Anthropologie des mangeurs de pain

Note moyenne 
À l'image de toute relation intime, le rapport que les Français entretiennent avec le pain recèle une part de mystère. Malgré le bouleversement actuel... Lire la suite
18,50 €
Expédié sous 3 à 7 jours
Livré chez vous entre le 16 avril et le 18 avril

Résumé

À l'image de toute relation intime, le rapport que les Français entretiennent avec le pain recèle une part de mystère. Malgré le bouleversement actuel des habitudes alimentaires, le pain fait toujours partie de leur vie, et c'est ce qui en fait un objet éminemment culturel. Que l'on songe au moment particulier où, au sortir de la boulangerie ou en chemin vers la maison, chacun rompt un morceau du pain qu'il vient d'acheter, tout frais et souvent encore chaud, puis le mange avec délectation.
Il s'agit là sans doute de la pratique la plus commune à tous les mangeurs de pain, quels que soient leur âge, la région où ils vivent, leurs habitudes alimentaires. Que l'on considère le pain comme une nourriture de base ou de plaisir, que l'on soit individualiste ou généreux, et quel que soit notre profil de mangeur de pain, à cet instant précis nous sommes tous identiques, au double sens du terme : parfaitement semblables et inscrits dans la même identité.
C'est par cet acte simple, intime et spontané que se noue l'histoire qui nous lie au pain, une histoire que l'on aime à raconter, à partager, parce qu'elle nous rassemble. Le pain, un aliment narratif, symbolique et identitaire... Questionner le pain, c'est questionner le rapport à l'identité et à la tradition. Qu'est-ce que l'identité ? C'est un rapport, une relation de soi aux autres. Et le pain, parce qu'il est un foyer de sens et un tisseur de liens entre les individus, demeure intrinsèquement un aliment identitaire.
Quant à la tradition, c'est essentiellement un principe dynamique. Très éloignée de la définition communément admise, la tradition n'est pas une répétition du passé, mais un dialogue ouvert entre les acquis d'hier et les attentes du jour. D'un point de vue anthropologique, la tradition est une réinvention permanente.

Sommaire

  • UN ALIMENT NARRATIF : LE PAIN NE SE DIT PAS, IL SE RACONTE
  • UN ALIMENT SYMBOLIQUE : LE PAIN SE PARTAGE PARCE QU'IL SE PARTAGE
  • UN ALIMENT IDENTITAIRE : LE PAIN SE PARTAGE, DONC IL FEDERE
  • SIX PROFILS DE MANGEURS DE PAIN : UNE NOUVELLE TYPOLOGIE DES MANGEURS DE PAIN
  • LE PAIN ET LES FEMMES : L'EVOLUTION DE LA CONSOMMATION DE PAIN AU REGARD DE LA PLACE DE LA FEMME DANS LA SOCIETE
  • LE PRIX DU PAIN : UNE AFFAIRE DE PERCEPTION
  • LE PAIN BIO : UNE IDEOLOGIE AU NATUREL
  • LA PAIN AUTHENTIQUE : TOUS LES GOUTS SONT DANS LA CULTURE
  • LE PAIN POUR TOUS
  • LE PRINCIPE DYNAMIQUE DE LA TRADITION

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/04/2011
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-296-54188-7
  • EAN
    9782296541887
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    194 pages
  • Poids
    0.245 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 21,5 cm × 1,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Abdu Gnaba

Spécialiste des identités culturelles, Abdu Gnaba, 38 ans, anthropologue, est le fondateur de la société d'études internationales Sociolab, qui met les sciences sociales au service de l'entreprise. Il est l'auteur de La mémoire réinventée, parue chez l'Harmattan en 2009.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK