Traite et eclavage des Noirs au nom du chritianisme - E-book - PDF

Note moyenne 
Jean Mpisi - Traite et eclavage des Noirs au nom du chritianisme.
La traite et l'esclavage des Noirs sont aujourd'hui reconnus par la communauté internationale comme un crime contre l'humanité. Un crime qu'ont commis,... Lire la suite
17,99 € E-book - PDF
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

La traite et l'esclavage des Noirs sont aujourd'hui reconnus par la communauté internationale comme un crime contre l'humanité. Un crime qu'ont commis, du XVe au XIXe siècle, en toute impunité, des chrétiens d'Europe, laïcs et ecclésiastiques, individus et Etats. Pendant longtemps, la traite négrière a constitué une branche normale du commerce européen, faisant vivre les Etats. Des marchands négriers étaient des gens normaux, respectés, qui bâtissaient des fortunes, contribuant à l'essor des villes et des populations.
Ils venaient en Afrique se ravitailler en Noirs, qu'ils capturaient au cours des razzias, ou qu'ils acquerraient auprès des potentats locaux sensibilisés à la nouvelle opération commerciale. Ils allaient les vendre en Amérique aux colons, qui les utilisaient dans leurs plantations... Pendant longtemps également, l'esclavage, consécutif à la traite, est demeuré un fait de la société occidentale, banal, institutionnalisé, réglementé, codifié, justifié.
Des juristes auprès des rois et enseignant à l'université parvenaient à donner un statut à l'esclave : pour l'essentiel, celui-ci était un sous-homme, situé entre un objet et un être humain ; mieux, il était un " bien meuble ", qu'on peut obtenir lors d'une " guerre juste " ou lors d'une vente publique " légale ", qu'on peut vendre à qui l'on veut, ou qu'on peut léguer à sa progéniture ou à une association publique ou privée, caritative ou autre.
Toute cette entreprise était menée au nom du christianisme : les gens prétendaient que traite et esclavage étaient conformes aux enseignements de Jésus-Christ. En les réduisant en esclavage, les Blancs pensaient que les Noirs, " descendants de Cham " (Cham, fils maudit de Noé), allaient retrouver la lumière du Sauveur ! C'est ainsi que l'Eglise elle-même était une puissance négrière : elle s'accommodait de l'esclavage et le soutenait même, le considérant comme une institution de droit divin et relevant d'un ordre naturel.

Sommaire

    • Traite négrière ou traites négrières ?
    • Justifications " chrétienne " et économique
    • " Mines ", captures et trafic d'esclaves
    • Le Portugal donne le coup d'envoi
    • L'Espagne en compétition
    • Les Anglais pour briser le monopole
    • La France, troisième nation catholique
    • Grandes nations et grands ports négriers
    • Embarquement et déportation
    • Le calvaire des esclaves africains
    • État des Nègres et " légitimité "
    • Abolition de la traite et de l'esclavage
    • L'Église, puissance négrière
    • L'esclavage des Noirs, au nom du Christ

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages
      254
    • Protection num.
      Digital Watermarking
    • Imprimable
      01 page(s) autorisée(s)
    • Copier coller
      01 page(s) autorisée(s)

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean Mpisi

Jean Mpisi, né au Congo-Kinshasa. Auteur chez L'Harmattan de nombreux ouvrages, dont : Jean-Paul II en Afrique (1980-2000), 2005 ; Le cardinal Malula et Jean-Paul II, dialogue difficile entre l'Église " africaine " et le Saint-Siège, 2006 ; Antoine Gizenga, le combat de l'héritier de P. Lumumba, 2008 ; Les prêtres africains en Occident, leur mission et restrictions vaticanes sur leur séjour, 2008.

Du même auteur

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
17,99 €