Arretons d'elire des presidents !

LEGRAND, THOMAS

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 26/11/2014
LES NOTES : Donnez votre avis
STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
Prix Papier
12€ 50 
Prix Ebook
8€ 99 

SYNOPSIS :

Le président ne peut pas, ne peut plus. Pas seulement François Hollande ! Le président de la République, quel qu'il soit. Depuis 1995 (au moins), les présidents français n'ont plus le pouvoir qu'ils prétendent avoir. Il leur reste le pouvoir formel. Ils peuvent nommer, virer, choisir des mots pour décrire une réalité qui leur échappe. Le pouvoir réel est dilué dans la mondialisation, la financiarisation de l'économie et l'Europe. Nos institutions, et principalement le mode d'élection du président de la République tel que l'a voulu le général de Gaulle en 1962, à l'époque où l'Élysée avait vraiment les manettes du pouvoir en main, est obsolète et même contreproductif. La présidentielle, qui personnalise la vie politique à outrance, a pour effet de focaliser l'essentiel de notre attention sur des questions d'individus lancés dans un combat de coqs. Notre culture de l'affrontement, issue de notre goût immodéré pour les révolutions, entrave l'esprit de coalition et la nécessité du contrat, indispensables pour réformer et adapter, à la mondialisation et aux enjeux écologiques, une société forcément ouverte, comme le sont devenues toutes les sociétés
modernes au XXIe siècle. Le mythe de l'homme providentiel (le bonapartisme à droite) ou la volonté de toujours établir un rapport de force favorable (la lutte des classes à gauche) sont deux facteurs qui enkystent notre capacité de réforme. L'élection présidentielle, avec son moment d'illusion collective que représente la campagne présidentielle, ne fait que renforcer notre culture de l'affrontement. Beaucoup de responsables politiques sont maintenant convaincus du caractère néfaste, pour notre démocratie, de l'élection présidentielle au suffrage universel direct. La défiance généralisée envers le monde politique, les médias et bon nombre des corps intermédiaires révèle une carence démocratique, une crise de la représentation qui, alliée au sentiment d'impuissance alimentée par un discours « décliniste » et une panique identitaire, pèse sur le moral du pays. Il est temps de cesser d'élire des présidents de la République pour mieux répartir les pouvoirs afin de les rendre plus acceptables et plus efficaces. Des pistes institutionnelles sont à l'étude dans plusieurs partis politiques. Des constitutionnalistes y réfléchissent.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.17 kg
  • Réservation
    en magasin
  • Livraison
    à domicile
  • Retours et
    remboursements
  • Programme
    de fidélité