illustrateur et travaille régulièrement pour la presse et la publicité. Au fil de ces travaux de commande, il développe un style parfaitement identifiable combinant un trait incisif à l'utilisation d'outils numériques, en quête d'une ligne vive et élégante. Ses débuts en bande dessinée se font avec son compère et scénariste Stéphane Melchior-Durand : le duo connaît un premier succès sur le web grâce aux aventures de "Tozoïd et Vulas", puis publie dans la collection Bayou de Gallimard les albums "Raiju" et "Raiden", une double épopée mythologique japonaise, remarquée par la presse et qualifiée de "virtuose et électrisée". Ce magnifique scénariste-auteur-éditeur vit entre Paris et Berlin.
En sortant des Arts Déco, il fonde avec Benoît Preteseille les éditions Warum pour y éditer leurs livres et ceux des autres. En poussant un peu le concept de minitel, il invente internet avec quelques amis et le voilà blogueur. Il fonde une autre maison d'édition, Vraoum !, pour éditer les copains du net. Avec eux, il pirate un peu "Donjon", une série écrite par deux inconnus chez un obscur éditeur.
On le retrouve sur la bd-novella en ligne "Les Autres Gens", où il essaie d'être Tomas Cadène à la place de Thomas Cadène. Marion Montaigne est née à la Réunion en 1980. Après un Bac ES, elle se forme au dessin à l'atelier de Sèvres, par une année à l'école Estienne et des études d'animation à l'école des Gobelins. Elle a commencé dans l'animation, et écrit des scénarii très drôles pour des dessins animés.
Marion Montaigne est aussi illustratrice et fait de la bande dessinée. Et comme elle s'ennuie parfois entre deux et trois heures du matin, elle - sous le nom de Professeur Moustache - anime un blog pour ceux qui veulent en savoir plus sur la science, la vie et le reste : "Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même !)". Dessinateur - Scénariste France, 11 février 1984 Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques.
La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée. Tout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne.
Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006. « Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. On y croise Alice et Charlotte, deux jeunes filles plutôt jolies, un peu perdues. Nonobstant la couverture un brin racoleuse, le lecteur retient surtout la justesse de ton.
L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, ou l'histoire d'un adolescent en quête de reconnaissance, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et, après l'avoir intégré dans sa sélection officielle, lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation.
Sur fond de décor minimaliste (une simple piscine), un jeune garçon, timide et gauche, se lie avec une ancienne championne de natation. Vivès joue ici sur le registre pudique. En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus. Côté forme, l'auteur abandonne pour un temps sa palette graphique et travaille essentiellement aux crayons de couleur.
Côté narratif, l'auteur mène son récit en caméra subjective, décrit, là-encore, une lente entreprise de séduction. Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ». On peut également consulter à profit bastienvives.blogspot.com, son journal numérique. Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération. Copyright : Dictionnaire mondial de la BD par Patrick Gaumer, Editions Larousse, 2011. Né en 1991, Vincent Caut est tombé, à treize ans et par hasard, sur un blog BD.
Luimême fan de bandes dessinées, il se prend au jeu et décide de se lancer lui aussi dans l'aventure de la BD sur internet. Il reçoit en 2009 le Grand Prix Jeune Espoir Talent, et le Second Prix Révélation Blog au Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême. Il publie alors son premier album, "Le Trésor de l'Île Mokoko", aux éditions Diantre !. Il suit actuellement des études d'illustration à l'école Estienne et en profite pour multiplier les expérimentations graphiques, comme on peut le voir sur son blog. Après un cursus secondaire au lycée public Alphonse Daudet de Nîmes, Thomas Cadène poursuit des études de Droit.
Navigant entre le droit et le marketing, il s'essaye par hasard (dit-il) à la bande dessinée, comme dessinateur et scénariste. Il co-fonde entretemps avec Sébastien Vassant le Plus Petit et Plus Informel Festival de Bandes Dessinées du Monde, dont la première édition a eu lieu à Langlade en juin 2009. En mars 2010, en pleine tempête médiatique autour des droits numériques, il lance le web-feuilleton "Les Autres Gens" qui est aussi devenu un livre un an plus tard... Lucile Gomez Au sortir de ses études de communication visuelle, Lucile Gomez n'entend pas abandonner totalement le dessin au profit du graphisme.
Blogueuse de la première génération, elle partage réflexions et tranches de vie autobiographiques illustrées de son trait primesautier. Constatant que le milieu de la bande dessinée est avant tout masculin, elle réunit un certain nombre de collègues auteures dans le webzine Desseins, « le webzine des filles qui en ont ». Au fil des numéros, elle se dévoile dans des histoires courtes, aussi sensibles qu'expressives, qui seront rééditées en 2006 par Le Cycliste.
Une première expérience éditoriale qui trouve sa suite dans « Les Fables de Belle Lurette », un recueil « tout en couleurs, en images et en rimes », édité chez Drugstore. Au fil de ces petits poèmes, elle décortique les relations contemporaines de son oeil résolument féminin - un leitmotiv qui lui inspire « Bretzelle et Baba », deux héroïnes conçues pour le magazine Kramix, dont les discussions douces-amères se poursuivent aujourd'hui en album aux Éditions du Lombard.
Parallèlement, elle trouve le temps d'illustrer divers projets littéraires et autres pages de magazines, ainsi que de participer à une collection de courts-métrages sur le thème des fantasmes féminins. Né le 27 mai 1980 à Nîmes. Deux mois après, il arrive à Paris et n'en bougera plus. Il étudie à l'École Estienne (bac arts appliqués puis diplôme d'illustration). Il travaille ensuite dans un studio d'animation, une maison d'édition et il est aujourd'hui graphiste. En 2004, il crée avec Piano, AK, Pipof, Singeon et d'autres dessinateurs de petite vertu, le blog dessiné Club Yaourt.
À l'initiative de quelques-uns d'entre eux, sont publiés Les Gençaves 1et2, des revues de bandes dessinées. Depuis le mois d'avril 2007, il a son propre blog où il continue de montrer ses dessins à qui veut bien les voir. Capucine est née à Paris en 1977. Après un BAC A2 (lettres-langues), elle souhaite entrer aux arts déco et fait donc une prépa, l'ATEP. Elle se ramasse lamentablement au concours et décide d'entrer à l'EPSAA, plutôt, car là, elle a réussi les épreuves.
Pendant ces trois années, elle rencontre l'homme de sa vie, obtient son diplôme de concepteur graphique et boucle ses fins de mois en travaillant comme caissière chez Franprix. Elle tombe enceinte quelques années après, alors qu'elle est maquettiste de guides touristiques, trouve ça génial, décide de le raconter, et commence à faire des BD. Née en 1981 en Picardie, Clotka débarque à Paris à 10 ans, bien décidée à prendre la Bastille.
En vain. Elle plonge alors dans le dessin comme d'autres dans la drogue ou l'histoire-géographie. Après avoir suivi des études d'arts graphiques, elle lance le blog Damned avec ses camarades de promo, s'initiant ainsi à la bande dessinée. Très remarquée pour son talent remarquable, elle est approchée par Loïc Dauvillier avec qui elle publie un premier livre et participe, dès sa création, à la formidable épopée des "Autres Gens".
Elle s'associe ensuite à Abraham Kadabra, scénariste de renom, avec qui elle publie des pages dans le magazine Kramix et prépare un album d'aventure-humour, en espérant qu'il voie bientôt le jour. Parallèlement, les commandes en illustration jeunesse affluent, aussi travaille-t-elle régulièrement avec les éditions Bayard, Nathan, Playbac, etc. Originaire du Sud, où elle naît en 1969 à Castelsarrasin, Lucie Durbiano dessine très tôt et beaucoup...
Plus tard, elle termine son lycée en entamant des études d'Art à la villa Arson à Nice, et poursuit aux Arts décoratifs de Strasbourg. Elle illustre d'abord des albums pour la jeunesse, dont les premiers "Lulu Grenadine". Aujourd'hui, elle travaille régulièrement pour Bayard Presse, en particulier dans Astrapi et Je Bouquine, et parfois aussi dans la presse adulte, dans Les Inrockuptibles, L'Express, ou Le Monde 2. En 2001, elle fait ses débuts en bande dessinée grâce à Charles Berberian qui lui propose de participer au collectif Tohu Revue, publié aux Humanoïdes Associés.
Peu après, elle signe son premier album chez Les Requins Marteaux, Laurence. Depuis, elle n'a plus arrêté de faire de la bande dessinée. Né en 1980 à Maisons-Laffitte d'une mère andalouse et d'un père algérien, Karim Friha est venu à la bande dessinée par "Astérix", "Gaston Lagaffe" et les grands classiques franco-belges. Son bac scientifique en poche, il entame des études d'Histoire de l'Art sans arrêter de se passionner pour ses héros imprimés ("Calvin et Hobbes", "Batman"...) ou animés ("Les Simpsons"...). Il a travaillé dans l'animation, notamment sur les long-métrages "Le Chat du Rabbin" et "Aya de Yopougon", et déjà publié deux tomes de la série "Le réveil du Zelphire" aux éditions Gallimard, dans la collection Bayou animée par Joann Sfar. Axel André a.k.a Keussel est né en 1990 non loin du xxe arrondissement où il vit encore aujourd'hui.
Après un bac d'arts appliqués à Auguste Renoir, il obtient un diplôme d'illustration à Auguste Renoir et effectue actuellement des études de graphisme à Auguste Renoir, pour changer. La plupart de ses projets tournent autour du thème de l'amour, sujet qu'il affectionne particulièrement (à égalité avec la typographie). Il espère que, quand il sera plus vieux, il sera auteur de BD et graphiste à la fois, qu'il ressemblera à Bertrand Morane et qu'il montera un studio avec sa collaboratrice américano-roumaine préférée.
Il tient irrégulièrement un blog dans lequel il dessine ses dialogues intérieurs avec Eros. Lilla est née et en 1982, sans dents mais avec beaucoup de cheveux. Malgré ce handicap, elle fait des études studieuses certes, mais un peu longues qui l'endorment très souvent sur les bancs de la fac. Cela ne l'empêche pas, en 2009, de participer au collectif Phantasme édité par Manolosanctis, ainsi qu'au collectif 13m28, en 2010 (toujours chez Manolosanctis).
La même année, à Angoulême, elle arrive première lauréate des Révélations Blogs ; elle rentre chez elle avec un petit fauve, qu'elle astique avec affection quand il lui arrive de faire les poussières. Née en 1979 à Marseille, MissPaty lit ses premières bandes dessinées dans Pif Gadget, mais c'est plutôt pour le cadeau. Ce n'est que bien plus tard, vers 15 ans en découvrant le manga, qu'elle commence à faire ses premières tentatives dans des fanzines tirés à 30 exemplaires pour les potes.
Comme elle aime bien aussi Disney et Miyazaki, elle quitte sa belle Provence pour percer les mystères du cinéma d'Animation sur Angoulême à l'EMCA (Ecole des métiers du cinéma d'animation). Elle y est restée depuis et travaille pour des studios locaux. Mais sa passion première, la BD, ne l'a pas quittée, elle tient un blog aussi régulièrement que possible, et participe parfois au forum CaféSalé. Né en Normandie en 1990, Corentin Penloup est tombé dans "Astérix" quand il était petit, puis il lit "Dragon Ball", des comics et "Lanfeust de Troyes".
En parallèle, il passe un bac S, puis fait une année de MANAA (terme barbare et technique signifiant « mise à niveau en arts appliqués ») à Rouen et enchaîne sur un diplôme des métiers d'art. Il est maintenant en 2e année à l'école des Gobelins en section animation. Aujourd'hui, son parcours de lecture l'a amené vers les bandes dessinées comme celles de Bastien Vivès ou Thomas Cadène, mais aussi vers la poésie romantique.
Il essaie d'ailleurs de structurer ses histoires comme des poèmes (un peu). De la poésie dessinée en fait... "Point noir" est sa première publication. Né en 1972 dans le Berry, Loïc Sécheresse vit aujourd'hui à Paris. Il obtient un diplôme des Beaux-Arts d'Orléans en 1995, devient illustrateur et travaille régulièrement pour la presse et la publicité. Au fil de ces travaux de commande, il développe un style parfaitement identifiable combinant un trait incisif à l'utilisation d'outils numériques, en quête d'une ligne vive et élégante.
Ses débuts en bande dessinée se font avec son compère et scénariste Stéphane Melchior-Durand : le duo connaît un premier succès sur le web grâce aux aventures de "Tozoïd et Vulas", puis publie dans la collection Bayou de Gallimard les albums "Raiju" et "Raiden", une double épopée mythologique japonaise, remarquée par la presse et qualifiée de "virtuose et électrisée". Ce magnifique scénariste-auteur-éditeur vit entre Paris et Berlin.
En sortant des Arts Déco, il fonde avec Benoît Preteseille les éditions Warum pour y éditer leurs livres et ceux des autres. En poussant un peu le concept de minitel, il invente internet avec quelques amis et le voilà blogueur. Il fonde une autre maison d'édition, Vraoum !, pour éditer les copains du net. Avec eux, il pirate un peu "Donjon", une série écrite par deux inconnus chez un obscur éditeur.
On le retrouve sur la bd-novella en ligne "Les Autres Gens", où il essaie d'être Tomas Cadène à la place de Thomas Cadène. Marion Montaigne est née à la Réunion en 1980. Après un Bac ES, elle se forme au dessin à l'atelier de Sèvres, par une année à l'école Estienne et des études d'animation à l'école des Gobelins. Elle a commencé dans l'animation, et écrit des scénarii très drôles pour des dessins animés.
Marion Montaigne est aussi illustratrice et fait de la bande dessinée. Et comme elle s'ennuie parfois entre deux et trois heures du matin, elle - sous le nom de Professeur Moustache - anime un blog pour ceux qui veulent en savoir plus sur la science, la vie et le reste : "Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même !)".

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Comment je me suis fait plaquer... - Et autres histoires d'amours extras et ordinaires est également présent dans les rayons

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
5,99 €